Tu tueras l’ange - Sandrone Dazieri

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

La Mort au terminus... 23 h 50, voie 7. Le TGV en provenance de Milan entre en gare de Rome. À son bord, l’intégralité des passagers de la classe affaires nage dans son propre sang...
Si les premières constatations dirigent la police vers l’attentat terroriste, la commissaire adjointe Colomba Caselli soupçonne vite des complications. Un seul homme pour y voir clair : son vieil ami Dante Torre, " l’Homme au Silo ". Celui qui a connu l’enfer. Celui qui reconnaît ses démons. Il y a là la marque d’un ange, d’un ange déchu, femme sans visage venue du froid pour semer vengeance et carnage...

Vos #AvisPolar

  • Killing79 12 février 2019
    Tu tueras l’ange - Sandrone Dazieri

    Sandrone Dazieri a fait une entrée remarquée dans le monde du thriller en 2015 avec « Tu tueras le père ». Il n’en était pas à son coup d’essai, mais c’est bien ce livre, mis en lumière à l’époque par la nouvelle collection « La Bête Noire », qui a fait connaître cet auteur italien. Je m’étais régalé dans cette aventure efficace aux personnages marquants.

    Ce nouvel opus reprend quelques temps après la première enquête. Sandrone Dazieri n’a plus besoin d’introduire les protagonistes que l’on connaît très bien. Une nouvelle fois, ce sont eux qui apportent le petit plus. Colomba avec son caractère fort est toujours dépassée par ses excès de dynamisme. Dante avec son passé tourmenté est encore pris de crises incontrôlables. Tous ces défauts, qui font aussi leur charme, les entraînent dans des situations étonnantes et imprévisibles. On s’attache donc à ses deux inadaptés et on a de l’empathie pour eux.

    L’histoire est du même acabit mais un peu plus classique que la précédente. Des drames du passé ressortent et viennent une nouvelle fois perturber le quotidien de nos deux héros. Il va faire ressortir leurs démons et les mettre dans les pires postures. On va voyager dans plusieurs pays à la poursuite d’un ennemi avide de vengeance. Cette suite permet aussi de faire le lien avec le « Père ». Elle s’insère très bien dans cette série et permet de lever le voile sur des événements plus importants qu’ils n’y paraissent.

    Avec cet épisode un cran au-dessous du précédent mais parfaitement maîtrisé, Sandrone Dazieri réussit à valider tous les espoirs placés en lui. Il reprend avec brio tous les éléments qui avaient fait son succès et confirme qu’il faudra compter sur lui dans le futur. Bien que l’histoire semble suivre les mêmes rails et utilise les mêmes ficelles, j’ai pris du bon temps dans cette nouvelle intrigue aux côtés de Colomba et Dante. Les péripéties se succèdent sans pause, les personnages sont toujours aussi attachants et le suspense tient le lecteur en haleine de bout en bout. La fin du livre ouvre la voie à un troisième volet que je surveillerai avec attention.

  • Booksnpics 21 février 2019
    Tu tueras l’ange - Sandrone Dazieri

    Stazione Roma Termini. le train en provenance de Milan entre en gare. Rien ne laisse présager un quelconque incident. Mais lorsque le chef de train disparaît et que Colomba Caselli de la Criminelle découvre les corps inanimés des passagers de la classe affaires, tout semble indiquer que Daesh et son réseau ne sont pas très loin. Il n’en fallait pas plus pour que l’Italie entière se transforme en zone de guerre.
    Face à une enquête des plus complexes, Caselli n’hésite pas à contacter Dante Torre, l’ « Homme du Silo » qui seul est capable de l’aider à dénouer cette affaire qui les feront côtoyer l’ange lithuanien des morts : Giltiné.
    Colomba Caselli et Dante Torre sont deux personnages écorchés par la vie, aux caractères bien trempés, s’opposant souvent de manière cocasse mais qui, au final, forment un magnifique, même si improbable duo. Lorsque l’on oppose rationalité et impulsivité, il faut s’attendre à une pluie d’étincelles. Mais ne dit-on pas que les contraires s’attirent ? Leur raisonnement et leur détermination (voire obstination) vont d’ailleurs les mener à la poursuite d’une mystérieuse femme.
    Il n’en fallait pas plus pour faire de ce roman un succès. Sandrone Dazieri, fort du succès (ô combien mérité) de « Tu tueras le père », a pris le pari de nous offrir une nouvelle aventure de ces deux comparses. Travaillant énormément sur la personnalité et la psychologie de ses personnages, l’auteur parvient à nous captiver de bout en bout. Sans temps morts, cette aventure aux multiples rebondissements, très bien construite et documentée, ne pouvait être qu’un succès et on en redemande !
    Bien qu’écrit dans la lignée du précédent roman et distillant de nombreux éléments du passé de Dante Torre, « Tu tueras l’ange » peut très bien se lire indépendamment de son prédécesseur mais avouez qu’il serait dommage de ne pas se laisser tenter

  • Abi27 21 mars 2019
    Tu tueras l’ange - Sandrone Dazieri

    Juste après terminer "Tu tueras le père", j’ai enchainé directement avec "Tu tueras l’ange".
    Toujours aussi prenant a mon gout, les personnages sont toujours là même si les relations se complique un peu plus mais ça rajoute plus de piment à l’histoire.
    On voyage plus et on découvre plus de personnage que dans le 1er volet. La vengeance est au centre.

    La fin m’a surprise et elle laisse entrevoir la possibilité d’un 3ème volet. Hâte et espère de découvrir la suite !!

  • bookliseuse 24 mars 2019
    Tu tueras l’ange - Sandrone Dazieri

    Suite du livre “Tu tueras le père”– Je conseille de lire ce tome avant celui-ci.

    Un train à grande vitesse provenant de Milan arrive en gare de Rome. La totalité des passagers descend sauf ceux du wagon “classe affaire”. Pour cause, ils sont tous retrouvés mort, tués par un gaz mortel.

    On retrouve la commissaire adjointe Colomba Caselli, qui doit enquêter sur ces meurtres, qui sont très vite catalogués d’attentat après la diffusion d’un message par Daesh revendiquant le crime. Colomba ne croit pas un instant à cette thèse.

    Après plusieurs mois sans lui donner de nouvelle, elle décide de demander à Dante Torre, l’enfant du silo, de l’aider discrètement, et de façon informelle Celui-ci
    est devenu conférencier spécialisé dans la théorie du complot et tente de se faire une place en tant que spécialiste des mythes et légendes.

    On retrouve Dante égal à lui même, associable, claustrophobe, qui se shoote aux médicaments en tous genres, et grand amateur de café, allant jusqu’à se déplacer avec une cafetière électrique.

    Colomba, qui est toujours sujette aux crises de panique, espère que Dante grâce à sa capacité de déchiffrage de l’état d’esprit des autres à travers les micro-mouvements, arrive à comprendre ce qui c’est réellement passé.

    L’auteur remonte jusqu’à un passé assez proche, ou l’union soviétique était prête à tout pour dominer les pays ennemis. On découvre une face cachée du terrorisme, de la politique, où tout était permis et personne épargné, la corruption polluant tout sur son passage, les gentils comme les méchants. Cela, ayant sur notre présent des répercussions terrifiantes aussi bien physique, que psychologique.

    On découvre une jeune tueuse au sang froid terrifiant, sans pitié, à la limite de la folie, commettant des crimes impensables.

    La fin est surprenante, avec un rebondissement inattendu nous promettant un tome 3 exceptionnel, avec peut être des réponses aux questions restées sans réponse depuis le premier roman..

  • Saveur Littéraire 3 avril 2019
    Tu tueras l’ange - Sandrone Dazieri

    La plume de Sandrone Dazieri ne m’est pas étrangère ! J’avais en effet pu lire Tu tueras le Père, le premier de sa série des Tu tueras. Quel plaisir donc de retrouver cette talentueuse plume italienne pour un second tome qui met en scène le duo parfait : celui de Colomba, dans la police, et Dante, un homme kidnappé dans son enfance !

    Ambiance qui donne envie de poursuivre dès le premier chapitre qui donne le ton : du suspense et une aura de mystère qui plane ! Nous voici embarqués dans un camp de prisonniers qui s’avèrera crucial pour le reste de l’intrigue. Ambiance toujours plus délectable lorsque l’on retrouve le duo en question et le caractère propre à chacun. Ah, cette téméraire de Colomba ! Cet étrange tête de mule qu’est Dante, avec son café et ses nombreuses drogues illicites. Si le duo connait quelques frictions depuis le premier tome, il n’en reste pas moins que chaque interaction reste un délice dont je vous laisse découvrir l’aboutissement !

    Outre les retrouvailles avec certains autres personnages tels que Santiago, par exemple, que l’on apprenait à connaître dans Tu tueras le Père, il y a aussi l’apparition de nouveaux personnages, dont notamment celui qui va le plus nous intéresser ! Page 283, retenez-la, on assiste à l’apparition d’une figure mythologique intrigante et que l’on voudra connaître, ou pas ? Interrogations sur interrogations avec cette chère apparition.

    On va de surprise en surprise, autant avec l’Ange qui nous intéresse, qu’avec les différentes révélations au cours des chapitres. Sandrone Dazieri sait doser, pas trop de révélations, mais assez tout de même pour donner envie de tourner les pages, et ça fonctionne ! D’autant plus qu’il aborde des thèmes actuels, dont celui par lequel toute l’enquête débute : le terrorisme. Un wagon entier de personnes retrouvées mortes, une revendication, mais ces réponses ne satisfont pas Colomba. Entre terrorisme et tensions religieuses, l’auteur manie son sujet dans le respect et, je crois bien, sans prise d’opinion, malgré les avis extrémistes que l’on trouve de chaque côté.

    Vous pourriez lire Tu tueras l’Ange sans passer par son premier tome, Tu tueras le Père, mais dans ce cas, vous y perdriez nombre de références ! Ainsi, ceux et celles qui ont lu les prémisses seront sans doute ravis de voir que la théorie du complot concernant l’armée et la présence d’un frère hypothétique pour Dante sont toujours en vogue. On y retrouve des renvois réguliers à ces deux éléments en particulier.

    Une fin explosive pour clôturer ce deuxième tome bien orchestré, que demander de plus ? On ne soupçonnait d’ailleurs pas le tout dernier chapitre, et même si l’une des fins se termine de manière brutale et un chouia frustrante parce qu’il y avait encore tant à dire, ça reste une fin qui nous tire une de ces têtes ! Comment ne pas ressentir de l’empathie pour certains personnages ?

    Certaines réponses sont enfin révélées, d’autres questions émergent. Tu tueras l’Ange promet une intrigue complexe qui nous plonge encore dans l’humain et ses dérives, toutes les monstruosités qu’il peut commettre et son désir de tout contrôler. Le dernier chapitre annonce une suite encore plus retentissante, un coup de maître pour la plume ! C’en presque été un coup de cœur, il manquait juste, à mon goût, un zeste de conclusion pour l’Ange.

  • Saveur Littéraire 3 avril 2019
    Tu tueras l’ange - Sandrone Dazieri

    Une suite est apparemment sortie en Italie, elle date de décembre 2018. Ne reste plus qu’à espérer une traduction bientôt :)

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.