Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Ma ZAD - Jean-Bernard Pouy

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Camille Destroit, quadra, célibataire, responsable des achats du rayon frais à l’hyper de Cassel, est interpellé lors de l’évacuation du site de Zavenghem, occupé par des activistes. A sa sortie de GAV, le hangar où il stockait des objets de récup’ destinés à ses potes zadistes (ZAD = Zone à défendre), n’est plus qu’un tas de ruines fumantes. Son employeur le licencie, sa copine le quitte et il se fait tabasser par des crânes rasés. Difficile d’avoir pire karma et de ne pas se radicaliser.Heureusement, la jeune Claire est là qui, avec quelques compagnons de lutte, égaye le quotidien de Camille et lui redonne petit à petit l’envie de se révolter et de tuer tous les affreux : en l’occurrence la famille Valter, les potentats locaux et ennemis désignés des zadistes, sur qui Camille va enquêter pour trouver de quoi les neutraliser.

Collection Série Noire, Romans noirs, Gallimard.

"Long soliloque à peine interrompu par les personnages secondaires, ce roman est l’œuvre d’un Pouy au meilleur de sa forme littéraire : clins d’œil à ses maîtres, références picturales nombreuses, calembours, turlupinades et facéties..."

Vos #AvisPolar

  • QuoiLire 4 février 2019
    Ma ZAD - Jean-Bernard Pouy

    Dans Ma ZAD, Jean-Bernard Pouy est fidèle à lui-même. Il nous propose une nouvelle fois un roman noir aux relents anarchistes. Bien qu’écrit en pleine période des manifestations contre l’Aéroport des Landes, il n’en est pas question ici malgré de fortes similitudes, une petite allusion y sera tout de même faite.

    Ici, Camille, quadra du genre adolescent attardé, défend la maison héritée de ses parents. On sent que derrière ce combat se cache une volonté d’exister, une volonté de montrer qu’il existe, d’avoir un point d’accroche, d’avoir son monde. Mais c’est surtout au travers de la séparation, des rencontres provoquées par cette aventure et des voyages qu’il va se révéler à la vie.

    Symbole de cette évolution, Jean-Bernard Pouy adopte deux styles littéraires bien opposés : un soutenu mais limpide, et un autre plus brut avec des mots fleuris. Si l’on bute parfois sur certaines expressions, ce n’est que pour mieux en profiter de l’aspect humoristique.

    Dans ce roman, j’ai retrouvé de fortes similitudes avec la série du Poulpe, non seulement dans le sujet de la défense des droits des hommes, de leur droit d’exister face aux multinationales et aux politiques véreux, de vivre avec leurs maigres moyens mais qu’il transforme en richesse intérieur ; mais également dans le rythme et la verve de la plume de l’auteur. Serait-ce un hommage de l’auteur à ce héro céphalopode qui a coulé avec la maison d’édition Baleine ?
    https://quoilire.wordpress.com/2019/02/04/jean-bernard-pouy-ma-zad/

  • Polars urbains 5 février 2019
    Ma ZAD - Jean-Bernard Pouy

    Fais pas ta rosière !

    Dans Ma ZAD, il y a les bons zadistes contre les méchants bétonneurs tueurs de salamandres et de crapauds, les gentils producteurs bios contre l’impitoyable grande distribution, les valeureux pêcheurs bretons contre les chalutiers-usines (accessoirement chinois), de gentils gauchos écolos des anars et quelques Black Blocs… Bref un sympathique fourre-tout de la contestation citoyenne (?) à la Jean-Bernard Pouy, toujours alerte et prêt à soutenir l’opprimé et dont la seule arme revendiquée serait le tire-bouchon. Quoique Camille (héros, Zorro, zéro) ait d’autres ressources.

    Donc Ma ZAD serait à première vue un livre militant. Sauf que Jean-Bernard Pouy a pas mal de polars derrière lui et que, question imagination et confection d’intrigue, on ne la lui fait pas. Bref cela se complique un peu quand entre en scène une jeune ingénue (qui a lu Chandler devrait se méfier des ingénues) et que ressortent de sombres histoires de famille (catégorie haïssable).

    Impossible d’en dire plus sans trop en dire. C’est enlevé, bourré de références littéraires, musicales et cinématographiques et parsemé de jeux de mots plutôt foireux (j’aime assez « Kenavo aux hormones ») Camille voyage pas mal et ce pourrait être un road movie. C’est aussi un roman sur l’amitié et la trahison, un peu amer et crépusculaire vers la fin. On espère que Pouy n’a pas mis trop de lui-même dans le personnage.}

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.