Le Collectionneur - Fiona Cimmins

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

18 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
3 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Le Collectionneur a tout organisé et mène une double vie. Dans l’une, Monsieur Tout-le- monde, il est dans l’autre le gardien d’un macabre musée de famille : une collection d’ossements humains.
Les collectionneurs cherchent toujours la rareté, l’objet unique. Or à Londres, deux enfants souffrent d’une maladie génétique orpheline qui fait se dédoubler les cartilages puis pousser les os jusqu’à l’étouffement : la maladie de l’homme de pierre.
Dans sa traque éperdue, Le Collectionneur parviendra à déjouer la vigilance du père de Jakey et celle d’Etta Fitzroy, trouble détective qui enquête sur une série d’enlèvements.
Avec un style-cutter aussi efficace que glaçant, Fiona Cummins plonge dans l’âme du psychopathe et le calvaire des familles.
Les Anglais ont adoré.

Vos #AvisPolar

  • Sangpages 28 octobre 2018
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Alors que Clara est enlevée à la sortie de l’école, Jakey est à l’hôpital après avoir chuté. Un an auparavant, Grace Rodriguez, une ado a disparu alors qu’elle se rendait à un examen de danse. Seuls les bouts de ses doigts et de ses orteils ont été retrouvés dans une forêt. Quel peut bien être le point commun entre ces trois enfants ?
    L’auteure nous annonce d’emblée la couleur. Clara est dans les mains du Collectionneur et Jakey suivra le même chemin. C’est habilement fait et ajoute une touche toute particulière de fin imminente.
    "Le Collectionneur" ? Un tueur, un prédateur qui laisse des squelettes de lapins sur les lieux de ses enlèvements. Un homme qui vénère les os et les collectionne comme l’on pourrait collectionner des pièces de monnaie rares. Un homme qui connait chaque os, chaque particularité. Un homme qui cherche LA pièce rare à ajouter à sa grande collection. Un homme qui chaque jour est, pourtant, au chevet de sa femme malade. Un homme qui répond à un devoir. Un homme qui suit juste une ligne...
    Des tueurs, on en voit pas mal dans les thrillers. Ils ont toujours quelque chose d’un peu pareil. J’avoue que Fiona Cummins a réussi le tour de force d’en créer un tout particulier. De ceux que tu te rappelles, de ceux qui font la différence et c’est sans doute ce qui m’a le plus percutée dans ce livre. Son collectionneur est clairement fascinant !
    En dehors de l’intrigue, la maladie est omniprésente. Elle en devient presque un personnage à part entière. L’atteinte à la personne, l’atteinte à la famille, l’éclatement qu’elle provoque, la douleur non seulement physique mais psychologique de tous. Tout est merveilleusement bien décrit et fait froid dans le dos avant même que le tueur pointe le bout de son nez.
    La douleur imprègne chaque page, laisse une empreinte, une marque et donne à ce récit cette touche particulière. Un décalage entre l’amour des parents, leurs dévotions à leurs enfants malades et l’horreur absolue. Tout est aussi touchant que terrifiant.
    La fin m’a laissée perplexe mais pour le reste, la trame est sans faille et tout est rondement mené.
    A lire, c’est certain !!

  • Ophé Lit 6 novembre 2018
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Le Collectionneur, chronique d’un roman écrit au scalpel !

    Le Collectionneur pourrait être votre voisin, votre patron, votre épicier, voir même votre libraire !
    Le Collectionneur est à la fois tout le monde et personne.
    Le Collectionneur se fond parmi la population, invisible aux yeux des passants.
    Le Collectionneur cherche ce qui est rare, et c’est des os qu’il est passionné.

    Dans ce thriller psychologique, Fiona Cummins nous entraîne à la poursuite de cet homme étrange pour qui, rien ne compte plus que sa collection hors normes.

    Quand il repère deux enfants présentant des déformations osseuses, il ne peut résister, ils doivent venir embellir sa collection privée. Unique, elle ne peut être exposée aux yeux de tous, mais peu lui importe, il le fait pour son plaisir mais aussi pour.... il vous faudra le découvrir vous même !

    Fiona Cummins signe avec brio son premier roman. Le style est affûté, dynamique mais aussi incisif. Pas de perte de rythme et une envie irrépressible de tourner les pages.

    Outre l’intrigue qui est bien construite, Fiona Cummins évoque des sujets difficiles tels que la maladie et le deuil d’un enfant. Ces deux sujets principaux sont la toile de fond de ce roman sur laquelle l’auteure a peint sa sombre histoire.
    Omniprésents, les deux sujets ne peuvent laisser insensible. J’ai souffert avec les parents de ces enfants mais aussi avec les enfants eux-mêmes, ces petits être courageux qui font preuves d’une force incroyable.
    Les aspects psychologiques des personnages sont particulièrement bien traités. Qu’il s’agisse de la souffrance des parents mais aussi de l’état d’esprit des enfants ou encore du culte que vous le Collectionneur aux ossement hors normes, l’auteure brosse méticuleusement chacun des portraits et nous livre un thriller puissant et passionnant.

    Un petit bémol sur la fin mais qui n’a pas gâché mon plaisir.

    Le Collectionneur est un roman que je ne peux que vous recommander !

  • L’atelier de Litote 13 novembre 2018
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Autant vous le dire tout de suite, j’ai adoré ce thriller. On sait tout de suite qu’on est en présence d’un sérial killer, on est avec un homme plutôt âgé qui contribue à agrandir une collection familiale, son père, son grand-père, son arrière grand-père, ont tous été des collectionneurs d’os. Pas n’importe quels os, non des os qui ont des particularités anatomiques différentes et que l’on trouve chez des personnes ayants des maladies rares ou des sortes de mutations, des os surnuméraires par exemple. Pour se les procurer, il n’hésite pas à traquer, enlever et tuer ses victimes. C’est donc tout naturellement qu’il va s’intéresser à deux enfants, Clara qui est atteinte d’une malformation au niveau des mains et Jakey qui est atteint d’une grave maladie impactant son espérance de vie la fibrodysplasie ossifiante progressive qu’on appelle aussi la maladie de l’homme de pierre.
    Les chapitres vont alterner les points de vue du collectionneur, des familles, des enfants et bien entendu celui très fort de l’inspectrice chargée de l’enquête. Etta Fitzroy reste marquée par l’échec de sa dernière enquête, elle va s’investir à 100% dans celle-ci. La tension monte et prend de l’ampleur lorsque Clara est enlevée. Il est aussi beaucoup question de la maladie dans ce livre. De la façon dont elle peut bouleverser la vie des familles, on ressent très fort les limites qu’elle impose aux enfants, à leur famille et leur vie avec et vraiment poignante. Pour moi la grande originalité a été le temps passé par l’auteur à nous montrer comment les familles « gèrent » l’enlèvement de leur enfant, c’était très fort et j’ai éprouvé de l’empathie pour les parents alors je vous laisse imaginer ce que l’on peut ressentir lorsqu’il est question du ressenti des enfants face à leur bourreau c’était bouleversant. Sans compter que je n’ai pas vu les pages passées, ce livre m’aura fait passer un excellent week-end de lecture intensive mais tellement bonne.
    Parlons maintenant du sérial killer, je suis restée un peu sur ma faim, je l’aurai souhaité plus présent, plus méchant, plus agressif. Si le souhait de l’auteure était de nous montrer qu’un sérial killer c’est à la base une personne comme vous et moi avec un boulot, marié, un jardin, des lapins, c’est parfaitement démontré mais ce qui le différencie de nous autres simples mortels, c’est tout ce qui se passe dans son repaire. Bonne lecture.

  • Sangpages 3 janvier 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Ce qu’Elisa en pense…

    Une fois ce livre fini, j’avoue que mon avis est quelque peu mitigé. Autant j’ai adoré la trame, l’intrigue, et surtout le tueur qui est juste fabuleux, autant ma lecture ne m’a pas parue très fluide.
    J’ai eu de la peine avec la façon dont les phrases étaient tournées, comme si la traduction de l’anglais rendait ce livre plus artificiel.
    Par contre, Fiona Cummins a su créer des personnages extraordinaires ! Que ce soit Erdman, Clara ou Jakey, ils sont tous très attachants. Mais au combien le profil du Collectionneur est incroyable ! Un personnage intriguant, dégoutant, ambigu, attachant, timbré, … J’aurais encore une centaine d’adjectifs à proposer pour le décrire. Tout ce que vous devez retenir c’est qu’il est INOUBLIABLE.
    Il faut quand même que je signale le fait que j’ai eu énormément de peine à rentrer dans l’histoire au début. Après la lecture de deux trois chapitres, j’en ressortais lessivée. Mais cela n’a duré que pour la première « partie » du livre. Ensuite, je suis rentrée dans un engrenage dont je n’ai pas pu m’échapper.
    Déception, pour ma part à la fin…je n’en dirais pas plus. A vous de le découvrir et de vous faire votre propre idée.

  • anne-lineC 3 janvier 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Le collectionneur est un polar qui se lit comme on regarde une bonne série policière en 6 épisodes . L’auteur vous place dans l’intrigue aussi bien du côté des victimes, de leurs familles , de l’enquêtrice mais aussi du serial killer. A chaque pause , on se dit vivement le prochain épisode, la tension monte jusqu’à la fin , l’écriture est efficace et vous tient en haleine . Quand vous tournez la dernière page , vous vous demandez si il n’y aurait pas une deuxième saison ...😅

  • Les Lectures d’Anne-Sophie 8 janvier 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Nous avons tous nos petits hobbys.

    La plupart du temps c’est totalement inoffensif.
    Par exemple lire, cuisiner, collectionner les timbres ou les pièces.
    Rien de bien méchant…
    Sauf que Le Collectionneur, ce qu’il aime amasser, ce sont les os.
    Aussi rares que possible.
    Et surtout humains.

    Un passe-temps tout de suite beaucoup moins gentillet.

    Et quand des enfants atteints de graves pathologies osseuses disparaissent, ça devient carrément angoissant.

    Parce que pour ce monstre, ce ne sont pas des enfants, mais juste des pièces rares à ajouter à sa collection.
    Cette fameuse collection, sacrée, qui se lègue de père en fils depuis des générations.

    Il ne reculera donc devant rien pour les obtenir.

    Face à lui, l’inspectrice Etta Fiztroy, femme profondément blessée mais incroyablement forte, Jakey, adorable petit garçon souffrant d’une effroyable maladie, et que l’on aimerait soustraire de ces pages pour le protéger, le choyer, Clara, petite poupée de 5 ans, que l’on voudrait également arracher de cet enfer, et les parents des enfants. Avec leurs problèmes, leurs douleurs, et leurs failles.

    Avec ce premier thriller Fiona Cummins frappe fort.
    Si le style reste conventionnel, il n’en est pas moins d’une précision chirurgicale pour décrire les actes et les pensées ou désirs profonds de chaque protagoniste.

    Quant à la forme, elle est, de mon point de vue, parfaite.

    Les chapitre courts s’enchaînent à toute vitesse, et le découpage en jours et en heures (voire en minutes parfois), nous rive à notre livre jusqu’à la dernière page.

    Le personnage du Collectionneur peut sembler peu étayé, mais on comprend rapidement que c’est un choix de l’auteure, qui fait sciemment de la collection le pivot central de cette histoire en lieu et place de son propriétaire.

    Pour preuve, tous les autres protagonistes sont on ne peut plus fouillés et leur psyché est un petit travail d’orfèvre.

    En plus d’être un excellent thriller, ce roman détaille très finement les souffrances auxquelles les familles font face devant la maladie, la disparition ou le deuil de leur enfant.

    Une lecture violente et terriblement addictive, qui nous fait attendre le prochain livre de l’auteure avec beaucoup d’impatience.

    Je remercie les Éditions Slatkine & Cie pour leur confiance et pour l’envoi de ce roman que je recommande fortement à tous les thrillers addicts et à tous ces qui aiment les livres très addictifs !

  • Lucie de Abracadabooks 17 janvier 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Journaliste de formation, Fiona Cummins se lance dans l’écriture et propose une histoire à vous glacer le sang. Le Collectionneur est l’un des turn-pages les plus horrifiques que j’ai jamais lu ! Même adulte, on regardera derrière les portes et sous les meubles avant d’aller dormir, terrifiés d’y trouver le croque-mitaine. Et pas de répit pour les lecteurs ; lorsqu’on ne tremble pas devant ce monstre, c’est pour les enfants, Clara et Jakey, que l’on aimerait savoir au chaud dans leur propre lit.

    Après une nuit blanche, je peux vous affirmer que Le Collectionneur est à la hauteur des meilleures histoires de Stephen King. Fiona Cummins crée des personnages tourmentés dans leur quotidien et criant de sincérité. Dans ce quartier de Londres, nous sommes loin des personnages caricaturaux que l’on peut parfois croiser au gré des pages d’un thriller mal conçu. Les problèmes de couple des parents des victimes sont un rappel constant de leur faiblesse les rendant d’autant plus humains et crée un parfait contraste avec la monstruosité du Collectionneur, dont le nom sera révélé en cours de lecture.

    On notera aussi la critique acerbe du milieu journalistique, à l’affût du moindre scoop et capable de tout pour avoir la primeur ; petit coup de coude à son ancienne profession ? Gageons que oui.

    Si vous n’avez pas encore envie de lire Le Collectionneur, peut-être devrais-je vous achever en vous parlant de la fin. Nom de Dieu, cette fin ! Elle est ouverte ! J’étais médusée. Mais rassurez-vous, Fiona Cummins a écrit une suite ; The Collector, parue début octobre 2018 en Angleterre… il n’y a plus qu’à attendre.

  • mavic 29 janvier 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Quoi de mieux qu’un kidnapping pour maintenir un suspens, susciter l’intérêt ? L’anticipation et le passage à l’acte vu par le kidnappeur lui-même.

    Si dans un premier temps on assiste de suite à l’enlèvement du premier enfant, ce n’est pas la même chose pour le deuxième. En effet, pour ce dernier notre Collectionneur met en place, prévoit son futur larcin. Et moi lectrice, j’e n’ai qu’une question en tête à ce moment-là : va-t-il réussir ?

    Et c’est ce qui change des thrillers que j’ai pu lire abordant ce sujet. Déjà car cela concerne des enfants mais aussi parce que c’est plus insidieux. Le collectionneur n’a pas pour objectif de torturer ou du tuer par pulsions pais pour des desseins plus malsains je dirais. Et le fait de pouvoir accéder à ses pensées majore cette sensation et met quelque fois mal à l’aise. C’est un personnage malsain mais c’est surtout un monsieur tout le monde ce qui est d’autant plus dérangeant.

    Mais l’autrice ne s’attarde pas seulement sur le collectionneur. Elle dépeint également ces familles que le malheur frappe subitement faisant tombers les masques. Drame familial parce que victime de l’enlèvement de leur enfant, mais aussi « drame » car il faut gérer son quotidien avec un enfant ayant un lourd handicap. Ainsi on entre au cœur de l’intimité de ces familles pour qui tout va bien en apparence. Si tout peut paraître superficiel et merveilleux de prime abord, les émotions vont croître et devenir un peu plus bruts, plus « vraies » et atteindre le lecteur d’une façon ou d’une autre.

    C’est un côté du livre que j’ai énormément apprécié car ce n’est pas juste ni tout blanc ni tout noir. C’est juste humain.

    L’autrice a décidé de s’appesantir dessus en parallèle de l’intrigue principale. Et force est de constater que ça ne donne que plus de valeur au livre, à l’histoire.

    En ce qui concerne l’intrigue, comme dit plus haut, cela va crescendo. Le but n’étant pas de voir les supplices commis sur l’enfant mais plutôt si le collectionneur va atteindre son objectif. La présence de chapitres courts permet de donner du rythme au livre, tout en alternant les points de vue de nos différents protagonistes faisant un point sur l’avancée de l’affaire, tant du côté des parents, que du collectionneur mais aussi de l’inspectrice Etta Fitzroy. C’est classique comme construction, mais ça marche à la perfection ici.

    Mon seul bémol dans l’histoire serait l’inspectrice Etta Fitzroy que j’ai trouvé un peu trop borderline à mon goût même si je peux l’entendre. Elle m’a quelque peu horripilé à quelques endroits rendant compliqué l’attachement envers elle, et d’être tout simplement empathique envers ce personnage.

    Ainsi tout le long de l’histoire j’ai tremblé, j’ai souris, j’ai été touchée par la détresse de certains de nos protagonistes car cela est raconté avec justesse sans tomber dans l’excès. Voir la souffrance des parents en détresse et en parallèle la jouissance du collectionneur n’a fait qu’exacerber cette aversion que l’on ressent vis-à-vis de ce dernier.

    Le dénouement est fort en émotions, c’est marquant et un peu frustrant en même temps. J’aurais aimé en savoir plus tout en sachant que ce n’est clairement pas possible. Mais quand l’envie est là, j’estime que l’autrice a réussi son pari de me faire aimer, avaler le livre tout en en redemandant.

    En bref,
    Pour un premier livre, Fiona Cummins s’en sort très bien. Entre alternance de points de vue sur une histoire sordide, elle exacerbe mon ressenti et me donne envie de tourner les pages jusqu’à la dernière. C’est criant de vérités, plein d’humanité (en ce qui concerne les familles hein), tout en étant horrifiant à certains moments. Préparez-vous à plonger dans un cauchemar pourtant bien réel ne rendant que plus tangible l’horreur dans laquelle nous plonge l’autrice. A consommer sans modération.

  • Livresse du Noir 6 février 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    100% glaçant, 100% addictif, 100% plaisir !

    Deux enfants sont enlevés, une troisième enfant a disparu depuis un an. Ils ont tous un point commun, lequel ? Ils ont croisé la route du Collectionneur. Un homme effacé, un monsieur tout le monde le jour, qui se transforme en un redoutable serial killer la nuit. Un tueur complexe et terrifiant qui collectionne les os humains pour son musée morbide transmis de père en fils. Mais attention pas n’importe lesquels, il cherche la rareté, des os spéciaux et uniques. Les enfants enlevés sont atteints de malformation osseuse. Clara a une malformation au niveau des mains et Jakey est atteint d’une maladie génétique rare, la fybrodisplasie ossifiante progressive, appelée la maladie de l’homme de pierre, des os supplémentaires poussent jusqu’à l’enfermer petit à petit dans son corps.

    Fiona Cummins nous offre un premier roman parfaitement maîtrisé, un page turner glaçant de 509 pages qui ne nous laisse aucun répit et se lit quasi d’une traite tant la mécanique est bien huilée.

    L’auteure apporte un « petit quelque chose » d’original et une touche de sensibilité particulière à l’histoire, elle donne une belle profondeur à tous ses personnages, les parents, les victimes, l’inspectrice et nous les rend tellement proches. Elle nous immerge complètement dans la vie des parents en nous faisant ressentir ce qu’ils endurent au quotidien avec la maladie de leurs enfants, leur désarroi, leur fragilité et leurs angoisses face à l’enlèvement. Criant de vérité et très touchant ! J’ai beaucoup aimé l’inspectrice qui mène l’enquête, une femme forte, déterminée, fragile, instable, en proie à des problèmes de couple et pleine d’empathie pour les victimes. Un mini bémol concernant le Collectionneur, il m’a manqué un petit truc, peut être aurais-je aimé qu’il soit plus mis en lumière. Je pense que l’auteure a fait le choix de mettre sa collection morbide au premier plan.

    Un course contre la montre qui nous maintient sous tension permanente, les chapitres très courts donnent un rythme de dingue à l’histoire, nous tournons frénétiquement les pages pour savoir si les enfants vont être sauvés par l’inspectrice Etta Fitzroy. Les rebondissements s’enchaînent de plus en plus vite jusqu’à la fin. Et quelle fin ! Je vous en parle ? WTF, j’ai juste failli jeter mon livre par terre.

    Mon petit doigt me disait que Fiona Cummins avait prévu une suite, elle vient de paraître en Angleterre, il n’y a plus qu’à patienter.

    Avis aux amateurs… un thriller que je vous recommande vivement !

  • Lectures Gourmandes 14 février 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Il y a ceux qui collectionnent les timbres, les bouchons des bouteilles de champagne, les figurines ou je ne sais quoi. Et puis il y a lui, Le Collectionneur, qui s’intéresse aux os. Oui, oui, les os. Mais pas n’importe lesquels, ça non. Il les aime rares, uniques…humains.

    Le Collectionneur a des yeux et des oreilles partout. Il tient ça de son père. Un lègue. Un amour ? Une passion ? Une folie ?

    Alors, lorsqu’il apprend qu’un petit garçon nommé Jakey Frith est atteint d’une maladie génétique rare qui lui fait se dédoubler son cartilage osseux, et qu’une petite fille, Clara Foyle, souffre d’une malformation osseuse des mains, il ne lui en faut pas moins pour tout faire et….arriver à ses fins ?

    J’ai lu ce thriller psychologique pendant Halloween et wahou, il a vraiment fait le job ! C’est glaçant, entraînant et ça fait frissonner. Ajoutez-y le rythme dynamique et incisif de la plume de Fiona Cummins, et il vous sera impossible de lâcher ce livre-scalpel. Pendant toute ma lecture, j’étais glacée à l’idée de suivre ce détraqué, j’avais envie (et en même temps peur) de savoir ce qui allait arriver aux enfants, j’étais bouche bée devant les découvertes que j’emmagasinais au fil des pages, je voulais savoir pourquoi, comment…

    En somme, ce livre avait créé de l’addiction dans ma petite tête de lectrice… Comme le font souvent les romans de chez Slatkine & Compagnie ! Alors, merci à eux pour cette très belle découverte !

  • Booksnpics 18 février 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Si le thème des tueurs en série a déjà été largement utilisé par les auteurs de thrillers, Fiona Cummins, à travers ce premier roman, a su renouveler le genre et y apporter sa touche personnelle. Plus qu’un serial killer, notre Collectionneur a, à coeur, de trouver la perle rare, le joyau qui lui manque.
    Tout d’abord attirée par la couverture, le résumé ne m’a pas laissé de marbre. J’aime beaucoup ce style littéraire – je ne m’en cache pas – et il était difficile pour moi de résister à la découverte de ce roman. Une chose est sûre, je n’ai pas été déçue. C’est le moins qu’on puisse dire. Tout dans ce livre est fait pour attirer le lecteur, amateur du genre. Les chapitres courts, le temps qui s’écoule, le rythme de lecture qui s’en suit, les personnages,… Il est vraiment difficile pour nous, pauvres lecteurs, de ne pas tourner frénétiquement les pages afin d’en connaître la suite. J’avoue, je l’ai dévoré et cette histoire me hante encore.
    Plus qu’un énième récit de serial killer, « le Collectionneur » est aussi le roman de la persévérance, de l’obstination, de l’espoir. J’ai hâte d’en découvrir la suite qui a déjà été éditée en VO aux éditions Pan Macmillan UK.

  • aa2liiinee 20 février 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Le collectioneur est un réel page turner aussi glaçant que fascinant. Son plus ? Une fin ouverte qui ne vous fera peut être plus dormir sur vos deux oreilles

  • ellemlire 21 février 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Le Collectionneur. Dans son antre, il expose des ossements. Des os humains. Des squelettes insolites. Maladie de l’homme de pierre, malformation, difformité, maladie génétique. Il cherche toujours à ajouter des nouvelles pièces à son musée. Cette collection commencée par son grand-père, complétée par son père. Une histoire de famille.

    "Là-haut, le silence l’engloutit. Il ferme les yeux et inspire profondément. Sa place est ici. Au milieu des os de la collection familiale. L’Ossuaire.
    Un trésor d’étrangetés transmis durant d’innombrables générations. Semé par l’alliance entre un pilleur de tombes et le chirurgien du roi, récolté par les mâles de la lignée, sa lignée, et exposé ici, dans cette maison."

    Dans sa ville, il a repéré des enfants, des spécimens intéressants. Parce que pour compléter sa collection, il faut des squelettes. Enlever des enfants. Les tuer. Nettoyer leurs os minutieusement.

    Le Collectionneur, à le suivre dans ses actes, on a froid dans le dos. On est dans sa tête, on suit son raisonnement, ses manigances, ces plans. Et dans le même temps, on suit ces enfants, et leurs familles. Chapitre après chapitre, on ressent l’angoisse des parents et la motivation malsaine du Collectionneur. On se demande qui il est, jusqu’au il va aller. La tension monte crescendo. On tourne les pages, on ne repose pas le livre.

    "À côté de ces ossements, un sachet de bonbons à la fraise, déchiré, a déversé dans le carton du sucre glace rose évoquant les capitons de soie d’un cercueil."

    Fiona Cummins nous maintient dans un état d’angoisse permanent. le sort des enfants, c’est un sujet tellement sensible. Avec un style pourtant simple mais très efficace, elle nous maintient dans l’attente. On frissonne. On aimerait pouvoir protéger ces enfants. Et surtout, on ne voudrait pas surtout être à la place de leurs parents. A attendre, à ne pas savoir. On ressent vraiment le désespoir, et l’angoisse, l’immense vulnérabilité des parents face à l’attente.

    "L’espoir vous rend vulnérable."

    En bref, le Collectionneur, c’est un page-turner glaçant, un thriller addictif malgré le peu de rebondissements. A éviter si les histoires d’enlèvements d’enfants vous terrifient.

    Merci aux éditions Slatkine & Cie pour cette lecture.

  • LeslecturesdeMoe 27 février 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    ☠️ ATTENTION : FRISSONS GARANTIS ☠️

    Je pense que ce livre était le livre parfait pour la période d’Halloween. Il est psychologique, glaçant, et chirurgicalement effrayant !

    Ici, plusieurs familles partagent un point commun : leur enfant partagent malheureusement une maladie osseuse. Et comme si leur vie n’était pas suffisamment difficile ainsi, le Collectionneur a décidé qu’il souhaitait ajouter les squelettes des enfants à sa Collection.

    Le Collectionneur partage avec les lecteurs son mode de fonctionnement : l’approche de ses victimes, sa façon de les subtiliser, la séquestration, et surtout, les détails chirurgicaux de son process. C’est important, il faut que tout soit parfait pour être exposé dans son musée des horreurs... qui fait partie du patrimoine familial. On comprend le côté psychologique quand on voit que sa passion lui vient directement de son père... héritage familial !

    Bref, si vous cherchez un livre qui fait peur, une histoire "creepy as hell" qui vous donne envie de hurler en lisant la fin, alors c’est le livre qu’il vous faut ! Allez-vous survivre au Collectionneur ? ☠️

  • manonlit_et_vadrouilleaussi 27 février 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Un psychopathe et des os ! Voilà deux thématiques qui m’intéressaient fortement 😆 oui que voulez-vous on a tous ses petites passions 🙄.
    •• 🍁🍁
    Notre collectionneur n’est pas un enfant de cœur. Les timbres ?! Non,non... sa passion à lui : collectionner les os humains ! Mais pas n’importe lesquels : les difformes, les rares « la beauté est dans l’imperfection » et qu’importe si leur enveloppe n’est pas encore morte, il a un devoir à accomplir, une tradition familiale à perpétuer... « à chaque génération sa collection ».••
    🍁🍁
    Fiona Cummins nous entraîne dans un thriller glaçant mais dont on ne peut pas se détacher. Plus de 500 pages avalées en 1 jour et demi ! Plus qu’une histoire de tueur en série, l’auteure nous immerge dans la psychologie des personnages : des couples qui sont de parfait étranger l’un pour l’autre, une fonctionnaire de police émotionnellement instable et un « monsieur tout-le-monde » en guise de tueur qui aime profondément sa femme.
    On suit l’enquête au jour le jour presque heure par heure. On veut protéger ces enfants et découvrir qui est ce criminel. Et la fin ... et bien je vous laisse la découvrir 😆

  • calyenol 28 février 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Hello vous 🤗
    Hier j’ai refermé "Le Collectionneur" de Fiona Cummins.
    Et c’est sans conteste un : ⭐⭐⭐⭐⭐/5

    <<< La mort exprime sa cruauté en brutalisant le cours ordinaire de la vie.L’existence tourne autour de l’école,des cours de natation,des jeux,et puis brusquement,tout s’arrête. >>>

    Quand Ol’Bloody Bones décide de parfaire son musée secret,musée débuté avec son père et auquel son grand-père a également contribué,il opte pour un choix spécial.
    Des enfants imparfaits pour certains mais parfaits à ses yeux.
    Et cette perfection,il la voit chez Clara et Jakey.
    Clara qui souffre d’echodactylie,il lui manque deux doigts à chaque mains,et Jakey qui est atteint de fibrodysplasie ossifiante,plus connue sous le nom de maladie de l’homme de pierre.
    De kidnappings en offrandes d’ossements de lapins,me voilà plongé dans une enquête difficile avec l’enquêtrice Etta Fitzroy,qui est un brin perturbée par ses tourments personnels.

    Je passe du chaud au froid,du calme au stress,j’accompagne les parents dans leur douleur et leur peur de ne pas savoir s’ils vont retrouver leurs enfants....vivants ou morts.
    Je suis dans l’angoisse à côté des enfants qui souffrent dans le noir et qui se demande ce que le croque-mitaine va faire d’eux.
    Je suis fascinée par cet homme,ce collectionneur qui n’a d’amour que pour sa femme et ....les os.
    Sa froideur calculatrice,son désintérêt total sur ce que peuvent ressentir ses victimes et leurs familles.

    Ce livre m’a captivé du début à la fin.
    Un thriller tout ce qui a de malsain,de dérangeant.
    Un néant qui se pose entre le coeur et la raison qui font défaut au collectionneur,un personnage sans peur,sans limite.
    Une excellente lecture avec ce livre.

  • loauchocolat 2 mars 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Le collectionneur mène une double vie.
    Monsieur Tout le monde dans l’une, il est, dans l’autre, le gardien d’un musée secret qu’ont constitué son père et son grand-père avant lui, une collection d’ossements humains.

    Les collectionneurs cherchent toujours la rareté, l’objet unique. Et il y a à Londres deux enfants atteints d’une maladie génétique orpheline qui fait se dédoubler les cartilages puis pousser les os jusqu’à l’étouffement, la maladie de l’homme de pierre.

    C’est un thriller efficace, noir, angoissant, bien écrit. Un page turner avec une flic torturée et des gens névrosés dedans, j’adore ! Même si c’est un peu flippant de si bien connaître un psychopathe 😱

  • Au fil des Pages 5 mars 2019
    Le Collectionneur - Fiona Cimmins

    Ohhhh Ouiiii !!!! Ce livre est carrément WAOU !!!

    Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un thriller tant original et j’avoue que je suis fan !

    Cependant ce livre n’est pas fait pour tout le monde ! Sachez le il est glauque et sombre.

    Il évoque des enfants avec des problèmes de santé et notamment qui ont des graves pathologies osseuses avec ce "collectionneur" qui les traque pour en faire leur proie.

    Ce monstre souhaite juste agrandir sa collection d’os que ce soit des enfants ou NON et c’est là que les drames surgissent.

    J’ai adoré la psychologie des personnages et des familles des victimes, L’ambiance angoissante du début à la fin. Toutes ces émotions qui transportent le lecteur et en tant que parent je ne peux que m’identifier à ces personnes COUP DE COEUR pour le personnage de jakey ( qui est atteint d’une grave maladie impactant son espérance de vie la fibrodysplasie ossifiante progressive qu’on appelle aussi la maladie de l’homme de pierre)

    Fiona Cummins nous embarque dans la folie et dans un état d’angoisse permanent au fil des pages ... un vrai page turner glaçant à souhait

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.