Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La chance du perdant - Christophe GUILLAUMOT

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Renato Donatelli, dit le Kanak, a quitté la Nouvelle Calédonie il y a des années pour le SRPJ de Toulouse. Un mètre quatre-vingt-dix-neuf, tout en muscles et gentillesse, ce gardien de la paix donne du « gros chameau » à ceux qu’il aime et des « gifles amicales » à ceux qui lui barrent le chemin. Il vient d’être mis au placard à la section des courses et jeux en compagnie du jeune lieutenant Cussac, mais tous deux prennent très à cœur leurs nouvelles missions. La mort d’un homme dans un compacteur à déchets inaugure une série de disparitions frappant des accros aux jeux d’argent. Tous les cadavres sont retrouvés porteurs d’une énigmatique dame de pique. Alors que le Kanak plonge dans l’univers des cercles clandestins et des paris truqués, il aimerait bien éclaircir une autre énigme : pourquoi sa vieille amie et compatriote, Diamant Noir, s’est-elle autrefois éloignée de son grand-père, le roi de l’île de Pins ? Hélas, il est plus facile de se retrouver dans les méandres des tripots que dans ceux de l’âme humaine.

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • universpolars 20 novembre 2018
    La chance du perdant - Christophe GUILLAUMOT

    Après « Abattez les grands arbres », Christophe Guillaumot, pour notre plus grand plaisir, remet en scène Renato Donatelli, ce grand black tout en muscles, flic à Toulouse. Surnommé le Kanak, ce natif de la Nouvelle-Calédonie - qui rêverait d’y retourner - est un flic droit, honnête et réglo, qui n’hésite pas à mettre quelques baffes éducatives pour faire avancer les choses.

    Après une enquête difficile et plutôt tourmentée - à suivre dans Abattez les grands arbres -, le Kanak et le jeune lieutenant Jérôme Kussac ont été mutés à la brigade des courses et jeux. Il s’agit d’un secteur de la police qui lutte contre les infractions liées aux jeux d’argent. À ce poste, difficile de faire beaucoup de remous, d’où leur mutation. Mais là encore, c’est mal les connaître ! Même dans cette brigade, surtout si le Kanak est dans les parages, on peut encore faire du zèle et des remous à répétition.

    D’autant plus qu’un individu, visiblement lié au monde du jeu - un compulsif ! -, vient d’être retrouvé déchiqueté, réduit par un compacteur à déchets. Un suicide, affaire classée. Mais voilà, lorsque le Kanak s’en mêle, sans qu’on ne le lui demande vraiment, tout reprend et devient compliqué. Compliqué, mais juste. La brigade va d’ailleurs prendre de l’ampleur - de la grandeur ! - d’une manière assez inattendue ! Je ne sais pas si c’est très réglo, mais c’est efficace.

    Christophe Guillaumot nous lance rapidement au cœur de son histoire avec des arguments assez convaincants. D’une part, son écriture brute, froide et coupée finement, donne un ton qui ne nous lasse jamais. D’autre part, l’intrigue, simple, en accélération constante, a l’avantage de nous faire avancer sans trop nous faire prier.

    Je pourrais encore parler des personnages, qui sont authentiques et vrais. Le côté humain est fort, très présent et donne un résultat que j’aime voir dans un polar : beaucoup de réalisme. Je pourrais encore vous parler de la qualité de l’intrigue par rapport à l’aspect professionnel. L’auteur, flic, a une approche très pragmatique vis à vis de l’enquête.

    Christophe Guillaumot nous propose de suivre une trame principale, bien entendu, mais nous aurons aussi l’occasion de prendre quelques embranchements qui nous conduirons vers de petits sentiers qui lient quelques personnages à des affaires annexes, voire vers des soucis personnels. Ces chemins de traverse nous permettront justement d’observer le côté humain des personnages. Par rapport à ça, nous aurons la désagréable tâche d’être témoins de la dégradation psychique d’un bon flic, ou encore d’une lente descente vers le « côté obscur » d’un autre bon élément.

    Quant à la trame principale, elle va nous conduire vers des endroits glauques ou clinquants. Elle nous ouvrira des portes qui mènent vers un univers de tricherie, d’argent et de paris. En ces lieux de débauche, nous rencontrerons des protagonistes hauts en couleurs, elles-mêmes composées de tons délavés, de notes avariées ou de teintes qui font mal aux yeux et qui nous donnent mal à l’estomac : le monde du jeu fait parfois vomir.

    L’enquête permettra de mettre à jour des pratiques extraordinairement immorales et mortelles perpétrées sur des gens pourtant ordinaires. Leur principale tare : être accroc au jeu et devenir ainsi dépendant, dans tous les sens du terme.

    Ça va aller loin, très loin, allez... trop loin. Pour le Kanak, qui est allergique à l’incivilité, mais aussi aux factures majorées d’éléments pourris, tels que des flics corrompus, la soupape de la raison va exploser assez facilement.

    Le « mal absolu » ne sera pas forcément là où vous le situez au premier abord. L’auteur nous conduit vers un piège bien préparé, duquel nous ne pourrons plus vraiment ressortir. Pour nous, lecteurs, c’est encore gérable ; pour certains personnages, c’est la mort assurée.

    Le dénouement déchire, déchiquette et nous broie. Ce ne sont pas toujours les plus honnêtes qui gagnent complètement. Soit, je vous l’ai dit, c’est très réaliste et dans la réalité, le « bon » n’est pas toujours gagnant. Ça serait bien trop facile.

    Si vous pensez qu’en vous disant cela, je vous dévoile la fin, vous n’y êtes pas.

    Bonne lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.