La mort n’existe pas - Damien Eleonori

Notez
Notes des internautes
2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

21 décembre 2012
Et si la fin du monde annoncée par les mayas avait réellement eu lieu sans qu’aucun d’entre nous ne s’en soit rendu compte ?
Sur le toit d’un hôpital parisien, Léo Liberati laisse son regard se perdre sur la capitale illuminée. Tant de choses se sont passées en trois jours. Il monte sur le parapet et étend les bras. Son dernier regard est attiré par le cadran de l’horloge trônant sur l’église du quartier de Petit-Montrouge. 4h44. Finalement tout était écrit depuis longtemps, il lève les yeux et, tel un ange, s’envole vers les cieux avant de retomber, entrainant l’humanité avec lui. Et si la fin du monde avait bien eu lieu, sans qu’aucun être humain ne s’en rende compte ?

Écrivain sans avenir, Léo Liberati est un père de famille rongé par la routine. Le matin du 19 décembre 2012, trois jours avant la fin du monde, sa vie bascule.
Suite à un accident dont les circonstances demeurent mystérieuses, Léo se réveille à l’hôpital et se retrouve accusé de meurtre. Fuyant les forces de police, il s’engage alors dans une quête de la Vérité qui le mènera bien plus loin qu’il ne l’avait espéré. Il y trouvera les clés de son destin, mais surtout une révélation sur l’origine du monde et une certitude : la mort n’existe pas.

Vos avis

  • Ophé Lit 12 novembre 2018
    La mort n’existe pas - Damien Eleonori

    Damien Eleonori est cette belle personne à l’origine de Phobia. Un recueil de nouvelles au profit de l’association ELA. Et quel recueil !!!

    La mort n’existe pas est en fait son premier roman, sorti en auto-édition sous le nom de Psyché.

    N’ayant pas lu la première version, c’est donc totalement vierge d’information que j’ai entamé ma lecture, n’ayant que la quatrième de couverture pour me faire une idée du sujet.
    La fin du monde, l’origine du monde, la mort, l’âme... Aïe, des sujets auxquels je ne suis pas particulièrement sensible et traités assez souvent MAIS jamais sous l’angle qu’a choisi Damien.

    C’est un roman que je ne saurais catégoriser. Il est noir mais n’est pas un polar ni un thriller, la thématique est autant scientifique que fantastique et j’avoue que je ne m’attendais pas à ça. Alors certes, quel besoin de toujours tout mettre dans des cases ? Aucun personnellement et j’y suis même assez opposée, mais comment alors vous définir ce roman ?

    Damien nous emmène aux frontières du réel pour nous parler de l’âme, de la mort, de la religion et en suivant un homme Leo Liberati. Il nous en parle aussi par le prisme de l’Amour que l’on retrouve continuellement au fil des pages de ce roman. L’amour d’un homme pour sa femme mais aussi l’amour filiale, l’amour passionnel et cet aspect m’a touché.
    La construction du roman est originale : une narration à rebours, où l’on suit chapitre après chapitre les différents protagonistes en même temps que s’écoule le temps dans le sablier pour arriver à ce fameux 21/12/12 à 4H44.
    Les interconnexions entre les personnages se font au fur et à mesure des boucles temporelles, chaque chapitre étant consacré, au départ, à un protagoniste. L’ensemble est fluide et sans lourdeur, les personnages sont dans l’ensemble plutôt bien construit. Damien a su nous transmettre leurs émotions, leurs frustrations.

    Difficile de vous en dire plus sans spoiler le roman, certains sujets arrivent en deuxième moitié de roman et vous en parler gâcherait une éventuelle découverte.

    La couverture est totalement en adéquation avec l’intrigue et est très bien pensée.

    Il y a un vrai potentiel chez Damien Eleonori et j’ai passé un bon moment de lecture. L’écriture est soignée et de qualité mais le sujet ne m’a pas complètement emportée. Un avis positif sur la forme mais plus nuancé sur le fond étant un peu réfractaire quant au sujet.
    En revanche si vous aimez les romans qui vous entraînent aux frontières du réel et vous pousse à réfléchir quant aux religions, à la vie et à la mort, La mort n’existe pas est un roman pour vous.

  • Jean-Paul dos Santos Guerreiro 20 novembre 2018
    La mort n’existe pas - Damien Eleonori

    Bonjour à toutes et à tous…

    J’ai toujours adoré ce genre de romans.
    Indéfinis, à la croisée de plusieurs styles…
    Lorsqu’un auteur ose sortir d’un espace “dit” de confort.

    Est-ce un roman noir ?
    Un conte ésotérique, philosophique ?
    Une histoire fantastique ?
    C’est un peu tout ça et plus encore…

    Véritable “conte” à rebours qui nous éloigne de la fin du monde, annoncé par les Mayas le 21 décembre 2012, Léo, à travers un parcours initiatique, bien malgré lui, part à la recherche de certaines vérités.
    - Qu’est-ce que la mort ?
    - Qui est Dieu ?
    - Pourquoi certains anges ont-ils été déchus ?

    L’écriture est très habile. Damien joue avec le lecteur. Il nous “titille” en allant dans plusieurs directions diamétralement opposées jusqu’à un final qui bien que connu va quand même vous surprendre… Ce roman troublant, m’a beaucoup intrigué, jusqu’à me fasciner…

    L’écriture est tellement fluide qu’elle en parait facile, la maîtrise du sujet par Damien démontre une réelle ouverture d’esprit, et ne serait-ce que pour cela, ce roman mérite une grande diffusion. Il y a, quoi qu’il en soit, un réel talent dans la construction de son histoire. Christopher Nolan s’y était déjà frotté pour son ’Mémento”, mais Damien, nous propose ici un sujet qui va au delà de ce que vous pourriez imaginer, bien au delà… Toucher Dieu et les mystères de la vie…

    Un “sans fautes” pour ce premier roman de Damien qui me laisse entrevoir un potentiel sur la forme mais aussi sur le fond qui mène forcément, en plus d’un réel plaisir de lecture, à une réflexion sur notre condition d’humains au milieu de l’univers.

    À lire et découvrir absolument.
    Merci aussi aux éditions De Saxus et bravo pour cette très belle couverture !

    ÷÷÷÷÷÷÷

    Extrait :
    “- Si je te dis : la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.
    - Aucune idée
    - L’Apocalypse selon saint Jean. Un passage du Nouveau Testament. Une vérité. Lors de notre passage vers ce monde, les émotions négatives disparaissent. Ce qu’oublie de dire la Bible, c’est que la douleur n’est pas remplacée par la joie, l’amour ne se substitue pas à la haine. La mort n’est pas une plénitude.
    - Alors quoi ? Qu’as-tu ressenti ?
    - Rien. Aucune émotion ne remplace la tristesse, elle est tout simplement effacée. Au fur et à mesure que le savoir m’engloutissait, mes émotions s’éteignaient. Comme si un barrage venait de céder et déversait son torrent sur mes sentiments. J’étais triste, je ressentais une douleur insurmontable, jusqu’à ce que je comprenne que je pouvais commander à mon cerveau de l’oublier. Ainsi fonctionne ce monde. À l’opposé du nôtre, ses lois ne sont dictées que par la connaissance et la raison.”

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.