Helena - Jérémy Fel

Notez
Notes des internautes
(17)
16
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

Kansas, un été plus chaud qu’à l’ordinaire. Une décapotable rouge fonce sur l’Interstate. Du sang coule dans un abattoir désaffecté. Une présence terrifiante sort de l’ombre. Des adolescents veulent changer de vie. Des hurlements s’échappent d’une cave. Des rêves de gloire naissent, d’autres se brisent. La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue. Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des champs, essaie tant bien que mal de maintenir l’équilibre familial. Quant à Tommy, dix-sept ans, il ne parvient à atténuer sa propre souffrance qu’en l’infligeant à d’autres... Tous trois se retrouvent piégés, chacun à sa manière, dans un engrenage infernal d’où ils tenteront par tous les moyens de s’extirper. Quitte à risquer le pire. Et il y a Helena... Jusqu’où une mère peut-elle aller pour protéger ses enfants lorsqu’ils commettent l’irréparable ? Après Les Loups à leur porte, Jeremy Fel aborde cette vertigineuse question dans une grande fresque virtuose aux allures de thriller psychologique.

Vos avis

  • laplumedelulu 5 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    ALERTE COUP DE COEUR. BOMBE LIVRESQUE.
    Du huis clos, du sang, des cadavres, de l’amour, du sexe, du sang, de la violence, du sexe, du sang, de la drogue, de l’amour, de la perversité, de la vengeance,des scènes atroces, du sang, de l’amour. Un style qui choque, qui dérange, qui malmène, qui tord les tripes et le coeur.
    Vous feriez-quoi, vous ? Si l’on touchait à l’un de vos enfants ? Ou bien s’il commettait l’irréparable. Roman à plusieurs voix, sous la chaleur du Kansas, à Emporia, chacun essaie de vivre comme il peut, jusqu’au jour où...
    Trois destins vont se croiser, pour le pire.
    Norma, Tommy, Hayley, ne sortiront pas indemnes de cette histoire, chacun poursuivant ses rêves ou étant poursuivi par ses propres cauchemars. Les non-dits, les secrets refont surface, et on assiste, au délitement de la situation, happé par le style et le talent de l’auteur.

  • Ophé Lit 7 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Chronique d’un roman Kinghitchcockien !

    C’est assommée que je suis sortie de cette lecture dont j’ai lu les 732 pages l’angoisse rivée au ventre. Parce qu’« Helena » c’est d’abord une ambiance. Pas un rythme endiablé, pas un page-turner au sens où le suspens prévaut et les cliffangers se suivent, mais bien une atmosphère. Une atmosphère que je n’avais connue que par King ou Hitchcok. Une atmosphère qui malgré la peur, l’angoisse qu’elle dégage est difficile à quitter quand il faut refermer le livre pour assurer le boulot, les enfants et chéri.
    « Allongé sur le matelas, il fuma une cigarette en repensant au rêve qu’il avait fait la nuit dernière […] Il était prostré contre le mur de la cuisine, pendant que de l’extérieur l’ogre faisait crisser ses griffes sur la fenêtre, ses yeux devenus fous, aux reflets de l’arc-en-ciel. Tout en résistant à ses tentatives de l’inviter à entrer, Tommy avait reconnu la voix de sa mère, laquelle se tenait près de l’évier, ses mains plongées dans l’eau froide. Mais sa voix avait paru si lointaine, comme si elle ne provenait pas de sa bouche. Quand il s’était levé pour la rejoindre, il s’était rendu compte que la porte donnant sur le jardin était grande ouverte, et que le monstre avait déjà fait un pas à l’intérieur. »
    Les lieux choisis par Jérémy Fel pour y placer son intrigue renforcent aussi le climat particulier qui se dégage du roman : le Kansas, une maison perdue au milieu des champs de maïs, la présence quasi constante des corbeaux, des épouvantails… Mais aussi les nombreux passages en italique qui mêlent à la réalité les cauchemars, les pensées des protagonistes.
    J’ai donc, vous l’avez compris, particulièrement accroché à l’écriture de Jérémy Fel et à ce thriller psychologique dans lequel, ambiance, lieux, personnages, contribuent à maintenir une tension narrative jusqu’à la dernière ligne du livre.
    Les personnages que nous suivons : Tommy, Norma, Hayley et… Helena m’ont intriguée, bouleversée. Je les ai aimés, je les ai détestés, j’ai souffert avec eux, mais pour chacun d’entre eux, même dans leur noirceur j’ai ressenti de l’empathie. Je ne vous dirai pas pourquoi, je vous laisse vivre pleinement cette expérience.
    L’auteur a glissé dans son histoire de nombreuses références littéraires mais aussi cinématographiques, la plus évidente étant « le magicien d’Oz » qui est en fil rouge tout au long de l’histoire. Mais je dois dire qu’une d’entre elles m’a fait sourire puisque ce film d’animation, que je regardais petite, dégage le même type d’atmosphère que ce roman : « Brisby et le secret de Nimh ».
    Jérémy m’a également poussé à réfléchir sur des thèmes tels que la construction de l’enfant en tant qu’adulte en devenir. Nos vécus et éventuels traumatismes qui impactent nos vies d’adultes. Il évoque aussi la question des choix : faisons-nous toujours les bons ? Qu’aurions-nous changé si nous avions pu revenir en arrière ?
    Enfin outre ces aspects, « Helena » est le seul roman lu sur lequel, à aucun moment, je n’ai pu anticiper quoi que ce soit. Rien ne se passe comme je l’avais imaginé, l’auteur m’a, à chaque fois, surprise et prise à contre pied, pour m’emmener vers un final complètement inattendu qui en définitive m’a apporté plus de questions que de réponses.
    « Helena » a été, pour ma part, une réelle expérience littéraire, et j’ai une affection particulière pour ce roman qui m’aura surprise de la première ligne, jusqu’au point final.

    Et vous, que diriez vous d’aller à la rencontre de ces personnages dissemblables qui, par leurs choix, mêleront leurs destins ?

  • Sangpages 10 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Un début qui m’a beaucoup plu, qui s’avérait même très prometteur voir excellent.
    Une vision percutante de ce dont une mère peut être capable de faire pour ses enfants. Tu t’interroges face à un truc comme ça, plus encore, si tu es, toi-même, maman...Forcément et ça perturbe !
    La plume est excellente, y a pas de doutes mais…
    Parce qu’il y a un mais…
    Viennent les longueurs et tel un soufflé, c’est, pour moi, méchamment retombé 😕
    Un air de Bates Motel, jusqu’au prénom de la mère mais clairement pas, selon moi, à la hauteur...
    Je ne sais pas...Suis-je passé à côté de quelque chose ?
    Les avis sont plutôt unanimement bons.
    Je me suis noyée dans ces longueurs et ai eu cette désagréable impression que l’auteur se répétait sans cesse.
    Je n’ai peut-être pas capté l’essence du truc alors que je le recevais 5/5 ?
    Un pavé de 733 pages qui aurait pu être bon mais qui n’a pas marché pour moi. 😕
    Tu peux peut-être m’expliquer ?

  • nathalie gonnachon 11 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    j’ai reçu ce jolie livre dans le cadre de la rencontre avec l’auteur malheureusement pour des raisons indépendants de ma volonté, je n’ai pas pu m’y rendre, mais j’ai avec plaisir déguster ce livre.

    Hayley part chez sa tante, elle tombe en panne, et fait connaissance avec Norma, et sa petite famille.

    Une scène basique va nous entrainer, dans une cavalcade. meurtrière ou tout les protagonistes vont être plus ou moins mêlées.

    Le sujet de ce livre est pourquoi devenons aussi violent ? Est ce que la violence viens de quelque part, et c’est ce que j’ai aimer, comment l’auteur nous fait découvrir le pourquoi du comment de chaque personnage, d’Où vient il ? avec un chapitre avec chaque personnage, on passe d’un état a l’autre, et on en parvient a avoir de la compassion pour le méchant de l’autre, mais qui est il ? Tout le monde auras une réponse a cette question.

    Le début as était long, les 120 premières pages étaient interminables, mais des l’action as commencer, j’ai pas eu envie de le lâcher, pour savoir ou l’auteur allait nous emmener, et moi il m’as totalement embarquée, la fin m’as paru un peu plate, mais la trame du roman est incroyable, on passe du dégout a la pitié, pour les personnage, j’ai vibrer, parfois eu peur, des montées d’angoisses, mais je trouve que c’est un très bon livre.

  • Chris93 12 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Je remercie BePolar et les Editions Payot et Rivages pour m’avoir permis de découvrir ce roman et son auteur.

    Helena. Par où commencer ? Dire qu’il s’agit d’un polar serait réducteur. Dire qu’il s’agit d’un thriller psychologique aussi.

    En fait, pour moi il s’agit d’un roman inclassable : une étude de mœurs, des violences qui se répercutent et se font écho, des ombres cauchemardesques qui se jouent du mental.

    Car ce sont des destins qui s’entrecroisent, qui n’auraient jamais dû se rencontrer et pour une seconde, leur vie va changer à tout jamais : une jeune fille, Hayley, partie pour un stage de golf ; une femme, Norma, attachée à faire réussir sa petite fille Cindy ; son jeune garçon Tommy torturé par ses démons ; son autre fils, un jeune homme, Graham, qui voudrait seulement vivre sa vie. Une voiture qui tombe en panne, un simple accident de la vie, vraiment ?

    Mais ce n’est pas tout à fait cela non plus. Car en fait, chaque protagoniste porte en lui les stigmates d’un passif compliqué, difficile, qui influence son comportement actuel. Sans ce passif, rien ne serait dans doute arrivé.
    Et puis, le fait d’être dans le Kansas, dans une petite ville où toute activité est scrutée, où la poussière règne en maître, où rien ne bouge, les champs à perte de vue, a son importance aussi.

    Le début est très lent. La mise en place des personnages, les détails. On se croirait dans un film sur la vie au Kansas, les riches, les pauvres, la jeunesse dorée et l’autre. Il y a un récit dans l’actualité des personnages, où l’action est haletante, mais également des pauses narratives grâce à l’exposé de leur passé. On attend quasiment 200 pages avant d’être vraiment lancé dans l’histoire, et qu’on ait hâte d’en finir.

    Roman très violent - sans avertissement préalable dès le premier chapitre - dans les gestes et dans les pensées, roman choral puisque chaque chapitre relate ce qui arrive à un des protagonistes. Roman horrifiant quand on en arrive à regarder derrière soi ou à scruter l’ombre quand le plancher craque. Roman émouvant aussi, parce qu’on éprouve de la compassion pour les exactions subies, mais du dégoût pour les mêmes qui deviennent à leur tour bourreaux.

    C’est un livre tout à fait déroutant, je ne m’attendais pas du tout à cela. La facture est différente des livres du genre : il n’y a pas de coupable à rechercher, pas d’implication de la police. Le lecteur est juste spectateur (j’emploie ce mot à bon escient, tant les détails sont nombreux et permettent de visualiser les scènes racontées), sans pouvoir intervenir... fi de la justice, fi de la morale, juste les faits.

    Un roman finalement très dérangeant, et c’est sans doute la réussite de l’auteur que d’avoir su combiner l’histoire de vies qui s’entrechoquent avec une réflexion sur le rôle des parents, des mères surtout.

    Mais même après quelques jours de « digestion », je n’arrive toujours pas à décider si je l’aime ou non.

  • Laure Manda Marie 20 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Déroutant, dérangeant, thriller qui vous accapare l’esprit et vous fait trembler d’effroi, votre peau est parcourue de frissons d’angoisse tout le long de sa lecture.
    C’est un roman très riche, difficile d’en faire un résumé précis concis sans en dévoiler la substance particulièrement dense. Il y a t’il une intrigue ? je dirais non et sur ce point j’ai été un peu déçue, dans le cadre d’un thriller évidemment.

    L’histoire commence par Hayley, jeune fille aisée qui évolue dans un monde de fêtes, d’amis, d’alcool et de drogues. Découvrant que son petit ami la trompe, elle part seule à un tournoi de golf dans le Kansas.
    Sur une route déserte, sa voiture tombe en panne et c’est Norma mère de famille adorable qui viendra à son secours. Elle fera la connaissance de ses deux fils : Graham et Tommy et de leur sœur qui se prépare pour un concours de beauté.

    Nous allons suivre l’évolution de tous ces personnages face à l’irréparable, avec des retours dans le passé pour comprendre pourquoi chacun est devenu ainsi. Le récit se fait sur plusieurs voix. Tout est très profondément analysé et décrit, un sans faute sur ce point.

    Un roman que je nommerais d’alternatif. Il exploite les structures du thriller en entretenant la peur, le cheminement psychologique des personnages, mais le suspense ne repose pas sur une intrigue classique, difficile à expliquer. Je peux dire simplement qu’il n’y aucun suspense, sauf au début avec Hayley, la suite est un décorticage des réactions en chaîne et des pensées de chacun.

    Les frissons sont cependant garantis avec ce thriller, Tommy nous transmet toutes ses peurs et elles sont très nombreuses, à la frontière du réel et de l’imaginaire. Nous apprendrons au fur et à mesure leurs raisons et surtout leurs causes, horribles, impensables, inimaginables.

    Ce roman est complexe et intéressant, c’est à l’écriture de la chronique que je le réalise vraiment, il soulève beaucoup de questionnements dans nos rôles de parents, mais cette projection dans un thriller de cette gamme ne m’a pas paru pertinent.

    N’hésitez cependant pas à la lire, cela reste un très bon thriller qui donne froid dans le dos et qui vous triture les méninges, une autre vision de la psychologie humaine et de sa descente aux enfers, ce que la peur la rancœur et la vengeance (et j’oserais dire l’appel des apparences) vous poussent à faire est hors de notre imagination, mais Jeremy Fel l’a imaginé.

    avis plus développé sur mon blog : https://happymandapassions.blogspot.com/2018/09/helena-jeremy-fel-avis-chronique.html

  • La bibliothèque de Céline 20 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Un voyage atypique au cœur du Kansas.

    La vie dans les zones rurales du sud des Etats-Unis n’est pas toujours de tout repos. La chaleur, les champs à perte de vue…et ce qui pourrait bien s’y cacher, les petites villes et leurs commérages. Bienvenue à Emporia. Les gens sont isolés. On s’y ennuie alors on y boit, on y fume, on passe le temps et parfois on finit par commettre des actes pas très catholiques. La plupart des habitants de cette bourgade ne rêve que d’une chose : la quitter. Sinon tous, les protagonistes du moins. Norma, la mère de famille courage dotée d’un instinct de survie remarquable puis ses fils Tommy et Graham. Si les deux premiers personnages n’ont que de vagues mais fortes envies d’ailleurs, Graham, lui, a un objectif bien précis : s’installer à New York avec sa petite amie et suivre des cours dans une prestigieuse école de photographie dans laquelle il vient d’être accepté.
    L’ambiance tendue, parfois très tendue qui se dégage de ce roman est littéralement étouffante. Délicieusement étouffante. Car si j’ai trouvé quelques longueurs à la fin du premier quart du livre, j’ai très vite pris plaisir à suivre les personnages. Les événements ne sont pas toujours enchainé, néanmoins, l’atmosphère a su me saisir au point de me contenter. Je me suis retrouvée en clin d’œil au milieu des champs de maïs. Les pages se succèdent et je poursuis mon voyage en Amérique.
    Chacun veut garder ses secrets. Mais ce n’est pas facile dans une petite ville…
    Au cœur de l’histoire : les non-dits qui vont au fil des pages se révéler et prendre des proportions inattendues. Norma tente de faire face depuis des années à ce qu’est sa vie. Une vie qui ne ressemble en rien à ce à quoi elle aspirait en acceptant de fouler le sol du Kansas. Toutefois, en fermant les yeux sur certaines choses et en occultant les sujets les plus épineux, les jours passent et se ressemblent. Afin de mettre un peu de joie dans sa morne existence, Norma reporte ses actes manqués sur Cindy, sa petite fille au visage d’ange de huit ans. Le centre de ses attentions. Sans doute est-ce pour cette raison, pour sa façon d’agir avec sa fille, que j’ai été incapable de ressentir la poindre empathie pour son personnage. Elle l’aime c’est certain. Mais, à sa façon.
    Ainsi Norma et sa famille vivent presque en marge de la société. En huis clos. Jusqu’à l’arrivée de Hayley….Certaines rencontres ne devraient jamais se produire. Elles donnent lieu à un enchaînement d’actes aux conséquences dramatiques et irréversibles.
    Un thriller qui est aussi un roman de société sur la vie dans certaines bourgades rurales reculées du sud des Etats-Unis où l’ennui règne en maître absolu. Une histoire qui traite de multiples sujets. Lourds, très lourds. Pédophilie. Inceste. Et amour filial. Cet amour inégalable dont le manque ou, à l’inverse, le surplus peut commettre des ravages. Et bien sûr, une théorie qui se vérifie : une mère n’a pas de limite lorsqu’il s’agit de protéger ses enfants.
    Le tout avec une noirceur implacable mais sans détails gores. Ce que j’apprécie grandement. L’auteur s’en tient à la dimension psychologique qu’il narre d’une plume de maître.
    Petit bémol : j’ai l’impression d’être passée à côté du personnage d’Helena. Et vous ???
    Un très bon moment de lecture alors que les pavés de 700 pages ne sont pas forcément dans mes goûts.

  • Valérie 21 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Bonjour, je vais vous parler d’Héléna...pas la personne, non, le roman de Jérémy Fel !!!
    Après un premier chapitre très bizarre...le deuxième m’aurait presque fait fermer le livre...
    Heureusement que je suis tenace !!!
    On passe du rire aux larmes, du badin au terrifiant en tournant une page.
    Ce roman est inclassable ; il regroupe plusieurs genres dans ses 732 pages.
    Plus on avance dans l’histoire et plus on plonge dans l’horreur, l’impensable.
    Amateurs de frissons à lire ABSOLUMENT !!!

  • Root 23 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Hayley était prête pour un dernier entraînement intensif avant le grand jour. Dans quelques semaines se déroulerait le World Junior Girl Championship de Dallais, tournoi de golf amateur au cours duquel seraient repérés les futurs professionnels. Sur le départ pour rencontrer son coach, sa vie d’adolescente s’effondre : elle a surpris son petit ami avec une jeune fille moins… farouche. Rester sur place pour régler ça et renoncer au tournoi ? Non, elle partira quand même. Cet enfoiré attendra et la donzelle ne perd rien pour attendre. Pour s’assurer de ne pas craquer, elle dépose son portable chez sa meilleure amie et, le cœur lourd, elle prend la route. Si son père n’accorde pas tellement d’importance à la carrière qu’elle miroite, sa mère, elle, y croyait et lui a très tôt donné les moyens de réussir. Pour elle, elle se doit d’aller jusqu’au bout.

    Hayley est toute à ses ruminements quand le capot de la voiture se met à fumer… et à fumer tant et plus. Première sortie, elle quitte l’autoroute, quelqu’un va devoir la dépanner. La chance semble revenir lorsque Norma, sympathique mère de famille, propose de tracter sa voiture jusqu’à chez elle et d’aviser. Mais on se doute bien que ça va partir en vrille, parce qu’un peu plus tôt dans le roman, on a croisé Tommy. Il était en train d’éviscérer un chien dans un ancien abattoir (j’ai lu ce passage en diagonale : dépecer un homme si vous voulez, mais ne vous avisez pas de marcher sur la queue du chat, ça me rend malade), et il n’en était pas à son coup d’essai. À première vue, rien ne relie les personnages, alors qu’en est-il ? L’auteur laisse au lecteur le temps de se poser des questions et balance le truc tout à trac. L’effet recherché n’en est que plus réussi. On suit les unes, puis l’autre, et l’une, et l’autre, et psychologiquement, c’est assez éprouvant. Chaque chose qui se produit semble en entraîner une autre, et le battement d’aile du papillon va déclencher un tsunami. Les personnages, à leur place dans leur rôle, progressent en demi-teinte et sèment un trouble certain. Qui sont les vrais méchants ? Y en a-t-il, d’ailleurs ?

    Les 730 pages passent vite, si ce n’est les passages entre rêve/cauchemar/réalité avec lesquels j’ai eu un peu de mal. C’est un procédé qui a tendance à me couper dans mon élan. Cela dit, Helena est un bon roman, qui n’hésite pas à venir gratter les plaies qu’on croyait cicatrisées : méfiez-vous des infections.

  • NadFab54 23 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    très bon récit d’une Amérique profonde.La description des protagonistes est bien établie,et,l’ambiance des lieux,décrite à la perfection.Ce qui fait que nous n’avons aucun mal à nous situer dans l’histoire.Cela nous emmène au plus loin de l’idéologie de cette mère,prête à tout pour défendre sa famille.Nous suivons bien le cheminement de l’auteur,qui,nous oblige à nous demander quelle sera l’issue de ce drame.
    J’ai adoré lire ce livre,l’auteur m’était inconnu,mais,il promet beaucoup.

  • Les Lectures de Maud 24 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Le destin de deux familles, en apparence sans lien, va être bouleversé suite à une rencontre fortuite. Rien ne les prédestinait à ce que leurs chemins se croisent et pourtant leurs vies va basculer dans l’horreur.
    Norma, une mère de famille qui est prête à toi pour protéger ses enfants m’a de suite été antipathique. Cette volonté ou déni qu’elle a de masquer la vérité et ne pas la regarder en face m’a été insupportable.
    Hayley, jeune fille des quartiers riches qui va vivre un drame qui la marquera à jamais, et sera à l’origine de toute la descente aux enfers qui va suivre.
    L’auteur a encore réussi une splendeur avec ce livre, réunir des personnages qui n’ont rien en commun mais que le destin décide de se faire rencontrer. Les actes de chacun auront forcément des conséquences sur les autres ; c’est le début d’un cercle infernal et sans fin. L’enchaînement événements imbriqués les uns dans les autres, nous montre la noirceur de chacun d’eux. Leur volonté de se venger va prendre le pas sur leur quotidien jusqu’à en faire partie intégrante. Une plume toujours aussi noire et pourtant si addictive ; le lecteur ne ressort pas indemne de cette lecture. L’alternance des rêves (ou cauchemars) et la réalité, chaque chapitre dédié à un personnage ; donne du rythme et du suspense à cette lecture.
    Ayant lu Les Loups à leurs portes récemment, je dirai que j’aurais une préférence pour le premier livre (la vie des personnages) ; mais les deux sont de véritables cocktails d’émotions et de noirceur.

  • QuoiLire 24 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Suite à la lecture d’Helena de Jérémy Fel, mon ressenti est quelque peu mitigé.

    D’un côté je suis face à un livre qui dépeint de manière forte une société américaine comme le faisait à une certaine époque la série télévisée Desperate Hoursewives. D’un côté, une femme célibataire qui élève ses trois enfants conçus des pères différents ; de l’autre une jeune fille douée pour le golf qui doit aller s’entraîner chez une tante. Et bien sûr les destins de ces deux familles vont se croiser, de manière horrifique.

    D’un autre côté, tout est caricatural dans cette histoire. Les personnages sont de pour clichés américains : la mère est obnubilée par la participation de sa famille au concours de mini-Miss, les pensées de la jeune fille sont plus adressées à son petit copain qui vient de la tromper qu’en sa préparation. Le meurtrier adore se badigeonner du sang de ses victimes ou de farfouiller dans les entrailles de celles-ci. Le flic est aveugle devant des preuves flagrantes d’un gros dysfonctionnement dans une maison.

    Cependant, la grosse force de ce livre est la psychologie des personnages. C’est d’ailleurs l’élément majeur du roman qui lui confère son caractère de roman psychologique. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il s’agirait d’un thriller psychologique car malheureusement la tension n’est tenue que sur quelques pages au sein de ce gros pavé.

    Ce qui est bien dommage car l’écriture de Jérémy Fel est un exemple de fluidité, de rythme. Le lecteur rentre immédiatement dans l’histoire, mais risque de décrocher s’il est coutumier des pages-turners ou thrillers avec plus de peps.

    Bref, un roman en demi-teinte qui ravira sans aucun doute les amateurs du genre.
    https://quoilire.wordpress.com/2018/09/24/jeremy-fel-helena/”

  • Le Monde de Marie 27 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Avec ce livre, dès le départ, on plonge dans une ambiance lourde. On sent déjà que de nombreuses choses vont se passer mais on ne peut imaginer jusqu’où l’auteur va nous emmener.

    Une intrigue qui tourne principalement sur le fait d’être une mère. De voir ce qu’une maman est capable de faire pour protéger son enfant. Qui t’a commettre le pire pour protéger les siens. Elle sera toujours là pour veiller sur sa progéniture et lui trouver des circonstances atténuantes. C’est Norma qui incarne ici la maman. Un personnage assez fort que l’on va tantôt aimer et tantôt détester. Pourtant, même dans les moments où on ne peut clairement approuver ses actes, en temps que maman, une partie de moi été tout à fait à même de la comprendre.

    Le manque de la mère aussi avec Hayley parce qu’elle a perdu la sienne et qu’elle veut encore réaliser des objectifs dont elle sait qu’ils l’auraient rendue fière de sa fille. Hayley est une jeune fille avec des rêves qui va voir sa vie basculer du jour au lendemain suite à un mauvais concours de circonstances. Sa force fera cependant que de victime, elle deviendra elle aussi bourreau. Un drame qui va la changer et l’enfermer dans un cercle de vengeance auto destructeur. Jamais plus elle ne pourra être celle qu’elle était avant.

    Tommy, le jeune homme aux idées malsaines qui met les gens qui l’entourent mal à l’aise. Il est habité par une sorte de folie qui lui donne des hallucinations et le pousse à commettre des actes terribles. Beaucoup de suspense sur ce qui a fait de ce garçon ce qu’il est. Au fil des pages, on ne pourra être que choqué par ce qu’il a subit étant enfant. Un passé qu’il a lui-même refoulé au fond de sa mémoire. L’auteur nous montre alors toutes les conséquences que peuvent avoir les maltraitances vécues durant la plus tendre enfance.

    Un récit sur l’amour maternel, un amour fort et inconditionnel. Un récit sur la folie suite à l’abus du pouvoir parental. Un récit sur la vengeance. Cette dernière pouvant revêtir plusieurs formes. Mais surtout sur des personnes comme vous et moi, des hommes et des femmes qui ont des rêves, des objectifs et qui vont voir leur vie basculer en enfer. Un enfer dont certains auront la chance de s’en sortir mais la porte de sortie ne sera pas la même pour tous.

    Un sacré pavé de plus de 700 pages pendant la lecture duquel on ne voit pas le temps passer. Un texte qui, sur certains passages, se fait plus contemporain alors que, sur d’autres, on plonge dans l’horreur, dans une véritable tension. On est happé par une intrigue très prenante et captivante. L’auteur ne dévoile pas toutes ses cartes d’un coup. Au point de devoir attendre les dernières pages pour enfin savoir qui est « Helena ». Un personnage qui est présent tout au long du récit. Une révélation qui m’a surprise et, en même temps, laissée quel que peu sur ma faim car je m’attendais à autre chose.

    J’ai beaucoup aimé qu’il y soit, à de très nombreuses reprises, fait référence à l’histoire du précédent ouvrage de l’auteur : « Les loups à leur porte ». Deux histoires qui ont en commun le lieu principal où se déroule de l’intrigue parce qu’elle hante toujours l’endroit. On voit même un des personnages faire une apparition pour nous rappeler toute l’horreur de ce premier livre. « Helena » pourrait être, en quelque sorte, considéré comme une suite de « Les loups à leur porte ». Je pense d’ailleurs qu’il ne peut être que bénéfique pour le lecteur de lire ces deux ouvrages dans l’ordre. Au risque, j’en suis certaine, de ne pas tout bien appréhender.

  • Michèle 27 septembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Une amie m’a offert ce livre,je ne sais si je l’aurai acheté, je n’étais pas très motivé pour le lire et surtout avec ses 700 pages et plus :-)mais au fil des pages ,je l’ai beaucoup apprécié, c’est un roman sanglant,imposant, gênant aux scènes torrides et violentes, c’est un casse tête infernal entre les victimes et les bourreaux, un super thriller que j’ai dévoré en quelques jours... " j’ai essayé de deviner la tournure de l’intrigue mais pas du tout évident" ;-)... c’est le top !!

  • La belette du sud 3 novembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Il ne m’a pas fallu dix pages pour être totalement emportée par le récit et l’écriture de Jérémy Fel. Bon, d’accord, ça dépote un peu au début mais, rassurez-vous, ça se calme. Enfin, en apparence, parce que le premier talent de Jérémy Fel, c’est de prendre son temps pour planter le décor, créer l’attente, faire monter l’angoisse. Vous savez donc qu’il va arriver quelque chose « parce que c’est beaucoup trop calme » mais vous ne pouvez deviner ni quoi, ni quand, ni comment.

    Oui, il y a bien quelques scènes insoutenables (question de sensibilité comme dirait l’autre) mais ce n’est jamais gratuit. Pire ! On se surprendrait presque à trouver des excuses aux méchants ! C’est le second talent de Jérémy Fel : approfondir la psychologie de chaque personnage pour que le lecteur entre en empathie et comprenne les motivations des plus vils d’entre eux.

    Et enfin, il y a Helena, ou comment obséder le lecteur en amenant le personnage du titre seulement dans les derniers chapitres.

    Résultat : quand, une fois le livre refermé, les filles de la belette, inquiètes de voir leur mère en transe depuis plusieurs jours, obstinément plongée dans « Helena » avec des « ah c’est bien, ah c’est bien » posent la question rituelle « Alors, c’est bien ? », la belette reste sans voix, perdue dans ses pensées et parvient enfin à articuler : attendez, il faut que je vérifie quelques trucs, que je réfléchisse, c’est pas terminé ».

    Et oui ! Voici le troisième talent de Jérémy Fel : le mélange des genres. Vous croyiez avoir entre les mains un thriller psychologique et vous découvrez la véritable dimension de l’ouvrage. Alors, forcément, ça déstabilise.

    Il y a chez Jérémy Fel une « french touch » hautement addictive et intelligente. Bien qu’il plante son univers dans une Amérique paumée où flotte le fantôme de Stephen King, il prend bien soin de travailler la vie intérieure de ses personnages. L’ensemble est porté par une belle écriture, très visuelle, qu’il modifie au gré des personnages qu’elle incarne.

    Après réflexion, voici ma conclusion : quand un auteur a pris son temps pour vous livrer 700 pages intenses et qu’en plus, une fois le livre refermé, vous avez encore de quoi vous occuper, qu’il vous faut mentalement relire le livre avec un regard neuf pour dégager les véritables intentions et les obsessions de l’auteur, moi, ça, j’adore !

    Helena confirme tout le bien que je pensais déjà de Jérémy Fel après la lecture de « Les loups à leur porte ». du talent, de l’originalité et de l’intelligence à la française. Vivement le prochain !

  • unevietoutesimple 16 novembre 2018
    Helena - Jérémy Fel

    Cette fois-ci, je suis d’accord avec l’engouement sollicité pour ce roman.

    Le premier chapitre, très violent, remue les tripes. Il pourrait immédiatement rebuter les plus sensibles. Puis la suite se veut beaucoup plus modérée, le temps tout simplement de mettre en place les différents éléments, les personnages. Il ne se passe, effectivement, pas grand chose durant les cent premières pages. Et puis survient le drame et là, tout bascule ! A partir de ce moment, vous ne pouvez plus lâcher le livre. Je n’en dirai pas plus afin de vous laisser découvrir les événements si vous choisissez de le lire.

    Helena est un roman choral dans lequel les chapitres alternent le point de vue des différents personnages et où tout dérive à cause de mauvaises décisions.

    Les principaux protagonistes sont tous très recherchés, aucun n’est tout blanc ou tout noir, innocent ou coupable. Chacun doit composer avec son passé (que l’on découvre au fil des pages grâce à des flashbacks très bien construits) qui a, inévitablement, des répercussions sur son présent, son attitude, ses actes. Découvrir ces événements n’excuse pas mais explique, ou tout au moins donne un semblant d’explications, les réactions des personnages.

    Jérémy Fel, nous livre des informations au compte-gouttes et maintenant que j’ai terminé le roman, que j’en connais le dénouement, j’ai envie de le reprendre au début pour justement y retrouver les indices que je n’ai pas décelés parce que ce n’est qu’après coup que l’on réalise que l’on est sans doute passé à côté d’une information importante dans les pages ou chapitres précédents.

    Le sujet de ce roman est la mère qui, si on fait bien attention, est à l’origine de tout ce qui se passe, ce sont toutes les décisions prises par une mère qui aboutissent à ces conséquences. Jusqu’où une mère est-elle prête à aller pour ses enfants ? Ce n’est pas la seule question qui se pose dans cette histoire, car il est également question de l’image de soi et de sa famille, du qu’en dira t-on, du jugement, du regard des autres.

    Les parties les plus déroutantes sont celles consacrées à Tommy avec, dans certains chapitres, un mélange de fantastique, de folie qui semble incompréhensible.

    Quant à la dite Helena, elle ne se dévoile qu’à la tout fin. De prime abord, cette révélation est plutôt décevante mais rapidement, elle amène à la réflexion et ouvre votre esprit.

    Voilà ce que je peux dire de ce roman. C’est une chronique relativement courte mais m’épancher davantage aurait dévoilé trop d’éléments, ce que je ne souhaitais pas faire.
    J’ai vraiment aimé cette histoire, bien plus complexe qu’elle n’apparait de prime abord. Je ne peux que vous conseiller sa lecture. Par contre, âmes sensibles soyez prévenues que certains passages sont particulièrement difficiles…

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.