Coupable - Jacques-Olivier Bosco

Notez
Notes des internautes
3
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

On a tous quelque chose à se reprocher.

Internée à l’adolescence parce qu’elle souffrait de troubles psychologiques, Lise s’est liée à des filles avec qui elle a tout partagé, des " monstres " comme elle. Et elle a rencontré son double.
Des années plus tard, Lise est lieutenante à la brigade criminelle de Paris. Quand elle est amenée à enquêter sur la mort de l’un de ses proches, le passé trouble de sa famille réapparaît. Et les secrets de son enfance refont surface.
Que s’est-il réellement passé lorsqu’elle avait treize ans, dans cette ferme aux murs recouverts de sang ?
Et pourquoi est-elle revenue, celle qu’elle appelait sa " jumelle ", son double maléfique ?

Galerie photos

Vos avis

  • Leroy Delphine 4 septembre 2018
    Coupable - Jacques-Olivier Bosco

    Quel plaisir de retrouver un personnage de la trempe de Lise Lartéguy !

    Suite de Brutale (sortie en poche chez Pocket cette année, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas le lire^^), Coupable s’attache plus particulièrement au passé de Lise, du pourquoi du mal qui la ronge...

    Coupable est moins brutal que le premier opus, enfin... disons que c’est moins en continu car des scènes d’action, il y en a et des excellentes qui vous remuent de votre confort sur votre canapé, fauteuil ou lit, voire de votre siège de transport en commun^^
    Dans Coupable, on trouve aussi du psychologique en se penchant sur le passé de Lise, de ce qui provoque son côté borderline... Cette dimension fait prendre de l’épaisseur au personnage en faisant une héroïne à part, avec ses failles et ses forces.

    Coupable réussit à donner plus de substance au lieutenant de police, Lise Lartéguy, à la placer en personnage phare d’une série d’enquêtes qu’on va pouvoir réclamer encore à corps et à cris.

    Coupable réussit son pari en installant un personnage dans la durée, à faire éprouver de l’empathie au lecteur et même à l’encourager dans sa soif de guérison, de normalité, tout en l’acceptant telle qu’elle est.

    Dans cet opus, de nombreux sujets sensibles sont traités dont un déterminant sur les revers de l’enfance et de ce qu’il en advient sur l’adulte devenu quelques années plus tard... Les blessures de l’enfance ne se ferment jamais...

    Coupable est un excellent polar et fait entrer Lise au panthéon des personnages incontournables...

    Une fois de plus, Jacques-Olivier Bosco nous offre une Playlist de folie pour nous entraîner dans les aventures de Lise. Je n’ai pas résister à vous en faire une petite^^

  • Sangpages 17 septembre 2018
    Coupable - Jacques-Olivier Bosco

    La suite de "Brutale" (malheureusement pas de chronique à vous proposer...C’est rare que je lise sans chroniquer mais parfois les aléas de la vie font que...Et écrire une chronique sans que ce soit à chaud, n’a plus de sens selon moi.... Bref 🙂) mais vous l’aurez compris, il vaut mieux avoir lu ce premier opus avant d’attaquer celui-ci.
    On retrouve donc avec un plaisir non dissimulé Lise Lartéguy, lieutenant à la brigade criminelle de Paris. Borderline, Lise a un secret. Lise n’est pas comme les autres. Lise est décrite comme un monstre. Lise est un personnage hors norme comme rarement créé dans une fiction, d’ailleurs. La Nikita de cette décennie. Une jeune fille devenue flic alors que sa violence est un besoin et qu’elle ne la maîtrise pas. Une flic un peu pourrie diront certains, un peu justicière diront d’autres. Quoi qu’il en soit, elle devra plus que jamais faire face à son passé pour résoudre une bien sale affaire qui mêle sa famille ...Au risque peut-être de s’y perdre...
    On oscille entre passé et présent. Une enquête dans une enquête. On découvre, on apprend, on comprend...pas tout forcément...alors on continue, on pioche, on s’interroge. Chacun dans ce récit ou presque a son vécu, son passé, ses douleurs et ses cicatrices. Des êtres massacrés par la vie qui n’ont d’autres choix que de transmettre...
    "Coupable" est un polar hors-norme, original qui défie toutes les lois habituelles du polar et c’est jubilatoire. Le style est brut, vif, percutant presque violent accompagné d’un parcours musical de tous les diable. Cure, ACDC, Manson, Archive, Depeche mode et j’en passe. Une chose est sûre Jacques Olivier Bosco et moi avons clairement les mêmes valeurs et ça dépote ! Une musique omniprésente qui frappe les mots de son rythme comme toute la violence de leur sens.
    Beaucoup d’action, beaucoup d’humanité derrière chaque douleur, chaque coup, chaque blessure. Des personnages fabuleux, attachants.
    Les révélations finales sont percutantes. Ce que l’on apprend sur Lise et son passé et saisissant et nous fait désormais mieux comprendre ce pourquoi elle est devenue ce qu’elle est. Allez je vous l’avoue mais ne le dites à personne : ça m’a tiré les larmes... Ouais c’est vous dire si c’est fort !
    Lise dans cette deuxième partie, prend encore plus de substance, une dimension plus forte, plus soutenue, plus terrible. Elle était déjà un personnage hors du commun mais alors là que dire ? Si ce n’est chapeau bas d’avoir réussi à créer une véritable icône !
    La culpabilité a-t-elle des excuses ? Un contexte ? Des circonstances atténuantes comme on dit ?
    Brutale ? Oui
    Coupable ? A vous de voir...

  • universpolars 20 novembre 2018
    Coupable - Jacques-Olivier Bosco

    Sommes-nous coupables lorsque nous ne sommes vraiment pas responsables de ce que nous sommes devenus ? À mon sens, on ne pourra jamais répondre complètement et précisément à ça. Et ce genre de question revient souvent dans les bouquins de Bosco !

    C’est le 7ème polar signé Jacques-Olivier Bosco que je découvre. Son univers, à présent, je le connais franchement bien et je suis en mesure de vous en parler sans trop réfléchir. Son écriture, ses thèmes choisis, ses personnages ou encore ses scènes d’actions sont des éléments que je ne risque pas d’oublier de sitôt.

    Je vais tenter de vous résumer cela en quelques phrases. Dure besogne ! Bosco, ce sont d’abord des personnages vrais, d’une grande force ou d’une sensibilité à fleur de peau. Des justiciers qui ne sont pas forcément en phase avec la justice, des férus de vengeance qui vont absolument jusqu’au bout des choses, ou encore des hommes ou des femmes - souvent des hommes ! - qui ne sont pas forcément respectables mais qui, suivant un code d’honneur drastique, vouent une importance capitale au respect. Quels paradoxes !

    Aussi, il est souvent très difficile de prendre position quand il s’agit de se déterminer sur la morale d’un de ses personnages. C’est bien ? C’est mal ? Bonne chance...

    Bosco, ce sont aussi des décors et des scènes d’action qui vous en mettent plein les yeux, à l’extrême ! Attention tout de même, car parfois les extrêmes ne sont pas toujours un idéal... C’est très cinématographique, ça bouge, ça explose, ça gicle dans tous les sens. Bref, c’est violent, mais jamais gratuitement.

    Finalement, Bosco, c’est un style d’écriture qui déchire, qui heurte et qui secoue lorsque l’auteur frappe le point final à la masse. Je n’ose même pas imaginer le nombre de claviers qu’il a dû détruire à force d’écrire avec une telle rage. Une frénésie dont il doit certainement garder la maîtrise, du moins je l’espère.

    Bon, j’ai parlé d’hommes mais, ici, ce sera une femme qui sera mise à l’honneur. Eh oui, la même que vous avez pu suivre - encore faut-il que cela soit possible ! - dans le précédent polar : Brutale. (Chronique).

    Anne-Lise Lartéguy. Physique : chevelure corbeau, peau blanche de Bretonne, yeux couleur azur, blouson noir et talons. Psychisme : violente, apathique, antisociale, malade et... lieutenant à la brigade criminelle de Paris. Sa maladie ? La violence pure, un besoin de cogner, de détruire, ceci depuis son enfance. Le Bien et le Mal sont pour elle des notions qui ont l’art de se mélanger constamment dans sa tête.

    Cette flic est mal, elle le sait et souffre énormément. Cela fait depuis ses 8 ans qu’elle est comme ça et, pour elle, cet état n’est sans doute pas arrivé tout seul... Justement, vers son enfance, on va y retourner. Et ce que l’on va y découvrir est assez moche, voire très moche.

    De parents démunis à l’école spécialisée pour jeunes filles difficiles, Lise va passer par plusieurs stades d’une vie chaotique et totalement nébuleuse. La confusion sera d’ailleurs sa meilleure ennemie tout au long de son parcours. Dans sa petite enfance ou ado, au pensionnat, beaucoup de paramètres vont se mettre en place. Quand on est gosse, on emmagasine tout, jusqu’au plus profond de son âme.

    Une autre fille, proche de Lise, va pas mal changer la donne aussi ! Le passage de l’état d’animal à celui de monstre est parfois vite atteint. Il suffit de rentrer certaines données, idéalement sur un être très jeune et sensible, vous ajoutez un peu de peur, beaucoup d’insécurité et énormément de souffrance et là vous avez devant vous une personne qui risque de salement déraper. À différents niveaux, certes...

    Une fois de plus, Jacques-Olivier Bosco ne nous épargne pas. C’est franchement cru jusqu’à atteindre la démesure. Le personnage de Lise Lartéguy est d’une violence inouïe, presque un état d’animal, en tout cas d’une bête blessée. C’est bien connu : un animal blessé, tu ne l’approches pas sans prendre toutes les précautions nécessaires !

    Bon, après, il faut admettre que c’est parfois très « gros » ! Parfois tellement gros que, en définitive, ça passe plutôt bien. L’auteur a décidé de faire dans le trash, sans concession, et c’est finalement pleinement assumé.

    Ce qui va être assez fascinant pour en revenir à Lise, c’est qu’elle va devoir affronter un ennemi plutôt coriace : elle-même. Cette fois-ci, elle a vraiment merdé, ou peut-être pas. Toute la difficulté sera là : ses rages intenses et ponctuelles ne lui permettent plus d’être objective sur ses éventuels actes antérieurs.

    Au final, on en ressort lessivés, chargés d’émotion. Des sentiments mitigés nous voilent les yeux car nous sommes souvent partagés dans nos réflexions ! Notre morale est mise à mal ! Qu’est-ce qui est juste ou qui ne l’est pas ? Juste par rapport à quoi, par rapport à quelle justice ? Celle des hommes ou celle que j’appellerais pure et innée ?

    Les personnages - principalement Lise - sont très attachants, même avec toutes ces émotions contradictoires qui nous taraudent. Il y a toujours plusieurs axes d’appréciation mais si l’on choisit celui qui nous vient des tripes, on ne peut qu’aimer ce personnage. On peut la comprendre, sans pour autant cautionner ce qu’elle fait.

    L’auteur mettra un terme à cette histoire déchirante avec ce fameux coup de masse, afin de bien enfoncer le point final. C’est prenant, révoltant et encore une fois d’une violence extrême. Cette violence ne va pas forcément se matérialiser qu’avec des actes physiques, mais aussi par un contexte à gerber.

    Le titre de ce roman est « coupable ». Réfléchissez à ce terme car il est très complexe, si on y fait le tour complet !

    Bonne lecture.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.