La Griffe du diable - Lara Dearman

Notez
Notes des internautes
6
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d’enfance avec sa mère, à Guernesey, où elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort. Quand le cadavre d’une jeune femme s’échoue sur une plage, la journaliste mène l’enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s’étendent sur une cinquantaine d’années. Plus troublant encore, toutes les victimes avaient sur le bras une marque semblable à celle gravée sur un rocher de l’île : la " griffe du diable ", dont la légende veut qu’elle ait été laissée par Satan lui-même...

Vos #AvisPolar

  • Sangpages 5 décembre 2018
    La Griffe du diable - Lara Dearman

    Une jeune fille retrouvée morte sur la plage de l’île de Guernesey lors du feu d’artifice. La police suit la piste du suicide ou de l’accident. Cependant, Jenny, journaliste aux "Nouvelles de Guernesey" semble être la seule à ne pas croire à cette théorie.
    Serait-il possible qu’Amanda soit la énième victime d’un redoutable tueur qui a réussi le tour de main d’éliminer impunément plusieurs jeunes filles depuis 50 ans ?
    L’inspecteur chef Michael Gilbert est responsable de l’enquête. Saura-t-il écouter Jenny ? Pourra-t-il remettre en question des affaires prétendument résolues ? Accepter que la police se soit faite bernée depuis si longtemps ?
    Une atmosphère toute particulière sur cette île où les légendes semblent y habiter comme les rats au fond des égouts. Une sorte d’huis-clos en pleine mer. Pas d’action qui part dans tous les sens. Pas de rythme effréné mais plutôt une ambiance lourde, pesante.
    Ces lieus "typiques" choisis sont devenus un schéma récurrent mais ont clairement la particularité de nous emporter dans quelque chose de très subtil et pour sûr que ce lieu-là est un winner !
    La mer, l’eau omniprésente. Un élément qui fait partie intégrante de l’histoire. Un personnage à part entière sommes toute étouffant, angoissant.
    Une eau qui nettoie, purifie ou une eau qui emporte, qui détruit ?
    Une trame passé présent, certes déjà largement utilisée mais qui reste efficace et apporte toujours son lot de pièces de puzzle qui s’imbriquent ou pas. Et nous amène, peut-être à une résolution. C’est clairement bien mené ! Les chapitres du passé sont, d’ailleurs, absolument fabuleux. Dans la tête du tueur, dans sa vie, dans son évolution vers l’horreur. Au fil des ans. Au fil du temps. Au fil de l’eau.
    Une histoire qui se construit au travers des souvenirs, des fantômes de chacun. De la perte d’un être cher. Contée, expliquée, racontée de multiples manières, à diverses échelles. Que ce soit Jenny et son père, noyé en mer quelques années auparavant ou Michael et la douloureuse perte de sa fille. A des niveaux différents, des émotions différentes mais chacune aussi bouleversante l’une que l’autre.
    Des personnages ultra développés, psychologiquement puissants, touchants et sensibles. Une plume et un style très bon qui donne envie de tourner les pages.
    La griffe du diable, c’est un émotionnel puissant qui te happe, t’emporte comme une vague. Te met la tête sans dessus dessous. Tu te retrouves assis sur la rive sans trop savoir comment.
    Le premier tome d’une série que je vais suivre assidument et pas de raison que vous ne fassiez pas pareil ! Vraiment !
    Bonne lecture 🙂

  • Sangpages 5 décembre 2018
    La Griffe du diable - Lara Dearman

    Une jeune fille retrouvée morte sur la plage de l’île de Guernesey lors du feu d’artifice. La police suit la piste du suicide ou de l’accident. Cependant, Jenny, journaliste aux "Nouvelles de Guernesey" semble être la seule à ne pas croire à cette théorie.
    Serait-il possible qu’Amanda soit la énième victime d’un redoutable tueur qui a réussi le tour de main d’éliminer impunément plusieurs jeunes filles depuis 50 ans ?
    L’inspecteur chef Michael Gilbert est responsable de l’enquête. Saura-t-il écouter Jenny ? Pourra-t-il remettre en question des affaires prétendument résolues ? Accepter que la police se soit faite bernée depuis si longtemps ?
    Une atmosphère toute particulière sur cette île où les légendes semblent y habiter comme les rats au fond des égouts. Une sorte d’huis-clos en pleine mer. Pas d’action qui part dans tous les sens. Pas de rythme effréné mais plutôt une ambiance lourde, pesante.
    Ces lieus "typiques" choisis sont devenus un schéma récurrent mais ont clairement la particularité de nous emporter dans quelque chose de très subtil et pour sûr que ce lieu-là est un winner !
    La mer, l’eau omniprésente. Un élément qui fait partie intégrante de l’histoire. Un personnage à part entière sommes toute étouffant, angoissant.
    Une eau qui nettoie, purifie ou une eau qui emporte, qui détruit ?
    Une trame passé présent, certes déjà largement utilisée mais qui reste efficace et apporte toujours son lot de pièces de puzzle qui s’imbriquent ou pas. Et nous amène, peut-être à une résolution. C’est clairement bien mené ! Les chapitres du passé sont, d’ailleurs, absolument fabuleux. Dans la tête du tueur, dans sa vie, dans son évolution vers l’horreur. Au fil des ans. Au fil du temps. Au fil de l’eau.
    Une histoire qui se construit au travers des souvenirs, des fantômes de chacun. De la perte d’un être cher. Contée, expliquée, racontée de multiples manières, à diverses échelles. Que ce soit Jenny et son père, noyé en mer quelques années auparavant ou Michael et la douloureuse perte de sa fille. A des niveaux différents, des émotions différentes mais chacune aussi bouleversante l’une que l’autre.
    Des personnages ultra développés, psychologiquement puissants, touchants et sensibles. Une plume et un style très bon qui donne envie de tourner les pages.
    La griffe du diable, c’est un émotionnel puissant qui te happe, t’emporte comme une vague. Te met la tête sans dessus dessous. Tu te retrouves assis sur la rive sans trop savoir comment.
    Le premier tome d’une série que je vais suivre assidument et pas de raison que vous ne fassiez pas pareil ! Vraiment !
    Bonne lecture 🙂

  • Sangpages 17 décembre 2018
    La Griffe du diable - Lara Dearman

    Une jeune fille retrouvée morte sur la plage de l’île de Guernesey lors du feu d’artifice. La police suit la piste du suicide ou de l’accident. Cependant, Jenny, journaliste aux "Nouvelles de Guernesey" semble être la seule à ne pas croire à cette théorie.
    Serait-il possible qu’Amanda soit la énième victime d’un redoutable tueur qui a réussi le tour de main d’éliminer impunément plusieurs jeunes filles depuis 50 ans ?
    L’inspecteur chef Michael Gilbert est responsable de l’enquête. Saura-t-il écouter Jenny ? Pourra-t-il remettre en question des affaires prétendument résolues ? Accepter que la police se soit faite bernée depuis si longtemps ?
    Une atmosphère toute particulière sur cette île où les légendes semblent y habiter comme les rats au fond des égouts. Une sorte d’huis-clos en pleine mer. Pas d’action qui part dans tous les sens. Pas de rythme effréné mais plutôt une ambiance lourde, pesante.
    Ces lieus "typiques" choisis sont devenus un schéma récurrent mais ont clairement la particularité de nous emporter dans quelque chose de très subtil et pour sûr que ce lieu-là est un winner !
    La mer, l’eau omniprésente. Un élément qui fait partie intégrante de l’histoire. Un personnage à part entière sommes toute étouffant, angoissant.
    Une eau qui nettoie, purifie ou une eau qui emporte, qui détruit ?
    Une trame passé présent, certes déjà largement utilisée mais qui reste efficace et apporte toujours son lot de pièces de puzzle qui s’imbriquent ou pas. Et nous amène, peut-être à une résolution. C’est clairement bien mené ! Les chapitres du passé sont, d’ailleurs, absolument fabuleux. Dans la tête du tueur, dans sa vie, dans son évolution vers l’horreur. Au fil des ans. Au fil du temps. Au fil de l’eau.
    Une histoire qui se construit au travers des souvenirs, des fantômes de chacun. De la perte d’un être cher. Contée, expliquée, racontée de multiples manières, à diverses échelles. Que ce soit Jenny et son père, noyé en mer quelques années auparavant ou Michael et la douloureuse perte de sa fille. A des niveaux différents, des émotions différentes mais chacune aussi bouleversante l’une que l’autre.
    Des personnages ultra développés, psychologiquement puissants, touchants et sensibles. Une plume et un style très bon qui donne envie de tourner les pages.
    La griffe du diable, c’est un émotionnel puissant qui te happe, t’emporte comme une vague. Te met la tête sans dessus dessous. Tu te retrouves assis sur la rive sans trop savoir comment.
    Le premier tome d’une série que je vais suivre assidument et pas de raison que vous ne fassiez pas pareil ! Vraiment !

  • bookliseuse 29 décembre 2018
    La Griffe du diable - Lara Dearman

    L’histoire se déroule Guernesey l’île la plus grande du bailliage de Guernesey, dépendance de la couronne britannique.

    Le corps sans vie d’une jeune femme, Amanda, 18 ans est retrouvé sur une plage. La journaliste Jennifer Dorey est sur les lieux lors de la découverte.

    Mickael Gilbert inspecteur Chef a la lourde tâche de prévenir sa famille.

    Jennifer, qu’on surnomme Jenny, trouve étrange cette mort et la relie rapidement à d’autres affaires cataloguées de suicide au fil des années, la première mort étrange remontant à 1961.

    Entre passé et présent, l’auteur nous emmène doucement à comprendre ce qui relie ces morts. On découvre une partie sombre de l’île mêlée de croyance, occultisme, nazisme, mais voilà l’auteur nous emmène l’intrigue vraiment tout doucement, trop à mon goût, durant plusieurs pages il ne se passe rien du tout. J’ai eu du mal à terminer ce roman malgré des personnages attachants et une histoire intéressante, mais les raisons du meurtrier ne m’ont pas convaincu du tout, tout est flou trop flou, son passé garde trop de zones d’ombres, m’empêchant de m’imprégner complètement de l’histoire. Idem pour le passé de Jenny, je n’ai pas réussi à la sentir vraiment traumatisé...l’auteur n’a pas su m’émouvoir.

    Une déception pour moi même si tout n’est pas négatif.

  • Booksnpics 20 février 2019
    La Griffe du diable - Lara Dearman

    Si l’île de Guernesey est connue pour ses chemins de falaises et ses paysages verdoyants, sa culture et son folklore ne doivent pas être sous-estimés. Lara Dearman, dans ce premier roman, nous plonge au coeur de ces croyances d’un autre âge. Lorsque Jennifer Dorey quitte Londres pour retourner dans sa maison d’enfance, elle est loin de s’imaginer que son travail au journal local de l’île va la confronter à une enquête bien macabre. le cadavre échoué d’une jeune femme sur une plage va ouvrir les portes à d’anciens démons.
    Construit de manière classique, ce polar alterne les points de vue de Jenny, de l’inspecteur-chef Michael Gilbert et d’un personnage mystérieux. le rythme de ce roman est assez lent, ne crée pas véritablement de suspense mais nous plonge au coeur de cette intrigue mêlant passé, présent et sombres croyances. L’auteur parvient à planter le décor donnant à l’île de Guernesey le rôle principal de ce huis clos. La personnalité des personnages y est très bien développée nous permettant de créer une véritable empathie sans tomber dans l’excès.
    Au final, une lecture aisée qui suscite la curiosité pour les prochains tomes à venir…

  • 1001histoires 4 mars 2019
    La Griffe du diable - Lara Dearman

    Lara DEARMAN est une auteure anglaise qui est née et a grandi à Guernesey. Elle se consacre à l’écriture depuis la parution de son premier roman " The devil’s claw" en 2017 ( publié en France sous le titre "La griffe du diable" en novembre 2017, chez Robert Laffont, collection " La Bête Noire " ).

    J’adore les récits solidement encrés dans un lieu plein de caractère. En lisant le premier roman de Lara Dearman, j’ai été comblé avec une visite approfondie de l’île de Guernesey, terre anglaise ( plutôt un rocher encerclé d’eau noire ) occupée par l’armée allemande durant la seconde guerre mondiale. Victor Hugo y a vécu et écrit les "Travailleurs de la mer". Des extraits sont peints au plafond du Hugo’s Wine Bar.

    La griffe du diable : Jennifer Dorey, presque trente ans, est journaliste aux Nouvelles de Guernesey dont les bureaux sont situés à Saint-Pierre-Port. Pas facile d’être journaliste à Guernesey, l’actualité y est pauvre tous les jours et sa rédaction lui reproche de ne pas produire assez d’articles. Depuis le décès accidentel de son père Charlie, Jenny vit avec sa mère Margaret.

    Novembre, la fête du château du Valle bat son plein. Pendant le feu d’artifice, Jenny entend un cri de frayeur avant de découvrir le cadavre de la jeune Amanda dans la baie rocheuse de Bordeaux que domine le château. Encore un suicide ? Il y en a quatre ou cinq certaines années.

    Et si ce n’était pas un suicide ? Et si ce n’était pas un accident ? Jenny est journaliste et commence à fouiller et découvre que la jeune fille qu’elle a trouvée morte présente une ressemblance frappante avec une autre victime au décès non élucidé dans les années soixante. Jenny est journaliste et continue de fouiller. Les suicides sont fréquents à Guernesey mais ces cinquante dernières années les tribunaux ont classés cinq affaires comme décès sans cause déterminée. Cinq anciens décès non expliqués, que des jeunes femmes, de la même tranche d’âge qu’Amanda.

    L’inspecteur-chef Michael Gilbert, divorcé, traumatisé par la mort de sa fille encore bébé, doute aussi. C’est un bon flic, méticuleux et opiniâtre qui pourrait être à la retraite. Lui aussi fouille depuis que Jenny l’a alerté. Il découvre un autre point commun entre certaines malheureuses victimes, leurs cadavres portent des griffures. Un tueur en série sévit sur l’île de Guernesey. L’auteure le met périodiquement en scène, non pas pour permettre au lecteur de l’identifier mais pour dresser habilement son portrait psychologique.

    Lara Dearman signe avec ce premier titre, un excellent roman de procédures policières. L’ambiance insulaire s’y prête bien, tout le monde se connait mais tout le monde détient un secret. Pas de folles courses poursuites, les deux enquêteurs recherchent inlassablement des indices, explorent toutes les pistes qui s’offrent à eux et reprennent tout à zéro lorsqu’elles mènent à des impasses. Les investigations de la journaliste Jenny que sa hiérarchie ne soutient pas ( seul le séduisant Elliot veut bien partager ses doutes ), alternent avec l’enquête officielle de Michael. Jenny parfois s’égare dans les légendes et le passé de l’île, sa spontanéité l’emmène à soupçonner tout le monde. Michael s’appuie sur les moyens les plus modernes pour tout vérifier, méthodiquement. Mais le temps presse, une jeune fille est portée disparue, suspense final garanti !

    Je reviendrai avec un grand plaisir sur l’île attachante de Guernesey. L’auteure a su en faire un personnage à part entière qu’elle décrit avec précision et beaucoup de coeur. Elle a également semé dans ce premier titre plusieurs interrogations et mis en scène des personnages que j’ai hâte de mieux connaître. C’est l’idéal pour bien commencer une série !

    Le deuxième tome est disponible, "Lîle au ciel noir" est paru le 15 novembre 2018, chez La Bête Noire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.