Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Iacobus : Une enquête du moine-soldat Galcerán de Born - Matilde Asensi

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

C’est l’un des secrets les mieux gardés de la chrétienté ; un trésor fabuleux disparu à la dissolution du plus fascinant des ordres de moines-soldats : les Templiers.
Des histoires folles entourent cette société secrète, détentrice des plus grands mystères de l’humanité. Pour eux sont déjà morts le roi de France Philippe le Bel et le pape Clément V. Pour eux les puissants se déchirent.
Celui qui va traverser l’Europe de la Galice à Paris pour tenter de les découvrir se nomme Galceran de Born. Il est médecin et chevalier. Nous sommes en 1319.

Vos #AvisPolar

  • 1001histoires 9 août 2017
    Iacobus : Une enquête du moine-soldat Galcerán de Born - Matilde Asensi

    Iacobus : le héros de ce roman historique est Galcerán de Born, chevalier de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Cet ordre monastique fut fondé au 11ème siècle à Jérusalem et était destiné à la création d’hôpitaux en Terre Sainte. Il devint un ordre militaire pour assurer la protection de leurs établissements puis pour combattre les Sarrasins. Obligés de quitter la Terre Sainte après la défaite de Saint-Jean d’Acre en 1291, les Hospitaliers rejoignent alors Chypre puis Rhodes. Le 14ème siècle les voit riches d’une partie des biens des Templiers, leur influence politique s’étend jusqu’en occident et ils contrôlent la Mer Egée grâce à une flotte puissante. De nos jours l’Ordre Souverains de Malte a hérité des traditions humanitaires de l’Ordre des Hospitaliers.

    Galcerán de Born est chevalier hospitalier, il est aussi médecin. Son habileté à observer et à résoudre les énigmes les plus compliquées lui a valu le surnom de Perquisitore. Venu de Rhodes, il séjourne à l’abbaye de Ponç de Riba en Espagne. Il recherche un adolescent qu’il identifie en la personne d’un novice, Jonas. Ce dernier va l’accompagner lorsque le chevalier doit rejoindre Avignon en avril 1317 pour y rencontrer le pape Jean XXII. Le souverain pontif lui confie une mission particulièrement difficile. Le Perquisitore doit rechercher la cause de la mort de Philippe IV le Bel, de son garde des sceaux Guillaume de Nogaret et du pape Clément V, trois personnages historiques disparus après la malédiction prononcée en 1314 par Jacques de Molay, grand maître de l’Ordre du Temple lors de sa mort sur le bûcher. La réputation du Perquisitore n’est pas surfaite, avec une facilité déconcertante, il résout ces trois énigmes historiques ! Le résultat est malheureusement peu crédible, surtout l’épisode lié à l’explication des circonstances de la mort de Philippe le Bel. Cette première partie du roman est cependant alerte et de lecture facile.

    Une autre mission attend Galcerán de Born, le pape et le grand Commandeur de l’Ordre des Hospitaliers lui demandent de retrouver le trésor ... des Templiers ! Après la suppression de l’Ordre du Temple de Salomon et les persécutions des Templiers, ceux-ci ont fui vers l’Espagne et surtout vers le Portugal où ils sont soupçonnés de se réorganiser. L’or des Templiers n’a-t-il pas été caché sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ?

    Voilà donc Galcerán, toujours accompagné de Jonas puis d’une belle et mystérieuse juive, en habit de pélerin sur le chemin de Compostelle au départ d’Arles. Arrivé en Espagne durant l’automne 1317, le voyage du trio devient très lassant pour le lecteur. C’est une succession de descriptions architecturales et de narrations historiques qui ne passionnent pas ( cela ressemble à une pâle copie du livre 5 du Codex Calixtinus, "Guide du Pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle" ). L’ensemble constitue une série d’indices ésotériques que seul Galcerán arrive à décrypter. Le lecteur finit par se perdre dans le scénario qui peu-à-peu prend une tournure fantastique. Une surprise attend le lecteur courageux au final mais ce n’est pas la solution de l’énigme du trésor des Templiers qui reste bien gardé ...

    Dernier reproche, le héros du roman pense comme un individu du 21ème siècle. Par exemple ses commentaires sur le "défaut de Paris, c’est qu’il y a trop de monde" et sur les "amoureux de la vitesse" sont anachroniques.

    http://mille-et-une-feuilles.over-blog.com/2017/07/matilde-asensi.html

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.