Avalanche Hôtel - Niko Tackian

Notez
Notes des internautes
5
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Janvier 1980, à l’Avalanche Hôtel, sublime palace des Alpes suisses. Joshua Auberson, agent de sécurité, enquête sur la disparition d’une jeune cliente, avec un sentiment d’étrangeté. Quelque chose cloche autour de lui, il en est sûr. Le barman, un géant taciturne, lui demande de le suivre dans la montagne, en pleine tempête de neige. Joshua a si froid qu’il perd conscience…

… et revient à lui dans une chambre d’hôpital. Il a été pris dans une avalanche, il est resté deux jours dans le coma. Nous ne sommes pas en 1980 mais en 2018. Joshua n’est pas agent de sécurité, il est flic, et l’Avalanche Hôtel n’est plus qu’une carcasse vide depuis bien longtemps. Tout cela n’était qu’un rêve dû au coma.
Un rêve, vraiment ?

Vos avis

  • Mes évasions livresques 2 janvier 2019
    Avalanche Hôtel - Niko Tackian

    Après deux romans consécutifs ayant comme personnage principal le commandant Tomar Khan, Niko Tackian nous plonge dans un univers totalement inédit avec de nouveaux personnages dans un nouveau pays, la Suisse.
    Un roman qui fait tout de suite tilt chez les fans de Stephen King qui ne peuvent s’empêcher de penser à Shining et son emblématique hôtel Overlook mais qui n’est qu’une référence ;)

    Nous nous familiarisons avec Joshua Auberson, qui se réveille tantôt en 1980 à l’Avalanche Hotel en tant qu’agent de sécurité, tantôt en 2018 à l’hôpital en tant que policier.

    Thriller fantastique ? Onirique ?
    Le thriller de Niko Tackian est bien plus subtil que ça...

    Mais est-ce un bon thriller ?
    Pour moi, la réponse est oui mais pas un coup de cœur...

    Dans les points positifs, je mettrai tout d’abord la couverture qui est juste sublime et qui nous plonge parfaitement dans l’ambiance du roman.
    Nous avons aussi le rythme qui entraîne le lecteur dans une lecture rapide grâce à des chapitres très courts et se terminant souvent par des éléments appelant à lire la suite sans attendre.
    Il y a bien sûr la qualité de l’intrigue avec un dénouement de malade que j’étais bien loin de seulement envisager.
    J’aime qu’on me surprenne et quand on y arrive, malgré mes nombreuses lectures, c’est toujours un point positif pour moi, surtout quand c’est crédible :) Et là quelle fin, inoubliable !

    Mais il y a aussi quelques points négatifs (bah oui, il en faut ^^). Déjà le personnage principal, Joshua, qui n’est pas charismatique pour un sou mais bon identification plus facile et on arrête pas de répéter dans le roman que c’est un homme ordinaire alors soit...
    Je sais déjà qu’il me faudra une deuxième lecture (au moins l’achat du livre est amorti^^) car le côté onirique m’a un peu perdu par moment même si c’est dans ces moments- là que l’ambiance est la mieux restituée et efficace.
    Et pour finir, le roman fait 262 pages... (mode râleuse on : ça fait un an que j’attendais de lire l’auteur et il ne me livre que 262 pages ? mode râleuse off), un peu court pour moi et j’aurai aimé plus de détails par moment et plus d’incursions dans l’hôtel, mais c’est totalement personnel^^

    Avalanche Hôtel est un bon thriller, original et bien rythmé mais qui est pour moi, en dessous des aventures de Tomar Khan, si on reste dans les romans de l’auteur. Il a bien fait de changer car on ne va pas faire 40 tomes d’un même personnage (mais bon j’en veux bien encore quelques autres hein...^^) et il nous livre un univers très intéressant, une intrigue originale et une bonne réponse à la question : "Qui sommes-nous vraiment ?"

    Je repars dans l’attente d’un an pour le prochain roman de l’auteur ;)

  • L’atelier de Litote 2 janvier 2019
    Avalanche Hôtel - Niko Tackian

    Enfilez vos moufles et votre passe-montagne, couvrez-vous bien car là où nous entraîne le dernier thriller de Niko Tackian, il fait froid, très froid. Preuve en est, la sublime couverture du livre publié par les Editions Calmann-Levy, où les flocons viennent illuminer ce paysage d’un bleu glacier, tombant sur un magnifique palace abandonné et une branche de cerisier en premier plan. De quoi donner très envie de se plonger dans cette courte lecture 264 pages seulement, j’irai me plaindre à Mr Cadbury pour savoir s’il ne peut pas le faire plus long !
    Un nouveau personnage entre en scène rien à voir avec l’inspecteur Tomas Khan. Pour le pitch, je vous laisse prendre connaissance de la quatrième de couverture. S’installe une double temporalité qui est habilement menée par l’auteur, on ne sait jamais ce qui tient de la part du rêve, des séquelles du coma, des propres souvenirs de Joshua, bref l’auteur s’y entend pour brouiller les pistes et nous faire tourner en rond. Les chapitres s’enchaînent rapidement et l’écriture devient vite prenante. J’ai apprécié le soin dans la description des lieux. Le cadre prend une place prépondérante, on imagine très bien les magnifiques Alpes suisses avec les sommets enneigés, les pistes de bobsleigh, les chiens Saint Bernard sauveteurs ou encore les chalets typiques. Les personnages à part Joshua, sont brossés un peu rapidement et n’ont pas suffisamment d’épaisseur, je pense en disant cela à la coéquipière de Joshua, Sybille, avec laquelle je n’ai pas trop accrochée, le langage camionneur et moi ça fait deux. Là où j’ai eu le plus de mal à me projeter cela a été dans le grand Hôtel, je pense que cela vient du bandeau et de sa référence à Shining. Du coup j’ai été déçue car ici point de huis clos angoissant, dommage. Pour remporter mon adhésion totale, il m’aurait fallu plus de pages avec un travail plus fouillé sur les personnages et sur le lieu mythique de cet hôtel flippant qui si prêtait parfaitement. Ceci dit l’intrigue en elle-même est bien pensée avec un final comme je les aime, surprenant, bluffant et qu’on ne voit pas arriver. A vous de vous faire votre opinion. Bonne lecture.

  • Ophé Lit 3 janvier 2019
    Avalanche Hôtel - Niko Tackian

    Avalanche Hôtel de Niko Tackian, Chronique grise pour roman blanc .
    Comme beaucoup, j’attendais avec impatience ce roman. Une histoire sans Tomar, une histoire originale plus proche du thriller que du roman policier, quelque chose de différent mais aussi une sortie littéraire autour de laquelle la communication a été particulièrement bien maîtrisée. Habile, cette mise en avant du roman plusieurs mois avant sa sortie nous a transformé en enfants la veille de noël, trépignant d’impatience à l’idée de lire ce thriller énigmatique.
    Le problème d’une communication abondante, c’est qu’elle provoque de nombreuses attentes chez le lecteur, surtout quand celui-ci est exigeant . Me concernant, si elles n’ont pas été comblées, il n’en reste pas moins que certains aspects m’ont plu et rendu l’ensemble de la lecture agréable. Paradoxe ? Oui sans doute.
    Avec cette intrigue, Niko traite de la mémoire, de son fonctionnement, de la construction des souvenirs de manière très intéressante et visuelle, évitant de nous perdre sous des aspects scientifiques qui auraient rendu la lecture plus lourde. Il parle de la mort aussi et du rôle de la mémoire dans l’image que nous nous en faisons : « Elle se tenait sur le bord d’un abîme dans lequel elle allait disparaître sans laisser la moindre trace. Les morts n’existent qu’à travers le souvenir des vivants et dans son cas, personne ne s’était manifesté, ni famille ni amis… Elle était seule dans les abysses, il n’y avait rien de plus froid que l’oubli. ». Il soulève également par ce biais la question de la quête de soi : qui sommes nous ? Pourquoi les choses se font ainsi ? Avec parfois des impressions de roman à portée initiatique « Y a des choses qui doivent se faire à des moments précis ». Toutefois, soyez-rassurés, Avalanche Hôtel reste un pur thriller.
    On retrouve l’écriture fluide et la plume dynamique de Niko et si on ne peut parler de rythme effréné, l’auteur suscite chez son lecteur de nombreuses interrogations qui rendent la lecture compulsive. Mais… Mais je suis restée sur ma faim et une fois les 261 pages lues, j’ai un sentiment globalement mitigé. Je n’ai pas détesté au contraire, j’ai plutôt aimé sans toutefois être tranchée sur un avis positif.
    Côté intrigue pas d’errance ou d’approximation, l’histoire est maîtrisée et ne souffre pas d’une fin inachevée, au contraire. Toutefois, les références à Shining et Jason Bourne en 4ème de couverture ont, je pense, biaisé l’appréciation de ma lecture. Si parfois j’ai pu ressentir une angoisse comme sait la déclencher King, qu’effectivement l’Avalanche Hôtel peut avoir des airs de ressemblance avec son cousin l’ Overlook, la comparaison s’est pour moi arrêtée là ; tout comme je n’ai pas pensé une seule seconde à Jason Bourne en dehors du travail sur la mémoire. S’il fallait vous donner une idée de référence, je trouve Avalanche Hôtel plus proche des Rivières Pourpres, tant dans le rythme, que l’ambiance très mystérieuse et parfois oppressante ou encore l’histoire que nous conte Niko.
    Ce livre étant assez court, je crois que j’ai été plus exigeante et donc pas totalement convaincue même si je crois sincèrement que c’est un bon roman et qu’il plaira à beaucoup de lecteurs
    C’est donc une chronique grise pour un roman où le blanc de la neige domine, toutefois, il ne s’agit que d’un avis personnel et très lié aux attentes que j’avais sur cette sortie. Je ne doute pas qu’ Avalanche Hôtel trouvera son public !

  • Sangpages 9 janvier 2019
    Avalanche Hôtel - Niko Tackian

    Quand Niko m’a dit que son intrigue prendrait place dans ma région et qu’il s’était inspiré du Grand Hôtel de Caux, j’ai forcément jubilé et j’attendais ce livre avec une grande impatience. Rares sont les auteurs étrangers qui placent leurs intrigues par chez nous.
    Après une comm de lancement super bien foutue, l’envie était à son sommet.
    Me suis donc précipitée 🙂
    Je l’ai terminé il y a plusieurs jours et j’ai volontairement attendu avant de le chroniquer, histoire de voir si, comme parfois, l’effet se voulait kiss cool à retardement...
    Un petit air de Shining, sans doute le côté hôtel et probablement la neige...Y a des livres qui marquent et qui ressortent à la moindre occasion. C’est évident et du moment que c’est même spécifié, ça te met certainement en condition...Peut-être trop ?
    Un début intriguant qui oscille entre rêve et réalité. Sur la brèche de l’amnésie de Joshua. Une sorte de voyage dans les méandres de la mémoire et des rêves. C’est fort intéressant et hyper bien tourné.
    Une histoire originale et bien foutue. L’atmosphère glaçante et oppressante fait tout son effet. Son style, comme toujours, très cinématographique rend la lecture fluide et haletante. C’est efficace et ça glisse tout seul comme des skis bien fartés et tu te retrouveras à dévaler des pentes sans vraiment savoir où tu vas. Attention tout de même aux arbres sur ton chemin. Ce serait dommage de te retrouver à l’hôpital aux côtés de Joshua.
    Des chapitres courts, un rythme effréné qui pourrait te faire basculer dans une forme de paranoïa tant la trame est complexe.
    Mais voilà, j’ai dû me perdre quelque part ou je ne sais quoi puisqu’à vrai dire, une fois le livre terminé, je ne savais pas vraiment quoi en penser. Peut-être mon côté suisse qui prenait le dessus ? Bien au milieu, sans avis, neutre...
    Il faut dire que malheureusement, quelques fautes sur la région se sont glissées dans les lignes. Les lecteurs non suisses n’y verront que du feu. Pour ma part, sans vraiment le vouloir, une chasse s’est mise en route et je pense m’être finalement plus concentrée sur cet aspect-là que sur l’histoire. Fort dommage ☹️
    En résumé, un bon moment de lecture mais qui ne restera malheureusement pas mémorable pour ma part mais je suis sûre qu’il plaira à beaucoup.
    A lire ne serait-ce que pour retrouver le rythme et la plume de Niko !

  • QuoiLire 11 janvier 2019
    Avalanche Hôtel - Niko Tackian

    Après deux romans mettant en scène Tomar Khan, Niko Tackian laisse un moment son personnage fétiche, la communauté arménienne et la banlieue parisienne ; pour un flic frais émoulu de l’école de police, dans un canton suisse montagneux et enneigé.

    Pour une fois l’allusion à l’ambiance et l’hôtel Overlook de Shining n’est pas uniquement valable sur la quatrième de couverture, mais elle est bien présente dans le livre. Un hôtel abandonné dans une montagne en pleine tempête hivernale, où le personnage a des visions de personnes disparues de nombreuses années auparavant. De même celle à propos de Jason Bourne n’est pas usurpée, non pas au niveau de la densité des actions mais bien dans l’exploitation de l’amnésie du personnage principal.

    Mais là s’arrête le parallèle entre ces différentes œuvres car Niko Tackian nous livre bien une histoire originale Une histoire qui se lit très rapidement. Également scénariste de séries télé policières, l’auteur garde l’efficacité du récit dans ses livres. Si chaque chapitre n’est pas l’occasion à une scène d’actions, il y aura toujours une nouvel élément pour faire progresser l’enquête ou relancer l’histoire.

    Les personnages sont bien construits, complexes, mystérieux (surtout pour Joshua Auberson en quête de sa mémoire) dont on apprécie voir évoluer leur complicité.

    Un livre sans défaut me diriez-vous ?

    Non pas totalement. Si au début du livre nous sommes littéralement suspendu aux mots du livre, cette captivité s’estompe au fil des pages, pour fléchir avec une fin attendue du fait de manque d’alternatives possibles.

    Un très bon moment qui ouvre le bal des livres de 2019.
    https://quoilire.wordpress.com/2019/01/10/niko-tackian-avalanche-hotel/

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.