Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Aurore ou la gueule du loup - Aurore Boudet et Marie Vindy

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Une histoire vraie - l’inceste dénoncé par la victime - avec courage et pudeur.
Aurore a une trentaine d’années, pendant plus de vingt ans, elle a gardé un terrible secret. Mais maintenant qu’elle est maman, elle ne peut plus se taire, elle ne peut pas laisser en liberté celui qui a abusé d’elle lorsqu’elle n’avait pas dix ans... l’histoire d’un combat, d’une femme qui s’est confiée à une auteure confirmée afin de livrer un roman-témoignage poignant.

Aurore a une trentaine d’années, pendant plus de vingt ans, elle a gardé un terrible secret. Mais maintenant qu’elle est maman, elle ne peut plus se taire, elle ne peut pas laisser en liberté celui qui a abusé d’elle lorsqu’elle n’avait pas dix ans... l’histoire d’un combat, d’une femme qui s’est confiée à une auteure confirmée afin de livrer un roman-témoignage poignant.​

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 11 avril 2019
    Aurore ou la gueule du loup - Aurore Boudet et Marie Vindy

    Chronique d’une parole libérée
    Aurore a aujourd’hui 28 ans. C’est une jeune femme active, mère de deux enfants. Mais au fond d’elle se terre un terrible secret. Un secret qui a gâché vingt ans de sa vie. Un secret qui l’a empêché de se construire sereinement. Un secret qui a biaisé son rapport aux autres. Mais Aurore ne veut plus se taire. Aurore veut se battre, être reconnue en tant que victime. Se reconstruire. Aurore ne veut pas que celui qui lui a volé son enfance, alors qu’elle était âgée de neuf ans, finisse sa vie sans payer pour ses crimes, sans payer pour lui avoir pris une partie de sa vie. Ce récit, co-écrit avec Marie Vindy, est l’histoire de son combat…
    Cette chronique n’est pas une chronique comme les autres et j’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à la rédiger…
    J’ai exercé pendant un peu plus de trois ans en brigade des mineurs, et malheureusement, j’ai vu passer plein de petites « Aurore ». Des « Aurore » enfants, des « Aurores » adultes… Des victimes. Cette lecture m’a rappelé tant de choses… Elle m’a rappelé le nombre de fois où j’ai pleuré en rentrant chez moi, incapable de prioriser la douleur de ces enfants et de ces adultes. Une centaine de dossiers par enquêteurs et le sentiment de ne pas être à la hauteur. Alors certes ici, il ne s’agit ni de mon histoire, ni de celle des policiers en brigade de protection de la famille ou aux mineurs, mais cette difficulté je l’ai évoqué avec Aurore lors de notre rencontre, et je souhaitais la partager avec vous.
    Le récit est scindé en deux parties. La première est une sorte de préface au récit d’Aurore. Marie Vindy y explique leur rencontre, les raisons qui l’ont amenée à cette collaboration. Elle fait également des apports législatifs, décrit son combat auprès des femmes victimes de violences sous toutes leurs formes, nous donne son regard sur la société et le traitement judiciaire de ces affaires trop nombreuses, et souvent mal gérées. Une partie essentielle qui, de mon point de vue est un peu longue, mais un sentiment qui est en lien avec mon expérience.
    Vient ensuite le récit d’Aurore. Ce qu’elle a subi, l’impact psychologique du vol de son enfance. Pas de description détaillée des faits, juste ce qu’il faut pour prendre toute la mesure de cet acte ignoble. Aurore nous raconte la peur qui, depuis ce jour, ne l’a jamais quittée. Cette peur qui l’habite et qui ne la quittera plus jusqu’au jour où, enfin, la justice la reconnaîtra en tant que victime et que son bourreau sera condamné.
    Elle nous raconte aussi l’amour naissant après son enfance assassinée, l’annihilation de toute confiance envers les autres y compris envers l’homme qui deviendra son pilier, le père de ses enfants : Yannick. Son mari à qui je veux dire ici à quel point il a été admirable aux côtés de sa douce.
    Aurore nous raconte son combat, sans filtre. Nous explique le poids de la culpabilité et du silence qu’il lui a été imposé. La difficulté de libérer une parole bridée pendant tant d’années.
    Un récit puissant, bouleversant à plus d’un titre. Sans filtre mais pas sans une certaine pudeur. Un récit pour faire savoir, un récit pour se libérer et enfin avancer…
    Ma chère Aurore, de notre rencontre je garde au fond du coeur notre discussion mais aussi et surtout ton sourire. Celui d’une jeune femme enfin libérée…

  • Anne-Sophie Books (Les lectures d’Anne-Sophie) 21 mai 2019
    Aurore ou la gueule du loup - Aurore Boudet et Marie Vindy

    Existe-t-il crime plus atroce, plus destructeur que l’inceste ? Personnellement, je ne le pense pas.

    Dans ce récit, écrit à 4 mains, Aurore Boudet trouve la force de nous raconter l’innommable qui a malheureusement été son quotidien de petite fille.

    À la fois roman biographique et témoignage, Aurore ou La Gueule du Loup est un livre nécessaire, puissant et douloureux.

    Puissant parce qu’il est vrai.
    Douloureux parce qu’il présente le pire de l’humanité.
    Et nécessaire, parce qu’il rappelle que, dans un monde déjà dominé par la violence et la haine quotidiennes, des monstres sont tapis, prêts à fondre sur l’innocence pour la démolir et s’en repaître.

    Aurore, avec l’aide de Marie Vindy, nous apporte ici le témoignage de sa vie, de petite fille puis de femme brisée.

    Nul besoin de scène choc pour ça, elle nous l’apporte au contraire avec autant de délicatesse que possible, la douleur transperçant chaque phrase.

    De son enfance d’abord insouciante au début de son enfer tenu fermement secret par la volonté de certains membres de la famille, et de sa vie de femme marquée par l’horreur.

    Jusqu’à l’absolue nécessité de tout dire.

    Pour ne plus trembler, ne plus suffoquer à chaque instant.
    Pour arrêter de survivre et enfin réellement vivre.
    Pour être reconnue comme victime, mais surtout pour que « l’autre » soit enfin reconnu coupable.

    L’autre, le monstre, qui se croit intouchable. Tellement suffisant, qu’il n’hésitera pas à dire qu’il ne regrette rien...

    Dans ce témoignage, Aurore met aussi en lumière la difficulté, voire l’impossibilité, de vivre une vie d’adulte comme tout un chacun après avoir vécu ces atrocités.

    Comment faire confiance, ne pas avoir peur de tout, comment ne pas se sentir sale, abîmée, avoir subi de tels traumatismes ?

    Alors elle nous confie ses peurs, ses cauchemars, ses angoisses, toutes ces brèches créées par le monstre et qui sont autant de fissures par lesquelles sa vie s’enfuit avant même qu’elle puisse la vivre.

    Et son combat de tous les instants pendant le procès, enfin.

    Un livre qu’il faut lire, pour savoir, pour se rappeler, et ne jamais oublier.
    Et aussi par respect envers Aurore et son incroyable courage, et celui de toutes les autres victimes.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.