Sharp Objects - Saison 1

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Camille Preaker, reporter, sort tout juste d’un bref séjour à l’hôpital psychiatrique. Elle retourne dans la ville de son enfance pour tenter de résoudre le meurtre de deux jeunes adolescentes auxquelles elle s’identifie énormément...

Galerie photos

Copyright : HBO

Vos #AvisPolar

  • Sangpages 14 avril 2019
    Sharp Objects - Saison 1

    J’attaque direct en te disant qu’on est dans le truc de ouf, la série chef-d’œuvre ! Non mais vraiment hein ? Vraiment de vraiment ! Tu peux te contenter de ces quelques mots ou lire la suite, mais quoi qu’il en soit, c’est à voir impérativement !
    Je n’ai pas encore lu le livre "Sur ma peau" de Gillian Flynn et ne peux donc pas te dire si cette série est fidèle ou non à l’écrit mais peu importe quand c’est bon.
    Sharp Objects (tu comprendras très vite le pourquoi du titre) c’est surtout des personnages. Des tronches cassées. Des gens de ce fin fond de l’Amérique profonde, tellement bien dépeints.
    Sharp Objects, c’est aussi Wind Gap, un trou perdu qui ne fera en aucun cas office de pub pour le tourisme. Un de ces lieux paumés où tout le monde se connaît, où tout le monde se juge et se regarde du coin de sa fenêtre. Un lieu où les grands propriétaires des industries porcines règnent en maître et seigneur. Ce qui est le cas d’Adora, la mère de Camille.
    Sharp Objects c’est surtout Camille Preaker, une fille du coin qui a fui dès qu’elle a pu sa famille et ce bled. Devenue journaliste, elle n’a d’autre choix que d’affronter ses démons pour couvrir une sombre affaire de doubles disparitions. Marquée dans son corps et dans son esprit, il est difficile de dire ce qui sera le pire pour elle. Revoir sa mère et sa famille ou enquêter sur ces meurtres ?
    Difficile de te parler de cette série tant l’émotion est forte, tant c’est bon, tant c’est bien foutu. La trame est spectaculaire et te tiendra agrippé à ton canapé jusqu’à la dernière seconde. Si, si je te jure et tu vas pas en revenir...
    Sharp Objects, c’est un rythme tout particulier, c’est un esthétisme incroyable, des prises de vue audacieuses et fabuleuses. C’est une histoire qui, par moment, te paraîtra brouillonne alors qu’en fait tout colle, tout s’assemble à la perfection. C’est une tension plus forte encore qu’une centrale électrique. C’est sombre et lumineux en même temps. C’est glauque à souhait. C’est dur et émouvant à la fois et je dois t’avouer que j’ai eu la boule à la gorge à plusieurs reprises.
    C’est, aussi, un jeu d’acteurs ébouriffant.
    Il y a beaucoup de choses que je voudrai pouvoir encore te dire, mais je peux pas, parce que ces choses là, tu dois les découvrir toi. Tu dois te les prendre en pleine pomme comme je me les suis prises moi. Tu dois faire tes petites investigations, tes propres hypothèses, imaginer le final, trouver le tueur pour de toute façon, arriver à la fin et te prendre un coup de pelle derrière la tête et te retrouver sous quelques kilos de terre fraîche. Tu n’y arriveras pas, c’est certain !
    Tu resteras assis sur ton canapé abasourdi en regardant le générique de fin en te demandant si "putain de chier de merde" (Désolée du langage mais, c’est franchement ce qui m’est passé par la tête à ce moment-là. Je te le fais donc en live 😜 ) t’as vraiment tout compris ? T’auras presque envie de repasser les 5 dernières minutes du dernier épisode jute pour être sûr que tu ne t’étais pas endormi, que tu n’avais pas juste rêvé ou cauchemardé…
    Viens ensuite l’effet kiss cool, tu te rendras compte qu’il y avait plein d’indices, que c’était évident mais que tu n’y as vu que du feu !
    A ce moment-là, tu te demanderas si il y aura une deuxième saison et pour ma part, j’ai prié que non parce que je ne voulais pas qu’on me la gâche cette fin de ouf, de taré, cette fin parfaite. Je suis alors allée sur le net et ai fait quelques recherches (les détails sont dans l’article complet sur mon blog "sangpages" et j’ai jubilé...vraiment jubilé et me suis dit qu’il y avait encore des réalisateurs de génie parce que non il n’y en aura pas et c’est juste parfait !
    Vais pas m’étaler plus encore, tu l’as compris, je suis sous le charme, je suis totalement subjuguée et je t’en prie, cherche là, trouve là et regarde, tu ne le regretteras pas !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.