Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

LISA
Brisée par un passé tragique, elle n’a d’autre rêve qu’une vie sans histoire, à l’abri des regards avec sa fille, Ava.

AVA
Quand l’adolescente sauve un petit garçon de la noyade, et qu’elle devient une héroïne locale, leur monde menace de s’effondrer.

MARILYN
Femme parfaite, mari parfait, maison parfaite et boulot idéal. Pourtant, lorsque la vie de sa meilleure amie, Lisa, est sur le point de s’écrouler, la sienne bascule.

Un instant aura suffi à bouleverser l’existence de ces trois femmes. Il y a des secrets qu’il vaudrait mieux ne jamais voir ressurgir. Et des fautes qu’on ne peut pas oublier.

Vos #AvisPolar

  • Lettres et caractères 6 mars 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    C’est un concert de louanges qui a accompagné la sortie de Si je mens tu vas en enfer mais la mienne risque de faire un peu tache au milieu de tout cet enthousiasme débordant : Dieu soit loué, je l’ai enfin terminé !

    Pour que j’en vienne à louer Dieu, croyez-moi, il en faut du dur labeur. Dans ce roman, ni la forme ni le fond n’ont trouvé grâce à mes yeux, les deux me semblant d’une platitude à toute épreuve. En règle générale, je ne me pose pas trop de questions stylistiques ou narratives quand l’auteur parvient à me transporter dans son univers. Si un livre me plait, je suis plutôt bon public, je ne vais pas chercher la petite bête pour débusquer les défauts éventuels de l’œuvre. Ici, j’ai le sentiment de n’avoir vu que ça : les défauts de l’écriture - ou de la traduction - et ceux du scénario. Le style m’a surtout gênée dans les premiers chapitres. Par les dialogues et le vocabulaire employé, j’ai eu à plusieurs reprises l’impression de lire du young adult et si je conçois parfaitement que certains lecteurs aiment cette simplicité et cette modernité dans le style, de mon côté je n’ai éprouvé aucun plaisir littéraire à lire ce roman. De ce fait, seule l’histoire pouvait me sauver du naufrage.

    Hélas, le fond non plus n’est pas parvenu à me transporter, pas plus que les personnages assez caricaturaux. Cette absence d’intérêt pour ce que je lisais m’a tout de même amenée, vers le milieu du livre, à me demander où se cachait l’intrigue dans tout ça ! Ne pas ressentir d’émotions à la lecture d’un thriller c’est une chose mais ne pas parvenir à déceler ce qui est censé faire monter le suspense, là c’est carrément flippant ! Avec du recul, je pense que ce qui m’a tenue à distance de cette histoire c’est l’enchaînement de chapitres passant d’un personnage à un autre avec parfois un changement d’époque et avec des renvois à des "il" et surtout des "elle" dont je n’ai pas toujours su à quel personnage cela faisait référence. A chaque chapitre, les sempiternelles questions : c’est qui "elle" ? à quel moment de l’histoire on se situe là ? C’est une construction que je qualifierais de brouillonne et pour ceux qui ont pu lire mon avis sur La mère parfaite d’Aimee Molloy, vous savez à quel point je déteste ça : il faut de la fluidité dans un récit, nom de Dieu (tiens, le revoilà lui) !

    Si je résume : écriture pas folichonne, histoire pas particulièrement intéressante, enchaînement saccadé, il ne restait que la fin pour rattraper le coup ! Et justement, arrivée à la seconde partie du roman, un doux espoir renaît en moi : tout semble enfin se mettre en place. Pourtant on m’avait bien prévenu de ne pas trop croire aux miracles... Juste avant le dénouement, c’est la douche froide : les révélations sont abracadabrantes, tirées par les chevaux, absolument pas crédibles… Bref vous avez compris où je voulais en venir : malgré toute ma bonne volonté, je n’ai rien pu sauver de la noyade.

    Mais pour finir sur une note un peu plus positive, il me semble bon de rappeler que les autres avis sur ce livre sont beaucoup plus enthousiastes que le mien. Ici je joue un peu les troubles fêtes et il en faut ! Aucun roman ne peut prétendre faire l’unanimité de toute façon. Je vous ai livré mon ressenti avec honnêteté et en essayant d’argumenter au maximum mon point de vue mais si on se fie aux statistiques, je dois faire partie des 5 % de grincheux qui n’ont pas aimé ce roman. Tout ça pour dire que si ce livre vous tente, foncez ! Il vous reste 95 % de chance de passer un bon moment avec Si je mens tu vas en enfer, faudrait être fou pour s’en priver !

  • Sharon 6 mars 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    Tout semblait pourtant presque bien aller au début de ce livre. Vous l’aurez compris, « presque » est le mot-clef de l’histoire, qui s’ouvre devant nous comme des poupées russes, libérant une nouvelle strate de secret après l’autre. Lisa est une mère célibataire comme une autre, sauf qu’elle tient vraiment à rester célibataire. Elle a un bon travail, une meilleure amie, et surprotège sa fille comme seule une personne ayant vécu des faits tragiques peut le faire. Elle a beau prendre toutes les précautions du monde, elle oublie que l’ennemi est souvent intime, et qu’une adolescente, de nos jours, avec l’ordinateur, la tablette et le téléphone portable, n’est pas à l’abri dans la chambre. Ou, pour utiliser une expression qui s’accorde parfaitement avec le titre du roman, l’enfer est pavé de bonnes intentions.
    Le démarrage peut sembler un peu long, mais une fois que l’on est emporté dans le tourbillon des tourments – bien réels – de Lisa, que l’on découvre les rouages de la justice anglaise, on a envie d’en savoir davantage, bref, de savoir comment Lisa, Ava et Marilyn vont s’en sortir. Il ne faudrait pas oublier Marilyn, la meilleure amie d’Ava, qui passe par toute une palette d’émotions dans ce roman, et qui déploie toujours énormément d’énergie simplement pour avoir l’air de vivre normalement. Un peu comme Ava, finalement.
    Je n’ai garde d’oublier, aussi, le poids des médias. A une époque, on pouvait espérer le droit à l’oubli – même si ce que je dis peut hérisser. Maintenant, on gagne surtout le droit au harcèlement , le droit qu’à chaque anonyme à se faire son opinion sur vous, sans vous connaître, le droit de faire savoir cette opinion, parce que lui aussi, après tout, a une opinion et tient à être un peu connu.

  • Axelle de Lecturesetgourmandises 6 mars 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    Pour être honnête, j’appréhendais un peu cette lecture tant j’avais adoré le premier thriller de Sarah Pinborough. Mais l’auteure place la barre très haut avec « Si je mens, tu vas en enfer », un excellent thriller psychologique.

    Dans la même lignée que « Mon Amie Adèle », l’auteure alterne les points de vue des personnages principaux : Ava, Lisa et Marilyn.

    Lisa est une mère protectrice et omniprésente dans la vie de sa fille Ava. Cette dernière n’aspire pourtant qu’à une chose : la liberté ,et ainsi s’affranchir du poids de sa mère. Je peux comprendre que certaines mères puissent être tourmentées et inquiètes, mais Lisa est dans l’exagération au point d’en étouffer sa fille.

    La raison de cette inquiétude, nous la découvrirons au moment où Ava sera devant le feu des projecteurs en sauvant un petit garçon de la noyade. C’est à ce moment-là que leur vie entière va basculer et de terribles secrets enfouis referont surface.

    Sarah Pinborough aborde des thèmes qu’elle connait bien : le poids des secrets, le mensonge et la trahison. Elle met aussi en avant des femmes différentes qui se rejoignent par leur force de caractère.

    L’alternance des points de vue et les souvenirs de Lisa rythment la lecture qui défile à vitesse lumière. L’auteure s’amuse avec son lecteur et avec Lisa, nous entrainant sur de fausses pistes.

    De rebondissements en rebondissements, Lisa devra faire face à un passé qu’elle avait tenté d’oublier et qui resurgira d’un coup.

    Ne vous fiez pas au premières pages toutes lisses de ce roman, c’est un thriller diabolique et parfois même dérangeant qui vous attend !

  • Sangpages 7 mars 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    J’avais beaucoup aimé "Mon amie Adèle ", mais la fin m’avait totalement, immensément frustrée et je t’avoue, franchement, que je n’avais pas l’intention de lire ce petit dernier.
    Et puis un jour, le voilà dans ma boîte aux lettres…Perplexe, je me demande ce que je vais faire…Je n’aime pas rester sur une mauvaise impression, mais ma frustration était tout de même du high level…Dilemme…On me l’a envoyé si gentiment…et puis c’est toujours bien de donner une seconde chance, d’autant plus qu’Elisa a adoré 13 minutes… Allez, j’attaque...mais je serai super critique histoire de passer ma frustration...Non mais 😜
    Résultat ?
    Tu connais l’effet boomerang ? Le truc que tu lances et qui te revient en pleine pomme ? Et bien c’est exactement ce qu’il s’est passé, car même si je suis restée avec mon air pincé devant les premiers chapitres avec ce petit côté "Ouais tu ne m’auras pas une deuxième fois", me suis retrouvée liquéfiée devant ce récit et me le suis pris clairement en pleine poire ! (Ca fait beaucoup de fruits du coup 😂)
    Lisa vit dans la peur. De tout, mais surtout peur de perdre sa fille qu’elle couve au grand dam d’Ava qui, du haut de ses 16 ans, voudrait être indépendante.
    La relation mère-fille (parent-enfant) est omniprésente, brillamment décrite et je l’ai trouvée, à bien des moments, bouleversante.
    Ava cherche sa place d’adulte et c’est loin d’être une évidence quand tu as une mère poule qui, de plus, est toujours au taquet pour un oui ou pour un non.
    Une alternance des chapitres à la 1ère personne entre Lisa, sa fille Ava et sa meilleure amie Marylin. Tu es dans leur tête, dans leurs pensées et revois les scènes sous les différents angles. C’est révélateur, pertinent et fort intéressant. Il vaut toujours mieux connaître tous les sons de cloche avant de juger une situation...
    Si je mens, tu vas en enfer, c’est avant tout l’histoire de Lisa. Celle de son sombre passé qui la rattrape malheureusement à vitesse grand V. La démonstration A + B qu’un passé a une incidence pas seulement sur toi mais, sur toutes les personnes qui t’entourent.
    Tout commence de manière que je qualifierai de "standard". Une femme qui a vécu des trucs merdiques, qui se cache et surprotège sa fille. Mouais c’est évident, banal…(Et là mon air était clairement pincé 🙄). Puis vient le revirement. Perso, je ne m’attendais pas du tout mais alors pas du tout à ce que l’histoire prenne cette tournure...
    Le récit devient alors déchirant, troublant, triste, dur, inquiétant, j’ai eu cette impression de vertige comme si j’étais dans un tourniquet que l’auteure faisait tourner encore et encore et je t’assure que j’en suis ressortie abasourdie.
    Tout semble confus, tout semble ne pas tenir la route et pourtant tel un puzzle, les pièces se collent une à une pour former l’image finale.
    Une psychologie incroyable, humainement profond, un style fouillé. Un récit d’une rare intensité, j’y ai trouvé quelque chose de profondément poignant.
    Alors oui Madame Pinborough, chapeau pour un livre aussi abouti. Vous avez fait de moi une nouvelle adepte et je ne peux que constater que ma frustration s’est totalement envolée.
    Et toi ? Je ne peux que te conseiller de le lire absolument ! Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer !
    A la vie à la mort

  • nathf 12 mars 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    Lisa tente de mener une vie paisible avec sa fille Ava et son amie et collègue Marilyn.
    Jusqu’au jour où Ava devient une héroïne locale et se retrouve sous les feux des projecteurs. Les secrets les plus enfouis ressurgissent alors.

    Après "La maison des morts", "Si je mens, tu vas en enfer" est mon deuxième roman de cette auteure et je peux vous assurer qu’elle a du talent.
    Un roman qui n’a jamais aussi bien porté son titre, vous comprendrez dans les dernières pages, pas avant !
    Avant que vous ne le commenciez, je vous avertis que vous pourrez oublier toute vie sociale, tant les rebondissements se succèdent.
    Car Sarah Pinborough a l’art et la manière de semer des indices adroitement qui nous conduisent sur de fausses pistes.
    Même si la première partie est assez lente, le rythme s’accélère ensuite jusqu’au dénouement inattendu.
    Croix de bois, croix de fer...., j’ai eu un vrai coup de coeur pour ce thriller psychologique.

  • ellemlire 13 mars 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    Lisa. Ava. Marilyn. Des secrets.

    Lisa vit seule avec sa fille Ava, adolescente. Ava est une adolescente sportive, qui a un groupe de copines qu’elle voit souvent. Lisa, est une mère protectrice. Très. Trop. Si Ava peut comprendre, elle a souvent envie de liberté.

    A l’inverse, Lisa est plutôt solitaire. Finalement, sa seule amie, c’est Marilyn, sa collègue de travail. Mais si Lisa a confiance en Marilyn, elle ne lui dit pas tout. Elle vit avec son secret. Un secret sur son passé qui ne va tarder à resurgir.

    "Quelqu’un n’est pas qui elle prétend être. Quelqu’un que je connais."

    Comme dans Mon amie Adèle, Sarah Pinborough choisit de nous livrer un roman chorale. Tour à tour, elle laisse la parole à Lisa, Ava et Marilyn. Les chapitres sont courts, c’est rythmé. On est d’emblée happé par l’intrigue. Petit à petit, l’auteure sème des indices subtilement, et on se laisse prendre au jeu. On essaie de deviner la vraie personnalité de chaque protagoniste. Sarah Pinborough fait parler ses personnages à la première personne et parvient ainsi à nous faire entrer dans leurs pensées les plus intimes. C’est intéressant, et mené finement. Les personnalités se dévoilent dès lors un peu plus à chaque chapitre.

    "La pensée s’insinue dans ma tête. le genre d’intimité dont on a besoin quand on cache des choses à ceux qui vous sont le plus proches."

    Toujours à l’instar de Mon amie Adèle, l’auteure joue avec le lecteur, elle le promène du présent au passé. le fait douter. Certains détails sont flous et confus. Et en même temps elle dévoile des secrets, mais toujours au compte-goutte. Chacun a des choses à cacher.

    "La vie ne semble jamais aussi fragile que quand votre succès dépend de la survie de quelqu’un d’autre pendant encore quelque temps."

    La dernière partie voit la tension monter crescendo. le jeu devient machiavélique. le pire est enfin dévoilé. C’est cette partie qui m’a le moins convaincue. En effet, j’avais deviné certaines choses. Mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier la manière de mener l’intrigue jusqu’à son dénouement. Sarah Pinborough a l’art et la manière de rendre le lecteur addict, de capter son attention même s’il n’y a plus de surprise.

    "Je sais comment les mots se répandent. Ils prennent feu et l’incendie se propage, d’une personne à une autre, dévorant."

    En bref, Si je mens, tu vas en enfer est un thriller psychologique addictif, mais dont j’avais deviné certains détails ! Il n’en est pas moins un vrai page-turner captivant qui vous fera passer un excellent moment. Saurez-vous deviner la vérité ?

    "Les mensonges, c’est pas comme la vérité, c’est difficile à tenir sur le long terme."

    Si vous aviez aimé Mon amie Adèle en 2017 mais que vous aviez été déçue par sa #findeDINGUE fantastique, alors ce nouveau thriller devrait vous plaire ! Croix de bois, croix de fer, je vous souhaite de ne pas aller en enfer.

    Vous avez lu ces deux romans de Sarah Pinborough ? Vous avez une préférence pour l’un ou l’autre ? Vous aurez deviné que Mon amie Adèle reste le meilleur des deux à mes yeux, j’avais été blufflé du début à la fin. Vivement son prochain thriller !

  • Mon Jardin Littéraire 13 mars 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    Une fois n’est pas coutume, c’est de nouveau un roman chorale que nous livre Sarah Pinborough. Ava, Lisa et Marilyn sont les narratrices de cette histoires. 3 femmes, 3 secrets. Lequel sera le plus dangereux ?
    Lisa semble fuir quelqu’un de son passé, elle est effrayée. Sa fille Ava est complètement obnubilée par ce garçon avec qui elle parle sur internet. Marilyn, quant à elle, n’a pas la vie de rêve qu’elle prétend avoir.

    Dès les premières pages, j’ai été happée par le récit. Il est dynamique, sombre, angoissant et surtout bourré de suspense. Rapidement quelques idées se sont imposées à mon esprit mais connaissant l’auteure, je savais qu’elle multipliait les fausses pistes pour mieux me surprendre.
    L’intrigue a tenu ses promesses et prend un tournant qu’il est impossible d’entrevoir ne serait-ce qu’un instant. Oui, j’ai été scotchée par la fin de cette première partie. Mais je n’ai pas eu le temps de cogiter, le rythme est intense et mon cerveau s’est tout de suite remis en marche pour démêler le vrai du faux.

    Vous cherchez du suspense, des rebondissements, du mystère ? Ce livre est fait pour vous ! Sarah Pinborough est une valeur sûre en matière de thriller psychologique. Ajoutez à cela une plume entrainante et fluide et vous obtenez une lecture très addictive difficile à lâcher.

    Les personnages sont assez sombres et ambivalents. Ils sont difficiles à cerner mais c’est le but. Tout le monde a quelque chose à cacher, aucun n’est totalement innocent.

    Ce thriller m’a vraiment captivée du début à la fin, même si j’ai fini par démasquer le coupable quelques pages avant la révélation finale. J’ai passé un super moment !

    Un thriller psychologique haletant et captivant. Croix de bois, crois de fer si je mens je vais en enfer !

  • Au chapitre d’Elodie 14 mars 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    J’ai lu "Mon amie Adèle" de cette auteure et j’avais beaucoup aimé. Ici, aucune dose de surnaturel, l’auteure a bien ancré son histoire dans la réalité. C’est l’histoire de trois femmes, trois femmes qui nous racontent leur histoire et dont le destin est entremêlé. Le début du livre est un peu long à a se mettre en place car on découvre doucement ces personnages. Lisa est énigmatique et semble avoir peur de tout. Une chanson à la radio, une photo qui disparaît, elle est dans une angoisse perpétuelle mais la noyade de ce petit garçon nous éclaire sur l’histoire et l’on comprend peu à peu la terrible vérité. Ce livre nous parle du poids du passé et des silences et des erreurs de jeunesse. Un pacte a été passé, il a été rompu... J’ai trouvé tout de même certains passages dérangeants. Mais, j’ai adoré me prendre des claques à chaque révélation car quand on croit connaître la vérité, des retournements de situations viennent tout faire basculer. Un thriller psychologique bien mené !

    Auchapitre.canalblog.com

  • Eva Ma 24 mars 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    Tout d’abord je tiens à remercier les éditions Préludes pour cet envoi. Ayant adoré « mon amie adèle » du même auteure, j’étais ravie de trouver son deuxième ouvrage dans ma boîte aux lettres !

    Dans cette nouvelle histoire, Sarah Pinborough donne voix à trois femmes ; Lisa, Ava et Marilyn. Toutes les trois ont un secret, leur vie et leur destin est liés.

    Petit à petit l’auteure va nous dévoiler ses personnages, en nous montrant leurs failles, leurs liens, leurs secrets et leur passé.

    « Si je mens, tu vas en enfer », un titre sur lequel on s’interroge, un livre plus ancré dans la réalité que l’était son premier. L’auteure tire avec perfection les différentes ficelles pour nous mener à la révélation finale. Elle joue avec le lecteur.

    Même si j’ai fini par me douter du dénouement, je suis aller jusqu’au bout, car c’est là que réside le grand pouvoir de l’auteure. Tout est dans sa façon de mener et de s’amuser avec nos nerfs. On devient rapidement accro à sa façon de nous raconter ses histoires. L’écriture est fluide et sans trop de détails. Tout est parfaitement dosé et maîtrisé.

    Un thriller psychologique addictif, que je vous recommande chaudement, tout comme son premier ouvrage, si vous ne l’avez pas encore lu.

  • Root 2 avril 2019
    Si je mens, tu vas en enfer - Sarah Pinborough

    En apparence, on pourrait croire que Lisa et Ava mènent une vie tout ce qu’il y a de plus normal. Lisa travaille dans une boîte qu’elle apprécie, où elle a rencontré Maryline, sa meilleure amie. Ava n’a pour sa mère que les griefs coutumiers d’une adolescente de seize ans. Mais les apparences sont trompeuses. Tandis qu’Ava entretient en secret une étrange relation virtuelle avec un inconnu, la discrète et solitaire Lisa semble aux aguets : un passé qu’elle a voulu fuir est en train de la rattraper. Un passé dont ni Ava ni Maryline ne savent quoi que ce soit, et qui contraint Lisa à vivre dans l’anonymat. Jusqu’à ce qu’Ava brille par son courage en sauvant un petit garçon de la noyade et fasse la une des journaux…

    Récit à trois voix où se dévoilent peu à peu les personnages, ce roman ne m’a pas fait passer l’excellent moment auquel je m’attendais. Après un départ assez classique (flash-back/points de vue qui s’enchaînent en plein coup de stress), j’espérais bien plus alambiqué, un truc à couper le souffle tant on y va en courant, comme l’a été pour moi Mon amie Adèle (le précédent roman de l’auteur), qui m’a bouffé quelques nuits. Cet opus-ci ne réserve que bien peu de surprises. À peine les éléments s’étaient-ils mis en place que j’avais deviné la fin, à quelques détails près. Toute montée de tension s’en est donc vu saper. Reste le personnage de Lisa, qui trouve son intérêt, en grande partie, dans la perplexité qu’il inspire. Il provoque même un certain malaise… J’ai très moyennement accroché avec Ava et son langage, mais Maryline, l’amie de Lisa, tire plutôt bien son épingle du jeu sur le plan psychologique. Trop cousu de fil blanc à mon goût, ce roman est toutefois agréable à lire, grâce à l’écriture assez particulière de l’auteur, à vif et déstructurée – et le très bon travail du traducteur. Malgré cet avis en demi-teinte, je me laisserai sans doute tenter par le prochain Sarah Pinborough, curieuse de savoir ce qu’elle nous réserve.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.