Le Pensionnat des innocentes - Angela Marsons

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
5 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

2004. Par une nuit glaciale, cinq personnes scellent un pacte au-dessus d’une tombe fraîchement creusée.

Mais les secrets finissent toujours par remonter à la surface...

De nos jours, Teresa Wyatt, ancienne directrice du foyer pour filles de Crestwood, est retrouvée noyée dans sa baignoire.
Au même moment, Crestwood fait la une des médias : des fouilles archéologiques viennent de mettre au jour le squelette d’une adolescente enterrée dans le jardin.

Coïncidence ? L’inspectrice Kim Stone n’y croit pas. Et quand les ossements d’autres fillettes sont exhumés, l’affaire prend rapidement un tour personnel pour cette jeune flic au tempérament plus tranchant qu’une lame de rasoir. Elle qui a connu l’assistance publique est bien décidée à rendre justice aux innocentes oubliées de tous dans ce lieu cauchemardesque...

Vos #AvisPolar

  • Root 30 juin 2018
    Le Pensionnat des innocentes - Angela Marsons

    Ils étaient 5 à connaître la vérité, 5 à avoir juré de ne jamais avouer l’inavouable. Ils ne sont désormais plus que 4. Le passé semble décidé à leur sauter à la gorge, et Teresa Wyatt a été la première à en faire les frais.

    Lorsque les ossements d’une jeune fille sont retrouvés près de Crestwood, pas de doute possible pour Kim Stone : la mère Wyatt n’était pas toute claire. Pourquoi diable a–t-elle mis son nez dans les fouilles archéologiques menées du côté du pensionnat ? Kim ne sait que trop bien ce que cachent les taules comme celle-ci. C’est là qu’elle a échoué, à l’âge de 6 ans, lorsque sa mère a été internée en psychiatrie. Des années malheureuses, qui lui ont laissé pas mal de cicatrices. Cette enquête, elle en fait une affaire personnelle. Rapidement, la liste des victimes s’allonge, dans les deux camps. Aussi grande gueule qu’elle peut-être renfrognée, l’inspectrice doit trouver quelque chose à se mettre la dent, quitte à prendre quelques libertés avec les procédures, au grand dam de sa hiérarchie.

    Rien que du très classique, me direz-vous. Mais l’auteur vient vous cueillir là où vous ne vous y attendiez peut-être pas : elle vous émeut.

    Comment ne pas avoir de peine pour ces gamines qui n’étaient que des numéros de dossier et des emplacements de dortoir pour l’assistance publique ? Cloitrées entre 4 murs de violences physiques et psychologiques, on ne leur a jamais laissé le temps pour l’espoir. Pour porter ce triste secret de polichinelle, Angela Marsons a choisi le Pays Noir, dans l’ouest de l’Angleterre. Une ancienne région minière où le chômage le dispute à la délinquance. Une véritable décharge sociale.

    L’ambiance est morose, écrasante. À mesure qu’on avance dans le roman et que tombent les premières révélations, on se sent gagné par la morosité des lieux et des personnages. On sait que malgré le dénouement, justice ne sera pas jamais tout à fait rendue. Un dénouement surprenant et tout en noirceur, tel que je l’attendais.

  • Yvonne Deweer 30 juin 2018
    Le Pensionnat des innocentes - Angela Marsons

    Vraiment apprécié la lecture de cet auteur inconnu à mes yeux...une seule envie ne pas le terminer trop vite

  • Laure Manda Marie 26 septembre 2018
    Le Pensionnat des innocentes - Angela Marsons

    Alors là je dis Bravo !! Il y avait longtemps qu’un thriller sur une première plume ne m’avait pas autant époustouflée ! Une enquête terrifiante et haletante. Avec "Le pensionnat des innocentes" Angela Marsons nous offre non seulement un thriller d’une noirceur redoutable mais également un premier roman rédigé avec une écriture brillante.

    Les personnages sont bluffants de vérité, si au début le langage et l’agressivité de l’héroine Kim Stone, l’enquêtrice rebelle, m’a un peu déroutée, elle n’en devient que plus attachante au fur et à mesure que l’histoire se déroule. Personnage tellement riche et mystérieux qu’il est impératif de le retrouver dans un prochain roman.

    Un thriller addictif mais pas seulement, il met en lumière les lacunes d’un système de protection à l’enfance, ces jeunes confiés, ballottés, maltraités et surtout qui "comptent pour du beurre" au profit du politiquement correct et de l’argent facile. La fatalité et l’injustice pèsent sur leur innocence.

    Une découverte étonnante d’une auteure qui détonne, à suivre absolument et je retrouverais avec grand plaisir Kim Stone personnage excentrique mais qui a encore beaucoup de choses à révéler et dont l’évolution ne peut qu’être surprenante.

    avis plus détaillé ici https://happymandapassions.blogspot.com

  • Aelithsu 30 octobre 2018
    Le Pensionnat des innocentes - Angela Marsons

    Un polar bien sympathique.

    J’ai vécu un début difficile avec ce roman. Kim Stone ne m’était pas du tout sympathique, jusqu’à ce qu’on en apprenne plus sur elle. A mon grand étonnement, j’ai fini par m’y attacher, ainsi qu’aux membres de son équipe. Le grand coeur de Bryant m’a beaucoup plu.

    L’écriture de l’auteur est très addictive, ce qui m’a aidée à passer au dessus du comportement de Kim lors des premières pages, et les chapitres où l’assassin prend la parole font froid dans le dos ! L’ensemble du livre a un très bon rythme, qui s’accélère à la fin, avec des révélations surprenantes. J’ai eu peur pour Kim, qui n’hésite pas à prendre de gros risques pour découvrir la vérité, et faire toute la lumière sur les meurtres, passés comme actuels. Je n’avais rien vu venir du tout de la résolution des enquêtes.

    Le thème des foyers d’accueil est bien abordé. La dureté de la vie dans ce genre de pensionnats et la critique de leur gestion sont subtilement décrites, mais le message passe, et cela fait mal au coeur pour ces pauvres enfants, pour ce qu’ils ont connus avant d’y entrer, et pour ce qu’ils y vivent.

    J’ai vraiment été touchée à la fin, par plusieurs personnages plus que sympathiques, mais qui ont beaucoup souffert, comme Lucy, atteinte d’une grave maladie, et son père, et Nicola, une ancienne pensionnaire du foyer.

    Avis complet sur : https://lecturesetchats.blogspot.be/2018/05/le-pensionnat-des-innocentes.html

  • valmyvoyou lit 2 février 2019
    Le Pensionnat des innocentes - Angela Marsons

    Kim, l’enquêtrice, a un tempérament bien trempé. Elle est souvent « vacharde » dans ses remarques. Elle fait aussi preuve d’une très grande ténacité. Malgré son caractère très spécial, je l’ai très vite adorée. J’ai ressenti très rapidement que, derrière sa carapace, se cachait un vécu très difficile et qu’elle se protégeait. Je me suis énormément attachée à elle et j’ai été ravie de lire que nous la retrouverons dans une prochaine enquête. Je suis fan des séries qui mettent en scène les mêmes enquêteurs, au fil des livres.

    Alors, que l’équipe de Kim est chargé d’éclaircir le meurtre de Teresa Wyatt, l’ancienne directrice du foyer pour jeunes filles de Crestwood, des fouilles font remonter à la surface un squelette d’adolescente, dans le jardin de l’ancien pensionnat. À l’époque, des pensionnaires ont disparu. Les deux affaires semblent liées. Kim va prendre certaines libertés avec la loi, afin d’élucider les crimes actuels et anciens. Le suspense est très grand. J’ai trouvé ce thriller addictif, je l’ai dévoré. Je n’avais pas trouvé les coupables.

    J’ai beaucoup aimé l’aspect psychologique des personnages. Il est très poussé. Cela provoque des émotions positives ou négatives à leur sujet. Il déclenche également de nombreuses interrogations et permet à l’auteure de nous berner.

    L’ambiance de ce livre est très noire, à l’image de sa couverture. On ressent le côté obscur de Crestwood. Angela a su créer une atmosphère lourde, morose, emplie de tristesse, qui se prête parfaitement aux crimes commis.

    Enfin, l’auteure, par la voix de Kim, révèle certains dysfonctionnements de foyers et de familles d’accueil, redonne une identité à ces filles qui sont, parfois, considérées comme des numéros. Elle montre les sévices qu’elles peuvent subir, lorsqu’elles sont encadrées par des personnes qui profitent de leurs situations. Elle révèle les souffrances de ces enfants, transférés de foyers en foyers. Angela Marsons rend justice à ces jeunes et attire notre attention sur les dérives institutionnelles. J’ai été très sensible à ce volet social de l’histoire.
    Dans le pensionnat des innocentes, le handicap a aussi une place importante et rend hommage aux aidants. L’auteure, sous fond d’intrigues policières, transmet des messages qui m’ont touchée.

    Conclusion

    J’ai lu ce livre dans le cadre de notre lecture commune. Je suis ravie du choix qui a été fait, car je l’ai adoré. Ce thriller est très addictif et le suspense est très grand. L’auteure, grâce aux nombreux rebondissements, a réussi à me tromper (j’adore quand c’est le cas). J’ai également été très sensible aux messages délivrés par l’auteure au sujet des enfants en foyer, mais aussi à propos du handicap. Enfin. J’ai beaucoup aimé le développement psychologique des personnages et je suis complètement fan de Kim, cette enquêtrice au caractère bien trempé.

  • claire chronique 5 mars 2019
    Le Pensionnat des innocentes - Angela Marsons

    Tout d’abord merci aux éditions Belfond pour ce service-presse.
    Cinq personnes tiraillées par le même secret ... Un terrible secret enterré à jamais ...
    Mais dix années s’écoulent et survient le meurtre de l’ancienne directrice de l’école.
    Pourquoi s’intéresser t’elle a une fouille archéologique qui se trouve à côté d’une ancienne maison ou elle avait travailler ?!?
    Puis survient un autre meurtre en même temps des restes d’humains sont découvert.
    es ce que les meurtres sont liés !?! Et ses ossements le sont-ils aussi ?
    L’inspectrice Kim Stone et son équipe sont chargées de mener l’enquête.
    Je me suis attachée aux personnages surtout ceux de l’équipe.
    Nous menons l’enquête avec Kim est nous apprenons qu’elle-même était enfant de l’assistance publique.
    En bref, j’ai été littéralement happé par ce premier roman de l’auteure. Une écriture fluide et addictive !
    On ne s’ennuie pas un instant.
    Et j’ai vraiment beaucoup apprécié la fin pour moi une auteure à suivre !

  • lectures_criminelles 26 mars 2019
    Le Pensionnat des innocentes - Angela Marsons

    Déception. La trame était pourtant intéressante avec ce pensionnat pour filles et ses étranges disparitions, puis cette hécatombe 10 ans après. Et pourtant non, rien, ou presque. Tout d’abord, je trouve la quatrième de couverture mensongère : l’histoire de la tombe en 2004 est à peine évoquée, à la toute fin du livre, sans en connaître les tenants et les aboutissants. de plus, je n’ai pas aimé l’inspectrice, Kim. L’auteur a tenté d’en faire un personnage rebelle, torturé et mystérieux, il est juste agaçant. Pour le côté mystérieux on repassera, on comprend très vite son traumatisme d’enfance. Je trouve la fin tirée par les cheveux, les secrets à ne pas dévoiler absurdes. Et le twist final est incohérent : l’auteur nous sort un coupable comme un cheveux sur la soupe sans jamais n’avoir évoqué aucune piste, aucune preuve. Il est assez difficile d’expliquer pourquoi je n’ai pas aimé sans en dévoiler trop sur l’intrigue, mais c’est un non pour moi.

  • lecturesdudimanche 6 avril 2019
    Le Pensionnat des innocentes - Angela Marsons

    Je suis un peu effarée en voyant la date avancée de ce jour, laquelle me rappelle que ces dernières semaines ne m’ont pas permis de consacrer beaucoup de temps à la lecture. En plus, je dois avouer que j’avais entamé le dernier Michel Bussi (Sang Famille) au début de ce mois et que je l’ai abandonné, fait vraiment rare chez moi… J’ai fini par me lancer dans ce livre que j’avais sollicité auprès de Netgalley (et j’en profite pour remercier les éditions Belfond de m’avoir permis de le lire) qui m’a sauvée d’une panne probable de lecture qui me menaçait dangereusement !

    Cette petite phrase aura, je l’espère, suffi à vous convaincre qu’il s’agit d’une belle lecture. Attention, quand je dis belle, c’est plus dans la forme que dans le fond, parce que croyez-moi, il est plutôt sombre, le fond !

    On démarre fort avec un pacte que scellent cinq personnes un soir juste au-dessus de la tombe qu’ils viennent tout juste de creuser. Mais dix ans plus tard, il semble fort que le passé les rattrape et que le couperet de la vengeance tombe…

    Kim Stone, intrépide inspectrice, solitaire au triste passé et très peu respectueuse du protocole, enquête sur l’assassinat d’une directrice d’école retrouvée noyée dans sa baignoire. Avant sa mort, celle-ci semblait particulièrement s’intéresser à des fouilles qui devaient démarrer sur un site archéologique à proximité du foyer d’accueil où elle était anciennement directrice. Poussée par une intuition et au mépris de toute procédure, Kim décide d’organiser des fouilles… Si son insubordination lui attire quelques remontrances, force est de constater que son instinct ne l’avait pas trompée !

    Dans ses lignes, on va croiser de la tristesse, de la noirceur, de la violence, de l’arrogance. Mais par delà tout cela, la force et la détermination de Kim vont nous guider à travers les chemins de la vérité.

    Certes, c’est un thriller par moment un peu rude mais duquel se dégage de très beaux messages. Une histoire rapide et des rebondissements fréquents ont rendu ma lecture agréable, et le personnage de Lucy est juste lumineux.
    J’ai cru comprendre que ce ne serait pas la dernière enquête de Kim Stone et je me réjouis déjà de revoir le personnage, espérant que l’auteur continue de développer sa dimension psychologique.

    Très belle lecture qui m’a remise en selle, merci NetGalley !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.