Léviatemps - Maxime Chattam

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Paris, 1900. L’Exposition universelle bat son plein. Mais loin des artères lumineuses, au cœur de la ville, c’est un sang noir qui bat au diapason. Et coule inexorablement, au rythme des crimes commis par un tueur... diabolique.
Plusieurs filles de joie, déjà, en ont été victimes. Choqué par l’immobilisme de la police, l’écrivain Guy de Timée arpente les rues sordides, et même les égouts, dans sa traque insensée du monstre. Chaque minute compte... et tue.

Vos #AvisPolar

  • Grenier 24 mai 2018
    Léviatemps - Maxime Chattam

    Un livre très noir situé à une époque pas très intéressante.
    Trop de choses invraisemblables et plutôt situé côté fantastique

  • La Caverne du Polar 26 novembre 2018
    Léviatemps - Maxime Chattam

    Léviatemps est différent de ce qu’écrit Maxime Chattam habituellement, on a plutôt l’habitude de le voir dans un registre moderne où les meurtriers ainsi que la police utilise des technologies de pointe. Pour ce roman il prend le contre-pied parfait de ce qu’il fait en général, car l’histoire se déroule à Paris en 1900 en pleine Exposition Universelle.

    Paris, année 1900, l’Exposition universelle bat son plein. C’est dans ce décor que plusieurs meurtres particulièrement horribles sont commis. Nous suivons Guy de Timée, un romancier en mal d’inspiration qui a trouvé refuge dans une maison close qui va enquêter sur le meurtre affreux d’une amie à lui, Milaine. Etant donné que c’est une vendeuse de charme la Police ne va pas faire grand-chose pour retrouver son tueur. Dans son enquête, il sera assisté de Faustine, une autre vendeuse de charme et de Martial Perotti, un jeune inspecteur. Entre ésotérisme et science, dans les ruelles mal famées de Paris, ses pas vont le mener sur la piste d’un tueur particulièrement sanglant et diabolique. De la même manière que les personnages de ses romans naissent sous sa plume, il décortique la personnalité du tueur pour découvrir son identité. S’approchant peu à peu de la vérité, au mépris de sa sécurité et de celle de ses amis qu’il a entraînés dans cette aventure.

    Maxime Chattam a choisi de créer son histoire il y a plus de 100 ans mais il reste dans son style, car il faut avoir l’estomac bien accroché devant certaines scènes. On découvre les bas-fonds, très sordides, de Paris aux pavillons de l’Exposition Universelle, des cercles ésotériques mystérieux aux maisons closes chics. On a vraiment l’impression d’être plongés en 1900. L’intrigue est bien ficelée et très intéressante. J’ai beaucoup apprécié les personnages principaux. Guy de Timée est issu de la bourgeoisie et fuit une vie qui ne lui convient plus pour retrouver le sens de la réalité qu’il a le sentiment d’avoir perdu, mais qu’il espère pouvoir retrouver. Faustine la belle courtisane qui est une femme très courageuse et très intelligente.

    C’est un roman efficace, avec une fin inattendue et cohérente. J’ai aimé l’ambiance de ce Paris en 1900 et je vais lire le second opus de ce diptyque du temps, Le requiem des abysses où l’on retrouve Guy et Faustine.

  • eTemporel 10 février 2019
    Léviatemps - Maxime Chattam

    Si Maxime Chattam s’est récemment illustré avec Autre-Monde, une saga jeunesse fantastique, c’est en nous proposant Léviatemps qu’il renoue avec ses premières amours, le thriller, dont l’intrigue se déroule au tout début du siècle dernier, durant l’Exposition Universelle. On y suit Guy de Timée, un écrivain en fuite qui a trouvé refuge dans une maison close, où il cherche l’inspiration pour un nouveau roman. Issu de la bourgeoisie, il fuit une vie qui ne lui convient plus - lui a-t-elle jamais convenu, en réalité ? -, s’immergeant avec une espèce de délectation dans le sordide, pour retrouver un sens des réalités qu’il a le sentiment d’avoir perdu, et qu’il espère pouvoir le sauver.

    Guy est un personnage complexe, que l’on sent en équilibre précaire au bord d’un gouffre. Il aspire à quelque chose dont on ne sait pas très bien s’il mesure les conséquences, mais à chercher les ennuis, on finit par les trouver ! Et c’est bien évidemment sous la forme d’un tueur en série qu’ils vont se manifester, lorsque Milaine, l’une des filles du lupanar se fait soudain assassiner dans d’horribles circonstances. En compagnie de Faustine, une autre des courtisanes du Boudoir de Soie, et de Martial, un jeune inspecteur qui n’a pas encore fait ses preuves, Guy mène l’enquête sous prétexte de venger cette amie qui n’en était pas vraiment une.

    Mais ses motivations sont-elles réellement celles qu’il affirme ? Car notre écrivain ne cesse de mettre sa vie en danger, comme s’il cherchait à provoquer le sort pour expier la lâcheté dont il a fait preuve en abandonnant sa famille. De la même manière que les personnages de ses romans naissent sous sa plume, il décortique la personnalité du tueur pour découvrir son identité, s’approchant peu à peu de la vérité, au mépris de sa sécurité, et presque aussi de celle des deux amis qu’il a entraînés dans cette aventure. Plus qu’une intrigue policière, Léviatemps est l’histoire de la descente aux enfers de Guy de Timée.

    Un roman noir, presque glauque, rendu parfois un peu difficile à lire par le style volontairement abrupt adopté ici par l’auteur. Quelques longueurs au cours de l’enquête, nécessaires sans doute pour rendre clairement perceptible l’évolution du héros, mais le propos est un poil trop appuyé à mon goût. De belles trouvailles, néanmoins, avec une fin comme je les aime, inattendue, bien amenée, cohérente. Sans doute pas mon Chattam préféré, mais une histoire qui tient la route, et tiendra peut-être ses promesses dans le second volume de ce diptyque du temps, Le requiem des abysses.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.