Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La femme en vert - Arnaldur Indridason

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Dans un jardin sur les hauteurs de Reykjavik, un bébé mâchouille un objet étrange... Un os humain ! Enterré sur cette colline depuis un demi-siècle, le squelette mystérieux livre peu d’indices au commissaire Erlendur. L’enquête remonte jusqu’à la famille qui vivait là pendant la Seconde Guerre mondiale, mettant au jour les traces effacées par la neige, les cris étouffés sous la glace d’une Islande sombre et fantomatique...

Vos #AvisPolar

  • 1001histoires 5 mars 2018
    La femme en vert - Arnaldur Indridason

    A la fin du mois d’avril qui suit "La cité des jarres" , voir ici http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2014/08/arnaldur-indridason.html . Un squelette enfoui est découvert sur le chantier de construction d’une maison d’habitation dans une banlieue éloignée de Reykjavik. L’exhumation est confiée à des archéologues . Le cadavre semble avoir été enseveli il y a entre cinquante et soixante dix ans. A l’époque les troupes anglaises et américaines avaient installées des baraquements non loin de là. Sur la colline il y avait seulement quelques maisons d’été , une a été détruite , elle était située près de groseilliers maintenant isolés dans la lande qui peu à peu s’urbanise. Alors que les travaux des archéologues s’éternisent , Erlendur , Elinborg et Sigurdur Oli commencent leur enquête auprès des personnes âgées susceptibles d’avoir connu l’époque présumée du meurtre. L’auteur réussit parfaitement à nous faire partager sa passion pour l’Islande et son Histoire récente : le passage de la comète de Halley en 1910 , la seconde guerre mondiale , l’exode rurale.

    Deux autres récits sont offerts au lecteur . Eva Lind , enceinte de sept mois est au plus mal , son bébé est mort. Son père Erlendur est à son chevet , le médecin lui a conseillé de parler à sa fille. Dans son comas , elle entend sans doute les voix et cela peut l’aider. Et puis il y a la narration d’une sordide histoire de violence conjugale , terme officiel qui ne retrace aucunement l’enfer physique et psychologique vécu par une mère et ses enfants . Dans les deux cas , impossibilité de communiquer. Les personnes violentées ne dénoncent pas leur calvaire. Erlendur ne parvient pas à parler à sa fille.

    Erlendur , Sigurdur Oli et Elinborg poursuivent leurs recherches . Les fausses pistes , les impasses sont nombreuses mais Erlendur est persuadé que la solution est liée à cette mystérieuse femme habillée en vert qui a été aperçue fréquemment près des groseillers.

    Peu à peu le récit des violences conjugales rejoint l’enquête de la police de Reykjavik . Peu à peu Erlendur va parler à sa fille et lui révéler son histoire d’homme à défaut d’avoir une histoire de père à raconter.

  • La Caverne du Polar 26 novembre 2018
    La femme en vert - Arnaldur Indridason

    La Femme en vert est le 4ème opus de la série mettant en scène le commissaire Erlendur Sveinsson. Je l’ai depuis longtemps dans ma PAL, il était temps de découvrir enfin le personnage créé par Arnaldur Indridason. C’est parti en direction de Reykjavik, la capitale de l’Islande.

    L’intrigue nous tient en haleine jusqu’à la dernière page concernant l’identité du corps. L’écriture est d’une sacrée fluidité, très noire mais d’une grande réalité. Cette façon de narrer et de mêler le passé au présent sans que cela ne gêne en rien la compréhension de l’histoire est parfaite. Il aborde très précisément la maltraitance dans le couple et cette peur au quotidien que vivent la femme et les enfants.

    L’auteur allie à la fois la haine, l’amour, la peur, le handicap, les relations entre les humains. Quant aux personnages, ils sont tous très attachant. En même temps on découvre un peu l’histoire de la seconde guerre mondiale en Islande et comment la capitale Reyjavik s’est transformé et agrandi durant toute ces années. Du grand Indridason, pour ce roman chargé en émotion.

    Ce roman je l’ai trouvé passionnant, ce n’est pas mon premier livre de cet auteur et ce ne sera pas le dernier.

  • Sharon 30 mars 2019
    La femme en vert - Arnaldur Indridason

    La femme en vert est un des plus beaux romans policiers que j’ai lu. D’abord, grâce à son enquêteur, Erlendur. Sous ses dehors frustes se cache un homme d’une profonde sensibilité, un humaniste en somme. Eilenborg, son adjointe, n’est pas en reste, et ne ménage pas sa peine. J’aime nettement moins Sigurdur Oli, hautement désagréable, incapable de s’engager, et incapable de montrer un peu de compassion lors de l’enquête. Sa tête est farcie de clichés et il est incapable de passer outre.

    Le lecteur vit le temps de l’enquête en même temps que les trois enquêteurs. Aucune étape de la lente exhumation. du corps n’est passé sous silence. Les enquêteurs ne restent pas inactifs, et nous suivons pas à pas leur minutieuse recherche pour découvrir, avant même de pouvoir poser un nom sur le cadavre, qui pouvait bien vivre à cet endroit, nous racontant ainsi comment la seconde guerre mondiale a été vécue en Islande. Si la lenteur exagétrée peut agacer au point qu’Erlendur s’en plaint parfois, (autant dire que le lecteur se sent moins seul), il est le premier à reconnaître que la précipitation est mauvaise conseillère.

    Parallèlement à ce récit principal, nous découvrons la vie de Margareth et de ses trois enfants, Mikkelina, handicapée, Simon et Tomas. Margareth est mariée à Grimur, un monstre. La femme en vert explore les souffrances psychologiques qu’un être humain est capable d’infliger à un autre être humain. le mécanisme d’assujetissement est finement observé, les scènes sont à la limite de l’insoutenable tant je me suis sentie en empathie avec Margareth et ses enfants. Ces scènes sont d’autant plus angoissantes que le lecteur, en avance sur les enquêteurs, craint que le corps retrouvé n’appartienne à un membre de leur famille.
    Et le passé rejoint le présent quand apparaît la femme en vert. Des drames qu’Erlendur met à jour de cette époque troublée de la seconde guerre mondiale, restent trois survivantes, trois femmes qui ne se connaissent pas mais qui chacune a vécu avec un secret, différent. Si, pour l’une d’entre elles, le secret l’a rongé et lui a fait bâtir sa vie sur un mensonge, pour l’autre, qui porte la couleur de l’espoir, je suis heureuse qu’elle est vécue avec ce secret (et non contre), et qu’elle ait réussi à reconstruire sa vie.

    Comme si le roman n’était pas déjà assez émouvant, nous en apprenons un peu plus sur la vie personnel d’Erlendur . Au chevet de sa fille, plongée dans le comas, il lui parle, de son mariage, de sa relation avec leur mère, de ce que, peut-être, il aurait dû faire pour ne pas être séparé d’eux. Surtout, au détour d’un couloir, une rencontre nous révèle, avec infiniment de tact, un fait poignant qui éclaire en partie la personnalité d’Erlendur. Je ne crois pas me tromper en pensant qu’il en sera à nouveau question dans le prochain tome, que j’ai hâte de lire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.