Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

16 #AvisPolar
6 enquêteurs
l'ont vu/lu
4 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

" Madame, je vais vous demander de sortir du véhicule, s’il vous plaît. "
Le sous-lieutenant Benoit se remémorera longtemps cette scène avec une seule question en tête : aurait-il agi différemment s’il avait su ce que déclencherait ce simple contrôle routier ?
Une enfant de huit ans tourmentée.
Une mère disparue à cause du 6-6-B.
Une conductrice qui finit sa course dans le fossé.
Un cadavre aux yeux énuclées.

Telle une comptine macabre, voilà les quelques mots qui se trouveraient dans le rapport du gendarme avant que les Experts du Pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale ne débarquent à Crest.
Toute cette agitation vient troubler cette commune tranquille de la Drôme. La tranquillité, c’est aussi ce que sont venues chercher la hiératique Joséphine et ses protégées ; ces femmes du prieuré, sorte de gynécée où les hommes n’ont pas droit de cité.

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 7 mars 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    Chronique d’un rendez-vous manqué

    Le sous-lieutenant Benoit rêve d’enquêtes, d’adrénaline, mais à la brigade territoriale de Crest, c’est plutôt les contrôles routiers qui remplissent ses journées. Une peugeot 205 qui slalome, un énième contrôle, mais celui-là va entraîner une série d’événements qui vont sortir Crest de sa tranquillité. Une enfant perturbée, une mère disparue, un cadavre énucléé… Un voile d’interrogations entoure le prieuré de Crest et l’étrange Joséphine qui y héberge ses protégées.

    Il est toujours difficile de chroniquer un livre que l’on n’a pas aimé et c’est d’autant plus difficile quand il a été écrit par un auteur que l’on aime tant pour ses écrits que pour la personne. Toutefois, quand j’ai commencé à partager mes avis, j’ai précisé que ce serait le cas pour tous les livres lu et de manière objective, quel qu’en soit l’auteur.

    Le prieuré de Crest ne m’a pas transporté. L’histoire et l’idée de base étaient pourtant séduisantes, mais…

    Mais plusieurs aspects sont venus assombrir le tableau. Si l’ensemble manque de rythme à mon goût et que j’ai espéré une évolution en cours de lecture, ça n’a pas été le cas.
    Alors que des événements, à mon sens secondaires, ont traîné en longueur, paradoxalement j’ai trouvé que certaines révélations arrivaient trop vite. Ce fut le cas notamment lors des interrogatoires où un personnage, décrit comme une personnalité forte, craquait en quelques minutes. Quant à la fin… elle me pose véritablement question.

    Les personnages m’ont perturbé, et là où, pour certains, j’aurais dû ressentir de l’empathie au regard de leur vécu, ils me sont apparus, au contraire complètement antipathiques. Les gendarmes, quant à eux, m’ont laissé dubitative.

    Les aspects techniques des experts sont trop nombreux, au détriment des aspects émotionnels dans la construction des personnages mais aussi de l’intrigue. Les problèmes de procédure, le terme de « lieutenante », peu apprécié dans la profession par les femmes elle-même, m’ont aussi beaucoup dérangé même si je sais que pour beaucoup de lecteurs ces aspects sembleront être des détails. Pour ma part, ça a nuit à la lecture. Toutefois, comme me l’a fait gentiment remarquer l’auteur, le fait que je n’ai pas été transportée par l’histoire a sans doute mis en exergue ces aspérités à la lecture.

    Malgré le tableau sombre que je viens de dresser, je tiens à souligner l’intérêt pour les termes abordés par Sandrine dans ce roman, même s’ils n’ont pas toujours pris un chemin avec lequel je suis d’accord. Mais là c’est une question de choix ou d’interprétation. Ainsi, elle évoque le traumatisme des femmes violentées, les conséquences psychologiques, la reconstruction… Elle évoque également certaines maladies psychiatriques et développe largement la notion de vengeance.

    Si j’avais adoré Les jumeaux de Piolenc qui flirtait, pour moi, avec la perfection, Le prieuré de Crest ne me laissera pas le goût attendu. Néanmoins, ça ne m’empêchera pas de lire les prochains roman de Sandrine. Je ne doute pas que ce roman plaira à un grand nombre de lecteurs même si c’est, pour ma part, un rendez-vous manqué.

  • Les Lectures de Maud 9 mars 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    Des meurtres se succèdent dans une région en apparence calme et paisible. Rapidement les enquêteurs, venus en renfort, vont se tourner vers le Prieuré qui les intrigue. En effet, une association constituée de femmes venues ici trouver la paix, un refuge, une écoute ; sous la direction de Joséphine leur « Ange gardien ».
    Les différents personnages ne m’ont pas attendrie. En effet, malgré leur parcours évoqué, j’ai ressenti beaucoup de choses mais aucune sympathie envers ces femmes. Peut-être liée à ma perception de l’histoire : la victimisation.
    Côté gendarmerie, la redondance du mot Experts, m’a gênée, la mise en avant de la technicité d’enquête au détriment de l’histoire ne m’a pas convaincue. Je trouve qu’ils trouvent « tout, tout de suite et trop vite ». Il en est de même pour le personnage de Benoit, jeune, peu expérimenté, novice qui va avoir (trop) facilement les bons réflexes et les bonnes déductions. Je regrette que certains passages ou personnages ne soient pas un plus étoffés. Certains protagonistes s’essoufflent vite à mon sens. J’ai eu du mal à trouver le déroulé crédible.

    Alors que dire de plus me direz-vous ? Qu’il y a des clins d’œil que j’ai particulièrement appréciés. Ils sont au nombre de trois, les deux premiers m’ont fait sourire et rire car parfois il m’a fallu faire une certaine gymnastique afin de ne pas me tromper, un grand bonheur !!! C’était plaisant, alors le troisième : un aperçu d’un certain capitaine m’a particulière plu, une très agréable surprise. Chut, je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir par vous-même.

    Je salue, l’idée originale de l’auteur, qui saura embarquer le lecteur à ses côtés ; et continuerai à découvrir l’auteur avec plaisir dans de futures aventures.

  • Mes évasions livresques 9 mars 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    Le nouveau roman de Sandrine Destombes nous plonge de nouveau dans la Province assez isolée de France et met à nouveau la Gendarmerie Nationale à l’honneur comme force de l’ordre présente.

    Tout commence par un contrôle routier des plus ordinaires où la conductrice commet un délit de fuite et finit dans le fossé.

    L’enfant l’accompagnant atterrit à l’hôpital et est kidnappée par plusieurs femmes ne reculant devant rien pour arriver à leurs fins.
    En parallèle, un cadavre d’homme est retrouvé.
    Les affaires sont-elles liées ? Et que cache le prieuré habité par des femmes se soustrayant à la présence des hommes ?

    Le prieuré de Crest est très fort dans son intrigue, très complexe et dont les ramifications sont nombreuses et insoupçonnées.
    Malheureusement, je n’ai pas été convaincue par ce roman car le style manquait de précisions par moment, trop d’ellipses et de répétitions successives.

    Le roman n’est pas avare de personnages, un peu trop peut-être, car j’ai eu l’impression que certains personnages n’avaient plus leur place à la fin du roman et qu’on ne savait pas trop ce qu’ils devenaient...

    Cependant, la plume et la créativité de l’auteure sont toujours aussi prometteuses et même si ce roman n’a pas emporté mon adhésion, je suis persuadée qu’il plaira à bon nombre d’entre vous, de par sa thématique et son intrigue.

    La conclusion est pour moi le meilleur point du roman. J’ai trouvé cette conclusion parfaite pour ce roman, ouverte, certes, mais totalement adaptée à la situation avec une certaine pointe d’ironie qui n’était pas pour me déplaire.

    Une lecture mitigée donc mais que je vous invite toutefois à découvrir pour vous forger votre propre opinion :)

  • Encore Un Livre 13 mars 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    Au cœur de ce superbe polar qu’est LE PRIEURE DE CREST, une histoire sombre avec de nombreux mystères dès les premières pages…

    Cette fois Sandrine DESTOMBES plante son intrigue à Crest et ca démarre fort ! Dire que j’attendais ce polar avec impatience est un euphémisme :p. Mais alors quel démarrage !!! Je connais l’effet que me procure le style DESTOMBES, une des rares à combler mes attentes en matière de polar, chez elle c’est carré, l’enquête est au cordeau. A chaque fois la singularité des intrigues fait mouche, et je n’arrive pas à lâcher ses romans !

    La force dans « LE PRIEURE DE CREST », ce qui comblera les lecteurs aimant jouer les enquêteurs en herbe comme moi c’est le parti pris de confier cette enquête complexe au sous-lieutenant Benoit !
    Quelle ingénieuse idée, de mélanger ce personnage inexpérimenté à deux grandes pointures de l’équipe des Experts venus en renfort à Crest après la découverte d’un cadavre aux yeux énucléés. Le sous-lieutenant Benoit a de la ressource mais surtout de l’ambition, son aspiration et ses espoirs rendent cette enquête minutieuse et captivante.

    Psychologie, analyses du comportement, recoupements et contextualisation, tous ce que j’aime retrouver dans mes polars ! Sans oublier toute la symbolique imposée à nos enquêteurs loin des flics ultra doués, et des grosses facilités qui m’ont fait prendre mes distances avec ce genre d’enquête. Mais surtout elle puise ses inspirations dans cette source inépuisable malheureusement que sont les faits divers, où le clivage de l’opinion publique est encore actuel. Mais le débat mérite d’être posé, par quelques clins d’œil il l’est ici. Je me garde de vous révéler justement de quoi il en est, mais j’ai apprécié.

    Le style est particulièrement affiné dans LE PRIEURE DE CREST, au bout du sixième roman je relève encore une sensibilité, un regard modéré qui me parle, j’apprécie quand mes impressions restent intactes après ma lecture, qu’elles soient toujours présentes grâce au caractère complexe de l’intrigue. Et surtout d’en apprendre plus que ce qu’on croit savoir…

    Avis complet sur le blog

  • nath.gri 14 mars 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    e prieuré de Crest de Sandrine Destombes est un bon roman mais j’en espérais sans doute trop et du coup je suis un peu déçue.
    J’avais reproché à son précédent roman "les jumeaux de Piolenc" le manque d’efficacité de ses enquêteurs mais elle a remédié à cela et heureusement car le livre est axé uniquement sur l’enquête.
    Le rythme du livre est soutenu, les chapitres courts s’enchainent rapidement.
    Les enquêteurs sont intéressants et sympathiques et on s’attache vite à eux, par contres les autres personnages trop nombreux m’ont un peu embrouillés et même si la vie n’a pas été facile pour ces femmes qui se sont retrouvées à un moment au prieuré de Crest, je n’ai pas eu d’empathie pour elles.
    J’espérais à un moment du livre que quelque chose se passe pour chambouler un peu cette enquête mais non ça n’est pas arrivé.
    La fin est très réussie par contre et j’ai été agréablement surprise .
    Bilan mitigé donc pour ma part sur ce roman, malgré un sujet de fond très intéressant qui permet de se poser beaucoup de questions.

    Merci à @hugothriller pour leur confiance et l’envoi de ce roman et merci à Sandrine Destombes qui me l’a gentiment dédicacé au salon Sang pour sang polar de St Chef.

  • Livresse du Noir 21 mars 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    J’ai découvert Sandrine Destombes avec Les jumeaux de Piolenc , une révélation et un véritable coup de coeur. Dans ma chronique, j’avais écrit "Les jumeaux de Piolenc" frôle la perfection et possède ce petit supplément d’âme que j’aime tant. Je me suis jetée sur Le prieuré de Crest, excitée à l’idée de découvrir un deuxième coup de coeur.

    Il ne se passe pas grand chose à Crest, la routine calme et tranquille... jusqu’à ce banal contrôle routier qui vire au cauchemar, la conductrice finit dans le fossé et l’enfant kidnappée qui l’accompagne se retrouve dans le coma, pas loin du drame, on découvre un cadavre aux yeux énucléés. Durant leur enquête plus que complexe, les gendarmes iront de surprises en révélations, ils croiseront une étrange communauté de femmes sous la protection de Joséphine, une psychiatre qui semble cacher des choses et de nombreux personnages sombres et intrigants.

    J’ai adoré la thématique du roman qui laisse la part belle aux femmes. J’ai beaucoup aimé la première partie, un démarrage en force qui happe complètement le lecteur et laisse présager une belle réussite. J’ai ADORE le très bon final qui nous explose en pleine face, une fin ouverte qui pose d’excellentes questions.

    Hélas, la deuxième partie ne m’a pas séduite complètement. Le prieuré de Crest a donc été une lecture en demi teinte et j’en suis la première désolée.Tous les ingrédients d’un excellent thriller sont réunis : une ambiance glauque, une intrigue tordue et pleine de ramifications, des secrets, les premiers rôles donnés aux femmes, une plume affutée. Mais alors, que s’est il passé ? Il m’a manqué un petit quelque chose pour que la sauce prenne complètement. Ce n’est que mon humble ressenti, je crois que l’histoire est racontée façon "fait divers" et le côté technique et minutieux de l’enquête a pris le dessus sur les émotions, du coup, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux nombreux personnages. L’intrigue est très complexe et le rythme se casse par moment avec l’impression de répétitions.

    Peut être avais je placé la barre tellement haut, avec des attentes démesurées, j’imagine ! Au final, une bonne lecture mais pas "the coup de coeur" attendu. Et je le répète, soyez curieux, rien ne vaut votre propre avis, Le prieuré de Crest rencontre un vif succès auprès des lecteurs.Une chose est sûre, je continuerai à suivre Sandrine Destombes de très près et je lirai son prochain roman.

  • Livresse du Noir 21 mars 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    J’ai découvert Sandrine Destombes avec Les jumeaux de Piolenc , une révélation et un véritable coup de coeur. Dans ma chronique, j’avais écrit "Les jumeaux de Piolenc" frôle la perfection et possède ce petit supplément d’âme que j’aime tant. Je me suis jetée sur Le prieuré de Crest, excitée à l’idée de découvrir un deuxième coup de coeur.

    Il ne se passe pas grand chose à Crest, la routine calme et tranquille... jusqu’à ce banal contrôle routier qui vire au cauchemar, la conductrice finit dans le fossé et l’enfant kidnappée qui l’accompagne se retrouve dans le coma, pas loin du drame, on découvre un cadavre aux yeux énucléés. Durant leur enquête plus que complexe, les gendarmes iront de surprises en révélations, ils croiseront une étrange communauté de femmes sous la protection de Joséphine, une psychiatre qui semble cacher des choses et de nombreux personnages sombres et intrigants.

    J’ai adoré la thématique du roman qui laisse la part belle aux femmes. J’ai beaucoup aimé la première partie, un démarrage en force qui happe complètement le lecteur et laisse présager une belle réussite. J’ai ADORE le très bon final qui nous explose en pleine face, une fin ouverte qui pose d’excellentes questions.

    Hélas, la deuxième partie ne m’a pas séduite complètement. Le prieuré de Crest a donc été une lecture en demi teinte et j’en suis la première désolée.Tous les ingrédients d’un excellent thriller sont réunis : une ambiance glauque, une intrigue tordue et pleine de ramifications, des secrets, les premiers rôles donnés aux femmes, une plume affutée. Mais alors, que s’est il passé ? Il m’a manqué un petit quelque chose pour que la sauce prenne complètement. Ce n’est que mon humble ressenti, je crois que l’histoire est racontée façon "fait divers" et le côté technique et minutieux de l’enquête a pris le dessus sur les émotions, du coup, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux nombreux personnages. L’intrigue est très complexe et le rythme se casse par moment avec l’impression de répétitions.

    Peut être avais je placé la barre tellement haut, avec des attentes démesurées, j’imagine ! Au final, une bonne lecture mais pas "le coup de coeur" attendu. Et je le répète, soyez curieux, rien ne vaut votre propre avis, Le prieuré de Crest rencontre un vif succès auprès des lecteurs.Une chose est sûre, je continuerai à suivre Sandrine Destombes de très près et je lirai son prochain roman.

  • Maks 25 mars 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    « Le prieuré de Crest » est le premier roman de Sandrine Destombes que je lis, et c’est une belle découverte, j’ai beaucoup aimé ma lecture.

    L’écriture fluide de l’auteure à su me tenir en haleine de bout en bout, c’est écrit simplement mais de belle manière et la lecture se fait toute seule. Il m’a fallu à peine deux soirée pour en venir à bout (j’aurais tout de même préféré que cela dure un peu plus longtemps tellement c’était agréable à lire), mais ce fait donne le ton, c’est un vrai « Page Turner ».

    L’histoire en elle même est cohérente et l’intrigue ne se dévoile pas tout de suite, l’auteure nous livre des indices au compte-gouttes pour notre plus grand plaisir, celui de préserver le suspense.

    Les personnages également sont bon, bien construits, ni trop intelligents, ni trop insipides, un juste milieux qui peut paraître fade mais qui à le bon sens de nous livrer des personnalités plausibles.
    En ce qui concerne le final, je l’ai beaucoup aimé, il m’a surpris dans la manière d’être développé et conclus.

    En conclusion, nous sommes en présence d’un bon livre, qui ravira nombre de lecteurs adeptes du genre mais aussi à ceux qui n’on pas l’habitude de lire des thrillers.

  • L’atelier de Litote 29 mars 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    Ce que j’aime chez Sandrine Destombes c’est son habilité à nous planter un scénario en province. Ce côté provincial a toute son importance et rend les personnages accessibles et attachants et étrangement pas mal complexés. Cela semble être le cas du gendarme Benoît qui s’ennuie à mourir lors des contrôles routiers qu’il doit effectuer. Mais un jour tout change et c’est lors d’un énième contrôle routier que va débuter une enquête incroyable. Des meurtres, un kidnapping vont conduire les gendarmes du cru et les fameux Experts envoyés en secours vers un magnifique prieuré qui semble renfermer bien des secrets. Tenu par Joséphine, ce lieu accueille des femmes et uniquement des femmes en souffrance pour les aider à repartir du bon pied. Le sujet évoqué ne me laisse jamais indifférente et pourtant je n’ai pas accroché plus que ça avec ce groupe de « victimes » tel que nous le présente l’auteure, mais peut-être était-ce le but recherché. L’enquête en elle-même doit beaucoup au petit jeunot Benoît qui a été l’un de mes personnages préféré. Toujours partant et soucieux de bien faire, si seulement cela pouvait le sortir de ce trou… Les experts et leur professionnalisme semblent être le phare qui le guide. Le rythme est plutôt lent au début et ce n’est pas plus mal, on prend son temps pour comprendre et pour se faire sa propre idée. Les personnages féminins sont à découvrir avec leur psychologie, leur déviance, leur passé bref de quoi les étoffer et en analyser le comportement. Petit à petit la mise en tension s’installe et nous réserve de belles surprises. J’ai particulièrement aimé le choix du final fait pas l’auteur qui pourrait presque nous faire espérer une suite. Il faut dire que le sujet était original et peu abordé ce que rend ce polar tout à fait plaisant à découvrir ; je serai heureuse de suivre l’évolution de Sandrine Destombes qui ne manque ni d’imagination ni de talent. Bonne lecture.

  • ninie5131 2 avril 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    Encore un coup de coeur,
    j’ai écouté l’audiobook, un vrai plaisir de retrouver cette auteure. J’avais adoré les "jumeaux de poilenc", et je n’ai pas été déçue par le suivant.
    On suit un jeune gendarme dans son fief (ce qui ne va pas forcément l’aider) ainsi qu’une équipe dite "d’experts", avec comme trame des meurtres.. étranges, une fillette qui nous bouleverse, des femmes ...
    Bref à lire d’urgence aussi

  • Mouchemike 3 avril 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    L’avantage avec Sandrine Destombes c’est qu’on est sûr de se faire avoir avec le final.

    Le Prieuré de Crest nous plonge dans l’histoire d’une petite ville paisible avec une petite gendarmerie paisible, habituée aux petits excès de vitesses et petite délinquance. Quand tout à coup lors d’un contrôle routier de routine, le gendarme Benoit se retrouve face à un refus d’obtempérer qui va malheureusement mener au décès de la conductrice et à la mise dans le coma de la passagère, une petite fille d’une 10ène d’année du nom de Léa.

    Ne trouvant pas d’informations sur ces deux personnes, les gendarmes vont donc ce lancer dans une enquête pour en apprendre plus, surtout que Léa a eu le temps de dire à Benoit que la conductrice n’était pas sa mère !! l’histoire aurait pu être simple si seulement ils n’avaient du faire face à un cadavre peut de temps après, un homme recherché depuis 10 ans par la police. Ce dernier va obliger nos gendarmes à faire appel à leurs " Experts " de la gendarmerie, la PJGN.

    Va démarrer alors une enquête complexe, pleine de rebondissements et de surprises, le tout les amenant toujours de près ou de loin à des femmes vivants dans un ancien Prieuré.

    Une affaire vraiment bien écrite. Originale, pour le fait que l’on suive pour une fois une brigade de gendarmerie avec un règlement complètement différent de la police. Une enquête saisissante et un page-turner de grande qualité. Des personnages attachants, un sous-lieutenant plein d’entrain et envieux d’apprendre. Bref un livre que je vous conseil fortement. Et j’espère que nous retrouverons bientôt Benoit dans une nouvelle affaire.

  • Sangpages 11 avril 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    Un livre comme un puzzle. C’est assez habituel dans le polar me diras-tu, certes, mais là c’est encore plus marqué et il m’est difficile de te dire pourquoi sans spoiler. Tu vas devoir me faire confiance sur ce coup-là 😜
    Tu vas clairement aller de révélations en révélations pour que l’idée même de l’intrigue prenne forme sans qu’à aucun moment tu n’aies l’image finale.
    Des chapitres courts qui maintiennent une très bonne tension.
    Un sous-lieutenant Benoit qui fait ses premiers pas sur une enquête criminelle qui lui change bien des infractions routières. Au côté de Vernet, il apprend et apprend vite, peut-être un peu trop vite, d’ailleurs.
    Le sujet est dur, par moment, bouleversant et Sandrine a su habilement le traiter en mettant le doigt, au travers de ses différents personnages, sur des points extrêmement sensibles.
    L’histoire est clairement originale, j’ai passé un très bon moment de lecture, mais j’avoue être restée un poil frustrée.
    Il manquait juste ce petit truc dans les personnages qui te fait entrer en empathie avec eux. Ce petit quelque chose dans l’atmosphère qui te permet de ressentir le poids des choses. J’ai eu cette sensation de rester un peu en dehors de l’intrigue et c’est bien dommage, car tout le reste est vraiment bon et vaut plus que largement le détour.
    Il aurait suffi de très peu pour en faire un truc de ouf mais quoi qu’il en soit, cela reste un très bon moment de lecture que je te recommande 🙂

  • LectureChronique2.0 27 avril 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    J’ai découvert une plume créative.

    L’histoire débute par un banal contrôle routier conduit par le sous-lieutenant Benoit qui va alors prendre une tournure inattendue quand le délit de fuite qui en découle vire à l’accident mortel.
    La vie de ce gendarme va alors basculer et l’enquête va l’amener à déterrer d’autres morts tous aussi suspects dans cette petite ville de Crest.

    Un point commun les relient : Le prieuré et sa sororité de femmes qui y règnent sont dirigées par Joséphine, une femme de poigne intrigante.
    Aidé par les experts du DJGN, les agents de Force de l’Ordre vont s’employer à dénouer ces mystères dont la vie d’une fillette entre en ligne de compte.

    Un polar qui se lit vite, les chapitres courts permettent un effet page turner efficace qui captivent le lecteur et le tient en haleine jusqu’à la fin.

    Une enquête saisissante, originale et pleine de rebondissements qui rend les protagonistes simplement attachants, le côté ville de province accentue l’empathie que l’on peut ressentir.

    Je serais heureuse de pouvoir découvrir ce jeune gendarme, le lieutenant Benoit, dans d’autres aventures du même genre avec le reste de l’équipe où il a toute sa place.
    Quand à l’histoire de ses femmes, elle ne m’a pas transporté outre mesure, j’en attendais plus pour être totalement conquise.

    Je conclurai que c’est un roman policier qui ne m’a pas embrasée plus que ça mais qui reste quand même très plaisant à lire.

    Extrait : L’avocate de Joséphine Ballard était présente, comme Daloz l’avait pressenti, et personne ne fut étonné que la maîtresse des lieux ait choisi une femme pour la représenter. Pour la première fois de sa vie, le sous-lieutenant Benoit se sentait en totale minorité. La sororité n’était pour lui, jusqu’ici, qu’un mot, un concept tout au plus.
    Voir toutes ces femmes solidaires, excluant le sexe opposé de leur système de fonctionnement, le mettait particulièrement mal à l’aise. Il avait cherché du regard un jardinier, ou encore un homme à tout faire qui lui aurait prouvé qu’il était difficile de se passer d’un homme, mais même les taches les plus lourdes étaient réalisées par les membres de l’association.

  • livrement-ka 8 mai 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    Un grand merci à la maison d’éditions HUGO THRILLER (HUOGOETCIE) pour m’avoir transmis un exemplaire de ce thriller.

    Début du livre 

    Cela faisait déjà deux heures que le sous-lieutenant Benoit maugréait seul dans ce fourré, tandis que son collègue patientait dans la Renault Mégane stationnée en retrait de la route.

    Allez je continue avec un autre thriller français. Et soit c’est une coïncidence mais j’ai encore une fois vraiment trouvé l’histoire très bien ficelée avec une intrigue plus qu’originale puisqu’elle trouve naissance dans un prieuré.

    Encore une auteur qui m’était inconnue à l’ouverture de ce livre mais qui j’espère saura me ravir avec ses autres livres.

    Nous avons donc deux gendarmes surveillant la route qui tombe nez à nez avec une jeune femme et sa fille de huit ans Léa, lors d’un banal contrôle routier.

    Mais qu’elle n’est pas leur surprise car cette petite enfant leur dit que ce n’est pas sa mère et semble être un peu perdue et apeurée. Quant à la conductrice son comportement est plus qu’étrange.

    Les policiers décident de pousser plus loin l’interrogatoire mais la conductrice démarre la voiture et part sur les chapeaux de roues, les policiers à sa suite.

    Malheureusement cette course poursuite se termine très mal avec le décès de la conductrice et la petite Léa se retrouvant dans le coma.

    Parallèlement est découvert un homme noyé et surtout aux yeux énuclées. Que se passe t’il dans cette petite bourgade où les cadavres pleuvent mettant le légiste dans l’embarras...

    Quel est le lien entre tous ces cadavres et la petite Léa, qui entre-temps est enlevée à la clinique où elle était hospitalisée.

    L’auteure nous plonge dans une angoisse où tout devient à la limite secondaire, que ce soit les cadavres, le prieuré qui accueille des femmes en difficultés, pourvu que l’on retrouve la trace de la petite Léa à laquelle le lecteur s’est attaché au fil de l’histoire.

    Cette petite fille qui reprend peu à peu conscience et livre ses ressentis et ses incompréhensions.

    Une formidable histoire, des personnages attachants, des policiers qui petit à petit vont débusquer le commanditaire de tout ça, et la fin absolument incroyable puisque j’avais beau tourner les pages pour avoir la suite.... et bien non à moi de l’imaginer.

    Je pense Madame DESTOMBES que vous avez trouver votre voie, et votre fil "d"argent"... Ne le lâchez pas et continuez de nous livrer des histoires comme celle-là.

    Le style de l’auteur

    Un thriller psychologique époustouflant.

    Le texte est vraiment très bien écrit. Je l’ai lu en une journée.

    Le genre

    Un thriller psychologique 

    Une histoire tournant autour du prieuré d’une petite bourgade, recueillant des femmes en difficulté.

    La forme de l histoire

    Plusieurs chapitres composent ce livre, et on vit au rythme de l’enquête menée par des gendarmes totalement investis dans leur mission qui est de retrouver Léa ; notamment Benoit qui malgré sa maladresse semble être une personne en phase de devenir un excellent policier.

    Le texte est très aéré et l’écriture très fluide ce qui permet une lecture agréable.

    Conclusion : 

    Encore une fois, je me suis régalée. Je vous le conseille vraiment.

  • polacrit 26 juin 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    Le prieuré de Crest est paru aux éditions Hugo thriller en 2018. Raconté à la troisième personne, le lecteur suit l’enquête du point de vue du jeune sous-lieutenant de gendarmerie Benoît, qui a le privilège d’accompagner l’équipe d’experts dirigée par Daloz dans tous leurs déplacements. De ce fait, nous bénéficions de son regard extérieur et de ses questions de novice, de ses pensées mêlées aux actions : "Benoît observait le capitaine énumérer ses ordres. Il cherchait à déceler une trace d’émotion, un battement de cils qui aurait trahi son ressenti à cet instant. Le détachement de Daloz était à la fois glaçant et admirable." (Page 57)
    Tout le réalisme du roman, très bien documenté, repose sur les investigations des enquêteurs. Aucune digression qui ne concerne pas l’enquête : ni la vie privée des enquêteurs, ni considérations externes, ce qui a pour effet de donner un récit épuré aux dimensions plus profondes. Le style est sobre, le vocabulaire et la syntaxe simples et efficaces, allant à l’essentiel. Les chapitres courts s’enchaînent rapidement imprimant au récit un rythme soutenu. On ne s’ennuie pas une seule seconde !!Crest. Mois de mai. Un contrôle routier qui tourne au drame. La conductrice termine sa course dans un fossé, tuée sur le coup, sans rien qui puisse l’identifier. Léa, sa passagère, une fillette de huit ans, blessée, est conduite à l’hôpital. A part son prénom, le sous-lieutenant Benoît ne dispose d’aucun élément pour l’identifier formellement et retrouver sa famille.
    Le cadavre d’un homme énucléé, le front tailladé, fugitif en cavale depuis plus de dix ans, est repêché dans la Drôme. Les deux événements sont-ils liés ? L’affaire prend une tout autre tournure lorsque le PJGN, le Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale, reprend l’enquête sur le fugitif, en appui avec le sous-lieutenant Benoît pour les investigations locales.
    Pendant ce temps, Léa est kidnappée par une fausse infirmière qui se barricade dans une aile en travaux de l’hôpital et se fait exploser. Les enquêteurs arrivés sur place ne peuvent que constater que le lit de la petite est vide. Où est passée Léa ? Pourquoi une telle mascarade ? Qui était cette femme ? Les questions sans réponse affluent avec pour point de convergence Le Prieuré, association qui vient en aide aux femmes. Le + : dans un souci de réalisme, Sandrine Destombes n’hésite pas à respecter les procédures à la lettre : "Même si les gendarmes avaient pu identifier les deux femmes grâce à la responsable du prieuré, ils auraient préféré pouvoir ajouter au dossier des preuves matérielles. Lancer un avis de recherche sur la base d’un seul témoignage était toujours inconfortable et la juge d’instruction ne manquerait pas de le leur faire remarquer." (Page 101)...ou d’ancrer son roman dans la réalité en faisant allusion à des affaires criminelles réelles, comme la mystérieuse disparition de Dupont de Ligonnès, soupçonné d’avoir tué sa femme et leurs quatre enfants en avril 2011 et resté depuis introuvable, ou l’affaire Marie Besnard qui donna lieu à une épique bataille d’experts avec pour résultat l’acquittement de l’accusée, faute de preuves tangibles.
    On apprécie particulièrement de suivre les investigations en compagnie des membres du PJGN et des gendarmes affectés à cette enquête, assistant aux réunions de débriefing, aux interventions et aux interrogatoires. La valeur ajoutée de Le Prieuré de Crest : de l’humour, de l’action, des rebondissements...Un polar passionnant posant des questions douloureuses telle que la maltraitance des femmes. 

  • mimi85600 10 juillet 2019
    Le prieuré de Crest - Sandrine Destombes

    "Le Prieuré de Crest" est le second roman de Sandrine Destombes que je lis. Si j’avais plutôt bien aimé "Les jumeaux de Piolenc", celui-ci m’a franchement déçue. L’histoire, qui aurait pourtant pu être intéressante, s’est finalement révélée être insipide, brouillon et mal aboutie.

    Nous sommes ici en présence d’un gendarme qui effectue un contrôle routier mais lorsque l’enfant assise côté passager va clamer que la conductrice n’est pas sa mère et qu’elle veut retrouver sa maman, celle-ci va paniquer et démarrer en trombe. Les gendarmes s’élancent donc à ses trousses mais la course-poursuite se termine mal et la voiture tombe dans un ravin, tuant la conductrice sur le coup et blessant grièvement la petite.

    Peu de temps plus tard, sur les bords de la Drome, on retrouve le cadavre d’un homme énuclée. Très vite, on s’aperçoit qu’il était connut des services de police et recherché depuis près de 10 ans pour avoir tué sa femme, sa belle-mère et son chien. Les deux affaires vont s’avérer être liées et les gendarmes de Crest vont faire appelle à une équipe d’Experts de Paris pour les aider à résoudre tout ça mais le manque de profondeur de l’histoire et des personnages ne porteront pas l’intrigue à sa juste mesure.

    En effet, le personnage principal, Perceval Benoît, sous-lieutenant de la gendarmerie de Crest donne l’impression d’être un débutant et de ne pas connaître grand chose à son métier. Son chef est presque inexistant et même l’équipe qui vient de Paris en renfort, "Les experts" comme ils sont surnommés, titre qui leur colle aux basques et m’a profondément dérangée puisque je voyais à chaque fois les personnages de la série tv et qu’ils n’avaient pas grand chose a voir avec eux, ne réussissent pas non plus à relever le niveau. Quant à la crédibilité de l’histoire, elle laisse cruellement à désirer.

    Vous l’aurez donc compris, je n’ai pas aimé ce roman.

    Merci quand même aux Editions Hugo Thriller pour son envoi.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.