Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

43 #AvisPolar
15 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

"Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver". Depuis qu’Eloane Frezet, la tueuse en série la plus abjecte de ces dernières années, a prononcé ces mots, Alix Flament vit dans l’angoisse que la criminelle sanguinaire s’évade de prison... Alors, quand la journaliste reçoit un coup de téléphone d’Eloane en pleine nuit, elle comprend que la meurtrière va honorer sa promesse... Une promesse de sang.

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Angie - Blog Culturez-moi 22 février 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Une tueuse fanatique
    Alix Flamant est journaliste dans la région de Chambéry. Si au moment où débute le récit elle se concentre à la rédaction d’articles politiques, son passé lui est tout autre. Plusieurs années auparavant, elle fût la seule à pouvoir interroger Eloane Frezet, tueuse en série la plus célèbre de son époque. Avec elle, personne n’échappait à la mort : hommes, femmes, enfants et même les animaux de compagnie. Dans le sillage de sa folie meurtrière rien n’avait survécu. Le livre qui relatait ces entretiens avec la criminelle avait donné son heure de gloire à la jeune journaliste.

    6 ans plus tard, quand débute le roman, Eloane vient de s’évader de prison de manière théâtrale en laissant une fois de plus des cadavres sur son passage. La première personne qu’elle contacte est bien évidement Alix, la journaliste qui a couché sa vie de tueuse sur papier. La traque et le jeu de piste se mettent en place plongeant le lecteur dans une cavale haletante.

    J’ai beaucoup aimé le choix d’une femme dans le rôle de la tueuse en série. On a plus fréquemment l’habitude de voir des hommes sanguinaires, des bêtes contrôlées par leur soif de sang et leurs pulsions perverses. Ici, la meurtrière est une femme terriblement calculatrice, manipulatrice, intelligente aimant par dessus tout brouiller les pistes et jouer avec ceux qui la traquent. Si la police et les hommes ont bien évidemment leur place dans le roman c’est avant tout l’affrontement psychologique entre ces deux femmes qui portera tout le récit.

    Le jeu du chat et de la souris
    Le premier tiers du roman est assez abrupt pour le lecteur. On est directement placé au coeur de l’action dès les premières pages, sans véritablement prendre le temps de connaître les personnages. Au début de ma lecture j’avais un peu de mal à m’y retrouver. Beaucoup de noms, de lieux différents. J’avais des difficultés à cerner l’héroïne notamment. Peut être un peu trop habituée à ce qu’on me dresse d’entrée de jeu sur un plateau le portrait et le passé des personnages. De même pour Eloane, cette tueuse en série dépeinte comme une des plus dangereuses de son époque. Dans les premiers chapitres, l’auteure nous livre très peu d’informations sur ses crimes, son mode opératoire, ses motivations.

    La surprise vient une fois passé ce premier tiers. Petit à petit, le passé des personnages est mis en avant et le tableau prend forme. La police suit les indices disséminés par Eloane comme le Petit Poucet. La traque se met en place à un rythme fou tandis que la meurtrière souhaite achever son « oeuvre ». La deuxième moitié du roman m’a complètement happée dans sa chasse à l’homme (ou plutôt à la femme) effrénée, pleine de rebondissements. Gaëlle Perrin-Guillet sait habillement distiller les informations nécessaires à la compréhension de l’histoire et à la mise en lumière des éléments. Le rythme fou de cette traque prend fin dans un final totalement explosif.

    En bref
    J’ai presque envie de comparer ce roman à un diesel. Il démarre doucement pour ensuite dévoiler toute la puissance de son moteur. Quand les éléments commencent à s’assembler et le rythme à s’emballer on peut difficilement lâcher le roman. J’aurais aimé des chapitres un tout petit peu plus courts. Je pense que cela aurait donné encore plus de rythme à l’action. Une lecture très agréable et pleine de surprises que je vous recommande chaudement.

  • LadySeve 24 février 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    J’ai parcouru ce livre comme on court un marathon. L’auteure nous entraîne dans une cavale haletante de la meurtrière Eloane Frezet, rendue célèbre par la publication du livre de son interview par la journaliste Alix Flament.

    La plus grande tueuse de son histoire s’est échappée de sa prison pour continuer à exécuter son plan, d’une précision chirurgicale, alors interrompu quelques années plus tôt par son arrestation.

    Le monstre est donc lâché : une course contre la montre s’engage avec la police afin d’arrêter cette tueuse sanguinaire dans sa folie meurtrière de tuer un maximum de monde afin de parachever son oeuvre .

    Le lecteur court à en perdre haleine sous une pluie de cadavres parsemés d’indices plus gores les uns les autres aux détails d’une cruauté sans nom. Eloane exécute de sang froid son plan, trompe les inspecteurs et mène tout ce beau monde à la baguette telle une marionnettiste, en distillant pièce par pièce son puzzle machiavélique jusqu’au dénouement final.

    Eloane avait prévenu Alix : Elle tient toujours ses promesses. La proie traquée ne serait finalement pas celle qu’on croit. Cette femme calculatrice n’a que pour seul leitmotiv l’amour.

    Saurez-vous écouter la musique de cette danse macabre sans qu’un frisson d’horreur vous parcoure ? A moins que la peur de le découvrir ne vous détourne de toute cette barbarie musicale …

    Ce roman est une magnifique pépite et je vous invite à le lire dès sa sortie.

    Extrait : Tout était limpide. Sa motivation : l’amour fou, disait-elle. Son mode opératoire : toujours le même. sa dénonciation : involontaire. Et son arrestation. Malgré tout, le rouage essentiel n’y était pas. Pourquoi ?
    Quelle était cette œuvre soi-disant de génie qu’elle poursuivait ? Il avait eu beau tourner les pages, s’abreuver des détails sanglants de ses meurtres, parfois même il avait essayé de se mettre à sa place, tenté de la comprendre de " l’intérieur ", rien ne lui avait sauté au visage, pas le moindre indice. Les flics affectés à cette affaire avaient bien bossé à l’époque, tout avait été passé au peigne fin. L’assassin avait fini derrière les barreaux, au final, c’est ce qui comptait le plus.
    Aujourd’hui, tout était à refaire …

  • bookliseuse 27 février 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Alix Flament 37 ans vit à Chambéry. Durant 10 ans elle a été journaliste d’investigation. A cette époque elle arpentait les rue au côté des policiers à la recherche de criminels.

    Puis un jour, les rôles s’inversent de celle qui cherche la vérité, qui traque afin d’aider les victimes, elle devient la cible d’une psychopathe : Eloane Frezet. Par peur de celle-ci, elle décide de changer d’orientation et devient journaliste politique. Mais elle garde une boule au ventre, la peur que Eloane ne sorte un jour de prison, et qu’elle ne mène à bout sa terrible menace : “Quand je sortirai, tu seras la première prévenue…Je saurai te retrouver.”

    Mais voilà 6 ans après cette menace,Eloane réussit à s’enfuir de prison. Commence alors un terrible jeu du chat et de la souris entre les 2 femmes.

    On a froid dans le dos rien que de penser que cette serial killeuse a eu une enfance normale et heureuse, basculant dans la folie après sa rencontre avec un détenu.

    Les faits s’enchaînent à la perfection, Eloane est froide, calculatrice. Alix fragile, terrorisée, la victime parfaite ! Tous les ingrédients sont là pour en faire un roman inoubliable qui vous fera froid dans le dos, en effet Eloane n’a aucun scrupule ni regret face à ses crimes. Sa folie fait peur car elle s’apparente à une personne normale, rien ne peut la différencier d’une personne lambda, elle se glisse dans la foule passant inaperçue. Elle pourrait être votre gentille voisine si serviable…

    Un très bon roman, qu’il aurait été bien dommage de ne pas découvri

  • La Papivore 27 février 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Eloane Frezet, dangereuse tueuse en série, s’évade de prison. Elle a bien pris soin de contacter Alix Flament, journaliste de son état, pour lui dire qu’elle tiendrai sa promesse : Eloane veut retrouver Alix et la tuer. Pourquoi me direz-vous ? Et bien lorsqu’elle était en prison, Eloane a répondu aux questions d’Alix, qui en a fait un livre. Sauf que ce livre a desservi la tueuse au moment où sa libération conditionnelle devait être décidée. Un monstre est donc dans la nature pour la deuxième fois, les équipes de police sont sur les dents, et Alix est complètement chamboulée.

    La tueuse en série est intelligente. Alix et les enquêteurs sont rodés aux méthodes d’Eloane qui aime jouer avec leurs nerfs. Et personne ne comprend ce qui la pousse à commettre ces crimes odieux : le mobile est inconnu. Elle tue au hasard, hommes, femmes, enfants, animaux. Alors les policiers vont se replonger dans le dossier de la tueuse afin d’essayer d’anticiper ses faits et gestes et surtout de comprendre pourquoi elle tue.

    Les chapitres du livre, courts, sont entrecoupés d’extraits des entretiens entre Alix et Eloane. Nous sommes donc invités à essayer de comprendre ce qui la motive. Et on se rend vite compte que la tueuse a une idée en tête et qu’elle est prête à tout pour finir son « œuvre » : c’est un jeu du chat et de la souris entre Alix et celle qui a promis de la tuer.

    C’est un très bon livre : rythmé, bien écrit, un méchant cruel qui est en fait une méchante, un leitmotiv très original…

    J’ai trouvé la première moitié un peu lente et que les phrases étaient remplies d’expressions toutes faites. Mais tout s’accélère ensuite pour un final détonnant.

  • Djustinee 3 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    "Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver."

    C’est la phrase qu’Alix Flament s’est entendu dire de la part de la tueuse en série, Eloane Frezet. Une promesse... Depuis, Alix vit dans la peur que la tueuse sorte de prison.

    Un jour Alix reçoit un appel... C’est la tueuse. S’ensuit alors une vraie chasse à l’homme, ou à la femme en l’occurrence.

    Alix est le "but" d’Eloane mais la tueuse ne commencera pas par là ;Alix doit souffrir. Pour la police, il faudra recommencer le travail d’investigation mené il y a quelques années pour l’arrestation de la tueuse.

    Un petit thriller noir qui m’a tenue en haleine du début à la fin, il n’y a pas de pauses. C’est très bien écrit et le suspense est prenant.

    Les scènes sont bien décrites mais attention aux petits cœurs, on est dans des scènes très violentes, ce qui ne me dérange pas personnellement !

    Je vous conseille tout simplement ce thriller !

  • claire chronique 5 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Tout d’abord, merci aux éditions Taurnada pour ce service-presse. J’adore la couverture, je la trouve très énigmatique, très sombre. Nous faisons la connaissance d’une part d’Alix, jeune journaliste de 37 ans, qui, il y a plusieurs années, a interviewé Éloane Frezet, célèbre tueuse en série.
    Grâce à cela, elle a obtenu une sacrée notoriété. Lors du procès, la tueuse en série, après avoir été déclarée coupable, a dit droit dans les yeux à la journaliste qu’elles se retrouveraient lorsqu’elle sortirait.
    Dès le départ, le coup d’envoi est donné, pas de longueurs, on va à l’essentiel et on entre dans le vif du sujet. Les enquêteurs sont sympathiques, mais l’un d’eux est plus en retrait.
    Flavien, légiste et mari d’Alix, est un mari aimant, réfléchi et simple à vivre. Il soutient sa femme à 100 %. Éloane ne tarde pas à faire parler d’elle lorsque, pour elle, « le ménage » est fini. Elle rappelle Alix pour lui dire qu’elle part continuer son oeuvre jamais achevée par l’amour de sa vie. Mais voilà quelle oeuvre ? Ça, la journaliste et les enquêteurs n’ont jamais eu de réponses à cette question. Et toujours cette question : « seriez-vous capable de tuer par amour ? »
    Les enquêteurs enquêtent sur l’amoureux de la tueuse vingt ans après qu’il est décédé. La psychologue essaie de trouver un je-ne-sais-quoi pour pincer la tueuse. Alix, quant à elle, reprend depuis le début ses interviews avec Éloane Frezet.
    J’ai aimé ce roman avec une histoire originale malgré un final trop prévisible. Gaëlle Perrin-Guillet est sans conteste une auteure à suivre

  • lecturesdudimanche 6 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    En période de Saint-Valentin, ce n’est pas sur grâce à moi que vous trouverez de belles idées de lectures romantiques, pourtant c’est bien d’une histoire d’amour qu’il s’agit ici ! Sauf qu’en guise de pétales de

    roses, ce seront des cadavres qui jalonneront la route de nos amoureux…

    Clarifions : Il y a quelques années, Alix Flament a vu sa carrière de journaliste d’investigation décoller grâce à une séquence d’entretiens qu’elle a mené avec une criminelle incarcérée pour une série de meurtres particulièrement sordides et qui ont conduit à la publication d’un livre. Et pourtant, Alix vit dans la peur qu’Eloane Frezet, la meurtrière héroïne de son livre, honore la promesse qu’elle lui a faite quelques années plus tôt : « Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver. » Alors lorsque ce jour arrive, lorsqu’Eloane s’évade de prison et réserve sa première pensée à Alix en lui passant un coup de fil, ni Alix ni la police ne doutent de la tournure sanglante que vont prendre les événements… Et la traque sera d’autant plus difficile qu’il n’y a pas de logique dans la victimologie, la tueuse s’en prenant sans restriction à tout type de proies : hommes, femmes, enfants…

    La seule piste qui émane des entretiens entre la journaliste et la tueuse est ce leitmotiv récurrent : Eloane agit par amour !

    Une chose est sûre, la plongée dans l’action se fait dès les premiers mots ! Ça tombe bien, parce que j’apprécie quand l’action démarre très vite. L’auteur met l’accent sur la quête du pourquoi qui permettra de comprendre le comment. La rapidité de la narration prend le pas sur le style qui se doit d’être direct et sans fioriture. J’aurais peut-être aimé que certains personnages soient mieux développés afin de permettre au lecteur de ressentir un peu plus d’empathie à leur égard, mais j’ai le sentiment que cela n’était pas l’objectif de l’auteur qui s’est concentrée sur le mobile, distillant suffisamment d’éléments pour permettre aux lecteurs d’arriver à la bonne conclusion en même temps (voire même avant !) l’équipe enquêteurs. Mention spéciale pour la toute fin qui m’a fichu une sacrée claque !

    Taurnada aime l’action, Haut le Chœur nous le prouve une nouvelle fois avec cette sortie prévue le 14 mars ! Mais d’ici-là, méditez donc ceci : Et vous, pourriez-vous tuer par amour ???

    Partager :

  • aurore 7 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Bonjour à tous et à toutes,

    Aujourd’hui je vais vous parler du roman de Gaelle Perrin-Guillet qui a été réédité par les Editions Taurnada et sera publié le 14 mars.

    Alix Flament est une journaliste qui recueillait les témoignages de femmes détenues. Dans ce cadre, elle a interrogé Eloane Frezet, considérée comme une tueuse en série de la pire espèce. Alix a sorti un livre qui a connu un franc succès mais qui a détruit tout espoir de pouvoir un jour retrouver la liberté pour Eloane. Un jour, le pire se produit. Eloane parvient à s’échapper de prison. L’heure de sa vengeance a sonné et la vie d’Alix ne sera plus jamais la même.

    Tout d’abord, je tiens à remercier les Editions Taurnada et particulièrement Joël pour l’envoi de ce roman en service presse. Dès le départ, le ton est donné. Le lecteur va être embarqué dans un jeu de piste macabre orchestré par Eloane qui est dotée d’une grande intelligence. Elle ne manque pas d’imagination et les policiers qui la traquent vont découvrir des mises en scène particulièrement sanglantes. Les chapitres sont courts et les rebondissements nombreux. L’auteur a réuni tous les ingrédients pour que le lecteur soit captivé jusqu’au dénouement. Adeptes de thrillers haletants, je vous recommande vivement ce roman !

    Résumé :

    “Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver”. Depuis qu’Eloane Frezet, la tueuse en série la plus abjecte de ces dernières années, a prononcé ces mots, Alix Flament vit dans l’angoisse que la criminelle sanguinaire s’évade de prison… Alors, quand la journaliste reçoit un coup de téléphone d’Eloane en pleine nuit, elle comprend que la meurtrière va honorer sa promesse… Une promesse de sang.

  • valmyvoyou lit 7 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Alix Flament, journaliste, a quitté la page des affaires criminelles pour celle des affaires politiques. C’était devenu trop anxiogène pour elle. Une nuit, alors qu’elle est en train de finaliser un article sur un homme présidentiable, impliqué dans un scandale sexuel, elle reçoit un appel. Elle comprend qu’Éloane Frezet s’est évadée de prison. C’est une tueuse en série qu’elle a interviewée pendant deux ans et sur qui elle a écrit un livre. Ces entretiens ont influencé la juge qui a statué négativement sur une éventuelle remise de peine.

    La meurtrière l’avait prévenue : « Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver. » Le jeu de piste commence. Éloane sème des indices macabres… Non seulement, elle veut se venger, mais elle veut aussi continuer son « œuvre ». Personne ne connaît ses mobiles, elle assassine aussi bien des hommes, que des femmes, que des enfants et des animaux de compagnie. Elle dit tuer « par amour ».

    Je n’ai pas l’habitude de m’exprimer ainsi dans mes chroniques, mais j’ai envie de dire que ça déchire ! Certaines scènes sont glaçantes, le rythme est soutenu et l’auteure ne prend pas de gants. Elle ne nous épargne pas. Certains détails sont sordides et le choix des victimes est surprenant. Je dirais même que Gaëlle Perrin-Guillet défie certains codes à ce sujet et permet à Éloane de commettre des « sacrilèges » pour les lecteurs.

    La tueuse est très intelligente. Il s’agit de réussir à anticiper ses actes pour l’arrêter. Or, elle n’a révélé que ce qu’elle voulait sur sa personnalité. Une course contre la montre commence, relatée selon la perception d’Alix, de la police et d’Éloane. Cependant, jusqu’à ce que les motivations de la sanguinaire m’aient été révélées, je n’avais pas trouvé les « raisons » de ces actes abjects. J’en frémis encore.😱

    Haut le chœur termine en apothéose, avec un final auquel je ne m’attendais pas.

    Conclusion

    Haut le chœur est un thriller palpitant, au rythme effréné. C’est une course contre la montre haletante. L’aspect psychologique est intense, puisque pour stopper la meurtrière, les enquêteurs doivent connaître ce qui l’anime. Il faut faire vite car les cadavres s’amoncellent sur son passage. Mais, attention, Éloane Frezet n’a pas le profil habituel des tueurs en série.

    Ce livre est une claque, il est impossible à lâcher. J’ai énormément aimé son originalité. En effet, Gaëlle Perrin-Guillet casse certains codes et ne ménage le lecteur sur aucun point.

    Haut le chœur sort le 14 mars 2019, et je vous le recommande fortement.

  • Au fil des Pages 9 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Pour commencer, je remercie chaleureusement les éditions Taurnada et surtout Joel, pour sa confiance et l’envoie de ce roman.
    Je peux dire que j’ai ADORE ce thriller ! Tout d’abord la raison c’est que l’autrice nous embarque direct dans sa folie en posant cartes sur table sans détour.
    Nous savons qu’une sérial killeuse -ELOANE- est en fuite ( et waouuuu c’est rare que ce soit une femme donc un gros ++ pour moi) et qu’elle a promis de se venger de la journaliste qui l’a empêché de sortir de prison à cause de son livre.
    Nous assistons à un vrai jeu de chat et la souris avec une suée sur plusieurs pages.
    Tout s’enchaine, pas de répit pour le lecteur avec une intrigue bien ficelée ( et c’est important), originale et complexe dans le pourquoi du comment.
    Eloane continue à tuer, tuer par amour, tuer pour perpétuer sa relation avec un ancien détenu mais avec des codes strictes et sans scrupules ... les victimes s’enchaînent avec violence.
    Si vous aimez les livres avec une intrigue originale qui vous tient en haleine, un rythme qui tient la route et surtout une tueuse machiavélique, il est IMPOSSIBLE pour vous de passer à côté de ce thriller ! Je ne parle pas de l’épilogue final ... il m’a scotché et j’en attendais pas autant donc pour le coup Waouuu ! Merci
    une nouvelle autrice à suivre ;)

  • Des plumes et des livres 9 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Dans Haut le chœur, nous suivons Alix Flament, une journaliste qui a gagné sa renommée en écrivant un livre dans lequel elle interview Eloane Frezet, une tueuse en série. Cette dernière n’a accepté que de parler à Alix, pensant que le livre jouerait en sa faveur pour une remise de peine. Or, il eut l’effet contraire. Eloane promet alors à Alix de sortir un jour de prison et de la retrouver coûte que coûte. Dix ans plus tard, Alix reçoit un appel de la tueuse. Celle-ci vient de s’échapper de prison et lui rappelle qu’elle tient toujours ses promesses…

    Rien que le résumé de ce roman, je sentais la tension à venir entre Alix et Eloane. Comment la meurtrière allait-elle se venger d’Alix tout en poursuivant son « oeuvre » meurtrier ?

    Les personnages sont très bien dépeints. Alix n’est pas une journaliste tête brûlée qui ne va en faire qu’à sa tête. Elle se met parfois dans des situations dangereuses mais elle sait prévenir les autorités également. Lorsqu’elle reçoit l’appel tant redouté, elle prévient les policiers en charge de la première enquête, Gautier Ruiz et Stéphane Noisel. Chacun d’entre eux a été pensé et a son rôle à jouer. C’est une des forces de ce roman, les personnages semblent crédibles et authentiques.

    L’écriture du roman est fluide et agréable à lire. Les chapitres sont courts et donnent un dynamisme à la lecture. On alterne les chapitres centrés sur Alix, les policiers mais aussi Flavien Bernet (le mari d’Alix) et Eloane. Chaque point de vue est en parfaite adéquation avec la personnalité du personnage.

    Plus les chapitres défilent, plus la tension monte, jusqu’à la découverte du véritable but d’Eloane Frezet dans ses actes tueurs. C’est vraiment glauque à souhait. La fin m’a surprise mais si on fait attention au titre, on a un indice de taille !

    Une fois de plus, c’est un coup de coeur pour un roman édition par Taurnada.

  • livrement-ka 9 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Je ne connaissais pas cette auteure mais franchement, elle n’a rien à envier aux thrillers scandinaves qui me sont chers.

    L’histoire est exceptionnelle et originale et racontée à la manière d’une course poursuite, ou on arrive à fermer le livre à la fin en étant essoufflé.

    Début du livre :  

    La pendule indiquait 1 heure du matin. La fatigue commençait à se faire sentir, mais Alix Flament savait qu’elle en avait encore pour un bon moment.

    Alix Flament, journaliste de 37 ans habite à Chambéry avec son mari Flavien, légiste.

    Elle a eu la chance, ou pas d’interviewer Eloane Frezet, une des plus grande tueuse en série de tous les temps. Cette dernière semble tuer au hasard.

    A son procès, l’interview réalisée par Alix, font pencher la sentence du mauvais côté et Eloane se retrouve condamnée à la prison à vie.

    Je vous l’ai dit elle ne s’en prendra pas à moi.Elle veut me faire payer sa condamnation, elle s’est jurée de me faire souffrir.

    Elle ne va certainement pas se débarrasser de son jouet favori tout de suite.

    Malheureusement, 6 ans après le procès, Alix reçoit un curieux appel d’Eloane.... Et la descente aux enfers va commencer..... 

    Bonsoir très chère...J’espère que je ne vous dérange pas...

    D’indices en indices, Eloane va entraîner la police, accompagnée pour l’occasion de Camille, profileuse, dans une aventure dont elle seule connaît le chemin.

    Après avoir fait le ménage des personnes qui la gênent et lui rappelle son passé, elle va entamer la suite de ce qu’elle avait commencer suite au décès de Pascal.

    Nous n’avons pas affaire à une simple tueuse en série, mais à une série de meurtres liés entre eux par quelque chose dont seule Eloane détient le secret. Si pour celle tout cela semble logique, il n’en est bien évidemment pas de même pour la police, ni pour Alix, qui ne peut se résoudre à s’éloigner de l’enquête en cours.

    Cette femme est un monstre et je crois que ça ne lui fait ni chaud ni froid de tuer ses proies. Non, en fait je pense qu’elle attend quelque chose de leur part. Et si elle les torturait pour qu’ils lui avouent quelque chose ?

    Alix essaie également de résoudre l’histoire de son côté, en se servant des éventuels indices pouvant se trouvant dans les nombreuses notes qu’elle a prises lors de l’interview accordée par Eloane.

    Alors que la police piétine et part dans tous les sens, Eloane espère trouver en Alix une concurrente intelligente....

    Au tout début de leurs entretiens, Alix avait pensé que l’accident de la route qui avait coûté la vie à ses parents l’avait déstabilisée au point d’en faire une meurtrière. Un déclenchement affectif pour un exutoire à sa colère. Elle s’était trompée.

    Tout cela n’avait rien à voir. Il avait suffi qu’elle croise la route d’un homme pour que son destin bascule.

    Et vous pourriez-vous tuer par amour ? pas pour défendre quelqu’un mais simplement par amour ?

    Le style de l’auteure est vraiment original : on retrouve une femme tueuse en série, poursuivant la quête d’un autre et surtout très calme. Elle agit de manière méthodique. L’histoire est très rythmée, il n’y a pas de temps mort. On est sur les dents du début à la fin, comme sur un jeu de pistes.

    Les personnages principaux sont :

    . Alix Flament : journaliste rendue célèbre par l’interview d’Eloane. Depuis la condamnation, elle vit avec une épée de damoclès sur la tête. Elle est attachante et forme avec Flavien un couple uni.

    . Flavien : médecin légiste qui va suivre l’enquête de près. Très bon légiste, il pratique avec sa jeune assistante : Caroline.

    . Eloane : tueuse en série très intelligente, associale et terriblement dévouée à son ex-compagnon rencontré en prison et décédé depuis.

    Le décor est la ville de Chambéry.

    Sur la forme de l’histoire :

    Le livre est divisé en plusieurs chapitres.

    Le texte très aéré et la plume très fluide en font une lecture agréable.

    Le texte est à la portée de tous, et je le recommande surtout aux personnes adeptes des thrillers et pourquoi pas aux novices qui veulent commencer avec un bon.

    Conclusion :

    Il est rare que je trouve un thriller écrit par un/une auteur(e) française à la hauteur . Mais là vous pouvez y aller les yeux fermés.....enfin pas tout à fait car vous ne serez plus tranquilles une fois lancés dans l’histoire.

  • La belette du sud 11 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Merci aux éditions Taurnada pour l’envoi de ce roman à paraître le 14 mars prochain.

    Une journaliste, Alix Flament, a passé deux années à « interviewer, disséquer le mal, l’étudier et essayer de comprendre pour tenter de percer à jour » la personnalité et les mobiles d’Eloane, tueuse en série française machiavélique.

    Dès les premières lignes, le décor est planté, on se retrouve au coeur de l’intrigue : le mal personnifié s’est échappé de prison et veut retrouver Alix.

    Comme un petit parfum d’ Hannibal Lecter version féminine et de Clarisse Starling version journaliste. Vous y êtes ?

    Ca déménage, les pages défilent, le lecteur fait comme la police de Chambéry, il suit les cadavres semés par Eloane tout en surveillant ses arrières. Il tente, en vain, de deviner où le prochain coup va être frappé : c’est légèrement flippant et plutôt addictif au point de vouloir en finir (si je puis dire) dans les deux jours !

    C’est sûr, Gaëlle Perrin-Guillet maîtrise les codes du roman policier. En plus, une tueuse en série, ce n’est pas banal et le « pourquoi du comment » de ses actes laisse sans voix !

    Cependant, Gaëlle Perrin-Guillet m’a semblé moins à l’aise avec l’idée de pousser la psychologie de ses personnages. Il faut dire que 192 pages, c’est un peu court pour creuser. La technique du narrateur externe ne facilite pas non plus les épanchements émotionnels.

    Mon manque d’empathie envers les personnages viendrait-il de là ? Ou bien est-ce mon habitude de dévorer des briques qui me laisse un peu sur ma faim ? Un peu des deux sans doute.

    Il n’empêche, l’ensemble fonctionne plutôt bien. L’écriture est soignée, fluide, la syntaxe et l’orthographe impeccables. On apprécie d’autant mieux que, si j’ai bien compris, ce n’était pas le cas de la première mouture éditée en 2013.

    Bref, un bon polar à emmener en voyage pour avaler les kilomètres sans s’en rendre compte.

  • Le Monde de Marie 13 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Le jour où Eloane Frezet s’évade de prison, une véritable course contre la montre va commencer pour Alix Flament et la police. Une tueuse en série, une véritable psychopathe bien décidée à se venger tout en mettant un terme final à la mission qu’elle s’est donnée : tenir la promesse qu’elle a faite ! Mais qu’elle est son but ?

    De nouveaux meurtres pour cette femme qui ne laisse rien au hasard. Des messages comme un jeu de piste pour savoir quel sera son prochain coup. Un récit avec beaucoup de rythme qui fait naître un sentiment d’urgence. Les enquêteurs vont devoir aller remuer le passé pour tenter de comprendre ses motivations.

    J’ai beaucoup aimé l’enchaînement des faits, la manière dont l’auteur a construit son récit pour nous ouvrir les yeux qu’à la dernière minute sur les rebondissements. On n’ose y croire et pourtant...

    D’un bout à l’autre j’ai été captivée par le suspense, tenue en haleine par la tension. J’ai adoré.

  • Sangpages 14 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Alix Flament est journaliste. Elle a écrit, voilà quelques années, un livre sur une serial killeuse qui s’est retrouvé emprisonnée suite à ses révélations. Eloane, 12 ans après, s’échappe de sa prison et dès sa sortie promet à Alix de se venger...
    La première chose à dire à propos de ce livre est que c’est clairement original de faire face à une femme serial killeuse plutôt que le sempiternel serial killer homme. C’est pas souvent et c’est top !
    Le tueur, en l’occurrence, la tueuse est connue depuis le début. Le suspense ne réside donc pas là, mais plutôt dans le pourquoi, le mobile, la raison et crois-moi, c’est super archi bien géré et tu vas t’en prendre plein la pomme quand tu vas comprendre !
    Les personnages sont hauts en couleurs, étoffés et attachants. Les flics ne sont pas de super héros capables de tout. Ils ont peur, ils craignent. Alix est, elle aussi, très crédible dans son rôle de journaliste embrigadée dans cette affaire par la force de son travail. Elle n’aurait, cependant, jamais imaginé qu’elle puisse un jour devoir faire face à cette tueuse sans les barreaux sécurisants de la prison.
    La relation psychologique entre les personnages est fabuleuse et retorse à souhait, mais je ne vais pas t’en dire plus au risque de spoiler. Tu découvriras bien assez tôt ce à quoi je fais référence 🙂
    La trame est excellente, franchement digne des plus grands et est super bien gérée de bout en bout. En dehors de quelques petits clichés, tout est savamment construit. Je sais pas toi, mais perso, j’adore ces livres basés plutôt sur la psychologie du tueur, son fonctionnement plutôt qu’une simple chasse à l’homme…(enfin à la femme). Plus riche, plus soutenu, tu essayes de comprendre ce qui peut motiver cette tueuse qui laisse une partition de musique sur ses victimes. Tu cherches, tu réfléchis mais je te défie de trouver avant la fin. Le pourquoi va te laisser stupéfait parce que Gaëlle nous a concocté un vrai truc de ouf bien flippant…
    Tu m’as bluffée Gaëlle, franchement, et toi, je ne peux que te conseiller de te précipiter sur ce livre sans attendre !
    C’est de la super bonne came, moi je te dis 🙂

  • Les Lectures de Maud 14 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Une enquête qui trouve ses racines dans le passé, la vengeance en est le point de départ. Voilà comment Alix va devoir affronter ce jour tant redouté : lorsqu’Eloane sortirait de prison. Depuis cet appel au milieu de la nuit, la tension monte, le stress également. Mais, à ses dépens, elle va vite découvrir que ce n’est qu’une longue série d’horreurs qui vont se succéder.
    Alix, une femme forte, un métier sûr, une vie de couple traditionnelle. Elle va être aspirée dans une spirale infernale. Elle va accepter la protection de la police et les aider. Car même après plusieurs années, des questions subsistent : quel est le mobile de ces meurtres. Eloane même si elle s’est confessée à la journaliste, cette réponse n’a jamais été révélée et hante. Une enquête qui ne laissera personne indemne, ni les enquêteurs, ni Alix qui va devoir faire preuve de courage, de ténacité et sang-froid pour affronter la réalité. Elle va vite se rendre compte que son destin est malheureusement lié à cette redoutable tueuse en série. Comment va-t-elle réagir ? Jusqu’où ira-t-elle ?
    J’ai été ravi de retrouver la plume et le rythme dynamique de l’auteur. Un phrasé direct, sans fioriture qui embarque le lecteur au fil des pages. Une intrigue très bien menée : même si nous connaissons dès le départ l’identité de la meurtrière l’auteur a su maintenir le suspense quant aux motivations d’Eloane et son but, son destin. Aucun temps mort, la lecture est rapidement addictive car le style est très fluide. Une guerre des nerfs réalisée avec brio. Un coup de cœur ? Presque, il s’en est fallu de peu, j’ai adoré ce livre sans aucun doute. Mon seul bémol se trouve dans l’épilogue, que je trouve dommage. Vous me comprendrez, ou pas en découvrant par vous-même ce livre que je recommande évidement.

  • Mes évasions livresques 14 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Avec la réédition de ce roman, Taurnada nous permet de (re)découvrir une petite pépite passée quasi inaperçue à sa sortie et qu’il serait dommage de ne pas découvrir.

    Dans ce thriller, nous faisons la connaissance de deux femmes fortes et déterminées, deux femmes que tout oppose bien qu’elles aient été liées, il y a quelques années...
    En effet, Alix Flament, journaliste, avait interviewé Eloane Frezet, tueuse sanguinaire, juste avant son procès et le témoignage d’Alix a fortement compté pour la peine d’Eloane...

    Dès le début du roman, Eloane a réussi à s’échapper de prison et elle ne manque pas de se rappeler au bon souvenir d’Alix pour l’en informer...
    Alix vit dès lors dans la terreur de la vengeance de la criminelle...

    Une traque sanglante va alors commencer où les nerfs d’Alix et du lecteur seront mis à rude épreuve.

    J’ai trouvé ce roman très bien écrit et brillant dans son intrigue, qui fut pour moi inédite et surprenante.
    La plume de l’auteure est fluide et très précise, avec beaucoup de punch, rendant le récit très vivant et addictif.

    J’ai une petite réserve sur la fin bien que je la comprenne totalement, ayant réagi de la même façon (mais suis-je un exemple à suivre ?^^ )

    Je vous invite à découvrir ce thriller passionnant sans attendre...

  • Aelurus 14 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Au vu des différente critique faites sur ce roman, je n’ai plus vraiment grand chose à dire dessus.
    Si ce n’est que j’ai vraiment apprécié cette lecture et que j’ai presque éprouvé un regret en arrivant à la fin.
    Mais j’ai passé un moment délicieusement angoissant et horrible en compagnie de cette tueuse qui traque ces proies pour arriver à ces fins. Et cette jeune héroïne qui à l’air complètement perdue et qui va vivre l’horrible avant d’être délivré ? Et à quel prix ?
    Voilà un thriller qui réussi à nous embarquer.

    http://letmentertainyou.com/2019/03/14/haut-le-choeur/

  • Booksnpics 14 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    « Haut le chœur » est l’exemple parfait du thriller addictif et efficace. Alix Flament, journaliste ayant par le passé « écumé la ville de Chambéry et enquêté sur des crimes sordides », pensait retrouver la paix en changeant de section. Mais lorsqu’un soir, elle est contactée par Eloane Frezet, cette tueuse en série supposée être en prison et dont elle avait réalisé l’interview, Alix voit son pire cauchemar recommencer…

    « Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver. »

    Le décor est planté. Gaëlle Perrin-Guillet nous emmène au coeur de cette course poursuite à un rythme effréné. Elle nous plonge au plus profond de l’horreur. Pas question ici de temps mort, l’action est soutenue et nous laisse dans l’attente constante. La psychologie des personnages est bien travaillée et renforce la noirceur du récit. Impossible de le lâcher tant la plume de l’autrice et le rythme de narration se prêtent à merveille à ce roman, (court mais efficace) qui vous laissera dans l’expectative jusqu’au dénouement final.. Et quel final !!! J’ai passé un très bon moment de lecture.

    Les éditions Taurnada ont pris le pari de rééditer, une version corrigée (en version papier et version numérique), de ce roman de Gaëlle Perrin-Guillet (sorti pour la première fois en 2013 aux éditions Rouge Sang) et permettent ainsi à de nombreux amateurs de thrillers de découvrir ou redécouvrir la plume addictive de l’autrice.

  • L’atelier de Litote 15 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Après 12 ans d’incarcération, Eloane Frezet est de retour et elle a bien l’intention de faire payer le prix fort à ceux qui l’on trahit et en premier lieu Alix Flament la journaliste qui avait interrogé la serial killeuse pour écrire un livre qui a en partie servit à sa condamnation. J’ai eu un peu d’appréhension au début de ma lecture, lorsque se sont accumulés plusieurs clichés que l’on a l’habitude de retrouver dans de nombreux polars. Heureusement cela n’a pas duré et la suite de ma lecture a été captivante. On entre de plein pied dans une enquête où il faut tout reprendre à zéro pour tenter de comprendre ses motivations. L’enquête est pleine de rebondissements, sur un rythme soutenu nous allons suivre tantôt les policiers qui vont en baver comme jamais, tantôt la journaliste mais les passages que j’ai préférée sont ceux où nous avons affaire à Eloane la psychopathe. Dans le monde des serials killer les femmes se font rares et pourtant quels personnages inoubliables lorsque nous en rencontrons. J’ai eu un peu d’appréhension au début de ma lecture, lorsque se sont accumulés plusieurs clichés que l’on a l’habitude de retrouver dans de nombreux polars. Heureusement cela n’a pas duré et la suite de ma lecture a été captivante. Un thriller psychologique particulièrement bien mené avec une écriture fluide qui nous emporte dans les arcanes d’un cerveau dérangé, une descente vertigineuse dans ce que l’âme humaine peut avoir de plus abject. J’ai beaucoup aimé le côté étude psychologique d’Eloane et de son mentor, deux pour le prix d’un, ça ne se refuse pas. Lorsqu’on retrouve quelques notes de musique sur une partition à côté des cadavres qui tombent comme des mouches, on se demande vers où l’auteur veut nous emmener. Une énigme que j’ai dévorée en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, un bon moment de lecture court et intense malgré ses 240 pages.

  • Sonia Boulimique des Livres 16 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Ce thriller est une ré-édition chez Taurnada, initialement sorti en 2013. J’avais déjà entendu parler de Gaëlle, rencontrée à plusieurs reprises, mais je n’ai jamais eu l’occasion de la lire. C’est désormais chose faite !

    Déjà le titre est intriguant. Et au fil de la lecture on comprend pourquoi ce choix des mots. Ensuite, le résumé m’a glacé le sang. J’ai ouvert ce livre avec l’angoisse étreignant mon bide. Et ça a matché. J’ai adoré la confrontation entre Alix et Eloane, le jeu de piste imposé par une serial killeuse prête à tout pour arriver à ses fins et terminer son œuvre qu’elle est la seule à comprendre. Mettre en scène une femme serial killeuse c’est rarement vu, cela apporte une belle nouveauté dans le genre.

    Niveau personnages, j’avoue avoir bien adhéré à celui d’Eloane. Oui, je sais, aimer une tueuse à l’esprit aussi dérangé peut faire peur. Mais j’ai apprécié sa façon de se comporter, son raisonnement lors de ses meurtres, sa surprise à l’attention du légiste (ingénieux et diablement efficace, je dis respect !), et surtout l’amour qui l’anime. Car même si c’est un thriller, l’amour est omniprésent. Alix, dont la vie a toujours tourné autour d’Eloane, car c’est elle qui a assis sa réputation de grande journaliste, va devoir passer à la caisse. Un petit regret, celui de n’avoir pas eu plus de détails sur les autres personnages, mais il est vrai que cela aurait nécessité un livre au pages plus nombreuses.

    Ici, on va a l’essentiel, le rythme est là, la plume est fluide et aérée, Gaëlle ne ménage pas son lecteur. L’ambiance est oppressante, on attend le prochain coup de maître d’Eloane, tapie dans l’ombre, avec angoisse et appréhension. La folie et le parcours de cette psychopathe sont parfaitement expliqués, on entre dans sa tête, à travers les nombreuses interviewes réalisées par Alix lors de l’incarcération d’Eloane. Ce qui casse un peu le rythme, nous ne sommes pas dans une écriture tout à fait linéaire, ce qui évite la routine de lecture.

    J’avoue avoir été un chouilla déçue par la fin. Même si je comprends Alix. J’aurai aimé un dénouement différent, mais il est vrai que celui choisi par l’auteur permet de boucler la boucle.

  • Root 17 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Souvent, lorsqu’on fouille dans le passé des tueurs en série, on trouve des signes annonciateurs. Un détail, que tous avaient manqué à l’époque, mais qui prédisait les drames à venir. Un trait de caractère, parfois pris pour de la timidité, qui allait voir naître des sociopathes. Mais qui aurait pu penser qu’Éloane Frezet deviendrait une serial killeuse ? Une femme brillante, issue d’une cellule familiale idéale, qui aurait pu faire médecine mais qui s’est préférée infirmière. Du jour au lendemain, elle a basculé dans la folie meurtrière. Une mauvaise rencontre. Celle qui lui fait dire aujourd’hui qu’elle tue « par amour ».

    Avec à son actif douze meurtres en moins de deux ans – hommes, femmes, enfants – Éloane Frezet est l’une des plus dangereuses criminelles de l’Hexagone. L’une des plus malines aussi, car elle a réussi à s’évader de prison. C’est sous une chaleur inhabituelle pour une nuit de mai que la chasse est lancée. Dans la ligne de mire de la « star du jour » : Alix Flament, la journaliste à qui Frezet a accordé de longs entretiens depuis sa cellule. Ce sont ces confessions rapportées qui ont influencé le juge et balayé la remise de peine attendue par Frezet. L’heure de la vengeance a sonné, et Éloane doit poursuivre son « œuvre inachevée »…

    Si vous pensiez prendre le temps de vous mettre dans l’histoire, de faire un peu connaissance avec les personnages, oubliez ça tout de suite. Ça démarre en trombe dès la première page, et vous ne jouerez pas du frein avant d’avoir refermé le bouquin. « C’est nerveux ! », voilà ce que je me suis dit, et ça m’a plu. Peut-être les adeptes entendront-ils un « Bonsoir, Clarisse[1] » derrière la voix d’Éloane Frezet, mais Gaëlle Perrin-Guillet ne se borne pas à exploiter le filon. Elle a mis beaucoup de finesse dans le duo Éloane/Alix et elle fait montre d’une sacrée imagination. Dites, miss Perrin-Guillet, vous seriez pas un peu tordue tout de même ? Prenez-le comme un compliment. Haut le chœur m’a surprise. Je reproche parfois aux romans féminins de se perdre en détails et ne pas aller assez loin, mais cette fois-ci, je me suis agréablement prise au jeu sans un bâillement, et sans anticiper le dénouement. Sanglant comme il faut, un bon thriller à découvrir.

  • lireencore93420 17 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Alix FLAMENT, journaliste qui as effectuer des entretiens avec la tueuse en série, Eleona FREZET, qui l’as mèneras directement en prison, elle as jurer de se venger.
    Eleona as réussi a s’évader, elle appelle la journaliste, jusqu’à ou iras t -elle pour la terroriser ?

    J’ai aimé avant tout le caractère du personnage de la tueuse de la série, généralement dans les livres noirs que j’ai pu lire, le rôle des meurtrières et des meurtriers, sont généralement torturées, une enfance malheureuse qui les amènent aux meurtres.
    Mais là Eleona, c’est tout le contraire, elle a eu une enfance équilibrée, un métier, elle est infirmière, mais c’est quand elle rencontra l’amour qu’elle deviendra une tueuse en série, pour continuer l’œuvre de l’amour de sa vie, qu’elle perdura les atrocités. De plus ça un rapport avec la musique classique, j’ai trouvé le scénario intelligemment trouver, souvent ce sont des trames assez évidentes.
    Evidemment le livre est hyper addictif, incisif, et on est directement embarqué dans l’histoire de ce face à face entre Alix et Eleona, parce que même s’il y a d’autres personnages qui interférent dans l’histoire, les faits sont vraiment ce duel entre ses deux femmes.
    Il est étonnant, et Alix comprends vraiment pourquoi Eleona tue, quelque chose qu’elle n’avait pas obtenue lors de ses précédents entretiens.
    Je l’ai lue ce livre en une journée, c’est un ouvrage qu’on ne peut pas reposer quand on le commence, on est happé par l’action, oui c’est dur, mais c’est lancinant, troublant, on constate qu’il existe des meurtrières très intelligente, on pourra dire qu’elle a tué au nom de la musique, ma fille est chanteuse, donc ça m’a fait encore plus froid dans le dos.
    Encore un très bon livre de cette maison d’édition, j’aime vraiment leurs publications, elles sont vraiment percutantes, et encore une auteure que je ne connais pas, et que j’ai envie de suivre son cheminement, hâte de découvrir le prochain.

    https://www.nathlivres.fr/l/haut-le-choeur-de-gaelle-perrin-guillet/

  • Les_lectures_de_linzio 18 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    "On retourne toujours aux sources, Alix. Nos racines, ce qui fait de nous ce que nous sommes nous rappellent toujours à l’ordre. On a beau fuir ses origines, ceux qu’on a aimés et qu’aujourd’hui nous détestons, tôt ou tard, nous serons obligés de les rejoindre pour pouvoir continuer à avancer. La vie n’est qu’un cercle qui se finit là où il a commencé
    "
    .
    Eloane tueuse en série,sans pitié ni remord, s’échappe de la prison là où elle est incarcérée. Et la première chose qu’elle fait, c’est contacter Alix, la journaliste qui pendant deux ans l’a interviewé dans sa cellule. Le jeu du chat et de la souris peut alors commencer !
    .
    Un rythme diabolique, aucuns mais alors aucuns temps morts. Les chapitres s’enchaînent à grande vitesse qu’il en devient difficile voir impossible à lâcher !!
    Rebondissements, révélations, adrénaline, stress, intensité de l’écriture...Gaëlle Perrin-Guillet maîtrise tous cela avec brio !!
    .
    J’ai énormément apprécié cette lecture, puis une femme tueuse, c’est pas souvent qu’on en rencontre !!
    .
    Quant à la fin, je n’aurais jamais deviné le pourquoi du comment !! Ce thriller était juste parfait !! Je vous le recommande vivement !!
    .
    En librairie depuis le 14 mars !!

  • mlle javotte books 18 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Haut le chœur est un thriller trépidant avec une intrigue qui démarre dés la première page et menée tambour battant sans aucun temps mort jusqu’au dénouement final. Une fois commencé, il est impossible de le lâcher. Alors que certains thrillers prennent un peu de temps à démarrer ce qui est normal pour poser les choses, ici l’auteure plonge directement le lecteur dans le feu de l’action. Il n’y a pas de détails superflus ni de longues descriptions, tout est centré autour de l’intrigue qui est vraiment au cœur de cette histoire.

    La plume de l’auteure est concise et percutante, c’est un vrai régal. Les phrases coulent d’une manière très fluide et donnent à la lecture un sentiment de vitesse fort appréciable d’autant plus dans les passages un peu tendus où on a l’impression que l’adrénaline des personnages transpire à travers les pages pour nous imprégner.

    Il n’y a pas de psychologie des personnages, à part celle de la vilaine qu’on découvre dans le profil qui en est fait à travers le rappel de ses méfaits avant son arrestation et des enregistrements d’entretien qu’elle a accordés à Alix. C’est vraiment une histoire basée sur l’intrigue en elle-même qui prend toute la place pour le plus grand plaisir du lecteur.

    Le thème choisi est original et horrible. L’auteure se démarque par le thème choisi que je n’avais jamais lu ailleurs et qui fût une bonne surprise. A force de lire des thrillers, on s’habitue un certain type de "mobile" pour les méchants. Là, l’auteure s’est engagée dans une voie inédite, en tous cas pour moi, ca se tient et c’est terrifiant.

    Tout est bien orchestré du début à la fin, c’est plaisant à lire et palpitant. Bref j’ai beaucoup aimé cette lecture 💞💞💞💞💞

  • Musemania 18 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Face-à-face tendu entre une journaliste (Alix Flament) et une tueuse en série (Eloane Frezet), cette partition à quatre mains vous tiendra en haleine, le suspens grandissant crescendo au fil des pages.

    Thriller paru dès 2013, il était devenu quasi introuvable sur le marché du livre. Mais c’était sans compter sur la bonne idée que la maison d’édition Taurnada a eu en le réimprimant pour une nouvelle parution durant ce mois de mars 2019.

    Alix Flament est une journaliste reconvertie dans les affaires politiques après la parution de son livre qui a connu un énorme succès. Ce livre reprenait les entretiens échangés avec la tueuse en série, Eloane Frezet, après l’arrestation de celle-ci pour de multiples assassinats. Alors qu’Eloane devait couler des jours paisibles en prison, elle s’évade et décide de reprendre du service et de contacter sa confidente. Alix Flament comprend alors que la meurtrière n’est pas en quête de rédemption mais qu’elle compte bien poursuivre sa funeste mission entreprise avant son incarcération.

    Lorsque les éditions Taurnada (que je remercie pour leur confiance et en particulier, Joël) m’ont contactée pour lire ce bouquin, j’ai alors foncé. Le titre, la quatrième de couverture, la couverture aussi m’ont directement intriguée. J’ai véritablement bien fait car j’ai beaucoup aimé cette chasse à l’homme, bien entendu menée par les services policiers mais aussi par une journaliste, en la personne d’Alix Flament : originalité entreprise par l’auteure.

    Durant ma lecture, j’ai eu plusieurs fois l’impression de me retrouver dans un roman de grands maîtres du thriller, tels que, notamment, Franck Thilliez. C’est donc un très bon choix que la maison d’édition, Taurnada, a eu en donnant une seconde vie à ce livre, afin que les lecteurs qui ne le connaissaient pas (comme moi) puissent à l’avenir faire la connaissance de Gaëlle Perrin-Guillet.

    Si vous souhaitez connaître la signification de ce titre (« Haut le choeur »), vous ne le saurez que lors des dernières pages de l’histoire. C’est un élément que j’aime particulièrement dans mes lectures, celui d’en découvrir toute la signification et le sens que l’auteur a voulu donner à son livre qu’à la toute fin de son oeuvre.

    L’intrigue est bien ficelée et les motivations de la meurtrière ne peuvent être découvertes aux premiers coups d’oeil. Le style d’écriture est direct, sans fioriture ou longueur inutile. Rien de mieux donc pour que l’histoire soit palpitante et que cela en devienne un vrai page-runner.

    https://musemaniasbooks.blogspot.com/2019/03/haut-le-choeur-de-gaelle-perrin-guillet.html

  • Encore Un Livre 21 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    À chaque parution des éditions Taurnada, on trouve ceci sur la couverture » Le tourbillon des mots », Haut Le Chœur ne pouvait pas mieux coller.

    Lire Gaëlle Perrin-Guillet, c’est entrer dans un tourbillon de mots, de sensations.
    Haut Le Chœur est un tourbillon de haine, de rancœur, et d’amour.
    Allais-je retrouver cette même atmosphère si prenante, si captivante de Soul of London et Les Fantômes du passé que j’avais adorés ?
    Haut Le Chœur est différent, très différent.

    La peur ambiance ce roman, celle que je pouvais ressentir dans mes premiers thrillers, je l’ai retrouvée dans Haut Le Chœur. Et celui-ci n’est pas dénué d’atmosphère ce que je recherche de plus en plus dans mes lectures, l’auteure plante son décor à Chambéry. Le lieu est certes moins enchanteurs que le Londres victorien, surtout lorsque la tueuse Éloane Frezet d’une froideur exceptionnelle, va en faire un jeu de piste macabre.

    Que cela fait-il de moi si j’ose dire que ce thriller est jubilatoire !?
    Je suis stupéfaite de ma fascination envers Éloane, l’histoire m’a entraîné pendant quelques heures, sans que je me rende compte de la facilité à laquelle je me suis laissé guider, empêtrer jusqu’au face-à-face final ! Si le portrait et les agissements d’ Éloane sont restés au cœur de mon angoisse, l’ effroi m’a saisie avec le dénouement que je n’avais pas soupçonné. Je me suis fait avoir comme une débutante :p

    Chronique complète sur le blog

  • Livresse du Noir 21 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Haut le choeur a été publié en 2013 aux éditions Rouge Sang, je vois sur l’ancienne couverture qu’il a reçu le Prix du polar Dora Suarez en 2014. Introuvable aujourd’hui, les éditions Taurnada ont l’excellente idée de le rééditer (édition entièrement revue et corrigée). Une mention spéciale pour la sublime couverture.

    Une très belle découverte pour moi, j’ai été bluffée par le talent de Gaëlle Perrin-Guillet. Un roman haletant qu’on lit d’une traite en apnée, une partition de maître sans aucune fausse note. Un face à face glaçant entre Eloane, une machiavélique tueuse en série de la pire espèce et Alix, la journaliste en partie responsable de son arrestation. Quand Eloane s’échappe de prison, elle contacte Alix en pleine nuit pour l’informer qu’elle va la retrouver et terminer son oeuvre.

    Un angoissant jeu de piste, mené tambour battant, sans aucun temps mort. Attachez vos ceintures et embarquez dans cette symphonie meurtrière palpitante et jalonnée de meurtres jusqu’au final explosif qui vous laissera abasourdi et sans voix.J’ai beaucoup aimé le choix (tellement rare) de mettre en scène une serial killeuse. Et quand celle ci tue par amour fou, on écarquille les yeux et on se demande où se trouve la limite de la folie. Quand elle vous hérisse tous les poils du corps et atteint des sommets d’intelligence, de sadisme et de perversité, on en redemande et on applaudit très fort en criant bravo !

    Un roman percutant et original que je vous recommande chaudement, lisez le et vous verrez !

  • Livresse du Noir 21 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Haut le choeur a été publié en 2013 aux éditions Rouge Sang, je vois sur l’ancienne couverture qu’il a reçu le Prix du polar Dora Suarez en 2014. Introuvable aujourd’hui, les éditions Taurnada ont l’excellente idée de le rééditer (édition entièrement revue et corrigée). Une mention spéciale pour la sublime couverture.

    Une très belle découverte pour moi, j’ai été bluffée par le talent de Gaëlle Perrin-Guillet. Un roman haletant qu’on lit d’une traite en apnée, une partition de maître sans aucune fausse note. Un face à face glaçant entre Eloane, une machiavélique tueuse en série de la pire espèce et Alix, la journaliste en partie responsable de son arrestation. Quand Eloane s’échappe de prison, elle contacte Alix en pleine nuit pour l’informer qu’elle va la retrouver et terminer son oeuvre.

    Un angoissant jeu de piste, mené tambour battant, sans aucun temps mort. Attachez vos ceintures et embarquez dans cette symphonie meurtrière palpitante et jalonnée de meurtres jusqu’au final explosif qui vous laissera abasourdi et sans voix.J’ai beaucoup aimé le choix (tellement rare) de mettre en scène une serial killeuse. Et quand celle ci tue par amour fou, on écarquille les yeux et on se demande où se trouve la limite de la folie. Quand elle vous hérisse tous les poils du corps et atteint des sommets d’intelligence, de sadisme et de perversité, on en redemande et on applaudit très fort en criant bravo !

    Un roman percutant et original que je vous recommande chaudement, lisez le et vous verrez !

  • AnnieLecture 21 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    2 ans à interviewer la tueuse en série Eloane, le mal en personne, a énormément marqué la vie d’Alix. 6 ans plus tard, quand elle entend cette voix au téléphone, elle tremble. Elle n’a pas pu oublier ce qu’elle lui avait dit : Quand je sortirai, tu seras la première prévenue ... je saurai te retrouver. Pourquoi l’a-t-elle appelée ?

    Au prix de 3 policiers morts, égorgés, elle s’est échappée. La traque commence, qui va bouleverser la vie de famille d’Alix car Eloane n’a qu’un but, la faire souffrir !!!

    C’est un excellent thriller que j’ai pris un grand plaisir à lire. La plume est fluide et les chapitres courts ... tout ce que j’aime dans un livre. C’est une histoire qui file à 100 à l’heure. Les personnages sont bien travaillés et vont droit à l’essentiel. Mon préféré ... Flavien, le mari d’Alix.

    L’épilogue m’a un peu ... comment dire ... décontenancée.
    Pour autant, je ne peux que vous conseiller à lire ce superbe thriller… vous passeriez à côté d’un très bon bouquin… ce serait dommage !

    Merci à Joël Maïssa, des Editions Taurnada, pour sa confiance

  • Laurent 21 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Le thriller est un genre à part entière pour éprouver des sensations uniques et viscérales, des montées d’adrénaline maximale, de pousser l’esprit dans ses derniers retranchements, quand le suspense crescendo favorise une lecture en apnée et une fuite inévitable de son confort personnel, que tout reste encore possible jusqu’à la toute dernière ligne, que rien ne laisse penser à la place du hasard dans le continuum, Haut le Choeur de Gaëlle Perrin Guillet prouve encore, à partir d’un thème revisité maintes fois, que le thriller a encore de beaux jours devant lui ...

    Alix Flament

    Un pari pour les Editions Taurnada de dépoussiérer une histoire éditée en 2013 (chez Editions Rouge Sang) et force est de constater, l’intrigue est tout simplement passionnante, au-delà d’un duel "classique" à distance mettant en scène une journaliste et une tueuse de la pire espèce, de suivre une enquête minutieuse voire rigoureuse pour remonter la piste et de récolter des indices minces et précieux après une série de meurtres sauvages, comprendre la signature pour appréhender un début de mobile, c’est découvrir aussi une ville, Chambéry, baignant dans un climat d’angoisse palpable, ce qui fait la force de Haut le Choeur est le rythme, les chapitres s’enchaînent à vitesse grand V avec un plaisir exponentiel, alliant la curiosité d’en savoir plus et cette prise de position inhérent à chaque personnage, d’anticiper les pas de l’un quand le récit peut nous surprendre littéralement dans ses nombreux rebondissements de l’autre, l’écriture est incisive, les séquences de meurtres à vous glacer le sang, une forme d’approche psychologique originale dans une ligne directrice zigzaguant sur un fil précaire, la lecture devient vite addictive, le verdict est sans appel, un dosage subtile et gagnant pour ensorceler le lecteur, pour creuser des failles humaines et craindre la peur, une plume qui excelle à traquer l’inconnu et ses failles temporelles, d’imaginer toutes les hypothèses, histoire de noyer le poisson dans l’eau, de jongler avec des variables qui n’en finissent plus de semer le doute dans les synapses, que le jeu commence !

    Éloane Frezet

    Dans l’incertitude du mouvement et du chaos obsédant, la violence à l’oeuvre est une sanction à double appel, de par les dommages visibles mais aussi dans cette frontière de l’inconscience, sombrer dans une autre dimension n’est pas sans rappeler que rien n’est jamais acquis, l’auteure maîtrise les codes du polar pour mieux les détourner, l’intrigue évolue pour maintenir une action frénétique, entre le réalisme propre aux investigations sur le terrain et les fantômes du passé, Haut le Choeur cultive sa propre voie pour harponner le lecteur, les personnages dévoilent progressivement leur part d’ombre, les fissures laissent filtrer des sentiments de culpabilité et d’ambivalence, le récit est construit comme un jeu d’échecs où chaque coup de l’adversaire peut être fatal, des parties en italique incrustées dans le texte permettent de se faire sa propre interprétation des faits, si le style de l’auteur accroche par sa précision chirurgicale et des séquences choc, tout reste encore possible pour soulever d’autres pierres et révéler des secrets ultimes, la perte des repères moraux vrille les âmes, la tension monte d’un cran à chaque page, les dents grincent d’inquiétudes grandissantes, la chape de plomb menace de s’abattre à tout instant, c’est tout le commissariat de police chambérien qui est figé, dans l’attente, dans l’impatience ...

    La vengeance aux deux visages ...

    Du temps de l’Empire Romains, les gladiateurs combattaient dans de grandes arènes pour leur survie, sur le front de guerre, les soldats se battaient pour l’honneur de la patrie, dans Haut le Choeur, la frontière délimitant le bien et le mal est ténue, ce danger invisible rôdant dans les parages, l’auteure sait distiller les détails au compte-gouttes pour rendre l’histoire des plus paranoïaques, tout concourt à rendre fou le lecteur impuissant et avide à saisir tous les tenants et aboutissants, le pari audacieux est relevé haut la main (sans jeu de mots) et d’inscrire un jalon supplémentaires dans les thrillers à la française marquants, efficaces de bout en bout, suffisamment dans les sphères des histoires convaincantes et plausibles, le savoir-faire de l’auteure qui n’est pas une "bleue" dans le polar, j’augure un bel avenir à Gaelle Perrin-Guillet.
    L’art et la manière, l’exercice de style flirte avec l’audace qui caractérise son écriture, vivement son prochain !

    Et vous, jusqu’où êtes-vous prêt à résister à la tentation ?

    Je remercie les éditions Taurnada pour leur confiance, après Le fruit de ma colère de Mehdy Brunet, Mauvaise genre d’Isabelle Villain et Mon ombre assassine d’Estelle Thareau, cette nouvelle parution du 14 mars 2019 avec Haut le Choeur de Gaelle Perrin-Guillet hisse un peu plus haut le pavillon de l’éditeur niçois vers les sommets du thriller percutant et jouissif !!!

    Et ce n’est pas, une fois de plus, la sublime couverture qui me fera douter de la qualité de la ligne éditoriale.
    Comment ressusciter un livre datant de quelques années pour lui donner une nouvelle vie, la réponse est juste après ...

    Coup de coeur ❤️ pour Haut le Choeur de Gaëlle Perrin Guillet, ça rime bien parce que ça le vaut bien !

  • Les lectures de Maryline 25 mars 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Waouh ! Ça déménage ! Aucun répit dans ce thriller !

    Eloane, la plus grande tueuse de tous les temps, arrive à s’enfuir de la prison où elle a été enfermée. Et elle a soif de vengeance ! En effet, la journaliste Alix, qui la suivait à l’époque pour écrire un livre sur cette tueuse hors du commun, sait qu’elle s’occupera personnellement d’elle une fois dehors, et ça ne loupe pas, c’est elle qu’elle appelle en premier dès sa sortie. Et elle va la mener dans un jeu de cache-cache meurtrier faisant d’elle sa marionnette... Alix n’est pas seule, les enquêteurs la protègent et font leur possible pour arrêter le massacre et son mari l’aime fort et essaie au mieux de la protéger, même si il est lui aussi impliqué car médecin légiste. Bref, on assiste à une sorte de course-poursuite sanglante qu’il vaut mieux arrêter le plus rapidement possible.

    J’ai beaucoup aimé ce thriller, il est super bien écrit et le rythme est soutenu. Mais j’ai trouvé un petit défaut tout de même, la longueur. Oui, je trouve qu’il finit un peu trop vite, Eloane fait des victime en effet, un peu trop, mais la fin arrive un peu rapidement et je trouve qu’on n’a pas eu le temps d’avoir peur pour Alix. Par contre, j’aime la façon dont le dénouement nous surprend ! J’aime quand un livre se finit mal et là, c’est parfait pour moi (sans vouloir trop en dire pour les futures lecteurs).

    Un thriller qui a été réédité par Taurnada cette année après avoir eu un bref succès dans une autre maison d’édition. Il vaut le coup, il est très prenant, il manque juste un peu de longueur afin de faire trainer les choses (oui je sais, je suis une sadique !...). N’hésitez pas à découvrir !

  • Maks 3 avril 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Haut-le-chœur est un thriller mettant en scène une tueuse en série retors et implacable qui ne fait pas dans la demi-mesure. Elle est cruelle et très intelligente et va donner du fil à retordre à nos enquêteurs.
    ce petit groupe d’enquêteurs qui malgré une configuration classique est intéressant et a le bénéfice de ne pas emporter le lecteur dans tous les sens.

    L’écriture est sûre et agréable, ce qui nous permet d’avancer dans l’histoire de manière assez vive, surtout dans la première moitié, le lecteur ne la voit pas passer. J’ai commencé à ressentir quelques petites longueurs en milieux de parcours mais heureusement cela ne dure pas indéfiniment et une fois la dernière ligne droite amorcée on ne s’arrête plu.

    Le livre se conclu sur une fin très originale à laquelle je n’avais pas pensé et c’est tant mieux.

    Je recommande ce thriller aux amateurs du genre qui cherchent une histoire avec une fin atypique ou aux lecteurs désireux de se plonger dans un vrai jeu de piste sanglant.

  • Aelithsu 4 avril 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Un thriller très rapide et très efficace !

    Une fois lancée dans ce roman, je n’ai quasiment plus pu m’arrêter. Le rythme est d’enfer, et les événements s’enchainent avec rapidité, laissant à peine le temps de reprendre son souffle !

    Je me suis beaucoup attachée à Alix, et j’ai eu de nombreuses fois peur pour elle. La menace d’Eloane est très tangible et présente, la tension est donc énorme durant toute la lecture. On sent et on sait que la tueuse va sévir, mais pas moyen de savoir quand elle va le faire !

    Toute l’enquête est bien ficelée, je n’ai rien vu venir des tenants et des aboutissants, j’ai tout découvert en même temps qu’Alix et les policiers.

    La résolution est totalement glaçante, je ne me suis pas sentie spécialement bien après lecture !

    L’écriture de l’auteure est diablement efficace, portant son récit à merveille. J’avais peur de lire des détails trop scabreux, mais j’ai plus été choquée par le but de la tueuse que sa façon de procéder.

    Je remercie Joël des éditions Taurnada de m’avoir proposé cette lecture très prenante !

    Avis complet sur : https://lecturesetchats.blogspot.com/2019/04/haut-le-choeur.html

  • unevietoutesimple 4 avril 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Je voudrais d’abord remercier Joël des Editions Taurnada pour sa confiance et l’envoi de ce roman avant sa sortie en librairie.

    C’est le deuxième livre que je lis de cette maison d’édition et je suis vraiment ravie de la collection qui est proposée.

    J’ai vraiment passé un excellent moment avec cette lecture. L’écriture est fluide, agréable à lire. Les chapitres sont courts et on sent la tension monter au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire qui est prenante et rythmée.

    Je me suis posée la question assez tôt du pourquoi du titre et je n’ai eu la réponse qu’à la fin, c’est vous dire comme le suspense est gardé jusqu’au bout.

    J’aime beaucoup les histoires qui traitent des tueurs en série et le fait que ce soit une femme était très intéressant car elles sont encore rares dans les romans.

    Ici, il est plus question de la relation entre deux personnages, celui de la tueuse et celui de la journaliste, que des crimes en eux-mêmes. Cependant, la fuite d’Eloane est parsemée de cadavres et l’intrigue est menée de telle façon que l’on a beaucoup de mal à refermer le livre.

    L’auteure ne laisse pas de côté pour autant la psychologie des personnages (même si elle n’est pas très poussée mais le roman est court alors il faut aller droit au but) puisque c’est justement ce que cherchent à comprendre les policiers qui enquêtent sur l’évasion de la tueuse. Ils doivent découvrir son mobile afin d’anticiper ses crimes en ciblant les victimes potentielles.

    Gaëlle Perrin-Guillet a créé un personnage tellement tordu qu’il est difficile de deviner le but de la tueuse. Les autres protagonistes ne sont pas laissés en reste et sont également intéressants. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Alix qui doit gérer la menace que représente l’évasion d’Eloane, ainsi que le policier Ruiz qui est complètement démuni face à cette tueuse qu’il ne comprend pas, qui ne sait pas où diriger ses recherches pour faire avancer la traque.

    Cela a vraiment été une bonne lecture, même si ce n’est pas un coup de cœur et si vous recherchez un roman qui vous tient en haleine, qui se lit rapidement avec un mobile qui sort de l’ordinaire et qui ne se dévoile qu’à la toute fin, je vous conseille vraiment “Haut le chœur”, vous ne devriez pas être déçu.

  • lecturesdudimanche 6 avril 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    En période de Saint-Valentin, ce n’est pas grâce à moi que vous trouverez de belles idées de lectures romantiques, pourtant c’est bien d’une histoire d’amour qu’il s’agit ici ! Sauf qu’en guise de pétales de

    roses, ce seront des cadavres qui jalonneront la route de nos amoureux…

    Clarifions : Il y a quelques années, Alix Flament a vu sa carrière de journaliste d’investigation décoller grâce à une séquence d’entretiens qu’elle a mené avec une criminelle incarcérée pour une série de meurtres particulièrement sordides et qui ont conduit à la publication d’un livre. Et pourtant, Alix vit dans la peur qu’Eloane Frezet, la meurtrière héroïne de son livre, honore la promesse qu’elle lui a faite quelques années plus tôt : « Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver. » Alors lorsque ce jour arrive, lorsqu’Eloane s’évade de prison et réserve sa première pensée à Alix en lui passant un coup de fil, ni Alix ni la police ne doutent de la tournure sanglante que vont prendre les événements… Et la traque sera d’autant plus difficile qu’il n’y a pas de logique dans la victimologie, la tueuse s’en prenant sans restriction à tout type de proies : hommes, femmes, enfants…

    La seule piste qui émane des entretiens entre la journaliste et la tueuse est ce leitmotiv récurrent : Eloane agit par amour !

    Une chose est sûre, la plongée dans l’action se fait dès les premiers mots ! Ça tombe bien, parce que j’apprécie quand l’action démarre très vite. L’auteur met l’accent sur la quête du pourquoi qui permettra de comprendre le comment. La rapidité de la narration prend le pas sur le style qui se doit d’être direct et sans fioriture. J’aurais peut-être aimé que certains personnages soient mieux développés afin de permettre au lecteur de ressentir un peu plus d’empathie à leur égard, mais j’ai le sentiment que cela n’était pas l’objectif de l’auteur qui s’est concentrée sur le mobile, distillant suffisamment d’éléments pour permettre aux lecteurs d’arriver à la bonne conclusion en même temps (voire même avant !) l’équipe enquêteurs. Mention spéciale pour la toute fin qui m’a fichu une sacrée claque !

    Taurnada aime l’action, Haut le Chœur nous le prouve une nouvelle fois avec cette sortie prévue le 14 mars ! Mais d’ici-là, méditez donc ceci : Et vous, pourriez-vous tuer par amour ???

  • Sharon 12 avril 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Que se passe-t-il après ? Après que le tueur a été jugé et condamné ? En l’occurrence, il s’agit d’une tueuse. Elle se nomme Eloane Frezet, elle est une femme tueuse en série, cas rare, et elle purge sa peine de prison depuis six ans. Eloane a fasciné, une journaliste, Alix Flament lui a même consacré un livre, basé sur leurs entretiens.A force d’être gavé de séries télévisées mettant en scène des "psychopathes", l’on en oublie la véritable définition de ce mot. Oui, Eloane était parfaitement intégrée socialement, on peut même dire qu’elle menait une vie ordinaire. Il suffit d’une rencontre. Il suffit aussi de "sortir de sa zone de confort". Oui, l’on ne saura pas dans le roman ce qui a poussé cette infirmière, au seuil de la trentaine, à vouloir travailler dans une prison, sortir de sa zone de confort n’est qu’une idée de ma part - presque une formule toute faite, un peu comme qualifier de "psychopathe" tout tueur.Retourner aux origines, une base que l’on oublie souvent. Penser qu’avant Eloane, il y avait le tueur dont elle veut poursuivre l’oeuvre. Il a été un enfant invisible. Il a été un homme que l’on ne voyait pas vraiment, qui vivait là, à côté des autres et non avec les autres. Un homme qui semblait inoffensif. Un homme que l’on oublie un peu au cours de cette enquête parce qu’il est mort, de mort naturelle - pas de violence, pas d’évasion spectaculaire - et parce que ses motivations n’ont jamais été comprises. Enfin, si, elles l’ont été par Eloane, par elle seule, ce qui reste totalement opaque pour les enquêteurs. Et l’après, me direz-vous ? L’après, c’est une route semée de violence après l’évasion d’Eloane, qui se plaît à semer des indices, difficiles à interpréter, pour le lecteur, pour la police, pour Alix aussi, qui se retrouve au coeur de l’enquête avec son mari, légiste de son état. Ce n’est pas faute d’enquêter, ce n’est pas faute de se replonger dans le passé - rien n’est facile au cours de cette intrigue menée tambour battant. Je me suis littéralement laissée emportée par cette course contre la montre pour qu’Eloane ne termine pas ce qu’elle a continué. Un roman policier prenant.

  • lesmotsdelau 15 avril 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Je découvre la plume de l’auteure par ce titre et quel livre ! quelle découverte ! Je l’ai dévoré, me délectant page après page de toute la noirceur que nous offre ce thriller.

    Eloane Frezet est une tueuse en série qui semble frapper au hasard, cependant un petit grain de sable va la mener tout droit derrière les barreaux. Du fond de sa cellule elle va se confier lors de nombreux entretiens à une journaliste Alix Flament.
    Cette dernière va tout faire pour essayer de percer les motivations de la psychopathe qui resteront cependant un mystère aux yeux de tous. Une affaire qui marquera sa carrière et la propulsera sur le devant de la scène médiatique tandis qu’Eloane de son côté se verra refuser une remise de peine.
    Le bonheur de l’une faisant le malheur de l’autre, Eloane va mûrir une haine incontrôlable contre celle qui fut sa confidente en lui promettant de se venger.
    Quand Eloane s’échappe de prison, le jeu macabre qu’elle a savamment pensé lors de sa détention peut alors commencer.

    « Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… je saurai te retrouver » La première phrase résume à elle seule ce en quoi on doit s’attendre, une menace loin d’être formulée à la légère. La vengeance en toile de fond pour nourrir une destinée de folie meurtrière.
    Un jeu de chat et de souris entre une femme capable de tout et une police déterminée, mais quelque peu dépassée par la tournure des événements.
    Les scènes s’enchaînent à grande vitesse, pas le temps de s’ennuyer et les cadavres tombent les uns derrières les autres.
    L’ambiance angoissante est distillée sur la longueur pointant avec une extrême minutie, sommes toute assez vicieuse, les actes et les sévices infligés. L’auteure nous mène par le bout du nez et nous sommes pris comme ses personnages dans cette spirale à chercher le secret de cette femme.
    Le personnage de la meurtrière est vraiment bien travaillé nous sommes en face d’une grande manipulatrice où la froideur se ressent dès les premières pages. Elle est tellement fascinante, si je puis dire, que j’imagine très bien un prequel à ce livre, elle en assurerait comme dans celui-ci une place de choix.
    Une lecture qui ne m’a vraiment pas laissée insensible au contraire, un roman comme je les aime aussi passionnant sur le fond que sur la forme.
    Les scènes prennent vie grâce à des enchaînements bien pensés, à une écriture dynamique et à une richesse de vocabulaire appréciable.
    Une excellente réédition pour Haut le chœur qui fut publié une première fois en 2013.

  • Lecturesetgourmandises 20 avril 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    J’ai été très emballée à la fois par le résumé et aussi par la maison d’édition dont je savoure les publications à chaque fois. Les éditions Taurnada publient des romans noirs vibrants et terriblement prenants.

    Ici, ce n’est pas un coup de coeur fulgurant, j’ai apprécié certains passages mais j’en ai trouvé d’autres un peu longs.

    Tout d’abord, j’aurais aimé que la relation entre Éloane et Alix soit étoffée et davantage mise en avant. Je m’attendais à un roman explosif, à une tension permanente qui m’oppresserait, mais ce ne fut pas le cas malheureusement.

    Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages autant que je voulais, pourtant ces deux femmes avaient tout pour me plaire !

    Néanmoins, le roman tient sa promesse en ce qui concerne la folie d’Éloane, une meurtrière sanguinaire qui ne ressent aucune émotion, et encore moins une quelconque pitié pour ses victimes qu’elle torture à sa guise. Un autre point qui a su me séduire, c’est la signature d’Éloane qu’elle laisse sur chaque cadavre, un morceau d’une partition de musique, qui n’a a priori aucune signification. Pour les enquêteurs, la criminelle est une femme imprévisible, un monstre d’une violence inouïe. Ils n’arrivent à faire aucun lien entre les victimes et sont bien incapables de prédire à quel moment elle frappera à nouveau.

    En apparence, rien ne laissait présager l’avenir d’Eloane, une femme sans histoire ayant évolué dans un environnement tout ce qu’il y a de plus « normal ». Rien ne la prédisposait à devenir une tueuse en série, pas d’enfance difficile, elle n’avais jamais connu de violence, jusqu’à sa rencontre avec une personne en particulier qui la changera en une meurtrière féroce.

    Même si j’ai pu ressentir certaines longueurs, ce roman m’a séduite car il a su mettre en avant des femmes fortes, avec un caractère bien trempé et une personnalité aguerrie.

    Chaque avis est différent, notre sensibilité et nos goûts ne sont pas toujours identiques et c’est ce qui fait la force de la lecture.

  • La Caverne du Polar 24 avril 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Aujourd’hui je vais vous parler de Haut le chœur un one-shot signé Gaëlle Perrin-Guillet. Je l’ai rencontré l’année dernière au Festival Sans Nom à Mulhouse. J’ai vraiment été interpellé par la personnalité de cette auteure, de part son énorme sympathie et sa simplicité.
    Allez suivez-moi c’est parti en direction de la Savoie dans la belle ville de Chambéry.

    Tout d’abord on fait la connaissance d’Alix Flament, une journaliste devenu célèbre grâce à la publication d’un livre sur les interviews réalisées avec Eloane Frezet une tueuse en série. Les années passent et Alix a changé de rubrique, fini les meurtres, elle s’occupe désormais de politique. Mais Eloane qui est en prison n’a pas oublié que le sujet du livre d’Alix lui a causé énormément de tort. Lorsque la tueuse s’évade, Alix se rappelle de la promesse faite de cette dernière. Lorsqu’elle reçoit un coup de fil d’Eloane, Alix prévient immédiatement la police et notamment Gautier Ruiz et Stéphane Noisel qui participaient à l’enquête lorsque les premiers meurtres ont eu lieu. Dès lors le cauchemar va commencer pour Alix… On passe de l’enquête menée par la police, à la morgue où travail le docteur Flavien Bernet, le mari d’Alix. Puis on suit les traces de Pascal Jussy, le tueur en série qui est à l’origine de la vocation d’Éloane.

    Les personnages sont assez bon et très réalistes, surtout Alix. Eloane quant à elle est une tueuse en série sans pitié. On la découvre petit à petit sans rien connaître sur ses motivations. Elle tue selon un schéma bien précis qu’elle seule connaît. Le combat psychologique entre d’un côté Alix et de l’autre la tueuse en série est très bien maîtrisé et donne une ambiance tendue au roman. Quant à l’intrigue, je trouve qu’elle est assez originale et très cohérente, en plus de cela elle offre de nombreux rebondissements. La plume de Gaëlle Perrin-Guillet est très agréable et très fluide. Les chapitres sont courts et donnent un certain dynamisme à la lecture.

    Haut le chœur est le troisième roman des éditions Taurnada que j’ai lu et honnêtement à chaque fois ça a été une très belle découverte pour moi. Comme quoi il faut vraiment faire confiance à des maisons d’éditions un peu plus petite, car la qualité est vraiment au rendez-vous. J’ai hâte de lire le prochain roman de Gaëlle Perrin-Guillet.

  • LES LECTURES D’EMILIE 6 mai 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Haut le choeur : wahouuuuuu ! C’est la sortie du mois de mars qu’il ne fallait pas manquer ! En effet, l’auteure nous entraîne dans une enquête à vous couper le souffle !

    Eloane Frezet, la tueuse en série la plus abject de ces dernières années, s’évade de prison. Elle reprend son oeuvre morbide là où elle avait été stoppée. Les meurtres se succèdent, la police patauge et Alix Flament, journaliste qui a passé énormément de temps à questionner Eloane, vit dans la peur de croiser la route de cette dernière.

    Le personnage qui m’a le plus marqué est sans aucun doute possible celui d’Eloane. J’avoue avoir un faible pour les tueuses en série, et celle-ci remplit son rôle à merveille !Elle est calme, secrète et narcissique, très organisée. J’ai beaucoup aimé ses échanges téléphoniques avec Alix, et la fin a surpassé mes attentes !!!

    Dans ce thriller au rythme effréné, on suit tour à tour Alix, notre belle journaliste mariée à un médecin légiste, et Ruiz, qui mène l’enquête avec son équipe. Une enquête minutieuse, méthodique, malgré le peu d’indices qu’Eloane laisse derrière elle.

    Les chapitres sont courts, l’écriture fluide et direct, Haut le chœur se lit d’une traite. L’auteure va droit au but, pas de détails inutiles, pas de temps morts. La signification du titre ainsi que le visuel de la couverture, qui sont vraiment bien trouvés, prendront tout leur sens à la toute fin du livre !

    Dans ce thriller, l’auteure fouille les mécanismes du mal en exploitant au maximum le personnage d’Eloane. D’où vient ce mal ? Quelle soif cherche t-elle a assouvir ? Comment choisi t-elle ses victimes ? Quel est le but ultime de cette tueuse en série ?

    Bravo, bravo, bravo, bravo !!!! J’ai été conquise par ce thriller qui est un véritable page-turner : c’est redoutablement efficace ! Une auteure à suivre de très près !

    Un grand merci à Joël et les éditions Taurnada pour cette superbe découverte !

  • mimi85600 10 juillet 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Une tueuse en série qui s’évade... Une journaliste en danger... Une traque sous haute tension... Ça y est ? J’ai toute votre attention ? Alors c’est parti !

    Dans ce roman il est question d’une détenue, Eloane Frezet, qui s’évade de prison. Le problème c’est qu’il s’agit d’une dangereuse tueuse en série qui avait menacé une journaliste, Alix Flament, lors de son procès et lui avait lancé d’un ton sans appel : " Le jour où je sortirai, tu sera la première au courant ". A peine dehors, Eloane contacte donc Alix pour l’informer qu’elle est de retour, prête a assouvir sa vengeance et a reprendre son "oeuvre" sanglante là où elle l’avait laissée. Dès lors, la police cherche sans relâche. Mais la confrontation entre les deux femmes semble inévitable.

    Un roman sans temps morts où tout va a cent a l’heure et où l’angoisse est palpable face à cette tueuse froide et sanguinaire qui semble choisir ses victimes au hasard. Dans son sillage, elle laisse indifféremment des femmes, des hommes et même des enfants. Que cherche-t-elle ? Quel est son mobile ? L’écriture incisive de l’auteur sert habilement le récit et entraîne le lecteur dans le tourbillon infernal de cette traque et de ce face à face glaçant. Par ailleurs, Eloane Frezet est un personnage intelligemment construit. Elle porte le roman presque à elle seule, menant la danse d’une main de maître, baladant la police et Alix jusqu’à la confrontation finale.

    J’espère ne pas en avoir trop dit mais avoir suscité en vous l’envie d’en savoir plus et de plonger dans ce thriller implacable que, personnellement et vous l’aviez sans doute compris, j’ai adoré.

    Merci aux éditions Taurnada, chez qui on est rarement voir jamais déçus, pour l’envoi de ce roman haletant.

  • Ju lit les Mots 18 juillet 2019
    Haut le chœur - Gaëlle Perrin-Guillet

    Haut le cHœur… Oui, il y a un petit peu de ça dans l’intrigue de Gaëlle Perrin-Guillet… Non pas que le bouquin soit truffé de scènes bien glauques, quoi que… Mais vous en reprendrez bien un peu…

    Une intrigue assez originale, le choc des titans, entre, une tueuse en série et la journaliste qui l’a interviewé pendant plusieurs années. Elles ont appris à bien se connaître, peut-être un peu trop d’ailleurs, pour garder le détachement nécessaire… L’une, vient de s’évader… L’autre, sait qu’elle a du souci à se faire…

    Les intrigues avec des femmes meurtrières sont assez rares… Et je suis pour la parité… Pourquoi, la vengeance serait l’apanage des hommes ? A moins que la femme ne soit plus perverse et ne tombe pas aussi facilement entre les mailles du filet de la justice, j’avoue que je m’interroge sur le peu de femmes tueuses, mais il y a un peu de ça…

    Lors de grands procès impliquant des femmes, la société ne comprends pas, comment une femme peut être capable des pires horreurs, alors même qu’elle est toujours perçue comme l’archétype de la mère, donc gentille et gracieuse… Pourtant, elles peuvent être beaucoup plus perverses que certains hommes et elles sont, elles aussi, soumises aux mêmes fantômes qui touchent les hommes…

    Même si l’auteur, met l’accent sur la relation entre ces deux femmes, sans évoquer lourdement les meurtres déjà commis, la route est pavée de cadavres, au fil de chapitres courts, s’alternent les points de vue , donnant ainsi une dynamique très intéressante.

    Même si le rythme soutenu, ne permet toutefois pas toujours de prendre le temps d’apprécier les personnages, l’auteur réussit à en mettre plein la vue en entraînant son lecteur dans une course à la vie à la mort…

    Un bon thriller, mené tambour battant, qui emporte son lecteur dans une course contre la montre, pour stopper la folie meurtrière d’une femme amoureuse…

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.