Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le livre des morts - Glenn Cooper

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

New York, mai 2009. Six morts violentes se succèdent en quelques jours. Les modes opératoires sont différents, les victimes n’ont aucun point commun, hormis celui d’avoir reçu quelque temps plus tôt une carte postale de Las Vegas, avec une simple date, celle du jour de leur mort.

Très vite, la presse s’empare de l’affaire et celui qu’elle surnomme le " Tueur de l’apocalypse" a tôt fait de semer la psychose dans la ville. Les autorités, désorientées par l’absence d’indices, se tournent vers Will Piper, ancien profileur d’élite dont la carrière a été brutalement interrompue à la suite d’un drame personnel.

Lorsque de nouvelles cibles reçoivent à leur tour des cartes postales leur indiquant le jour de leur mort, Will va tout mettre en œuvre pour empêcher le tueur d’agir à nouveau. Mais les noms des victimes sont déjà dans Le Livre des morts...

L’enquête de Will ne va pas tarder à prendre un tournant complètement imprévu pour le mener au cœur des secrets les mieux gardés du gouvernement américain. Une mission confidentielle de Churchill en 1947 auprès du président Truman, un monastère sur l’île de Wight, la Zone 51 : autant de pièces d’un puzzle machiavélique que Will devra résoudre pour faire triompher la vérité.

Vos #AvisPolar

  • polacrit 26 juin 2019
    Le livre des morts - Glenn Cooper

    Le livre des morts est le premier roman de Glenn Cooper ainsi que le premier de la trilogie "Will Piper" . Publié en 2009 et vendu à plus de 1 million d’exemplaires, c’est un best-seller dans de nombreux pays du monde, notamment en Europe. La suite s’intitule Le Livre des âmes.
    Bien qu’il porte le même nom, le thriller de Glenn Cooper n’a rien à voir avec Le Livre des Morts des anciens Égyptiens relatant les rites de passage dans l’au-delà. En fait, il s’agit de mystérieux manuscrits découverts dans l’île de Wight après la seconde Guerre Mondiale.

    La construction du roman lui-même est ingénieuse : la narration se déroule sur trois époques différentes, dans des endroits différents, en un jeu de piste bien documenté sur le plan historique, avec une pincée d’ésotérisme et un soupçon d’espionnage. Le procédé est devenu un classique dans l’écriture des thrillers mais il reste malgré tout très efficace. Glenn Cooper a plutôt bien réussi ici le difficile pari de mêler une partie thriller pur ( pour grand public) à une partie ésotérique et historique, pour un public averti de lecteurs plus intellectuels, même si le récit est parfois émaillé des clichés classiques du genre. : théorie du complot, société secrète, zone 51, etc...
    New-York : mai 2009 : six morts violentes en quelques jours. Les modes opératoires sont différents, les victimes n’ont en apparence aucun point commun, sinon qu’elles ont toutes reçu, avant de se faire tuer, une carte postale de Las Vegas avec pour unique mention une date : celle de leur mort !

    Rapidement, la presse s’empare de l’affaire et celui qu’elle surnomme " le tueur de l’apocalypse" terrorise la ville. Quant aux autorités, complètement dépassées par des indices incohérents et des témoignages peu fiables, demandent l’assistance de l’agent fédéral Will Piper, ancien profiler à 14 mois de la retraite, qui a interrompu brusquement sa carrière suite à un drame personnel. Malgré le peu d’éléments de départ dont il dispose, Piper, en enquêteur chevronné, fera tout son possible pour démasquer le tueur. Mais de nouvelles victimes, dont le nom est déjà inscrit dans Le Livre des Morts, reçoivent à leur tour une carte postale illustrée d’un cercueil et indiquant le jour de leur mort.

    Grand bond dans le temps : nous voici plongés au cœur du VIIIème siècle, en l’an 777 sur l’île de Wight, pour assister à la naissance, le 7 juillet, du septième fils d’un septième fils. Rien ne le distingue mais on ne tarde pas à réaliser qu’il possède une compétence exceptionnelle : sans avoir appris à lire ni à écrire, il est capable d’écrire les noms de personnes et leurs dates de naissance et de mort par ordre chronologique dans leur langue d’origine, y compris le chinois. Lui et ses descendants vont ainsi en remplir toute une bibliothèque : 200 millions de noms.
    Retour en 2009 : de fil en aiguille, l’ enquête de Piper va s’orienter dans une direction totalement imprévue pour le mener au cœur des secrets les mieux gardés du gouvernement américain : une mission confidentielle de Churchill en 1947 auprès du président Truman ; un mystérieux monastère sur l’île de Wight ; la zone 51...Les pièces du puzzle machiavélique que Piper devra reconstituer afin de résoudre cette troublante énigme et faire éclater la vérité.

    Comment Piper mène l’enquête : 
    Quelques semaines après les premiers meurtres, Piper et sa co-équipière Nancy reprennent tous les éléments de l’enquête afin d’établir des liens entre les victimes, ce qui leur permettrait d’en savoir plus sur le tueur et donc de le démasquer. La démarche étant peu concluante, la jeune femme analyse alors les cartes postales reçues par les victimes : " (...)il n’y avait pas d’empreintes communes sur les cartes. L’expéditeur devait porter des gants dépourvus de fibres, peut-être en latex. On en avait trouvé quelques-unes qui n’appartenaient ni aux victimes, ni à leurs proches, et des agents du FBI remontaient toute la chaîne postale depuis Las Vegas jusqu’à New-York. Les cartes elles-mêmes étaient de banals rectangles de papier cartonné, blanc, de sept centimètres et demi sur douze et demi, disponibles dans toutes les papeteries. Elles avaient été imprimées d’un côté, puis de l’autre, sur une imprimante HP Photosmart à jet d’encre dont il existait plusieurs dizaines milliers d’exemplaires à travers le pays. La police utilisée était un standard de Word.
    Quant aux dessins du cercueil, ils avaient sûrement tous été tracés par la même main, avec un Pentel noir, à pointe ultrafine, comme il en existait des millions. Les timbres étaient toujours identiques, vignettes de base à quarante et un centimes représentant le drapeau américain, une poignée parmi des centaines de millions en circulation. Ils étaient autocollants, si bien qu’ils ne portaient aucune trace d’ADN. Les six cartes avaient été postées le 18 mai, puis étaient passées par le centre de tri UPS de Las Vegas." => Autant d’éléments qui ne mènent qu’à une impasse.

    Quelques semaines plus tard : " Peut-être le rapport entre Luis et Las Vegas était-il un hasard qui les détournait du véritable assassin. Et si le vrai tueur de l’Apocalypse s’était trouvé sur place, ce jour-là, à City Island, dans les rangs des curieux, stupéfait qu’un autre ait commis le crime à sa place ? Ensuite, pour embrouiller les enquêteurs, il avait très bien pu faire une pause, pour les laisser mariner, semant les germes de la confusion, de la frustration. Will obtint les autorisations de saisie auprès des télévisions qui avaient filmé les événements de Minnieford Avenue en ce doux soir sanglant. Plusieurs jours durant, avec Nancy, ils examinèrent à la loupe des heures d’enregistrement et des centaines d’images numériques, à la recherche d’un autre de carrure et de taille moyennes, à la peau mate, rôdant près du lieu du crime...".

    Mais l’enquête s’avère plus complexe qu’il n’y paraissait à première vue : " Dans quels cas fait-on disparaître quelqu’un des écrans radars ? Parce qu’il est témoin d’une enquête fédérale ? Qu’il se livre à des activités top secrètes ? Qu’il participe à une opération clandestine ? Quel que soit son statut, l’écran devient tout noir, et il n’existe plus. Mark m’a dit qu’il bossait pour le gouvernement. L zone 51 ou je ne sais quelle connerie. Ça sent les fédéraux à plein nez. On a empiété sur leurs plates-bandes, et on s’est fait jeter."Globalement, Le Livre des Morts est un thriller intéressant, bien construit autour d’une histoire dont les ramifications s’étendent loin dans le passé, dans des directions plutôt insolites. L’intensité dramatique est soutenue par une enquête pleine de rebondissements et de suspense, dans un style dynamique qui promène le lecteur d’une époque à une autre, d’un lieu à un autre, d’un mystère à un autre sans que la cohérence du récit n’en soit affectée.

    Ceci dit, j’ajouterai un bémol concernant certains éléments de l’histoire qui, à mon sens, ne sont là que pour enjoliver le côté attractif, commercial du thriller : finalement, quelle est l’utilité de ces registres de naissance et de mort ? Pourquoi l’abbé a-t-il soutenu cette entreprise inconcevable pour l’époque ( le parchemin était coûteux ), sans en avertir ses supérieurs, se plaçant en état de péché mortel en cautionnant des crimes gratuits ? A aucun moment l’auteur ne donne un élément de justification. Et comment ces hommes ont-ils pu vivre toute une vie sous terre sans souffrir de complications physiques ?
    Subsiste la question fondamentale du libre arbitre de l’homme face à la volonté divine : quelle est la signification profonde de ces registres, leur raison d’être puisque, de toute façon, on ne peut prévenir les intéressés de la date de leur mort ou de celle de leurs proches ? Serait-ce de la part de l’auteur une velléité de s’affranchir de l’inexorabilité de la destinée humaine ??
    Autre question laissée sans réponse : pourquoi frère Luke et Elizabeth s’enfuient-ils du monastère en emportant avec eux un des registres ?

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.