Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La lame - FREDERIC MARS

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Dans une France proche et obscure à la cité de La Solidarité, quartiers nord de Marseille : l’officier de PJ Simon Mardikian découvre le cadavre ravagé d’une jeune prostituée noire, Joy, alias Queen, sans identité définie. Son enquête sur les réseaux mêlant drogues, migrants et traite d’êtres humains ne fait que commencer.

Le lendemain, à Lagos, capitale du Nigéria, dans le bidonville flottant de Makoko, l’instituteur Sékou Williams tient tête au dealer Kaza qui cherche à recruter des revendeurs parmi ses élèves. Mais soudain s’abat une immense vague-submersion, dispersant des milliers de réfugiés à travers le continent africain.

Au même moment, à l’Élysée, le président de la République Bako Jackson annonce sa candidature à sa propre réélection. Il en profite pour dévoiler le renforcement du dispositif Frontex. C’est sa fermeté sur les questions migratoires qui a valu à ce fils de pasteur nigérian de ravir le pouvoir à l’extrême droite en 2027. À peine a-t-il achevé son allocution qu’on lui annonce la catastrophe climatique de Lagos.

Ces trois histoires ne vont pas tarder à se rencontrer, d’une manière qui pourrait bien changer le monde.
Ce qui va les réunir ?Une lame, rien qu’une lame, qui déjà déferle et emporte tout sur son passage...

Basé sur les prospectives des plus éminents spécialistes des mouvements migratoires, La Lame vous propulse dans un thriller politique haletant où les lignes entre le réel et la fiction se b

Vos #AvisPolar

  • Angie - Blog Culturez-moi 30 mai 2019
    La lame - FREDERIC MARS

    La lame se découpe en 3 arcs parallèles. D’un côté, nous avons Backo Jackson, d’origine nigériane, 10ème président de la Vè République française. […] Deuxième arc de l’histoire, nous rencontrons Simon Mardikian officier de police à la PJ de Marseille. La découverte d’un cadavre à la « Soli », un des pires quartiers de la ville, va l’entraîner dans une enquête aux ramifications insoupçonnées. Enfin, il y a Sékou, ce jeune instituteur à Lagos, capitale du Nigéria. Alors qu’il commence sa journée de classe, une vague-submersion s’abat sur le rivage et détruit tout sur son passage.
    📚
    L’histoire se déroule sur une semaine. Une seule petite semaine durant laquelle ces droits destins pourtant si éloignés seront au coeur d’un bouleversement mondial. Cette histoire est d’une complexité folle et pourtant la lecture est on ne peut plus fluide. La cohérence finale du roman est irréprochable et chaque personnage, chaque moment apporte une pierre essentielle à l’édifice.
    📚
    2031. Cette année si proche et pourtant si lointaine. Seulement 12 petites années nous séparent des propos du roman. 2031 c’est demain. J’ai été complètement captivée par les choix géopolitiques que fait Frédéric Mars pour écrire cette histoire. Pour décrire les 11 années qui ont précédé l’année 2031 durant laquelle se déroule le récit, il a bien fallu faire des choix. C’est là, la force de ce roman, car au-delà d’une intrigue proche de la perfection, tout le cadre est extrêmement plausible.

    ⭐️ En bref ⭐️
    Avec « Les marcheurs », Frédéric Mars nous avait déjà prouvé que le thriller politique était un registre qu’il maîtrisait excellemment bien. Dans La lame, l’auteur approfondit encore ce registre et nous livre une histoire d’une qualité magistrale. C’est un roman immersif, aux chapitres courts qu’il est bien difficile de lâcher une fois la première page tournée. Je recommande bien plus que chaudement ce thriller d’une très grande originalité et au travail de recherche extrêmement poussé.

    https://culturez-moi.com/la-lame/

  • Kirzy 11 juin 2019
    La lame - FREDERIC MARS

    2031
    3 unités de lieux, Paris – palais de l’Elysée, Marseille – ses cités chaudes , Lagos – ses bidonvilles.
    Une semaine.
    Une myriade de personnages : une prostituée mineure retrouvée déchiquetée à Marseille, un flic qui a tout perdu, un président français hors-norme à la Obama qui pourrait tout perdre, son fils rebelle converti à l’islam sans sombrer dans le radicalisme, un instituteur nigérian, des dealers en pagaille et 50.000 réfugiés climatiques.

    Tu te dis qu’il faut être complètement cinglé pour imaginer une intrigue avec ces morceaux de cadavres exquis tellement hétéroclites qu’ils semblent irréductiblement inaccordables ... Si tu savais dans quel bouquin tu pénètres ... Frédéric Mars réussit un tour de force en signant LE thriller géopolitique de l’année ( je sais, il reste 6 mois encore mais bon ... ).

    Ce qui réunit lieux – personnages – enjeux, c’est une seule et même lame qui déferle et emporte tout. Une lame comme leitmotiv protéiforme qui se fait tour à tour lame d’un couteau fétiche d’une famille en danger, lame de tarot d’une cartomancienne que consulte le président de la République française, lame d’une vague-submersion qui ravage le Nigéria, une seule lame de fond.

    Le scénario est hallucinant, la puissance d’un bulldozer qui tabasse ton cerveau avec la finesse d’une ballerine étoile sur pointe. 2031, c’est comme si c’était aujourd’hui, c’est même pas demain. Dans ce récit d’anticipation, l’auteur imagine un futur proche glaçant à partir d’études et statistiques élaborées par les spécialistes des mouvements migratoires sur le boom démographique d’Afrique subsaharienne. Il pousse les hypothèses à leur paroxysme jusque dans leurs retranchements les plus romanesques. Il secoue le politiquement correct mais sans aucun parti pris idéologiques ( qui auraient pu vite virer au nauséabond type théorie du « grand remplacement » ou de « l’invasion »).

    Et c’est ça qui est très très fort : j’ai eu le cerveau en ébullition, moi petite lectrice occidentale dans le confort de mon appart’ qui voit à la télé des migrants fuyant la guerre ou la misère. Que ferions-nous si des réfugiés climatiques venus d’Afrique arrivaient par centaine de milliers en Europe ? Entre empathie poussant à la générosité et peur de l’autre, du chaos, de bouleversements culturels ?

    Et ce ne sont pas les seuls thèmes que brassent cet incroyable roman d’une densité folle mais jamais roborative : trafics de drogue, prostitution de mineures, groupes identitaires, dérèglement climatiques, cynisme des multinationales, responsabilités des médias et réseaux sociaux, tensions géopolitiques entres grandes puissances planétaires, rôle du politique. Cocktail parfaitement maitrisé, tout s’emboîte dans une cohérence très rigoureuse jusqu’à un final de 100 pages absolument explosif.

    Je sors de cette lecture abasourdie et heureuse de cette rencontre avec l’auteur.

  • 1001histoires 11 juin 2019
    La lame - FREDERIC MARS

    Frédéric Mars écrit également sous le pseudonyme de Mo MALØ ( romans Qaanaaq et Diskø dont l’action se passe au Groenland ).

  • mavic 12 juin 2019
    La lame - FREDERIC MARS

    Une claque, une pépite, un coup de foudre. Une lame qui submerge d’émotions bruts, pures et dures et qui vous met dans un état second. Vous l’aurez compris, je vous parle aujourd’hui de mon deuxième coup de foudre de l’année et pas des moindres avec La lame de Frédéric Mars paru aux éditions Métropolis.

    La lame ou comment un livre peut te foutre des claques en 500 pages. Si Les marcheurs m’avait marqué et me marque encore, La lame est encore un cran au-dessus. C’est un coup de foudre sur une histoire qui a des échos proches de notre société actuelle. Une intrigue qui repose sur des faits et de ce qui pourrait advenir dans 10 ans. Ca fait froid dans le dos et pourtant autour de cette intrigue, ce sont des histoires de vies que l’on suit. et qui vont parfois nous redonner un peu d’espoir face à cette humanité qui semble se perdre à ne plus regarder autour d’elle, à fermer les yeux.

    D’un président de la République à un simple instituteur du Nigéria, Frédéric Mars, nous livre des émotions bruts, sans fioritures et nous entraîne sur les jours les plus sombres d’Octobre 2031.

    Un thriller d’anticipation, un roman noir... peu importe dans quelle catégorie on place ce livre, ce qui compte c’est ce qu’il contient. Et c’est une mine d’or d’informations, de personnages et d’intrigue.

    La lame ça commence fort.

    Une scène macabre attend nos deux policiers à Marseille. Une scène macabre pour un crime atroce. D’autant que l’auteur n’épargne pas sur les détails, marquant l’horreur de la situation mais surtout l’horreur qu’est devenu la ville en 2031. Ville "gouvernée" par des pontes de la drogue, de la prostitution et du trafic en général avec un grand T. Une ville qui subit et qui ne peut qu’observer son déclin si elle souhaite rester en vie.

    Et c’est avec ce premier chapitre, cette première scène que l’on se trouve emportée par la lame. Comment d’un meurtre, on en arrive à la plus grande catastrophe jamais envisagée ? Mais surtout comment trois protagonistes, de milieu complètement différents, vivants dans des lieux éloignés les uns des autres, vont se retrouver liés par le même destin ?
    L’auteur nous régale avec l’aspect politique, climatique et humain qu’il dégagent de son livre, de son intrigue. C’est un flot d’émotions qui prend à la gorge, des scènes qui font froid dans le dos parce que ça pourrait arriver demain.

    Mais surtout malgré le côté dramatique, fataliste que peut être La lame, il reste toujours l’espoir. L’espoir de vivre, de s’en sortir, d’une vie meilleure, d’un lendemain plus clair.

    Et cet espoir va se manifester à travers nos personnages principaux lors de leurs parcours, de leurs périples jusqu’à leur but final.
    Après tout, que l’on soit Président de la République, instituteur nigérian ou flic à Marseille, chacun est motivé pour une raison, un objectif à atteindre qu’il soit appréciable ou non.
    Et puis tout n’est pas blanc ni noir.
    C’est un nuancée de gris qui se présente sous nos yeux et qui impacte d’autant plus le lecteur à mes yeux. Qui m’a d’autant plus impacté moi. Parce que comme dit plus haut c’est une intrigue qui nous touche de près et qui pourrait arriver à n’importe quel moment. Alors transformé des faits établis en intrigue politique et humaine, je pense que ça ne pouvait que me toucher.
    Ce sont des émotions fortes qui m’ont traversés, de savoir comment on pouvait en arriver là et de se sentir impuissant face à ce qui se déroule.
    C’est une lecture immersive, on s’y croirait sans difficulté. Se battre pour sa survie comme Sékou, se battre pour sa place comme le Président Jackson ou se battre pour ses valeurs comme l’officier Mardikian.
    Ce sont leurs valeurs qu’ils défendent et qui vont finir par s’entrecroiser sur leur route. Leur rencontre est percutante, vibrante d’émotions non feinte et n’apporte que plus de sincérité, de légitimité à leurs actions, à ce qu’ils défendent quitte à risquer leurs propres vies.
    C’est dingue comment d’une intrigue au début morbide l’auteur parvient à en faire découler quelque chose porteur d’espoir. Et c’est là tout le talent de Frédéric Mars. Sortir le lecteur de sa zone de confort et proposer quelque chose de déstabilisant, de choquant et de profondément vrai.
    Et de ce côté-là je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Guerilla de Laurent Obertone. Sur certains aspects les deux livres se rapprochent énormément et notamment le fait qu’ils s’inspirent tout deux de documentations provenant de sources officielles et hauts placés. A travers leurs deux histoires, ils nous proposent une réalité différente et ce qu’il pourrait advenir si jamais. C’est troublant et pourtant je me suis laissée captiver par ces deux récits sombres mais toujours portés par cette petite lueur d’espoir.
    Si je ne devais parler que de la construction de l’intrigue et de l’histoire en général, je dirais que l’auteur nous imprègne de l’environnement, du décor qui entoure nos différents protagonistes. Comment ne pourrait-il pas être mis en avant quand une vague submersion frappe de plein fouet le Nigéria ? C’est un environnement assez sombre qui suit l’intrigue et exacerbe des sentiments assez négatifs comme la peur, la tristesse ou encore l’angoisse.
    L’auteur s’attarde sur ces petits détails qui entoure les personnages comme l’endroit qui les entoure, les personnes qui gravitent autour d’eux mais aussi le temps gris, sombre et menaçant. Ces détails ne donnent que plus de force au récit et une authenticité aux sentiments des personnages qui sont souvent égratignés par ce qu’ils vivent et ce qu’ils partagent avec ceux qui se situent autour d’eux.
    Et de par sa construction fluide, je n’ai ressenti aucune lassitude sur les explications données concernant les différents organismes qui régissent dans La lame. On ne se perd pas en blabla inutile et explication de chaque abréviation. Pour cela, l’auteur a inséré un glossaire à la fin du livre pour que l’on s’y retrouve face au jargon politique et nous définir chaque abréviation. D’ailleurs un index des personnages se situe au tout début pour ne pas que l’on se perde de trop. Et vu la palanquée de personnages que l’on rencontre ce n’est pas plus mal =) !
    En bref,
    Ainsi La lame s’abat sur nous comme elle s’abat sur chacun des personnages. Le dénouement est fort, prend à la gorge et m’a laissé complètement sonnée. Comment sortir d’une lecture pareille sans être égratignée, sans réfléchir un minimum à ce qu’il se passe autour de nous, en France ou ailleurs ? C’est un vrai uppercut que je me suis prise parce que j’ai vécu ce livre, cette intrigue. J’ai vécu pendant 500 pages à côté de ces personnages. J’ai eu peur avec eux, j’ai pleuré avec eux, j’ai espéré avec eux.
    Et je pense que l’intrigue mais surtout la plume de l’auteur y sont pour beaucoup dans cette immersion. Et je ne peux que vous le recommander un milliers de fois. Etes-vous prêt à affronter les coups de lame qui parsèmeront les pages de votre lecture ?
    La lame est mon deuxième coup de foudre, une lecture qui marque, qui percute et qui donne à réfléchir même si c’est un thriller, parce que ce n’est pas aussi éloignée de notre réalité.
    Bref, lisez La lame de Frédéric Mars.

  • Cedalu Cedrina 12 juin 2019
    La lame - FREDERIC MARS

    J’étais impatiente de le lire ce roman les amis vous ne pouvez pas savoir, cet auteur j’en ai tellement entendu parler, ses précédents romans ont fait sensation et je comprends aujourd’hui pourquoi.
    Pour vous situer un peu l’histoire l’auteur nous plonge dans les quartiers nord de Marseille en compagnie de l’officier de PJ Simon Mardikian qui découvre le cadavre ravagé d’une jeune prostituée noire, Joy, alias Queen, sans identité définie.
    Je vais m’arrêter là pour le moment en ce qui concerne l’histoire et je vais dire deux mots à l’auteur : mais ça va pas bien dans la tête 😱, c’est abominable d’avoir fait ça à mon petit coeur j’ai encore fait des cauchemars, vous allez pouvoir en rire avec vos copains Matthias et Ghislain qui se ressemble s’assemble ; bref c’était un aparté.
    Je reprends : Le lendemain, à Lagos, capitale du Nigéria, dans le bidonville flottant de Makoko, l’instituteur Sékou Williams tient tête au dealer Kaza qui cherche à recruter des revendeurs parmi ses élèves.
    Quel courage ! Sékou sait pourtant à qui il tient tête, ce personnage m’a de suite plu, j’aurai voulu pouvoir le protéger.
    Au même moment, à l’Élysée, le président de la République Bako Jackson annonce sa candidature à sa propre réélection. Il en profite pour dévoiler le renforcement du dispositif Frontex.
    Utopie ou réalité, telle est la question ?
    Ces trois histoires ne vont pas tarder à se rencontrer, d’une manière qui pourrait bien changer le monde.
    Ce qui va les réunir ?

    Comme vous l’aurez compris c’est une histoire en trois actes bien distincts qui vont peu à peu se mélanger, j’ai adoré cette construction c’est une prise de risque mais quelle réussite !

    Je ne veux pas trop en dévoiler mais je peux vous dire que Frédéric Mars a su brillamment joué avec l’actualité je dirais même qu’il a fait de son roman un thriller politique plus vrai que nature, il a touché les points faibles de notre beau pays sans ébranler nos valeurs 😜. J’ai refermé ce livre essoufflée, la larme à l’œil rêvant de changement mais aussi convaincue du talent de l’auteur

  • Pickbooks 13 juin 2019
    La lame - FREDERIC MARS

    Mon avis : Voilà encore un avis uuuuultra dur à rédiger tant le roman est magistral ! Honnêtement les thrillers politiques c’est pas mon truc. La politique tout court c’est déjà pas spécialement mon truc alors imaginez... Frédéric Mars avait déjà réussi l’exploit de me scotcher avec son précédent roman Les marcheurs. Cette fois il met encore 1000 crans au dessus (ça vous donne une idée du niveau de la chose) et ça prend à fond ! Question politique c’est hyper riche, complexe, intelligent, travaillé, c’est digne d’une toile d’araignée, des fils qui partent de toutes les directions pour se rejoindre en un point central. C’est solide, ça te retourne le cerveau, et en même temps c’est tellement bien expliqué qu’il ne perd pas le lecteur "basique" comme moi en politique. Frédéric Mars réussi le tour de force de mêler trois histoires différentes, avec leurs lots de personnages, de lieux et d’intrigues, sans que cela soit un bordel inextricable. J’ai également été estomaquée par la violence présente dès le début du roman (non gratuite hein, entendons nous là dessus). C’est cru, c’est cash, c’est percutant ! Comme avec l’excellent Mattias Koping, ça te dégoûte de la nature humaine. "La lame" te frappe, te retourne le cerveau et le bide, te fait réfléchir et te laisse complètement vidé. Ce n’est pas juste un roman qui se lit, il se vit, se dévore, c’est une putain d’expérience qui marque ta vie de lecteur !

  • Booksnpics 13 juin 2019
    La lame - FREDERIC MARS

    « La Lame » est un thriller puissant, addictif, imaginatif, sans tabous, ni langue de bois. Un mélange de genres sans temps mort, ni confusion.
    « La Lame » se présente à nous sous toutes ses déclinaisons pour un récit d’une noirceur et d’un réalisme à vous faire froid dans le dos.
    Débutant sur le modèle d’un triptyque, « La Lame » nous emmène simultanément à Marseille, Lagos et Paris. Et pour ajouter au réalisme de ce thriller d’anticipation politico-environnemental, l’auteur nous fait faire un bond dans le temps, somme toute dérisoire, puisque nous nous retrouvons en 2031.
    Alors que l’officier de PJ Simon Mardikian découvre dans les quartiers nord de Marseille, le cadavre d’une prostituée noire et qu’une immense vague-submersion déferle sur le bidonville de Makoko au Nigéria, le président de la République française Bako Jackson, qui avait fait de la migration son cheval de bataille lors de sa première campagne présidentielle, annonce sa candidature à sa propre réélection.
    Ces trois histoires pourtant si éloignées l’une de l’autre vont se rejoindre sans que vous ne l’ayez vu venir… car cette lame effrayante, si improbable pour certains, se répand sans que rien n’y fasse…
    S’il est acquis que les catastrophes naturelles sont un des vecteurs de la migration (beaucoup plus d’ailleurs que les conflits ou la violence), s’il est également désormais acquis que le changement climatique, au-delà de ses effets environnementaux, aura également des conséquences sur le plan sécuritaire, il est difficile de prédire avec exactitude quelle sera l’ampleur du mouvement migratoire qui y sera directement lié.
    Se basant sur les prévisions de spécialistes du domaine, l’auteur les extrapole pour nous plonger au coeur d’un thriller politique puissant où la fiction se teinte de réalité…
    En s’attaquant à ce sujet sensible, à une époque où le changement climatique et la crise migratoire s’invitent au coeur de tous les débats, Frédéric Mars prend un pari risqué mais réussi la transformation avec succès !
    Ici pas de temps morts, l’auteur nous plonge dès les premières pages au coeur d’une réalité violente, écœurante où les trafiquants règnent en maîtres. Alternant les lieux et les personnages, impossible de s’ennuyer une seconde tellement le rythme et la structure sont maîtrisés. Frédéric Mars jongle avec ceux-ci à la perfection et nous livre un récit très bien ficelé et fort d’une solide documentation.
    J’avais adoré « Les Marcheurs » (publié à La Mécanique Générale en avril 2018), « La Lame » monte encore un cran au-dessus ! Chapeau !
    Je remercie les éditions Metropolis pour leur confiance renouvelée !

  • Mes évasions livresques 14 juin 2019
    La lame - FREDERIC MARS

    Frédéric Mars est un véritable caméléon de la littérature.
    Naviguant de genre en genre avec une aisance surprenante et bénéficiant de pseudonymes sur certains de ses romans, il arrive à embarquer ses lecteurs sur des voies très travaillées et captivantes.

    La lame ne fait pas exception, l’auteur nous entraîne dans un thriller d’anticipation géopolitique où les enjeux font étrangement écho à des propos actuels et des problématiques contemporaines.

    L’intrigue se déroule en 2031, un futur on ne peut plus proche, et la situation actuelle n’a fait qu’empirer. Loin de n’être qu’un thriller alarmiste, La Lame est une investigation hyper documentée qui colle au plus près de la réalité.
    Attention, je ne dis pas que ce roman annonce le futur qui nous pend au nez mais certains faits ne peuvent être négligés.
    Dans ce roman choral, trois pages en préambule pour nous présenter les personnages du roman, tout commence par un prologue où le Président de 2031, Bako Jackson annonce sa candidature à sa propre réélection et donne une conférence de presse où on intente à sa vie.
    Une semaine plus tôt, l’OPJ Simon Mardikian découvre à Marseille le corps d’une prostituée méchamment amochée et une vague-submersion s’abat sur le Nigéria à Lagos qui va entraîner l’exil de milliers de migrants.

    C’est dans cette situation apocalyptique que le début de La Lame nous projette dès les premières pages du roman.

    Les trois histoires vont petit à petit se rejoindre pour révéler un lien insoupçonnable et une intrigue captivante.

    La lame est un magnifique thriller où de nombreux thèmes s’entrecroisent et entraîne le lecteur dans une intrigue brillante, suffocante et alarmante.
    Un thriller qui fait réfléchir le lecteur, le révolte et le captive.

    Frédéric Mars livre un thriller intelligent, fort bien documenté et qui parle aux lecteurs. Une très belle réussite, qui, au long de ses 500 pages, fait autant frémir le lecteur qu’il l’interroge...

    La lame
    est-elle inévitable ? Je ne sais pas mais elle est à lire assurément.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.