Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

#Mafia : « Vendetta » de R.J. Ellory

N°10 au palmarès des meilleurs livres du crime organisé selon BePolar

On rentre dans notre top 10 des livres sur le crime organisé avec un auteur qu’on aime beaucoup : R.J. Ellory. Souvent confondu avec James Ellroy, le britannique se hisse presque à hauteur du maître avec Vendetta, son deuxième roman. Mêlant habilement thriller et histoire mafieuse des États-Unis sur fond de vengeance, Ellory parvient à mêler inextricablement bien et mal au point d’en faire douter son lecteur avec talent.

L’histoire :

2006, La Nouvelle-Orléans. Catherine, la fille du gouverneur de Louisiane est enlevée, son garde du corps assassiné. Confiée au FBI, l’enquête prend vite un tour imprévu : le kidnappeur, Ernesto Perez, se livre aux autorités et demande à s’entretenir avec Ray Hartmann, un obscur fonctionnaire qui travaille à Washington dans une unité de lutte contre le crime organisé. À cette condition seulement il permettra aux enquêteurs de retrouver la jeune fille saine et sauve. À sa grande surprise, Hartmann est donc appelé sur les lieux. C’est le début d’une longue confrontation entre les deux hommes, au cours de laquelle Perez va peu à peu retracer son itinéraire, l’incroyable récit d’une vie de tueur à gages au service de la mafia, un demi-siècle de la face cachée de l’Amérique, de Las Vegas à Chicago, depuis Castro et Kennedy jusqu’à nos jours. Quel est le véritable enjeu de cette confrontation ? Pourquoi Perez a-t-il souhaité qu’Hartmann soit son interlocuteur ? Alors que s’engage une course contre la montre pour retrouver Catherine et que, dans l’ombre, la mafia et les autorités s’inquiètent du dialogue qui s’établit entre les deux hommes, Hartmann ira de surprise en surprise…

Pourquoi ce livre est important :

Avec Vendetta, c’est une véritable fresque littéraire que nous offre R.J. Ellory, qui mêle un thriller de haute volée (retrouver une fille enlevée) et une impressionnante docu-fiction sous forme d’histoire mafieuse des États-Unis sur cinquante ans. Une mécanique bien ordonnée qui stimule donc à la fois les émotions et l’intelligence du lecteur, une alliance somme toute rare. On traverse les décennies (depuis les années 50) et le territoire américain et on va de surprise en surprise, baladé par un conteur qui prend peut-être son temps mais qui sait parfaitement ce qu’il fait. Un contrat de lecture rempli !

Livre après livre, Ellory gagne ses galons de grand auteur et montre avec cet ouvrage qu’il a plusieurs cordes à son arc : cette histoire de vengeance, une vendetta revisitée à la manière moderne, est d’une ambitieuse envergure, mêlant dimensions psychologique (les confessions intimes d’un tueur), historique (les soubresauts de la petite histoire mafieuse dans la grande Histoire américaine) et littéraire (large palette lexicale utilisée, description approfondie de la Nouvelle-Orléans, alternance des trames narratives « inversées » devenue outil de manipulation, utilisation de l’intensité et des codes du thriller dans une narration pourtant lente, plus proche du roman noir) et n’est pas sans faire penser à certains des meilleurs films de mafia ou à certains romans d’un des géants du polar, James Ellroy (le cynisme, la rage et l’ampleur en moins).

A cela on peut ajouter un autre talent à Ellory, plus trouble, cette capacité à mettre du noir dans du blanc et du blanc dans du noir : on finit par s’attacher à son personnage effrayant de tueur implacable et sans scrupules, Ernesto Perez. Tout à la fois père de famille, homme de paroles et froid assassin à la main de la mafia, il est le reflet fidèle d’une Amérique gangrénée de manière souterraine par la mafia mais dont la volonté implacable est la principale force. Il teste et interroge en creux les facultés de compréhension et d’empathie de son lecteur et cherche ainsi à le rendre plus humain.

Ce qu’il faut retenir (pour briller en société) :

1. On vous invite à découvrir les autres œuvres de l’auteur, à commencer par Seul le silence, présent dans un de nos autres palmarès, dédié aux meilleurs livres de serial-killer (lien ci-dessous), ou encore Les Anonymes.

2. Vendetta est un roman de vengeance mais pas de celles qui sont aveugles, il nous pousse à chercher aux origines de celle-ci, qui est forcément trahison d’un pacte social. Tout comme sa finalité, comme le résume cette phrase tirée du roman : « Quando fai i piani per la vendetta, scava due tombe : una per la tua vittima e una per te stesso » (« quand tu te prépares à la vendetta, creuse deux tombres : une pour tes victime et l’autre pour toi-même »).

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.