Organigramme - Jacques Pons

Notez
Notes des internautes
(13)
13
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

Vous pensez que le monde de l’entreprise est parfois cruel ? Que l’univers de la mode est sans pitié ? Oubliez ce que vous croyez savoir. La réalité est bien plus terrifiante.
Chez Louis Laigneau, fleuron du luxe français, la direction n’a jamais épargné à ses salariés ni le stress, ni les humiliations. Mais au retour d’un séminaire de créativité censé stimuler les forces vives de l’entreprise à l’approche de la prochaine fashion Week, ce ne sont pas les mannequins, mais les cadavres qui défilent…
L’open space est moins accueillant quand on imagine qu’un tueur est peut-être juste là, assis en face de vous…
Dans ce milieu hostile où tout n’est qu’apparences, chacun s’observe avec défiance. Entre le burnout général qui menace et la psychose qui s’installe, un serial killer rôde. Qui est cette ombre menaçante qui semble tout connaître de Louis Laigneau et qui décime méthodiquement l’organigramme ?
Dans l’enfer feutré de la mode parisienne, personne n’est à l’abri.

Vos #AvisPolar

  • Mes évasions livresques 25 septembre 2018
    Organigramme - Jacques Pons

    Ce roman, qui fait suite à un concours Fyctia, est le coup de coeur RTL 2018, en association avec Fyctia, Hugo Thriller, VSD et RTL.
    Ce roman succède au très bon Itinéraire d’une mort annoncée de Fabrice Barbeau qui avait remporté ce prix en 2017.

    Ce thriller nous projette dans une entreprise qui œuvre dans le milieu de la mode. Les tensions sont palpables ainsi que le stress que cette activité génère. Au retour d’un séminaire, la tension va être à son comble quand après plusieurs disparitions et un suicide, les menaces vont s’intensifier auprès des salariés.

    De défiance en manipulations, l’auteur nous ballade dans un thriller haletant magistralement rythmé par des chapitres assez courts dans lesquels il se passe toujours quelque chose, poussant le lecteur à aller toujours plus loin dans sa lecture.

    Un véritable page turner où les personnages sont passionnants. On aime autant en aimer certains qu’à en détester ou craindre d’autres.

    Le véritable enjeu du roman est de savoir qui est derrière tout ce jeu de massacre, pourquoi et jusqu’où ce serial killer est prêt à aller.

    J’ai vraiment adoré ce roman qui nous dénonce un phénomène malheureusement d’actualité qui est la souffrance au travail et le burn out.
    On se surprend à avoir un côté sadique (ou peut-être n’est-ce que moi ?^^) à voir souffrir certains personnages imbuvables et qui ont plus ou moins déjà fait partie de notre quotidien : ce chefaillon avide de son petit pouvoir qui en use et en abuse, la working girl pimbêche qui a remisé son humanité au vestiaire, ...

    Organigramme est un thriller tendu plein de rebondissements et qui vous tiendra en haleine jusqu’au bout.
    Un très beau coup de maître de l’auteur qui faudra suivre à n’en pas douter.
    Un thriller dur mais en même temps jubilatoire (oui, je sais, faut que je consulte^^).

    Je vous recommande les yeux fermés ce thriller qui vous happera de la première à la dernière page.

    N’hésitez pas au risque de passer à côté d’une excellente évasion livresque :)

  • Sangpages 25 septembre 2018
    Organigramme - Jacques Pons

    La grande entreprise, les conf-call, les séminaires tu connais ?
    Moi, ça a été ma vie dans une autre vie et Jacques Pons a, sans aucun doute, exploré toutes les raisons qui m’ont fait poser les plaques il y a quelques années...Et j’ai bien fait… Mais si j’avais su que cela aurait pu être pire encore, je serai restée...pour assister au spectacle 😜
    Enfin quoi que…
    Arme-toi d’un crayon papier (de préférence à un stylo). C’est important, parce que tu te retrouveras à biffer au fur et à mesure des noms sur l’organigramme (pas forcément prévu à cet usage, au début du livre, mais qui peut s’avérer indispensable si tu veux jouer au petit policier). Biffer les noms des morts qui ne peuvent, forcément, pas être le ou les coupables, puis les noms de ceux qui te semblent blancs comme neige.
    Mais, je te préviens, il te faudra aussi une gomme car il est sûr que tu vas biffer, effacer, rebiffer et t’auras bien du mal à faire en sorte qu’il ne reste qu’un seul nom ! Et je suis même sûre que tu ne trouveras pas le grand gagnant ! Encore faut-il qu’il soit sur l’organigramme...je dis ça, je dis rien 😜
    Des chapitres alternant les faits, les événements avec pour acteur, les employés de la maison Louis Laigneau et les pensées du (ou d’un des) tueur, du cerveau d’un plan digne de Machiavel.
    La trame est super bien foutue, originale et très différente de ce que l’on voit habituellement et ça c’est fort plaisant !
    Le final est époustouflant comme je les adore 🙂
    Mais Organigramme, c’est plus qu’un thriller, car en dehors de la fiction, c’est aussi un cri, le cri de tout un phénomène de société. Un cri qui se veut dénonciateur d’un système. D’une entreprise qui broie ses employés, qui les détruit à petit feu pour la gloire, pour le fric.
    Mobbing, délai, burnout, réunion, mauvaises langues, directeur, DRH, tout y est...Et y est admirablement décrit. Jacques Pons connait les rouages, c’est évident mais il a su les retransmettre sur papier et même si par moment ce récit à ce petit goût de "Le diable s’habille en Prada", il n’en reste pas moins brutal et saisissant mais surtout criant de vérité.
    Perso ça m’a vachement parlé et j’avoue que ça m’a foutu la boule au ventre plus d’une fois. Que cela m’a transportée dans bien des périodes de ma vie. Que cela m’a rappelé ce que j’ai pu perdre...
    Mais peut-être que le pire est de me dire que, là, tout au fond de moi, la haine et la rage aurait pu faire de moi un vrai tueur en série 😜
    Je déconne hein !
    Enfin quoi que 😜
    Bref, tu l’as compris, c’est un livre excellent qui est à lire absolument et c’est d’ailleurs bluffant que ce soit un premier bébé...
    Un auteur à suivre donc, à la trace ! (J’ai mis une équipe dessus, c’est tout bon 😜)
    Coup de cœur RTL 2018 et c’est pas volé !!

  • Les Lectures de Maud 25 septembre 2018
    Organigramme - Jacques Pons

    Le lecteur est de suite plongé dans les méandres de la Mode de Luxe, au sein de la marque très prestigieuse Louis Laigneau. Tous les stéréotypes de ce monde sont très bien dépeints sans être trop redondants. La Société va rapidement se sentir menacée et les employés vont tous tout à tour se soupçonner, s’observer, se méfier. L’ambiance se détériore, elle devient oppressante, insoutenable, les tensions montent jusqu’à être explosives. Les certitudes de certains vont être mises à rude épreuves.
    Des personnages placés sur un organigramme vont peut à peu perdre de leur contenance et de leur superbe au fur et à mesure que les meurtres, disparitions ou menaces pleuvent. Les soupçons se portent sur différentes personnes, le flou total. Personne n’est à l’abris, tout le monde est visé, et se retrouve sans distinction au même niveau de « victime potentielle ». Pourtant des amitiés improbables vont naître. Qui peut bien en vouloir à tous les salariés et dirigeants d’une même société ?
    L’auteur signe ici un magistral premier roman avec une écriture vive, fluide et addictive. L’intrigue très bien ficelée, dynamique qui embarque le lecteur dans de nombreux rebondissements, même lui enquête, s’interroge, personnellement je me suis bien faite avoir 😊 Le thème du stress extrême, de la compétition, au travail avec ses causes et surtout ici ses conséquences, nous amène également à nous interroger. L’auteur a su justement doser et trouver le bon équilibre entre l’enquête et le monde du travail. Un final magistral et théâtral ponctue ce livre coup de 💓💓 à découvrir d’urgence !!

  • La bibliothèque de Céline 12 octobre 2018
    Organigramme - Jacques Pons

    Nous voilà plongés au cœur du monde impitoyable de l’entreprise. Dans le secteur de la mode qui plus est…aurais-je envie de rajouter. Dans la maison Louis Laigneau, le président directeur général Angelo Bertani fait régner la terreur auprès de ses employés. Tout comme certains autres membres de la direction. CREATIVITE- VISION- EXECUTION sont les mots d’ordre.

    EXECUTION. Bien avant que le drame ne débute, l’atmosphère, lourde, très lourde, est plus que palpable. Les secrets sont nombreux. Le malaise grandissant. Les drames se succèdent. L’auteur est sans pitié. L’horreur des meurtres n’est pas plus terrible que l’attente, insupportable, qui s’écoule entre chacun d’eux. Insupportable dans le sens où l’on sent qu’un nouvel événement tragique est en préparation. Jusqu’où ira le tueur ? Sa folie semble ne pas avoir de limites. Mis à part quelques rares détails la dimension psychologique l’emporte haut la main sur le côté » gore « , ce qui n’est pas pour me déplaire. Le stress professionnel, la dureté du management, la tension qu’a vécue les employés de cette maison connue et reconnue a crée de nombreux dégâts, voilà ce que veut mettre en exergue l’auteur. Et il y parvient très bien. Basculer » de l’autre côté » n’arrive pas qu’aux autres. Le burn out arrive parfois plus vite qu’on le croit. Certains donneraient tout pour réussir jusqu’à perdre une partie d’eux même.

    Un portrait très réaliste, avec des dommages collatéraux heureusement peu répandus (!), de l’intérieur d’une prestigieuse enseigne, le tout décrit avec une plume que je qualifierais de belle. J’ai trouvé l’écriture de ce thriller particulièrement soignée, ce qui n’est pas toujours un point que je retiens dans une œuvre appartenant à ce genre littéraire.

    Pour finir, et sans trop en dévoiler, je saluerai ce parallèle entre les beaux quartiers de la capitale et les banlieues. Que ce soit d’un point de vue géographique ou bien éthique, ces deux mondes ne sont finalement pas si éloignés lorsqu’il s’agit d’ organigramme…

  • L’atelier de Litote 12 octobre 2018
    Organigramme - Jacques Pons

    Le monde du travail dans ce qu’il a de pire, arrivisme, humiliation, abus de pouvoir, promotion canapé et pour finir, burn-out. Malheureusement rien que de très banal dans notre société tout comme dans celle de Louis Laigneau, société de luxe. On se retrouve dans un univers de requin où les petits poissons n’ont pas leur place sous peine de se faire dévorer tout cru. Le milieu de la mode ne fait pas de cadeau et en lisant les descriptions et les détails de ce milieu, je revoyais les images de cette fameuse série Ugly Betty. . Evidemment cela m’a fait m’interroger dans le monde réel, sur la souffrance au travail, sur les suicides chez Renault et toute cette douleur que vivent au quotidien des armées de salariés et de cadres malmenés. Ici, l’auteur nous livre une étude parfaite d’un microcosme délétère mais ce qui fait la différence c’est bien entendu les meurtres, les têtes tombent et le mot thriller prend tout son sens Le scénario est magnifiquement construit et tout à fait réaliste, j’adore l’originalité de la démarche et le talent de l’écrivain. Est-ce normal si je me suis senti proche du tueur sur de nombreux points pas tous heureusement ? Les chapitres nous font découvrir les personnages et leurs pensées intimes, la société va être proche de l’implosion où tout le monde soupçonne tout le monde créant une ambiance de suspicion insupportable au fur et à mesure des rebondissements. On a beau faire et chercher le coupable, l’intrigue est suffisamment bien menée pour nous laisser dans le flou le plus total et ce jusqu’à la fin. Certains de mes suspects sont passés du statut de coupable à victime et inversement, alors je dis chapeau pour cette belle dynamique, cette montée en tension et ces twists de folie. Car il faut bien que quelqu’un paye tout le mal que ce système infantilisant et inhumain génère, chaque action aura des conséquences. Etes-vous prêt à entrer dans l’organigramme ? Bonne lecture.
    Le petit plus du livre c’est l’organigramme de l’entreprise Louis Laigneau donné en début de livre , je m’y suis régulièrement référé parce qu’il faut bien le dire les personnages étant nombreux, c’était bien pratique pour les replacer rapidement dans l’entreprise.

  • bookliseuse 20 octobre 2018
    Organigramme - Jacques Pons

    Dès les premières pages ce roman me plait. Tout d’abord l’auteur nous présente l’organigramme de la maison de couture Louis Laigneau. Puis, ensuite vient le prologue : un homme, retenu prisonnier ligoté sur une chaise dans l’arrière boutique crasseuse dans un Souk au Maroc. Ambiance installée :D.

    On comprend, rapidement, que ce roman va tourner autour d’une vengeance, par les chapitres entrecoupés par les pensées anonymes de l’un des employés.

    L’histoire début réellement lors d’un séminaire "créativité et libération des énergies" à Marrakech, destiné aux équipes des différentes directions de la Maison Laigneau. Le cauchemar commence là bas, quand, Sybille l’une des managers reçoit la photo de Jean-Etienne De Vieilleville la gorge tranchée. Et ce ne sera que le début...

    L’ambiance me rappelle un peu celle du livre "Les 10 petits nègres3 d’Agatha Christie, un livre en quasi huis clos, oppressant, qui nous glace, par le récit du manipulateur, tellement sa haine envers ses collègues est importante. Il manipule, tisse sa toile lentement, adroitement, emmenant petit à petit l’équipe de Direction dans une lente descente aux enfers, ou la suspicion prend le dessus sur la rationalité. Il n’épargnera personne !

    Un livre dure, qui aborde avec brio le stress et la pression au travail dans un milieu impitoyable, où, les plus faibles sont évincés sans aucune pitié les emmenant lentement à la dépression, et au burn-out, voir à pire..

    Et la fin et juste top de chez top ! Un coup de coeur. Un livre à lire de toute urgence !

  • musemania 2 janvier 2019
    Organigramme - Jacques Pons

    Dévoré en un peu moins de deux jours, « Organigramme » est et restera définitivement l’un de mes coups de cœur de l’année 2018.

    Comme tout le monde le sait, l’univers de la mode était un milieu de faux-semblants où on est plus souvent entouré d’ennemis que d’amis. Jacques Pons, l’auteur de ce livre qui y travaille à côté de son activité d’écrivain, vous en offre une vision encore plus piquante où beaucoup vendraient père et mère pour tenter d’y réussir. Aborder le milieu de la mode dans un thriller est déjà une belle originalité car souvent, on est à des années-lumière de cet environnement ; et voilà déjà un point positif. Surtout quand c’est fait avec autant de talents !

    Louis Laigneau est une maison de haute-couture dont la direction et les cadres supérieurs s’imaginent maîtres du monde. On y découvre chacun des personnages, leurs failles mais surtout leurs ambitions démesurées. Après un week-end de « team-building » à l’étranger, les morts vont commencer à s’accumuler et c’est tout l’organigramme de la société qui s’en trouve menacé.

    Le bandeau entourant le livre indiquait qu’il s’agit du coup de cœur RTL 2018 et c’st amplement mérité. J’ai vraiment tout adoré dans ce bouquin : des personnages finement décrits qu’on adore détester, du suspens à chaque page qui nous empêche de déposer le livre pour faire autre chose que de le continuer, des voltefaces inattendus et surtout, un final.... G-R-A-N-D-I-O-S-E comme je les aime mais qui reste si rare au regard du nombre de livres que je lis par an. J’ai vraiment vécu ce livre comme un film ou une série tant il pourrait devenir le scénario d’une prochaine production cinématographique. J’avais l’impression d’évoluer aux côtés des salariés de Louis Laigneau et d’en vivre la trame.

    L’idée d’insérer le fameux organigramme au début du livre est une super idée de la part de l’auteur pour que nous pauvres lecteurs, nous nous y retrouvions plus facilement que ce soit parmi les noms ou parmi les fonctions. Attention, n’ayez pas crainte pour autant, les personnages ne sont pas des centaines et l’auteur lui-même n’hésite pas à refaire des rappels au fil de l’histoire.

    J’ai vainement tenté de trouver quelque chose que je n’aimais pas dans ce livre et cela a été peine perdue. Ah si, tout compte fait j’ai un problème : le fait de devoir le terminer et de se dire : « pourquoi est-ce l’unique livre de cet auteur ? ». Si ce livre est un premier roman mais que seront ses prochains écrits ? C’est tellement maîtrisé que c’est déjà plus que prometteur et je suivrai attentivement ses prochaines (je l’espère de tout cœur) publications.

    Je tiens à remercier vivement les éditions Hugo Thriller pour leur confiance (et en particulier, Célia ;). Définitivement, cette maison d’édition reste une de mes préférées au regard de leur catalogue si riche à chaque fois de belles découvertes. Et encore un tout grand merci à l’auteur, Jacques Pons, pour la délicate attention de la dédicace ;)

  • musemania 12 janvier 2019
    Organigramme - Jacques Pons

    Comme tout le monde le sait, l’univers de la mode était un milieu de faux-semblants où on est plus souvent entouré d’ennemis que d’amis. Jacques Pons, l’auteur de ce livre qui y travaille à côté de son activité d’écrivain, vous en offre une vision encore plus piquante où beaucoup vendraient père et mère pour tenter d’y réussir. Aborder le milieu de la mode dans un thriller est déjà une belle originalité car souvent, on est à des années-lumière de cet environnement ; et voilà déjà un point positif. Surtout quand c’est fait avec autant de talents !

    Louis Laigneau est une maison de haute-couture dont la direction et les cadres supérieurs s’imaginent maîtres du monde. On y découvre chacun des personnages, leurs failles mais surtout leurs ambitions démesurées. Après un week-end de « team-building » à l’étranger, les morts vont commencer à s’accumuler et c’est tout l’organigramme de la société qui s’en trouve menacé.

    Le bandeau entourant le livre indiquait qu’il s’agit du coup de cœur RTL 2018 et c’st amplement mérité. J’ai vraiment tout adoré dans ce bouquin : des personnages finement décrits qu’on adore détester, du suspens à chaque page qui nous empêche de déposer le livre pour faire autre chose que de le continuer, des voltefaces inattendus et surtout, un final.... G-R-A-N-D-I-O-S-E comme je les aime mais qui reste si rare au regard du nombre de livres que je lis par an. J’ai vraiment vécu ce livre comme un film ou une série tant il pourrait devenir le scénario d’une prochaine production cinématographique. J’avais l’impression d’évoluer aux côtés des salariés de Louis Laigneau et d’en vivre la trame.

    L’idée d’insérer le fameux organigramme au début du livre est une super idée de la part de l’auteur pour que nous pauvres lecteurs, nous nous y retrouvions plus facilement que ce soit parmi les noms ou parmi les fonctions. Attention, n’ayez pas crainte pour autant, les personnages ne sont pas des centaines et l’auteur lui-même n’hésite pas à refaire des rappels au fil de l’histoire.

    J’ai vainement tenté de trouver quelque chose que je n’aimais pas dans ce livre et cela a été peine perdue. Ah si, tout compte fait j’ai un problème : le fait de devoir le terminer et de se dire : « pourquoi est-ce l’unique livre de cet auteur ? ». Si ce livre est un premier roman mais que seront ses prochains écrits ? C’est tellement maîtrisé que c’est déjà plus que prometteur et je suivrai attentivement ses prochaines (je l’espère de tout cœur) publications.

    Je tiens à remercier vivement les éditions Hugo Thriller pour leur confiance (et en particulier, Célia ;). Définitivement, cette maison d’édition reste une de mes préférées au regard de leur catalogue si riche à chaque fois de belles découvertes. Et encore un tout grand merci à l’auteur, Jacques Pons, pour la délicate attention de la dédicace ;)

  • Maks 8 février 2019
    Organigramme - Jacques Pons

    Jacques Pons nous plonge dans ce que le monde du travail a de plus sombre. Meurtres, manipulation, harcèlement, suicide , menaces, voilà ce que vous réserve ce roman à la trame haletante.

    Cela aurait pu être un coup de cœur si j’avais apprécié la fin, malheureusement j’ai trouvé celle-ci trop énorme, presque irréaliste, de plus, l’auteur nous fait passer du temps avec plusieurs personnages intéressants (jusqu’à en faire une histoire dans l’histoire) mais au final certains n’avaient que peu d’importance alors que celui qu’il aurait fallu mieux connaître n’est ici qu’anecdotique dans ses interventions ou sa présence.

    Ne vous méprenez pas, ce thriller est bon, c’est dynamique, l’écriture est fluide et des chapitres très courts donnent ce sentiment de ne pas pouvoir s’arrêter, on veut toujours connaître ce qui va nous attendre au coin de la prochaine page.

    Pour un premier roman, "Organigramme" mérite son titre de coup de cœur RTL 2018, de ce côté là il n’y a pas de doute et les quelques maladresses rencontrées seront vite pardonnées en terme de plaisir pris à la lecture.

  • LeslecturesdeMoe 27 février 2019
    Organigramme - Jacques Pons

    CRÉATIVITÉ | VISION | EXÉCUTION !

    Comme partout, il faut se battre pour arriver en haut de l’échelle. Le monde du travail est impitoyable. Le monde de la mode l’est encore plus. Les gens se sourient devant et se déchirent derrière. Tout est permis pour se faire bien voir du patron et espérer une promotion. Et il en faut finalement peu pour détruire l’organigramme.

    Tout commence lors d’un séminaire à Marrakech. Intimidations, menaces, meurtre. Le jeu se met en route. Les gens sont poussés à la démission, ou licenciés de force. Les collaborateurs sont à bout, au bord du burn-out. Chacun se jauge, plus personne ne se fait confiance. Certains disparaissent, d’autres se suicident. Le jeu est lancé et la Maison Louis Laigneau tente tant bien que mal de le cacher. Entre manipulation, faux semblants, et hypocrisie, il n’y a plus de morale. Le côté humain n’existe plus et il faut que la boite continue de tourner.

    Et lorsque l’étau se resserre, et que l’on découvre dans les dernières pages l’auteur de cette machination, nous nous retrouvons complètement bluffés. Quelle fin ! Impossible de découvrir à l’avance qui est le suspect. Son histoire est plausible, j’entends sa vengeance, mais la maladie l’a rattrapé. La blessure le rend fou, ce qui rend Organigramme hyper intéressant pour le lecteur. Le coup de coeur RLT est mérité ! @ponsjacques , bravo pour ce premier roman !

  • Encore Un Livre 28 février 2019
    Organigramme - Jacques Pons

    e thriller a été proposé sur la plateforme de concours d’écriture Fyctia, il est le coup de cœur RTL 2018 après Itinéraire d’une mort annoncée de Fabrice Barbeau que j’avais beaucoup aimé, je vous le conseille encore aujourd’hui 😉

    Cette année le coup de cœur RTL n’aura pas mes faveurs malheureusement, Organigramme a du potentiel mais moi j’ai frôlé l’abandon.
    Un contexte original ! Le monde du travail et l’univers de la mode réunis dans un thriller où Jacques Pons devait faire défiler les cadavres…

    L’organigramme de la Maison Louis Laigneau me promettait une partie de Cluedo et une ambiance assimilée aux Dix petits nègres d’Agatha Christie. J’espérais me creuser les méninges dans un huis-clos oppressant angoissant etc…

    Mais tout ne se passe pas comme prévu et quel dommage ! Le début est très prometteur, j’ai beaucoup aimé d’ailleurs, je me voyais déjà sortir mes petits bouts de papier et jouer à qui a fait quoi, où, quand, comment…Et bien j’ai vite déchanté.

    Tout est trop vite expédié, les personnages ne sont pas creusés, le temps n’est pas pris pour qu’on « s’attache à eux » pour nous les présenter. Il y’en a trop et ils ne sont pas utiles, ils apportent cet aspect décousu à l’histoire principale ! Je suis restée hermétique à tout ce qui a pu leur arriver, parfois je me suis demandé si cela ne relevait pas de la comédie car l’auteur aurait voulu jouer sur les clichés et bien là encore je n’ai pas été convaincue…

    Pour pouvoir me prêter au jeu il aurait fallu à mon sens une meilleure exploitation des personnages et que ce soit un vrai huis clos or, je n’ai pas sorti mon petit crayon de papier non plus. J’ai voulu aller jusqu’au bout, même si je sais très bien que dans mon cas si je n’adhère pas au premiers tiers d’une histoire il y’a très peu de chances que le reste me fasse changer d’avis, évidemment ce fût le cas la fin ne m’a pas étonnée et ne m’a pas renversée non plus.

    Mon sentiment global est que ce thriller aurait mérité de beaucoup plus d’attention en amont, beaucoup plus de détails afin de lier les personnages à l’histoire, j’aurais aimé être plus actrice que spectatrice de ce thriller qui reste décousu.

    Toutefois je pense sincèrement que l’auteur possède un très bon style d’écriture, le talent et l’expérience pour proposer autre chose. Cet univers m’a plu mais je n’ai pas du tout adhéré à la forme de ce thriller. Seules les parties en italique m’ont intéressée parce qu’on rentre dans la psychologie d’un personnage retors et empreint de douleur et qui est prêt à tout pour leur rendre la monnaie de leur pièce. Finalement c’est ce que j’ai trouvé de plus pertinent et de plus glaçant par moment.

    Je ne suis pas certaine que ce concours d’écriture soit le plus adapté à certaines histoires qui méritent d’être développées afin de tenir le lecteur dans un suspens haletant sans tomber dans l’excès de tous les ingrédients du thriller. Il existe bien d’autres formes que celle du page-turner. Organigramme est loin d’être mauvais je le répète mais sur moi il aura eu l’effet inverse qui était annoncé. Ce thriller a beaucoup plu à d’autres lecteurs, vous trouverez d’ailleurs le lien vers de nombreuses critiques plus positives que la mienne qui reste personnelle et qui n’engage que moi

  • FLORENCE CHOLLET / VOYAGELIVRESQUE 1er mars 2019
    Organigramme - Jacques Pons

    Un très bon thriller, un premier roman accompli et bien réussi ...Organigramme de Jacques Pons nous transporte dans l’univers de la mode et ses dessous, il est évident que l’auteur connait ce milieu, ses tenants et ses aboutissants, ce qui lui donne une toile de fond totalement maitrisée et qui plus est des plus réaliste.
    Du suspens, du rythme, du dynamisme, un univers impitoyable où règne jalousie, rivalité, coups bas, ambitions, un monde terrible du travail avec ses côtés les plus sombres et les plus obscurs, manipulations, menaces, harcèlements, burn out et suicide. Une plongée en eau trouble, voilà ce que propose l’auteur dans ce roman à la trame vive et une fin magnifyyyk.
    Un panel de personnages, certains passés au crible, d’autres plus effacés, plus passés sous silence .... volonté je pense de l’auteur, car ne dit on pas qu’il faut se méfier de l’eau qui dort.
    Le décorum .... Une grande société parisienne vouée à la mode, il s’agit de la maison de couture Louis Laigneau, qui occupe un bel hôtel particulier près des Champs-Elysées .....
    le roman s’ouvre sur un séminaire qui a lieu à Marrakech. Les principaux membres du comité de direction sont réunis et participent à des jeux de rôle pour accroître leurs performances en terme de créativité et de productivité ( pour tous ceux qui ont connus ça, que de souvenirs). Mais voilà, on retrouve le cadavre d’un dirigeant, égorgé. Certaines employées reçoivent des sms de menace.
    Un tueur rode parmi eux et est bien déterminé à détruire la société.
    Qui est-il ? Pourquoi cet esprit de vengeance ? La pression monte, la tension grandit au sein de l’équipe , l’ambiance devient oppresseante. C’est le responsable de la sécurité qui mène l’enquête, aidé par un de ses amis inspecteur de police.
    .....Je vous laisse reconstituer le puzzle et faire votre choix de coupable dans cet organigramme , et comme aurait dit une certaine auteure , il n’en restera plus qu’un

  • Stef Eleane 5 mars 2019
    Organigramme - Jacques Pons

    Un petit côté Agatha Christie chez Vuitton 😉 Voilà en quelques mots mon ressenti sur le premier roman de Jacques Pons .

    Tout commence par le meurtre d’un des directeurs de la célèbre Maison Louis Laigneau, grande marque de luxe française, lors d’un séminaire à Marrakech. Puis, d’une soirée où les autres collaborateurs se retrouvent drogués à leur insu. Un sombre projet est en marche, mais par qui ? Et pourquoi ?

    Comme tous les autres je suis un outil. Quand un outil est précieux, on en prend soin, on l’entretient, on le bichonne. Quand un outil est obsolète, on s’en débarrasse.

    Pourquoi ce roman me fait-il penser à Agatha Christie ?

    Si vous avez lu son célèbre Dix petits nègres, vous devez connaitre ce huis clos où tous les personnages sont menacés par l’un d’entre eux. Ici, même ambiance. Tous les personnages sont dans la ligne de mire d’un membre de direction de cette entreprise.

    Les personnages

    La force de ce bouquin, en dehors de son intrigue, est la description de ces persos. Alors on s’attarde plus sur certains que d’autres, mais on sent un véritable travail afin de donner vie à ces protagonistes.

    Je dirai que le deuxième élément, et pas des moindres, est la connaissance du milieu de la mode avec ses contraintes, sa rigueur…. Après recherche, il s’avère que l’auteur travaille depuis plus de 15 ans dans ce domaine. Au plus près du réel ! De vous à moi, cela ne fait pas rêver 😉

    Un mélange d’univers

    Un personnage relie deux mondes bien distincts : Yasmina. Ce personnage dénote des autres, tout simplement parce qu’il est issu des cités. Elle a gardé des liens étroits avec le roi des dealers. Bref, c’est surprenant ce choc culturel, mais finalement plutôt bien fait.

    La conclusion

    Bien que, je dois vous avouer, la fin m’ait déçue (pour différents points : Le méchant n’est pas si surprenant, je m’attendais à une chute plus « spectaculaire » et l’épilogue ne sert pas à grand-chose. Heu, il va de soi que ce n’est que mon avis), ce roman reste un très bon thriller. Les chapitres sont courts, il y a un vrai rythme dans l’histoire. Pour un premier roman, franchement Jacques Pons s’en sort comme un chef. Une lecture plaisante à laquelle vous vous surprendrez à dire : Allez encore un petit chapitre ….à de nombreuses reprises.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.