Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

11 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Sa passion ? L’opéra. Son métier ? Tueuse à gages.
Elle n’a pas de nom. Se tient à distance, de tout et d’abord d’elle-même. Restauratrice le jour, elle se transforme, la nuit, en machine à tuer.
Quand elle n’obéit pas aux ordres de ses commanditaires, elle court le monde, d’opéra en salle de concerts, pour écouter les œuvres de son compositeur fétiche, Richard Strauss.
Son prochain contrat ? Une cheffe d’orchestre à la célébrité naissante…

Elle s’appelle Hope Andriessen. D’origine rwandaise, elle a assisté au massacre d’une grande partie de sa famille. Depuis, la musique est son foyer et sa seule raison de vivre.
Après des années d’efforts acharnés, elle vient enfin d’être nommée à la tête d’un grand orchestre ; juste avant Noël, elle dirigera un opéra de Strauss, La Femme sans ombre.

Deux femmes que tout sépare, sauf leur passion pour la musique.
Et le fait que la première va devoir tuer la seconde…

Vos #AvisPolar

  • ReadLookHear 5 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    Ce roman, me prouve encore une fois que j’aime lire, que j’aime cette passion pour la lecture, j’aime le pouvoir qu’a un livre de me faire voyager, soit dans plein de pays, soit dans des lieux imaginaires, soit dans des univers inconnus pour moi. Et c’est le cas avec La femme sans ombre, ce livre m’a transporter dans l’univers de la musique classique et avec les orchestres philharmoniques, c’est un monde que je ne connaissais pas et j’ai trouvé cela super intéressant, déjà un très bon point pour ce livre.

    Ensuite, c’est un thriller un peu particulier, il n’y a pas d’action à cent mille à l’heure, le rythme est lent, mais cela installe doucement une pression et une tension qui va se libérer qu’aux toutes dernières pages. J’aime assez la construction de ce roman, on suit deux femmes et un chapitre après l’autre, on alterne avec les points de vues de chacune des deux. C’est le genre de livre qui le soir dans le lit t’empêche de te dire, « à la fin de se chapitre, je ferme et je dors ».

    Je vous parlais de deux femmes un peu plus haut, et bien ce sont vraiment les deux personnages centraux de ce roman. Il y a un lien entre-elles, mais celui-ci ne sera jamais dévoilé, ce qui apporte une touche de mystère très appréciable. J’ai beaucoup aimé cette dualité entre la proie et la chasseuse. Ces deux femmes ont chacune un passé qui vient les hanter en permanence, elles sont torturées et cela est magnifiquement retranscrit par la plume de Christine Féret-Fleury.

    En bref, vous l’aurez compris, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture qui comme dit plus haut, m’a transporté dans un univers inconnu et m’a appris pas mal de chose sur entre autre Richard Strauss.

    https://readlookhear.wordpress.com

  • anne-lineC 5 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    "La femme sans ombre" est le titre d’un opéra de Richard Strauss que doit diriger la cheffe d’orchestre Hope Andriessen. Hope a survécu au génocide rwandais et en garde un profond traumatisme. Elle ne voue sa vie qu’à son art. Sa plus grande fan est une jeune femme éduquée pour tuer et son prochain contrat s’avère être Hope...
    Voilà le grain de sable qui va briser les rouages de leur vie bien ordonnée.
    Le page-turner est efficace malgré quelques longueurs.
    L’auteure nous narre la tueuse à gages qu’en lui parlant à la 2ème personne du singulier, ce qui personnellement, m’a un peu gêné. D’autant plus que ce ton n’est pas employé pour Hope. Jusqu’au bout du roman, je me suis demandé si c’était un personnage-clé de l’histoire qui s’adressait à elle mais il s’avère que non. Peut-être était-ce pour que le lecteur se sente plus proche de ce personnage dont le vrai nom n’est jamais dévoilé.
    Les amateurs de musique classique et d’opéra se sentiront à l’aise face aux différentes références citées mais ceux qui n’y connaissent rien s’avoueront ce thriller assez bon et efficace.

  • L’atelier de Litote 6 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    Deux femmes, deux histoires, deux vies très différentes qu’une seule chose relie : l’amour de la musique et plus particulièrement celle de Richard Strauss. L’une est restauratrice le jour et tueuse sous contrat la nuit, l’autre, métisse est une rescapée du Rwanda en passe de devenir une chef d’orchestre célèbre. Sauf qu’un jour la première est commanditée pour liquider la seconde. L’auteur prend le temps de nous faire découvrir ses personnages, leur psychologie, les traumas liés à l’enfance et toutes les petites choses de leur quotidien. Lorsque l’on est avec la tueuse, la narration emploi de la seconde personne du singulier cette technique est plutôt rare et la répétition du « tu » peut devenir lassante. Cela donne une impression d’intimité avec le personnage. L’écriture est fluide et même dans les moments terribles, il y a une sorte de détachement qui permet de mieux les supporter.
    « Tu restes là des heures, à savourer la musique, les yeux fermés, laissant ton corps – ce corps mince mais puissant, aux muscles quotidiennement exercés – se détendre. T u ne t’endors jamais, bien sûr. »
    Une belle intrigue qui nous donne envie d’avancer dans la lecture pour connaître ce qui se cache derrière ces deux femmes. J’ai apprécié les nombreuses références musicales qui ont été pour moi une belle découverte, je ne deviendrai pas passionnée de Strauss mais je l’écoute d’une oreille différente maintenant. En découvrant le personnage de Hope, je n’ai pu m’empêcher de penser à Corneille (le chanteur) et au drame du génocide rwandais car ils ont en commun se destin de rescapé mais aussi de s’en être « sortie » grâce à la musique. L’auteur sait parfaitement nous faire comprendre l’intérêt d’une grande passion pour arriver à dépasser ses limites c’est vrai pour ces deux personnages féminins qui trouve dans cette passion de quoi soulager leur peine. Bonne lecture.

  • Hanae part en livre 7 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    Quel titre révélateur pour le destin de deux femmes dont presque tout oppose. Je dis presque car malgré leurs différences, une seule passion les unit. Une le sait, l’autre va le découvrir.
    Il y a Elle, on ne connait pas son nom, nul besoin de le savoir. Elle vit dans l’ombre, se cache, se camoufle. En changement constant et incessant, elle s’immisce avec discrétion et détermination dans la vie d’autrui. Elle commet peut d’erreur, elle a des gestes affûtés, elle est précise. C’est une véritable machine à tuer. Finalement, on ne sait que peu de choses sur cette femme. Elle est personne, elle est tout le monde. Elle peut s’appeler Elodie, Alexandra ou Blandine. Peu importe, on ne sait qu’une chose et pas des moindres : dès que la nuit s’installe, elle tombe le masque pour devenir une chasseuse invétérée.

    L’autre, quant à elle, a sa propre identité, elle se nomme Hope Andriessen. Espoir, un mot qui lui colle à la peau. Elle est noire de peau, elle a vécu avec impuissance et violence au massacre de sa famille. Elle traîne depuis la lourdeur du manque et la tristesse de l’abandon. La vie ne lui a fait aucun cadeau. Peut-être un seul qui porte le nom de "détermination". Véritable passionnée, elle travaillera d’arrache-pied pour arriver là ou elle se trouve aujourd’hui : jeune femme noire et cheffe d’orchestre. C’est pour Hope, l’aboutissement d’une vie de douleurs, de doutes, d’échecs et d’espoirs.
    Elle va diriger un opéra qu’elle affectionne tout particulièrement. La femme sans ombre du célèbre compositeur Richard Strauss. Plus connu par les mélomane sous le nom Die Frau Ohne Schatten, un opéra de presque quatre heures se découpant en trois actes, opéra qui mêle le monde des esprits et celui des hommes. L’histoire se situe dans une atmosphère de conte oriental dont l’intrigue abonde de symboles ésotériques.

    Que va-t-il se passer quand le destin de ces deux talentueuses femmes vont se croiser ? Que se passe-t-il quand l’une vit de sa passion, la musique, et l’autre rêve de vivre sa passion ?

    Voilà deux histoires qui se croisent, s’entremêlent, s’entrechoquent ; deux luttes acharnées pour finalement ne mener qu’un seul combat. Voilà une lecture fort agréable. L’histoire est merveilleusement bien ficelée, l’intrigue plutôt très bien maîtrisée.

  • Missbook Missbook 8 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    Je remercie BePolar et les éditions Denoël pour l’envoi de ce thriller.
    Après des études de lettres et quelques années de recherche sur les rapports texte-musique dans l’opéra, Christine Féret-Fleury fait ses gammes d’éditrice chez Gallimard Jeunesse, avant de se consacrer à l’écriture depuis 2001. Auteure d’une centaine de livres pour enfants et adultes, elle est l’auteure du thriller » La femme sans ombre « publié aux éditions Denoël en ce printemps 2019.
    Passionnée de Richard Strauss, elle est restauratrice la nuit et tueuse à gage la nuit. Une couverture qui lui permet de tromper l’ennemi. Ou bien de se tromper elle-même…Elle n’a pas de nom et emploie dans son récit la deuxième personne de singulier, comme si elle te confiait, à toi lecteur, ses secrets.
    p. 16 : » Une réussite enviable, ou plutôt un mensonge très bien élaboré. Tu as vécu avec assez longtemps pour oublier, parfois, durant quelques minutes, qu’il n’a rien avoir avec ta réalité. »
    Elle est rodée, et s’applique à exécuter chaque contrat avec la même méticulosité, la même froideur. Sauf que, une minute d’inattention lui fait prendre le risque d’être confondue.
    p. 33 : » Quand tu bosses, tu n’as pas d’émotions, en principe. Mais la conscience subite que tu es rentrée, une fraction de seconde, dans le champ de la caméra de surveillance. « 
    Pourtant, elle a été à bonne école. Ils ont été des maîtres en la matière. Mais elle est incapable de les nommer, de leur donner une consistance réelle. Elle est le produit de leur acharnement. Et elle sait que la moindre erreur lui sera fatale.
    p. 35 : » Tu le sais, pourtant. Ils te l’ont appris, chacun à sa manière, les deux hommes qui t’ont façonnée, ton grand-père et l’autre. Qui ont changé ton nom, la couleur de tes cheveux, la forme de ton nez, celle de tes pommettes. Qui ont fait de toi une arme de grand prix, affûtée et mortelle. « 
    Son prochain contrat : une cheffe d’orchestre d’origine rwandaise, Hope Andriessen. Cette femme métisse a assisté , enfant, au massacre de sa famille. Une blessure insurmontable qu’elle tente de cautériser à travers la musique, sa raison de vivre.
    p. 57 : » Il n’y avait pas d’autre morale, pensait Hope, que celle-ci : nous avons tous besoin d’une ombre. Cette ombre qui relie notre corps à la terre sur laquelle nous marchons. Impalpable, elle est pourtant bien là, dès que la lumière nous touche. »
    Récemment nommée à la tête de d’un orchestre, elle dirigera un opéra de Strauss, La femme sans ombre.
    p. 69 : » Pour la main gauche de cette femme, tu éprouves quelque chose qui ressemble à de l’amour. C’est pour cela que tu la suis de capitale en capitale depuis presque dix ans. « 
    Deux femmes que tout sépare, sauf leur passion pour la musique…
    Et si les rôles s’inversaient ? Et si ce contrat était l’occasion de piéger tes commanditaires ?
    p. 113 : » Pister ceux qui te suivent. De très près, cette fois. De proie, redevenir prédatrice, un rôle taillé pour toi. « 
    Haletant, ce thriller a été l’occasion de plonger dans le monde de Richard Strauss, dans La Femme de l’ombre. Le fait de ne pas nommer la narratrice, de la tenir à distance, tout en pénétrant un passé terrible, une sorte de survivante à la » My absolute darling » de Gabriel Tallent, crée paradoxalement un attachement. Une découverte intéressante, qui pique ma curiosité de découvrir d’autres ouvrages de Christine Féret-Fleury.

  • livrement-ka 8 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    AVIS

    Un grand merci aux éditions Denoël pour l’envoi de ce livre dans le cadre d’une opération organisée par bepolar.

    Début du livre 

    On ne voit que cela : le sang. Un long serpent dun rouge profond qui ondule sur la partition , paresseusement, coupant une portée juste à l’armure de la clé...

    Nous avons cette femme Elle, qui se passionne pour la musique et notamment l’opéra.

    Mais la nuit elle exerce un tout autre métier beaucoup moins agréable....

    Cette femme, qui n’a pas de nom, et qui ne semble pas exister ou plutôt ne pas être, a été élevée par des hommes en vue d’en faire ce qu’elle est aujourd’hui : leur arme. Elle vit pour tuer et pour remplir des contrats.

    Aucun sentiment ne lui est autorisé. Même le jour où elle commence à connaitre l’amour avec une femme ; cette dernière est froidement abattue. Tout pour pour montrer que tel n’est pas son objectif et qu’elle ne doit pas s’écarter des missions qui lui sont confiées.

    Et un jour malheureusement, sa mission va interférer avec sa passion : comment ? La cible à abattre sera sa cheffe d’orchestre fétiche : Hoppe Andriessen. Fabuleuse, cette dernière voit sa célébrité grandir de jour en jour.

    Toutes deux sont des fidèles fans de Richard Strauss.

    Hoppe, quant à elle a un passé vraiment trouble et plutôt triste puisqu’elle a assisté au massacre de sa famille au Rwanda. Elle se réfugie depuis dans la musique qui semble l’apaiser.

    Mais pour quelles raisons est-elle visée ?

    La tueuse sans ombre arrivera t’elle à dépasser ses sentiments et à agir comme on lui demande ?

    De nombreuses références à la musique classique sont à noter et permettent lorsque le lecteur est un peu connaisseur de se sentir dans son élément. 

    Le personnage de Elle : c’est une jeune femme à qui on n’a pas laissé le droit de vivre sa vie comme elle l’entendait. Depuis toute petite, elle est élevée et éduquée pour devenir une machine à tuer, une tueuse à gage, dont le seul rôle est de remplir des contrats.

    Elle n’a pas le droit d’aimer, elle n’a pas le droit de s’écarter de la vie qu’on lui a tracée.

    Son absence de nom lui confère encore plus ce sentiment de n’être qu’un objet qui sert à assouvir les désirs de ses commanditaires.

    Elle a néanmoins sa passion qui lui permet de supporter l’insupportable.

    Le personnage de Hope : Cette cheffe d’orchestre a tellement bravé d’épreuves et connu des moments de désespoir qu’elle semble aujourd’hui insouciante, voire presque inconsciente.

    En effet, à certains moments alors que son assistante remarque des évements particulièrement étranges, Hope feint de ne rien voir.

    Est-ce vraiment ce qu’elle ressent ou essaie t’elle juste de se persuader que tout va bien ?

    Et si tout cela était le résultat d’une énorme machination internationale ? 

    Le point fort de l’histoire se trouve dans l’ambiance du livre un peu particulier puisque tout est écrit autour de l’oeuvre de La femme sans ombre de Richard Strauss.

    Le style de l’auteur

    Une intrigue bien ficelée, des personnages attachants et surtout avec un passé hors du commun, qui est particulièrement bien développé ; ce qui permet de comprendre leurs personnalités assez troubles et surtout peu banales.

    Le genre

    Un thriller autour du thème de la musique classique.

    La forme de l histoire

    Le roman est divisé en plusieurs chapitres.

    Le texte est aéré et l’écriture est fluide. Ce qui en fait une lecture agréable.

    J’ai cependant trouvé certains moments un peu longs.

    Ce qui n’enlève rien à l’originalité de l’histoire. 

    Conclusion : 

    Pour la musicienne que je suis, je n’ai pas eu de mal à me plonger dans cette ambiance et à apprécier les références musicales présentes tout au long de l’histoire.

  • lireencore93420 12 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    On fait connaissance avec une femme, on connaitras jamais son nom, elle aime la musique classique et tuer, elle passe son temps entre son restaurant, et ses missions de meurtres, jusqu’au jour ou elle devra assassiner quelqu’un qu’elle admire....Iras t-elle jusqu’au bout ?
    J’ai beaucoup aimer, c’est très psychologique, cela parle de musique classique, de meurtre évidemment, mais surtout une femme qui décide de changer le cours du destin, le courage de mettre sa vie en jeu, de changer les règles .
    C’est percutant, c’est addictif, et j’ai aimer chaque personnage, et surtout cette femme de l’ombre. La fin est exceptionnel.
    Merci a BE POLAR et aux éditions DENOEL pour cette belle histoire

  • Kebooks 13 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    Passer de restauratrice à tueuse à gages en cinq minutes ? Telle est la vie de la femme sans nom.

    Deux femmes qui aiment la musique, mais l’une doit tuer l’autre.

    Un thriller rythmé par la musique... mais aussi par la mort.

    Un thriller bien oppressant jusqu’à la fin.
    On alterne les chapitres entre les deux héroïnes principale ce qui permet de donner de la fluidité à l’histoire et d’en apprendre plus des deux côtés.

    J’ai tout de même trouvé quelques défauts :

    Le rythme est très lent et il y a un manque d’action.
    Lorsque ce sont les chapitres avec la femme sans nom, la 2eme personne du singulier est utilisé, je n’ai personnellement pas aimé.

  • Isa Naturaltales 17 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    "La femme sans ombre" aura été une vraie surprise pour moi !
    Déjà la plume est très assurée, j’ai vraiment accroché avec ce style maîtrisé et immersif. De plus, l’alternance des narrations rend la lecture rythmée et palpitante. Les chapitres en "tu" on vraiment attisé ma curiosité et ont permis une vraie différenciation entre ces deux personnages centraux assez ressemblants.
    Tous les passages concernant la musique étaient vraiment agréable pour la musicienne que je suis, et pour une fois, j’ai senti une vraie connaissance du sujet dans ce que je lisais. Il n’y a rien de plus pénible pour un lecteur que de lire des livres sur son métier avec pleins d’approximations et maladresses, ici ce n’était absolument pas le cas. Par ailleurs, peut-être qu’un lecteur non mélomane sera un peu perdu avec tous ces passages.
    *
    L’histoire était vraiment originale, j’ai du coup été très frustrée par la fin qui nous présente une "révélation" pas très surprenante, mais surtout qui nous laisse avec tellement de questions . J’aurais voulu en savoir beaucoup plus sur Hope, sur le "tu" qui promettait de belles explications, sur le passé des personnages... Ma frustration est d’autant plus grande que le livre est vraiment très bon, il aurait pu certainement être un vrai coup de coeur avec 100 pages de plus.

  • Musemania 17 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    Deux femmes que tout oppose : l’une est une tueuse à gages, sans identité et sans regrets ; l’autre est une chef d’orchestre qui monte dans la profession et qui a perdu sa famille lors du génocide du Rwanda de 1994. Pourtant, elles ont un point commun : celui de la musique et surtout de l’opéra. Qu’est-ce qui a pu mener l’une à s’intéresser à l’autre ? Mais surtout à en faire sa prochaine cible ?

    Voilà un thriller qui présente plusieurs originalités, ce qui n’est pas pour me déplaire. Tout d’abord, je précise quand même que je ne suis pas une féministe convaincue, loin de là même, mais se retrouver avec comme personnage principal un tueur à gages de sexe féminin, cela ne se voit pas dans beaucoup de livres. Je pense qu’ils peuvent peut-être même se compter sur les doigts des deux mains (allez, comptons les pieds pour être certaine ;).

    L’auteure, Christine Féret-Fleury a réussi à me transporter dans un milieu que je ne connaissais que peu : celui de l’opéra. La musicalité peut se ressentir dans la lecture de ses mots et m’a fait découvrir ce milieu encore assez intimiste.

    La narration est aussi loin d’être traditionnelle pour deux raisons. D’abord, les chapitres alternent les deux voix des deux personnages féminines principales que sont la tueuse à gages et la chef d’orchestre. Même s’ils ne sont pas identifiés spécifiquement comme concernant l’une ou l’autre des protagonistes, il est facile de s’y retrouver. En effet, la tueuse à gage n’ayant pas été nommément citée, la partie de son récit se déroule à la deuxième personne du singulier. Original, cela permet en quelque sorte de s’y transposer et de « vivre » cette partie avec et en elle.

    Je me suis attachée à ces héroïnes singulières aux milieu et style de vie antagonistes. Pourtant, ce sont deux femmes fortes qui ont dû faire des choix difficiles qui les ont menés à des destins si particuliers, les rapprochant en quelque sorte.

    Christine Féret-Fleury a pris le soin de terminer son thriller par un final soigné et travaillé. Là encore, je ne m’y attendais pas et ne l’ai pas vu venir effaçant ainsi les désagréments dûs aux petites longueurs au centre de l’histoire.

    Je remercie BePolar.fr et les éditions Denoël pour l’envoi de ce très bon livre.

    Chronique sur mon blog : www.musemaniasbooks.be

  • Maks 20 juin 2019
    La Femme sans ombre - Christine Féret-Fleury

    Je ressors mitigé de cette lecture, plusieurs paramètres ont fait que ma lecture a été assez difficile dans l’ensemble.

    Tout d’abord il y a des grands passages du récit où le narrateur utilise la deuxième personne du singulier, et j’ai trouvé cela très déstabilisant, voir agaçant. C’est une manière de lire que je n’ai jamais réussi à apprécier.

    Deuxièmement, pour rester dans les choses qui ne m’ont pas aidées à aimer ce thriller, ce sont les longueurs, j’ai trouvé qu’il y en avait beaucoup, malgré le nombre de pages peu conséquent, j’ai donc fais que reposer mon livre, le reprendre, le laisser, et enfin me dire "il faut que je le termine car je souhaite connaître le fin mot de l’histoire" mais ce ne fût pas sans peine.

    Passons à de meilleurs sentiments. La psychologie des personnages est vraiment bien travaillée et je pense que c’est ce qui m’a poussé à terminer, en plus du fait que j’ai beaucoup apprécié le monde de la musique comme il est décrit ici, la musique classique qui pourtant ne m’est pas familière (j’écoute principalement du rock et du rap), mais ici j’ai bien aimé.

    Je conseille tout de même ce thriller aux amateurs d’histoires originales, si vous n’avez pas d’appréhensions sur la narration à la deuxième personne du singulier, vous aimerez certainement.

    https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2019/06/la-femme-sans-ombre-christine-feret.html

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.