M, Le Bord de l’abîme - Bernard Minier

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
8 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Bienvenue à Hong Kong.
Chez M. 
Au bord de l’abîme...

Vos #AvisPolar

  • warlop 20 mars 2019
    M, Le Bord de l’abîme - Bernard Minier

    J’ai atterri en même temps que Moïra Chevalier à Hong Kong, dès le début je me suis sentie en immersion dans cette ville, personnage à part entière qui nous fait suffoquer par une chaleur étouffante, une ville poisseuse avec cette pollution, prise à la gorge par ces odeurs, pressée par cette énergie folle . Une ville vertigineuse, riche avec ses immenses immeubles, pauvres avec ses logements cubes. une fourmilière en perpétuelle mouvement, une ville chaotique gangrenée par les triades, une ville dans son temps, une ville en devenir, une grosse puissance à la pointe de la technologie numérique, la ville de demain. Une ville entre rêve et cauchemar…

    « Hong Kong ne fait pas de cadeaux. Hong Kong est une amante vénale, vorace et jalouse. Elle use, elle consomme, elle consume »
    Moira, française, jeune chercheuse sur les Intelligences Artificielles sur-diplômée, brillante, ambitieuse, a été recrutée par la prestigieuse entreprise Ming Inc., afin de développer de l’émotion, de l’empathie à un chatbot révolutionnaire nommé DEUS, troublant, intrigant, une Intelligence Artificielle prête à faire partie intégrante de notre vie, à prendre nos décisions…. le numérique la manipulation de demain, la main mise sur notre vie, nos amours, nos opinions politiques….Dès son arrivée Moîra est approchée par la police chinoise, Ming Inc. géant de l’internet,est surveillée par les autorités pour fraude. Moîra curieuse découvre une entreprise opaque, inquiétante, des morts suspectes d’employés de la firme, des meurtres d’une violence horrible. Les victimes étaient connectées en permanence via leur tablettes, montres, téléphones avec les appareils de Ming. Hasard ? Hacker ? Accidents ? Meurtres ? Moîra qui cache aussi ses félures, ses faiblesses, son traumatisme…est une jeune femme …comme elles

    Le livre se fait oppressant, tout comme Moira on se sent surveillée, suivie, la peur nous assaillir, Les pages s’enchaînent,en même temps notre paranoïa grandit, le tueur baptisé « le prince de la douleur » l’incarnation du mal sévit ,de plus en plus pervers, de plus en plus horrible. Un degré d’inhumanité et de cruauté proprement inimaginable, un rituel ou les victimes sont baillonnées, des tiges d’acier perçant les tympans, les yeux, les seins , la trachée, des blessures infligées ante-mortem, une Mort comme une délivrance.

    « Elle agonisait. Sa lucidité n’était plus qu’une flamme vacillante. La douleur était partout. Elle n’était plus que plaies, balafres, coupures, ecchymoses, entailles, morsures. »
    Des personnages profond à la psychologie développée, tourmentée.Un livre noir sur les rouage de la société. Un thriller surprenant le premier du genre, abouti, captivant, la construction est magistrale, le rythme infernal, une fiction d’une réalité glaçante, la technologie dans toute sa puissance, au delà du mal, une technologie qui prend possession de nos données, qui reconnait, interprète, et utilise les informations collectées à son profit, une technologie manipulatrice. C’est à la fois terrifiant, et fascinant, la vie privée n’est plus !! Nous sommes à la merci de l’internet, notre libre arbitre est mis à mal mais il est tellement confortable de laisser décider à notre place.

    Un livre documenté, un travail de recherche colossal (voir les différentes sources à la fin), un thriller addictif, une peur moite glacée qui descend le long de la colonne vertébrale, Deus une entité psychotique malfaisante, Hong Kong et sa frénésie tumultueuse,gluante, sa voracité m’a engloutie. Un livre déstabilisant,anxiogène,, un questionnement oppressant sur l’avenir, la folie du tout connecté, formaté, « le big data » pour le meilleur…et pour le pire. Une ère sinistre haineuse, une anarchie planétaire, le chaos…le bord de l’abime.

    Un coup de coeur pour ce dernier Opus de Bernard Minier qui décidément fait partie des grands du thriller français !! A lire absolument pour ma part je vais me déconnecter prendre l’air, voguer sur les mers loin d’une quelconque source de connexion…

  • calyenol 24 mars 2019
    M, Le Bord de l’abîme - Bernard Minier

    ""La technologie lui offrait un véhicule sans pareil,une audience jamais atteinte auparavant.L’humanité était sans nul doute en route vers un nouvel âge des ténèbres.""
    .
    J’ai lu "M,le bord de l’abîme."
    Immersion totale dans ce Minier,au coeur de la technologie dont nous sommes déjà tous accros.
    Une technologie qui fait peur quand on lit se livre.
    Se laisserait-on submerger au point d’être mis à nu dès la première connexion ?
    Surveillé voire épié par une intelligence artificielle...
    Sommes-nous prêts ?
    Ça donne à réfléchir.
    Sommes-nous déjà dépendant ?
    On se pose une question,hop on navigue sur le net.
    On ne sait plus la définition exacte d’un mot,hop on ouvre le net.
    Et nos réseaux dont nous ouvrons nos applications tous les jours....
    Google est "l’ami" de tous !
    Ici,il s’agit de DEUS,intelligence assée similaire.
    Mais pourquoi MING INC veut produire DEUS ?
    DEUS le chatbot qui révolutionnerait le monde cybernétique.
    Une énigme qui nous amène à cottoyer Moïra,nouvelle embauchée par la firme afin de parfaire DEUS.
    En de ça,nous enquêtons avec Chan sur des meurtres touchants des employés de MING.
    Et autour de tout ça plane un secret,un secret qui nous est révélé en plein coeur du typhon qui touche Hong-Kong.
    .
    ""J’ai accès aux IA les plus en pointe,et je pense que les gens devraient être réellement inquiets.""
    .
    Pas de Martin Servaz,mais un vrai plaisir de retrouver le style,l’écriture de l’auteur dans ce one-shot où l’on sent le travail fourni,les recherches approfondies pour faire de ce livre un livre au top.
    Il m’a captivé,perturbé,interpellé,
    stressé par moment.
    Une histoire bien pensée pour une intrigue prenante.
    Me dire qu’il va me falloir attendre 1 an pour le prochain,c’est dur.
    Et vous,l’avez-vous lu ?

  • Sangpages 28 mars 2019
    M, Le Bord de l’abîme - Bernard Minier

    Servaz est rangé au placard pour le temps d’un one shot et ça me va aussi, surtout quand Bernard Minier sort totalement de sa zone de confort pour nous offrir, ce que lui-même considère, comme un livre ambitieux.
    Moïra Chevalier, jeune Française, débarque à Hong Kong.
    Embauchée par la prestigieuse entreprise Ming Incorporated, empire spécialisé dans les technologies High Tech et l’Intelligence Artificielle, elle a pour mission, la continuation du développement de DEUS, leur logiciel d’IA.
    Elle découvre avidement ce Nouveau Monde, ce nouveau job ainsi que son fameux dirigeant : Ming Jiangfeug, illustrissime spécialiste qu’elle admire, comme tous, de ce milieu.
    Son enthousiasme se verra pourtant très vite entaché par de sombres histoires de meurtres et de suicides qui semblent avoir un seul point commun : Ming Inc.
    L’inspecteur Mo-Po Chan est à la tête de ces enquêtes qui lui donne bien du fil à retordre. Le suicide de Carrie Law, les meurtres de trois jeunes femmes, violées, sauvagement torturées et assassinées par ce prince noir de la douleur qui sévit depuis de nombreux mois sans laisser aucun indice derrière lui...
    Minier réussit l’impossible, le must, le truc de ouf… Réunir le thriller avec un roman de type anticipation. Je dis "de type" car cela en a tout l’air, mais pas du tout la chanson puisque nous sommes dans un vrai réel actuel et ce n’est pas qu’un pléonasme.
    Une enquête qui se veut donc plus technologique que de terrain. Une intrigue qui t’emmèneras surfer sur les algorithmes. Qui te plongera dans les abysses du numérique, dans les profondeurs de ces êtres dématérialisés qui se prétendent nos remplaçants et tu constateras très vite que tout ceci est bien plus terrifiant que ce tueur pourtant abject. J’ai d’ailleurs adoré cette sensation.
    Habituellement, dans un thriller, tu te focalises sur le tueur et ses victimes. C’est l’essence même de ce qui fera frissonner ton échine ; alors que dans ce récit-là, ce tueur te semblera très vite peu de choses comparé à cet amas de technologie qui nous attend...pour de vrai….Et tu trembleras vraiment...
    Une sorte de fiction horrible qui utilise ce tueur pour rendre, en miroir, le réel plus flippant encore. Je dis chapeau Minier parce que c’est brillant !
    Une histoire en plusieurs teintes et quelles couleurs : aussi noir que la nuit, aussi rouge que le sang, aussi bleu que l’écran d’un ordinateur…
    Tu vivras, avec cette histoire, un vrai choc de culture que tu ressentiras au travers de tous tes pores telle l’humidité qui règne à Hong Kong.
    Cette ville est là, omniprésente, comme un personnage. Une totale immersion. Comme si tu y étais. Tu la découvriras à la fois fabuleuse et à la fois misérable. Des beaux buildings rutilants aux bas-fonds des bars miteux avec ses odeurs de pisse. Des grands dirigeants des triades aux putes de quartier. Tu rencontreras même un typhon dont la force pourrait balayer toutes les preuves.
    Tu sentiras qu’il s’est littéralement imprégné de cette ville tentaculaire et l’a retranscrite avec grand art. Un véritable voyage.
    Au travers de ce récit, j’ai oscillé entre horreur, effarement, inquiétude, dégoût, terreur. J’ai ressenti beaucoup d’émotions et ai tenté de :
    Boucler tous mes comptes sur les réseaux sociaux
    Balancer mon ordi par la fenêtre
    Me débarrasser de ma voiture
    Faire un concours de lancé de smartphone avec mes enfants (mais ils ont refusé 🙄)
    Enfin, tu verras...ça donne à réfléchir …
    Minier nous offre là une œuvre aboutie et totalement maîtrisée. On sent l’énorme effort de documentation pour nous emporter au coeur de cette course effrénée aux nouvelles technologies. C’est tout simplement excellent de bout en bout.
    La trame est franchement redoutable et même si elle s’avère, certes, prévisible, cela importe peu puisque la vérité est ailleurs !
    Bernard m’a écrit, dans sa dédicace, que son roman était différent et son plus ambitieux. Et bien, mon cher Bernard, continue sur cette voie parce que moi j’adore quand tu es ambitieux ! Tu as clairement fait preuve de génie et nous offres là un thriller d’une grande intelligence et pas artificielle.
    Un récit que je ne suis pas près d’oublier !
    Tu l’as compris, c’est à lire de toute urgence et prévois de quoi subsister, car une fois commencé, tu ne pourras plus t’arrêter 🙂

  • Angie - Blog Culturez-moi 29 mars 2019
    M, Le Bord de l’abîme - Bernard Minier

    Si comme moi vous êtes un peu accro à votre téléphone, la lecture de ce livre risquerait bien de remettre en question vos habitudes. Pour son dernier roman, Bernard Minier nous propose un thriller one-shot avec pour thème central l’intelligence artificielle et pour cadre la mystérieuse ville de Hong-Kong.

    C’est un décor inhabituel pour un roman policier et le dépaysement est vraiment complet. La ville est presque un personnage à part entière du récit. Un lieu entre modernité et archaïsme où la croissance n’a aucune limite pas même celle d’oppresser une population de plus en plus pauvre.

    Moïra, l’héroïne, est une jeune femme brillante de 28 ans. Elle est débauchée par la grande société chinoise Ming pour insuffler empathie et affect dans leur nouvelle IA révolutionnaire nommée DEUS. Mais elle va vite déchanter devant les secrets et les cadavres un peu trop nombreux des employés. […]
    Cet axe du roman est à la fois terrifiant et complètement fascinant. J’étais tellement happée par cette héroïne et cette multinationale pleine de secrets que l’enquête policière m’a parfois paru presque un peu (trop ?) en retrait dans la 1ère moitié du roman. Mais finalement pour mieux revenir en force par la suite quand les deux chemins se croisent !

    ⭐️ EN BREF ⭐️
    Avec ce dernier opus, Bernard Minier ancre sa nouvelle enquête dans notre monde de demain (mais demain demain, pas demain dans 50 ans hein !). Un monde où les intelligences artificielles accompagneront des milliards d’êtres humains pour le meilleur et pour le pire. Il ne m’aura fallu que quelques pages pour me sentir proche de Moïra et plonger dans l’intrigue. Cette proximité avec l’héroïne m’a portée tout au long du roman. Pour conclure, c’est donc un excellent roman one-shot du papa de Servaz, que vous pouvez lire même si vous n’avez jamais lu d’autres romans de l’auteur et ainsi découvrir son univers et son style. Je vous recommande chaudement ce thriller policier, presque technologique, dans l’abîme de notre monde numérique.

  • universpolars 1er avril 2019
    M, Le Bord de l’abîme - Bernard Minier

    « Sept cent millions de Chinois, et moi, et moi, et moi » ! Eh oui, cette phrase, Jacques Dutronc l’avait formulée en musique et Bernard Minier l’exprimera en numérique. Cette trame donne le tournis face à cet envahisseur asiatique !

    Je pense l’avoir affirmé pour chaque bouquin de Bernard Minier et là, de toute évidence, je vais réitérer mes propos. Le premier personnage - et pas des moindres ! - qui nous accueille et qui s’impose par son charisme, son épaisseur, c’est l’atmosphère.

    Nous sommes à Hong-Kong. La moiteur permanente nous fait suer, la pluie nous martèle le crâne, la pollution comprime nos poumons et, surtout, les milliers de personnes qui déambulent à pas rapides autour de nous, nous donnent le tournis. Quant au ciel, gris et chargé, il se devine uniquement entre les building illuminés et monumentaux qui se multiplient à foison.

    Bernard Minier nous fait prendre de la hauteur, mais nous étouffe aussi, avec une aisance déconcertante.

    Ming Incorporated, « M », entreprise chinoise d’intelligence artificielle - IA - sera alors notre première destination et la créativité numérique sera, quant à elle, notre principal sujet de discussion. Qui dit IA, dit intrusion totale !

    Moïra Chevalier, d’origine française, débarque dans cette mégapole asiatique suite à une postulation chez Ming Inc. Cette femme - nous le découvrirons assez vite -, semble davantage vouloir découvrir un pan de sa vie, prouver quelque chose, plutôt que d’obtenir un emploi.

    L’ambiance est électrique - électronique ! - et devient vite oppressante et gluante, sensation qui se marie bien, d’ailleurs, avec la moiteur ambiante. En suivant à la trace ce personnage, Moïra, nous aurons l’impression, comme elle, que tout semble calculé, surveillé, manipulé et conditionné. Oui, la situation est gênante. Nous pressentons que tout va aller bien trop loin.

    C’est quoi l’intelligence finalement ? Dans les grandes lignes, c’est l’aptitude d’un être humain à s’adapter à une situation, à choisir des moyens d’action en fonction des circonstances. A présent, vous oubliez l’être humain et vous mettez tout cela entre les mains de moyens numériques. Oui, au bout d’un certain moment, ça peut sacrément merder ! Dans cette histoire, nous allons y obtenir la preuve.

    Cette trame, au fil des pages, commence à vous donner le vertige. Les faits, remarquablement bien étayés par l’auteur, nous font pas mal réfléchir sur l’éthique, la déontologie ou alors, d’une manière générale, sur le but à atteindre ! Qu’est-ce que nous recherchons ? Pourquoi ?

    Rendre la vie plus facile la rend aussi moins maîtrisable...

    Je parlais donc d’une sensation de vertige, mais je pourrais aussi mettre en avant la sensation de malaise. Dans ces lignes, plus on avance, plus on a le sentiment d’être vulnérables et à la merci d’une sorte de « mafia informatique », même en étant vigilants. On nous observe, on nous surveille et, surtout, on nous calcule.

    Paradoxalement, en parcourant cette histoire purement numérique, je me suis dit que c’était finalement une trame profondément humaine. Cette intrigue nous met à jour, intensément, intimement, et l’humain garde ici une place, par définition, très importante. C’est tellement déshumanisé que cela en devient un problème humain, justement. Nous éprouvons une sorte de manque de liberté, qui devient même asphyxiant et, pour ma part, je n’ai pas cessé de penser à l’être humain, en tant que tel. Difficile à expliquer.

    Bernard Minier va lier cet aspect numérique à une vaste enquête criminelle se déroulant à travers Hong-Kong. Dans cette ville de sept millions d’habitants, où tout semble impersonnel, anonyme, des crimes odieux sont perpétrés sur de jeunes femmes ayant toutes un point commun : Ming Incorporated.

    L’auteur lie crimes et numérique, c’est vrai, mais ce n’est peut-être pas le seul dans cette histoire. Je ne vais pas entrer dans le cœur de l’intrigue, évidemment, je vous laisserai vous y enfouir vous-même.

    C’est tendu. C’est en se crispant de plus en plus que nous froissons les pages les unes après les autres. L’ambiguïté s’amplifie notamment au niveau des personnages. Eh oui, difficile de faire confiance à un Chinois, paraît-il. Mais pas que ...

    Dans cette atmosphère malsaine, fétide et faisandée, où tout semble permis, même l’interdit, nous allons être obligés de nous soumettre aux faux-semblants mis en place par l’auteur. Dans cette antre poisseuse et fascinante à la fois, où règnent le sexe, l’argent et le pouvoir - les trois s’associent, évidemment -, tout va nous paraître opaque et assez incertain.

    Le fin mot de l’histoire nous arrive petit à petit, par salves, par jets, et nous conduit dans les tréfonds du Mal. L’humanité est quelque chose de précieux, non ? A méditer.

    Ce qu’il ne faut pas oublier - cela sera le mot de la fin -, c’est que dans humanité il y a humain. Est-ce que nous sommes en train de nous en éloigner ? Pensez à vos habitudes, à vos gestes de tous les jours et essayez de répondre honnêtement à cette question.

    Bonne lecture.

  • Happy Manda Passions 3 avril 2019
    M, Le Bord de l’abîme - Bernard Minier

    Magistral ce roman entre anticipation dystopie et thriller Bernard Minier nous offre un roman addictif et succulent.

    Le coeur au bord de l’abime qui ne s’est pas arreté de battre du début à la fin de ma lecture.

    Moira est engagée dans un société informatique chinoise pour tester DEUS intelligence artificielle hors norme. Des meurtres sur les employes sont commis dans d’atroces circonstances. Quel est le lien avec DEUS et ces crimes ? et si la technologie nous depassait ? L’erreur est elle humaine ?

    Un portrait réaliste, un futur déjà present attrayant autant qu’effrayant.

    Bernard MInier est un auteur que je decouvre et je dis juste whaouuu

    https://happymandapassions.blogspot.com/2019/04/m-au-bord-de-labime-bernard-minier.html

  • Le Monde de Marie 11 avril 2019
    M, Le Bord de l’abîme - Bernard Minier

    Ce livre n’est pas un simple thriller. Bien plus que cela, il est une prise de conscience sur le monde technologique dans lequel nous vivons.

    On se retrouve immergé dans la ville de Hong Kong. Une ville aux gratte-ciels vertigineux, où la technologie est en plein essor. Grâce aux nombreuses descriptions de l’auteur on a véritablement l’impression d’y être.

    Un récit riche et très documenté. On y découvre une technologie qui nous apparaît d’abord comme alléchante mais qui, très vite, nous fait peur. Trop de pouvoirs dans de simples machines. Les promesses sont belles mais la réalité fait sournoise. Surtout si une âme malveillante décide de se mêler de son développement. Une technologie qui ferait tout à notre place, avec laquelle l’être humain perdrait sa volonté de réfléchir par lui-même par facilité, par fainéantise.

    Un tueur redoutable qui commet des crimes d’une atrocité ultime et qui ne laisse aucune trace. Des descriptions de sévices qui font froid dans le dos.

    Une intrigue fournie et prenante autour d’un tueur et d’une technologie. Les deux étant tout aussi dangereux. Dans une ambiance lourde, pesante dans laquelle on est jamais vraiment tranquille.

    De très bons rebondissements et des révélations sur les personnages qui nous laissent sans voix. Un tueur tout aussi intelligent que tordu.

    J’ai apprécié que l’auteur y glisse une petite touche de tendresse, de douceur. Des instants qui permettent d’oublier, durant quelques minutes, la paranoïa qui fini par nous habiter.

    Une lecture aux nombreuses descriptions, aux nombreux aspects qui font peurs parce que l’auteur, tout en se documentant, nous livre des vérités sur l’avenir, sur les dangers de la technologie. On voudrait que notre vie soit simplifiée mais, à force de laisser aux ordinateurs trop de pouvoirs de décision, ne nous mettons pas nous-mêmes en danger !?

    Au fil de cette lecture, j’ai passé un excellent moment, j’ai vécu une enquête palpitante et j’ai également le sentiment d’en ressortir moins bête.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.