Te laisser partir - Clare Mackintosh

Notez
Notes des internautes
5
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles.Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie. Ce premier roman magistral écrit par une ex-commandant des forces de police britanniques est un thriller psychologique d’une rare intensité, aux rebondissements à couper le souffle.
« Tendu, inattendu, émotionnellement obsédant » The Mirror, mai 2015.
« Des débuts sensationnels » Daily Mail, avril 2015.

Avis de l’auteur du livre « La fille du train », Paula Hawkins : « Glaçant, fascinant et profondément humain, Te laisser partir est un incroyable roman dont les rebondissements vous couperont le souffle. »

"Ce thriller va vous couper le souffle" Le Parisien

Pour aller plus loin

Vos avis

  • Nicolas Elie 7 juillet 2017
    Te laisser partir - Clare Mackintosh

    Quand tu sors du Goncourt, et qu’en plus t’as pas été grave emballé, forcément, t’es prudent. Genre, tu décides de te plonger dans Steinbeck ou London, histoire de lire des vrais mots.

    Et puis je me suis souvenu du post que j’ai vu passé il y a quelques jours. Me suis souvenu aussi que suite à ce post, j’étais allé chercher le livre dont il était question.

    Alors voilà, comme dit le toubib que j’aime bien.

    Le pitch, tu l’as au-dessus. Un môme est renversé par une bagnole. Il meurt. La bagnole s’arrête pas.

    Deux morceaux dans le livre.

    Une première partie tranquille, où t’es sûr d’avoir compris. Tout compris. La victime, le coupable, comment, quand et où. Les flics qui enquêtent, qui trouvent que dalle, et puis là, une première claque. Tu te dis que franchement, Clare, elle est forte.

    Vraiment forte.

    Elle t’a emmené juste où elle voulait, et t’y as vu que du brouillard, la mer, et les plages anglaises. Grave bien écrit, grave bien décrit. Des vrais mots qui te racontent une histoire, alors tu lis. Tu tournes les pages. Tu te dis « Allez, encore un chapitre… », et tu te régales.

    Jusqu’aux dernières pages, où tu te dis « Putain ! Elle m’a baladé ! ».

    T’es presque obligé de revenir en arrière pour vérifier qu’elle s’est pas gouré. Eh ben non. Elle s’est pas gouré. C’est toi qui y a vu que le bleu de la mer du Nord.

    Rien que pour ça, c’est un vrai roman.

    Rien que pour ça, tu peux déjà aller le chercher.

    La deuxième partie, t’as un autre roman.

    Genre deux Goncourt pour le prix d’un.

    Je déconne.

    Quoique.

    Comme t’es échaudé, tu te dis d’entrée que cette fois, elle t’aura pas. Tu l’as pas vue venir dans la première partie, mais là, tu vas pas te laisser faire. Tu suis Jenna, t’es dans sa tête, et t’essayes de comprendre.

    Pourquoi Jenna elle en est là ? Qu’est-ce qui fait que ces femmes en sont là ? Pourquoi elles réagissent pas ?

    J’ai été bluffé.

    Vraiment.

    J’ai arrêté de respirer souvent.

    La haine que tu éprouves est liée au fait que tu sais que ça existe dans la vraie vie.

    Qu’il y a des types comme ça.

    Que la peur qu’ils distillent au sein de leur couple est réelle et qu’elle construit une prison autour de celle qu’ils ont choisi comme victime.

    Les chapitres liés à l’enquête te permettent de respirer un peu. Ray, il a des soucis perso, et comme ils ressemblent parfois furieusement aux tiens, tu te décontractes les cervicales.

    Ça va plaire à Maud, ce bouquin. J’en suis sûr. Si elle a le temps de lire un peu. Le cerveau des personnages est disséqué au scalpel, et en fait, il y a ce qui manque au précédent dont j’ai parlé (le Goncourt, respect…). Les fameuses deux cents pages de plus qui permettent à Clare de faire exister ses personnages.

    De te les faire toucher, parfois, de les entendre respirer, souvent.

    Tu sens le froid du vent, tu espères la chaleur du poêle, les paroles réconfortantes d’un ami.

    Tu t’installes sur le canapé, avec Jenna, et tu lui dis « T’inquiète, ça va s’arranger… ».

    La construction est parfaite. Tu te laisses emporter au bout de l’histoire, et tu regrettes de tourner la dernière page.

    Mais je dois t’avouer un truc.

    Comme je suis un lecteur, et que des romans, j’en ai lu plusieurs, j’ai vu arriver la fin au début de la deuxième partie.

    Parce que c’est ce que j’aurais écrit.

    En revanche, à aucun moment ça n’a perturbé le plaisir de ma lecture. Au contraire ! J’ai adoré le temps passé avec Clare et ses personnages.

    Très belle écriture, des dialogues au cordeau, qu’est-ce que tu veux que je te dise de plus ?

    Ah oui. C’est son premier roman…

    Bonjour le niveau.

    Va le chercher…

  • nathalie gonnachon 16 juillet 2018
    Te laisser partir - Clare Mackintosh

    tres bon thriller - Du suspens, des rebondissements de dingue - et un brin d’amour -

    J’ai beaucoup aimer le point de vue du commissaire et son équipe -

    L’auteur as était assez forte pour me faire apprécier une meurtriére

  • muriel 9 octobre 2018
    Te laisser partir - Clare Mackintosh

    Lors des premières pages , on se dit : Mwais ... on se prend au jeu et on continue pour se rendre qu’en fait on n’a fait fausse route du tout au tout !! Waouw la claque ... A lire sans modération ...En espérant que le suivant du même auteur sera de même carrure ...

  • universpolars 24 novembre 2018
    Te laisser partir - Clare Mackintosh

    Une belle manipulation qui a pour effet de nous asséner un sacré direct dans la gueule ! Et je vous rassure - ou non -, on ne le voit pas arriver. D’ailleurs, je pense que ce n’est tout simplement pas possible.

    Le vrai calme avant la tempête. L’auteure se fout bien de notre gueule durant de nombreuses pages, calmement, en nous tirant par la main, avec grande délicatesse, presque en nous souriant. Tout ceci pour nous conduire, en toute confiance, vers son récit pervers et cruel.

    Mais au tout début, pas le temps de trop souffler, c’est le choc : un enfant, sa maman, de la pluie, une voiture. Ces ingrédients mis ensemble supprimeront une vie, la plus jeune. Un autre de ces ingrédients partira sans laisser d’adresse : le véhicule fautif.

    L’enquête démarre immédiatement, évidemment, et nous faisons connaissance avec le groupe de Ray Stevens, de la police criminelle de Bristol, en Angleterre. Malheureusement, c’est le néant, pas une seule piste.

    Une personne dans cette histoire, une jeune inspectrice tenace, crochera son hameçon dans une zone solide et ne la lâchera plus. On ne peut pas laisser tomber certaines affaires...

    Ce que nous allons vraiment suivre, c’est une autre fuite, mais sans pour autant être un délit. Une femme va tout laisser tomber - pour ce qu’il reste... -, et fuir. Peu importe où et comment, juste quitter une vie mortelle et prendre une autre au passage. Fuir, mais oublier ? Non. Elle s’isolera tout de même pour tenter de remonter à la surface d’une eau bien trouble et agitée.

    Au niveau de la narration, c’est intéressant. Le récit est raconté à la 3ème personne, - en tant qu’observateurs -, sauf lorsque cela concernera deux personnages-clé : c’est eux qui nous parlent, direct, sans filtre, et qui nous expliqueront tout. Deux personnes dont la rencontre engendrera le pire.

    L’auteure de ce thriller a été flic et cela se remarquera par la qualité de l’enquête que nous suivons. Étant flic moi-même, je peux avancer le fait que le déroulement, mais aussi le ton, ou encore les émotions, sont fidèles à la réalité. Frustrations, heures supplémentaires, surcharge de travail et, surtout, une vie à côté du boulot de flic.

    L’auteure ne négligera pas le fait qu’un flic est aussi actif hors de son job, avec ses lots d’emmerdes, son entourage, ses problèmes liés à sa famille. Ce côté-là n’est pas à négliger et l’auteure ne nous le fera pas oublier. Ce qu’elle nous expliquera aussi par ce récit, c’est qu’il ne faudrait peut-être pas mélanger les deux vies, dans tous les sens du terme.

    Au niveau du rythme, c’est assez long durant le premier tiers. C’est bien écrit, tout semble se mettre en place, tout en douceur, histoire de bien ancrer le récit. Tellement bien ancré que l’auteure trouvera une très bonne stabilité pour nous envoyer un puissant coup de pied au cul.

    À mi-parcours, c’est un retournement de situation total, le fameux coup de poing en pleine face. Et à partir de ce moment, on commence à comprendre, l’effeuillage de l’intrigue débute vraiment.

    Nous découvrirons alors un pan du roman qui nous mettra très mal à l’aise, l’histoire devenant malsaine et dérangeante. Dérangeante pour nous car l’auteure laisse le doute planer à outrance, et malsaine concernant les faits dont nous sommes témoins. Je dois dire que cela devient très difficile de prendre position et de dire ce qui est bien ou mal.

    Le dénouement est une course contre la montre, une montée d’adrénaline en puissance. Le boulot de flic est bien mis en évidence et ça fait plaisir de constater - bien que cela soit une fiction - que des hommes et des femmes se battent jusqu’au bout, voire au-delà, pour que la justice soit rendue. Un bel exemple de ténacité.

    On ne ressort pas complètement indemne d’une telle histoire !

    Bonne lecture.

  • ClothildePL 6 décembre 2018
    Te laisser partir - Clare Mackintosh

    Un enfant de 5 ans meure renversé par une voiture sous les eux de sa mère. Le chauffard prend la fuite. Cet instant va marquer à tout jamais la vie de Jenna. Pour elle une seule solution, tout quitter.
    L’histoire commence avec cet accident tragique qui me rend triste, un sentiment de tristesse mélé à de la haine. Comment peut on fuir ? Puis la suite s’essouffle, l’enquête piétine. On jongle entre la nouvelle vie de Jenna terriblement marqué par cet accident et l’enquête de nos deux inspecteurs à la Criminelle qui tente de résoudre l’affaire.
    Mais aurai je parlé trop vite ? Une révélation m’explose à la figure ! Aurai je loupé quelque chose ? Je me suis faite avoir... Dès lors, la seconde partie du livre démarre avec un nouveau point de vue. Je ne peux plus poser mon bouquin, je ne le dévore plus, je le gobe !! Je suis totalement scotchée !
    Je n’ai donc qu’une envie, connaître la suite...

    Je le recommande vivement !!!

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.