Mauvais genre - Isabelle Villain

Notez
Notes des internautes
(12)
11
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups. Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

Vos avis

  • Sonia Boulimique des Livres 9 novembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    Voilà une petite pépite qui décline tous les codes du genre, pour le plus grand plaisir des lecteurs :

    Un chapitre d’accroche qui vous harponne littéralement, qui vous cloue au mur, qui vous glace jusqu’à la moelle, et vous n’avez plus qu’une envie : vous enfermer dans une grotte, un bunker, une yourte, peu importe, pourvu qu’on vous laisse tranquille pour continuer la lecture, afin de savoir ce qui va arriver à Hugo.

    Des chapitres relativement courts, qui impriment le rythme, avec l’aide d’intrigues qui s’emboîtent. Le suspense augmente page après page pour devenir insoutenable dans le dernier tiers. La violence dégouline des chapitres, toujours plus intense, le lecteur la ressent dans chaque pore. Ça suinte.

    Des thèmes durs et forts sont abordés : la violence conjugale, la violence psychologique et physique sur les enfants, les relations parents-enfants, mais également les transgenres. Les aspects médicaux, mais également sociaux ou encore juridiques de cette transidentité sont vraiment bien creusés et détaillés.

    L’équipe d’enquêteurs profite (et nous aussi) des derniers mois passés au 36 quai des Orfèvres, avant le grand déménagement rue du Bastion. Ce haut lieu tellement décrit dans tous les livres que j’ai dévoré, j’ai l’impression de le connaître. J’ai compté les 148 marches avec Cyril Bonaventure, j’ai respiré le parfum des couloirs et ressenti de la nostalgie.

    Rebecca de Lost, la cinquantaine bien affirmée, dirige son équipe et laisse quasi toute son énergie au 36. Cette veuve n’a pas d’enfants et ne vit que pour son travail. Enfin presque puisqu’elle a un amant, discret car marié, mais malgré cela, elle a des sentiments pour lui, même si elle ne veut pas l’admettre au départ. Voilà le genre de personnage qui me plait. Un fort caractère, un peu tête brûlée, avec une vie personnelle compliquée. Je me suis attachée à elle, il s’est passé un truc entre elle et moi. Les personnages secondaires sont eux aussi intéressants. Que ce soit Cyril, Olivier ou Melina, cette équipe aussi soudée qu’hétéroclite nous brosse un portrait tout à fait réaliste de ce qu’est une vie d’enquêteurs. Et les tensions entre eux donnent de la consistance à l’ensemble, cela ne doit pas être facile de travailler dans ce métier, et ici, c’est très bien démontré !

    Les détails de l’enquête sont passionnants. J’ai particulièrement apprécié l’explication du gouffre qui existe entre les sociopathes et les psychopathes. J’ai failli prendre des notes ! Je pense avoir loupé ma vocation. Le profilage, c’est ma tasse de thé !!

    La fin était savoureuse à souhait. Très bien construite, originale et surprenante.

    Il faut savoir que c’est le 5ème roman d’Isabelle, et le 3ème mettant en scène Rebecca de Lost. Il n’est pas nécessaire de les avoir lu pour comprendre ce roman. Malgré tout, je regrette de ne pas avoir dévoré "Peine capitale" et "Âmes battues" (qui à reçu le prix polar du festival d’Arcachon), histoire de passer plus de temps avec Rebecca et connaître son passé.

    Une très belle lecture que je vous recommande.

  • Mes évasions livresques 15 novembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    Mauvais Genre est un thriller efficace et captivant de bout en bout, une très belle surprise.

    Isabelle Villain n’en est pas à son premier roman et reprend le personnage de Rebecca de Lost qu’on pouvait déjà trouver dans ses romans : Peine Capitale et Âmes battues, parus aux Éditions Auteurs d’Aujourd’hui, dans la collection : Policier.
    Ce roman peut se lire totalement indépendamment des autres ;)

    Dans ce thriller palpitant, nous suivons donc Rebecca de Lost et son équipe, qui enquêtent sur deux affaires distinctes abordant les thèmes de vengeance, de manipulation, de transsexualité et de tueurs en série.

    Les personnages sont attachants et bien développés et les intrigues parfaitement ficelées.
    Le lecteur commence le roman et se retrouve emporté dans un redoutable page-turner, qui enchaîne les fausses pistes et les faux-semblants et là est peut-être le seul défaut du livre ... En effet, le rythme de ce livre est parfaitement soutenu, on ne s’ennuie à aucun moment mais j’ai regretté, pour ma part, que l’histoire de base devienne, au fil du roman, secondaire, même si l’intrigue qui prend place est tout à fait passionnante...
    Et la fin m’a laissé un peu sur ma faim... j’en voulais plus, ce qui est bon signe, mais quand le livre est terminé, il n’y a d’autre choix que d’espérer très fort qu’un autre roman viendra très vite ^^

    Mauvais Genre est une très belle réussite de l’auteure, qui s’affirme avec une plume addictive et incisive...
    Je ne peux faire autrement que de vous le conseiller pour passer une palpitante évasion livresque :)

  • Le Monde de Marie 15 novembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    C’est avec grand plaisir que j’ai découvert la plume de l’auteure. Je regrette d’ailleurs de ne pas l’avoir fait avant car cet ouvrage est vraiment très bon. Difficile d’ailleurs de vous en parler sans vous le spoiler.

    Dès les premières lignes, on se retrouve embarqué dans l’histoire. On est profondément touché par ce petit garçon. Hugo, qui a eu le cran de dénoncer son père après la perte de sa maman. Mais cela n’est alors qu’un retour vers le passé afin de nous livrer les prémisses de l’histoire….

    Une jeune femme est retrouvée assassinée. On ne voit alors pas où est le lien avec Hugo et il faudra attendre que le commandant Rebecca de Lost avance dans son enquête pour le découvrir. Là-dessus, je dois dire que l’auteure a fait fort car je ne m’attendais pas du tout à une telle révélation.

    A travers la victime même de ce crime, elle va s’attaquer à un sujet fort délicat et assez tabou encore de nos jours. Je ne vous dirais bien sûr pas lequel mais je peux vous assurer qu’elle l’a très bien traité et que j’ai appris de nombreuses choses.

    A côté de l’intrigue principale, le commandant voit un assassin qu’elle croyait avoir mis derrière les barreaux reprendre du service. Un coup dur pour son équipe. Un nouveau crime à travers lequel il lui laisse un message. Mais aussi, comme si elle n’avait pas déjà assez à faire, elle fait elle-même l’objet de menaces. Elle aurait voulu cacher ces dernières mais ses proches vont en prendre connaissance et vite se rendre compte qu’elle est véritablement en danger.

    Plusieurs intrigues donc qui nous offre un récit prenant et palpitant. Le danger plane et s’est sur la toute fin que les choses vont enfin s’éclaircir. Une dernière partie sous haute tension où l’auteure ne va pas ménager ses protagonistes.

    Un livre qui se lit d’une traite tant l’intrigue est bien construite et terriblement prenante.

    Une auteure que je vais suivre

  • Nathalie Brazier 16 novembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    MAUVAIS GENRE n’en a que le titre dans le genre Policier !

    Bravo Isabelle ! Un très bon cru, encore un ! Un nouveau Prix ?
    J’ai tellement cru en mon intuition, dans la peau de Rebecca de Lost. Le coupable je l’avais... à ce petit indice lâché « innocemment » assez tôt dans le récit...
    J’ai été une fois encore bluffée !
    Suspens garanti, hors piste, un rythme qui s’accélère... Quel dénouement !
    Tous les ingrédients du bon polar avec des personnages tout en profondeur qui apportent beaucoup de liant au récit.

    Un INCONTOURNABLE en cette fin d’année.

  • Nathalie Brazier 17 novembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    MAUVAIS GENRE n’en a que le titre dans le genre Policier !

    Bravo Isabelle ! Un très bon cru, encore un ! Un nouveau Prix ?
    J’ai tellement cru en mon intuition, dans la peau de Rebecca de Lost. Le coupable je l’avais... à ce petit indice lâché « innocemment » assez tôt dans le récit...
    J’ai été une fois encore bluffée !
    Suspens garanti, hors piste, un rythme qui s’accélère... Quel dénouement !
    Tous les ingrédients du bon polar avec des personnages tout en profondeur qui apportent beaucoup de liant au récit.
    Un INCONTOURNABLE en cette fin d’année.

  • Les Lectures de Maud 21 novembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    Nous voici plongés dans une enquête qui va donner pas mal de fil à retordre à Rebecca et son équipe, le décès d’Hugo. De fausses pistes en mésaventure, en passant par des impasses, les protagonistes vont devoir user de patience et de prudence. Parallèlement, d’autres intrigues sont développer, s’immiscer, s’imbriquer, se dénouer, et aboutir ou pas. Quel suspense !!!
    Les personnages d’Hugo et Angélique m’ont totalement fascinée, très bien aboutis, très attachants. Une équipe d’enquêteurs dont on découvre la vivacité, le courage et le panache. Des personnages également très sombres sui vont se révéler être des êtres redoutables.
    Ce roman est mené tambour battant, rythmé, avec de nombreux dialogues, des chapitres courts, plusieurs événements qui s’entremêlent : un ensemble qui tient le lecteur en haleine. Une écriture fluide, dynamique et addictive. Au-delà du côté thriller, très bien ficelé avec une fin époustouflante (je me suis faite avoir) ; l’auteure soulève l’épineux regard que peuvent porter certaines personnes, la famille face au genre. Ce thème très bien exprimé, documenté et réveille chez le lecteur de multiples réflexions sur notre société. Je félicité l’auteur pour cet opus qui m’a littéralement embarquée, lu en 24 heures. J’irai découvrir les deux aventures précédentes du Commandant Rebecca de Lost, le personnage m’intrigue. A lire, à faire découvrir et à offrir à Noël.

  • L’atelier de Litote 21 novembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    Un superbe thriller signé isabelle Villain avec tout ce qu’il faut dedans pour nous faire passer un excellent moment de lecture. J’ai été frustré d’apprendre que ce roman est le troisième mettant en scène Rebecca De Lost et oui on passe facilement à côté, du coup j’ai noté les titres dans ma wish list. Heureusement il peut se lire séparément et les références aux autres tomes n’empêchent pas la compréhension de celui-ci.
    Dès les premières lignes j’ai été happée par la terrible histoire du petit Hugo qui voit sa mère succomber sous les coups de son père. Un drame familial mais pas seulement et c’est là, la grande originalité de ce roman. De nombreuses années plus tard, Rebecca De Lost se retrouve chargée d’enquêter sur le mort d’une belle jeune femme poignardée dans son appartement. Quel est le lien entre ces deux affaires ? L’auteur sait soigner ses personnages et l’on découvre avec plaisir les différents membres qui composent sa brigade. Leur qualité et leur défaut mais surtout leur loyauté envers leur chef, Rebecca qui dirige leur brigade à la Crim’. Veuve, la cinquantaine et sans enfant elle réapprend à aimer au côté de Tom lui aussi chef de brigade, marié et père de deux enfants.
    Les dialogues sont bien écrits et donnent un rythme enlevé et fluide qui ont rendu ma lecture très agréable. Quant à l’intrigue, que dis-je les intrigues car il y a plusieurs pistes à suivre, elles sont bluffantes et je suis restée en haleine jusqu’ à la fin. Le thème de ce livre reste encore très tabou dans notre société, l’auteure a su le mettre en avant avec respect et nous permettant de comprendre un peu mieux le thème. J’ai adoré la dernière ligne droite du livre qui est un peu comme une cerise sur un beau gâteau, tout en tension et en suspense. J’ai hâte de lire la suite des aventures de Rebecca et de sa fine équipe car la fin n’offre aucun doute possible, on veut en savoir plus. Bonne lecture.

  • LouP 23 novembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    La bonne surprise de la rentrée. Un scénario solide, une intrigue palpitante, un style efficace, j’adore !

  • pascale 28 novembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    Un suspense qui monte, un epilogue inattendu, ( j ai cru un moment avoir trouve le coupable ..) et une suite que l on espere tres bientot en librairie. Merci pour ces nouvelles aventures du commandant De Lost.

  • Emilie Resse 6 décembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    Il en faut du courage au petit Hugo pour dénoncer son père qui, une fois encore aura frappé sa femme bien trop violemment. Un début de livre brutal, qui nous met directement dans l’ambiance.

    Puis, on bascule 23 ans plus tard pour retrouver Rebecca De Lost, commandant au fameux 36 Quai des Orfèvres. Elle va devoir enquêter sur le meurtre d’une jeune femme, sauvagement assassinée à son domicile. Hugo, va alors ré-apparaître.

    Parallèlement, Rebecca reçoit des lettres anonymes, des appels masqués…quelqu’un cherche visiblement à l’impressionner, mais cela ne prend pas avec elle. Avec son fort caractère, elle n’en a que faire.

    Isabelle Villain manie merveilleusement bien le suspense ! Elle nous embarque dans cette enquête, nous livre de fausses pistes,… En plus d’être plongé au cœur de l’enquête, on plonge dans la vie de ces hommes et femmes du 36 : leurs relations, leurs doutes, leurs vies de famille explosées. Leurs forces et leurs faiblesses sont explorées avec succès. Les personnages sont bien décrit, bien travaillés. On a ce qu’il faut en descriptions pour bien poser les scènes, pas de blabla pour rien.

    Dans Mauvais genre, on retrouve également de la violence. Un début d’histoire très brutal, puis un meurtrier en série qui sévit et offre le martyr à ses victimes.

    Dans ce livre, on voit encore une fois combien notre enfance a un impact sur notre devenir, sur ce que nous devenons adulte (je crois que c’est le 3ème livre d’affilé que je lis et qui touche ce sujet). Comme son titre l’indique, le livre traite aussi du sujet de la transsexualité, de l’acception des proches. Enfance et transsexualité sont liés, pour le meilleur et pour le pire dans certains cas.

    Mauvais genre est un thriller haletant, prenant, captivant que je recommande de lire ! Il se lis rapidement, se dévore même, tant l’écriture est fluide.

    Il m’a cependant manqué un petit quelque chose, un je ne sais quoi, pour en faire un petit bijou à mon goût. Mais c’est avec plaisir, que je lirais la suite des aventures du commandant De Lost.

  • Anne P. 11 décembre 2018
    Mauvais genre - Isabelle Villain

    Pour moi qui ne lis quasiment jamais de romans policiers et qui ne suis pas une grande adepte du genre, ce livre a été une belle révélation. J’ai été dès les premières pages emporté par le rythme du livre : la construction du livre en chapitres courts est très intelligente car elle nous amène à sans cesse en commencer des nouveaux...et nous voilà à la fin du roman en quelques heures à peine sans avoir pu le lâcher ! J’ai aussi beaucoup aimé l’alternance de plusieurs histoire qui fait que l’interêt est sans cesse relancé, ainsi que le contexte très actuel et les passages extrêmement bien documentés sur différents sujets de société. Enfin, et cerise sur le gâteau, « Mauvais Genre » est très bien écrit, dans un style à la fois fluide mais précis . Je crois que j’y ai pris goût et j’attends avec impatience la suite !

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.