Vindicta - Cédric Sire - Stephen King

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
9 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Leur plan est sans risque. Le bijoutier ne portera pas plainte pour le vol car son argent est d’origine illégale. Damien, Élie, Audrey et Driss s’imaginent avoir trouvé la réponse miracle à tous leurs problèmes.

UN FLIC EN CHUTE LIBRE

Fraîchement muté dans un groupe de surveillance, Olivier est loin d’imaginer que la planque qu’on lui a assignée fera de lui le témoin clé d’un cyclone meurtrier, dans le sillage d’un tueur glacial et méthodique que rien ne semble pouvoir arrêter. Des déserts du Moyen-Orient aux villes sombres et silencieuses du territoire français, quand la vindicte est en marche, plus rien ne peut vous sauver.

UNE TRAQUE HALETANTE SECOUÉE DE FAUSSES PISTES

Pur instrument de torture et de mort, il n’a pas de nom, pas de visage, l’habitude de tuer et un cimetière de cadavres derrière lui. Mais dans cette affaire, pas de contrat. Cette fois-ci
pour lui : c’est personnel.

Vos #AvisPolar

  • Angie - Blog Culturez-moi 18 mars 2019
    Vindicta - Cédric Sire - Stephen King

    Plusieurs destins, plusieurs histoires qui vont se percuter avec une incroyable violence. L’intrigue est véritablement surprenante, à la limite de divers genres littéraires : on est clairement dans le policier, mais on frôle subtilement le fantastique et on effleure le thriller géopolitique. Un mélange qui fonctionne diaboliquement bien !

    Des thrillers, j’en ai lu un bon paquet et il m’en faut pas mal pour me mettre le cœur au bord des lèvres ou pour presque m’arracher une petite larme. Cédric Sire a réussi les deux avec ce roman. […] J’ai vraiment eu un coup de foudre pour Olivier Salva, ce flic hors des clous mais pourtant à la droiture exemplaire quand il s’agit de sauver des vies. Sans aucun spoiler, vous repenserez à cette chronique lorsque vers le début du roman vous lirez cette scène terrible de l’accident. Et vous comprendrez… Elle m’a complètement retournée, comme tous les chapitres qui ont suivi.

    ⭐ En bref ⭐
    Si les précédents romans de Cédric Sire m’avaient laissée un très bon souvenir, celui-là me laissera une marque indélébile. La construction et les avancées de l’intrigue ne cessent de prendre le lecteur à revers. Les personnages ont des réactions humaines, vivantes loin des carcans et des stéréotypes du genre. On côtoie le pire, on frôle l’innommable et on sombre dans l’horreur. La fin m’a littéralement scotchée moi qui suis pourtant si difficile sur les dénouements. Le dernier dialogue m’a laissée les yeux un peu humides (de l’allergie sans doute 😬) et un joli sentiment de perfection en refermant la dernière page. Des polars comme ça j’en veux encore et encore !

  • Des plumes et des livres 20 mars 2019
    Vindicta - Cédric Sire - Stephen King

    Quand Olivier de la Ruche aux Livres disait ne pas résumer le roman, j’avoue ne pas avoir compris. Mais en lisant Vindicta, j’ai fini par donner sens à ce conseil. Si je commence à résumer Vindicta, je vais devoir entrer trop loin dans l’histoire pour que ce résumé ait un sens et soit cohérent. Et comme je ne veux pas vous dévoiler trop de l’intrigue, vous n’aurez donc pas de résumé !

    En revanche, je peux vous dire que Cédric Sire a passé un cap. Celui de ne plus mettre de fantastique dans son roman. Il avait déjà commencé cette transition avec De feu de l’enfer où le fantastique était un peu moins présent (c’est d’ailleurs le roman qui m’avait le plus plus). Vindicta est donc totalement ancré dans le monde réel. Mais contrairement à Voltaire qui annonçait que "Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes", ici, c’est tout le contraire.

    On suit deux époques différentes. Le passé (de 2002 à 2010) distille quelques informations sur cette ombre de la mort qui plane sur tant de personnes. Et le présent, où on sent la tension monter de plus en plus au fil des chapitres.

    Les chapitres courts donnent une bonne dynamique de lecture et finalement les presque six-cents pages du roman passent à une vitesse folle ! Les scènes de meurtres, de torture sont très présentes dans ce thriller palpitant. Les descriptions de l’auteur sont détaillées et permettent de s’imaginer précisément l’horreur de la situation.

    Vindicta n’est pas pour tout public mais les admirateurs de la plume de Cédric Sire sont déjà des lecteurs avertis.

    En tout cas, cela valait la peine d’attendre deux ans pour lire cette pépite. :)

  • Booksnpics 21 mars 2019
    Vindicta - Cédric Sire - Stephen King

    Il est enfin en librairie ! « Vindicta » de Cédric Sire publié aux éditions Metropolis Noir est une véritable claque !

    Je ne rajouterai rien au résumé et à la très mystérieuse bande annonce savamment préparés par l’éditeur. Il ne faut surtout pas en ajouter plus pour préserver la surprise… Et quelle surprise !

    Ce que je peux dire par contre, c’est que l’auteur ne nous laisse pas le temps de souffler, la tension est permanente. Vous serez toujours aux aguets à l’entame de chaque page, de chaque chapitre dévoilant toujours un peu plus de noirceur. Le rythme est tellement soutenu, l’horreur ne faisant que croître jusqu’à laisser le lecteur exsangue…Je l’ai véritablement dévoré !

    Ses lecteurs de longue date, dont je fais partie, ne me contrediront pas si je dis que Cédric Sire ne nous a pas habitué à y aller par quatre chemins par le passé et il le confirme encore cette fois-ci avec ce roman d’une noirceur extrême parfaitement maîtrisée. Un roman encore plus abouti ! Pas de référence au fantastique pour ce dernier opus mais un ancrage bien profond dans la réalité.

    Alors, si vous aimez les romans 100% thrillers, 100% diaboliques, 100% noirs et 100% machiavéliques, foncez !!!

    Chapeau bas Cédric Sire pour ce nouvel opus !

    Chapeau bas Metropolis pour cette entrée en matière !

    Cela promet pour la suite 😉

  • universpolars 22 mars 2019
    Vindicta - Cédric Sire - Stephen King

    Assumer rapidement ses actes est un conseil judicieux après la lecture de ce roman ! L’importance liée à l’intention sera également un point central dans cette histoire !

    Laisser la vie ou donner la mort. Sans témoin, sans juge et sans émotion, l’introduction de ce récit - brutale et cruelle - nous posera au milieu d’un village afghan, en pleine guerre. Je ne vous parle pas ici d’assassins, mais de soldats. Est-ce différent ? Cela dépend !

    Ce qui est sûr, par contre, c’est qu’une personne va certainement changer d’un point de vue psychique.

    Hormis le fait d’assumer ses actes ou les subtilités liées à l’intention, je retiendrai encore ici le fait de préserver des intérêts par des moyens plutôt immoraux. Ça va vous déchirer et ça va coûter cher.

    Nous allons entrer dans le vif du sujet en étant spectateurs d’une scène qui ne présage rien de bon, dans laquelle quelques personnes, sans doute paumées, peut-être naïves, certainement inconscientes, s’apprêtent à commettre une grosse erreur de parcours. De jeunesse ?

    Les erreurs d’amateurs vont s’enchaîner et se matérialiser en un goût très amer. Bref, l’intrigue qui est mise en place devient un vrai bordel sans nom, mais un vrai régal pour nous !

    Parallèlement, nous allons suivre les traces d’une personne plutôt intrigante, froide, sans âme - sans visage ? -, qui laisse tomber dans le sillon de ses traces feutrées et discrètes bien quelques cadavres.

    L’auteur ne fait pas dans la dentelle. De toute manière, pour aborder avec réalisme les sujets qu’il met sur le tapis, à mon sens, il ne peut pas le faire autrement. C’est cash, violent, même terriblement violent. Certaines scènes, vous verrez, vous feront carrément physiquement mal !

    Soit dit en passant, la violence ne sera pas uniquement dans les actes, mais également dans le contexte social dans lequel nous évoluons : sphère familiale déchirante, pauvreté, manque d’éducation, de cadre, de tout.

    Ce récit est un enchaînement d’emmerdes, une course vers le néant, vers une issue qui ne peut être que fatale. Le point de non-retour est très vite atteint et l’espoir d’un revirement positif est absolument nul. Certains aspects vont vous retourner les boyaux, la tête ou même vous broyer le cœur. Désolant, tragique et déchirant.

    Le rythme est clairement la star de cette histoire. Nous avons là, entre les mains, un véritable page-turner qui envoie tout le monde au tapis, le lecteur y compris.

    L’auteur ouvrira pas mal de brèches, lors de cette trame affligeante, qui vont toutes finir par se rejoindre et se refermer en un fracas assourdissant.

    Je vois cette trame comme plusieurs chemins, empruntés par plusieurs personnes, qui se terminent tous au même endroit. Vu le contexte, le point de contact ne peut que faire mal.

    Les personnages seront là pour vous en mettre plein les yeux. Vous aurez droit à des flics bien pourris jusqu’à la moelle ou, heureusement, d’autres avec une conscience un peu plus aiguisée ! L’ambiguïté qui règne entre les services donnera ici un résultat lamentable, voire pitoyable. Intérêt ou abnégation ? Chacun gère son problème de conscience !

    Oui, les personnages seront là pour vous en mettre plein les yeux, mais aussi pour vous retourner les tripes. Je pense ici à ce flic en perdition, complètement paumé, qui marche les yeux grands ouverts, sans jamais s’arrêter, vers du sable mouvant. Cet homme ne sera pas le seul à vous toucher par son vécu.

    Une vengeance froide, sans état d’âme, provoquant moult dommages collatéraux et faisant chuter toutes les pièces du domino, s’est mise en branle pour ne plus jamais s’arrêter. Il ne fallait pas ...

    L’auteur nous terrasse avec un dénouement surprenant, renversant et inattendu. Tout l’art d’un bon auteur de thriller est là : manipuler le lecteur jusqu’au bout, lui placer des œillères, diriger son attention ailleurs, le déstabiliser, pour finalement lui envoyer un beau bluff dans la gueule. Pari réussi.

    Bonne lecture.

  • Les Lectures de Maud 24 mars 2019
    Vindicta - Cédric Sire - Stephen King

    Un braquage qui tourne mal, des jeunes gens qui vont essayer de s’en sortir comme ils peuvent, un flic qui n’a plus rien à perdre. Dès les premières pages, le ton est donné. Une histoire qui embarque d’emblée le lecteur, comme les protagonistes, dans une machine infernale où les événements vont s’enchaîner : les conséquences de leurs actes. Rapidement, ils sont dépassés, ils se rendent compte, que rien ne pourra arrêter la pluie qui s’abat sur eux.
    Damien, Elie, Audrey et Driss, des jeunes sans travail, pensent être riches grâce à un braquage et commencer une nouvelle vie. Soudés dans l’événement, pourtant rapidement ils vont perdre pied face à l’événement : un tournant dans leur vie va s’opérer. Audrey est un personnage qui m’a touchée de par son vécu et sa volonté acharnée de vouloir sortir des griffes de ses parents, principalement de son père.
    Olivier, flic au placard, va vouloir pousser cette enquête au-delà de ses prérogatives, quitte à se brûler les ailes. Enfin, le peu de confiance que peuvent encore avoir sa hiérarchie et ses collègues. Sa priorité : trouver l’assassin, il va franchir les lignes pour débusquer la vérité. Mettant de côté la guerre entre les services et les quêtes de pouvoir. Comment va-t-il réagir quand il va découvrir l’identité de l’assassin ? Les réponses se trouvent-elles dans le présent ou dans le passé ?
    Dès les le début le ton est donné, j’ai été de suite happée par cette histoire. L’auteur signe ici un thriller magistral, dynamique grâce à des chapitres courts. Un suspense maintenu jusqu’à la fin, tout à fait insoupçonnable. Une enquête fouillée aux multiples facettes. Ce livre est sans conteste totalement addictif que l’on referme que pour aller travailler ou dormir et encore. Une plume fluide, voir poétique parfois malgré la dureté des scènes. Les différents personnages sont très bien décrits, le lecteur est à leur côté ; l’impression pour le lecteur de vivre les scènes, être immergés dans leur esprit. Un montage très bien fait, tour à tour nous vivons au travers d’un protagoniste. Une lecture que l’on termine en ayant l’impression de s’être pris une belle claque !! Je recommande à tous les fans du genre et encore bravo à l’auteur qui a su me berner et m’entraîner dans le côté très obscure de la vengeance !!

  • Mes évasions livresques 31 mars 2019
    Vindicta - Cédric Sire - Stephen King

    Sire Cédric est mort, vive Cédric Sire !

    L’auteur a changé de nom, de maison d’édition, de style littéraire (le fantastique est totalement abandonné au profit du thriller et roman noir, tournant déjà amorcé sur son précédent opus : Du feu de l’enfer).

    Le roman commence sur un prologue se déroulant quelques années avant, dans un lieu où la guerre sévit...
    Puis, le roman commence, à Toulouse, où Audrey, Damien, Driss et Élie ont projeté un casse...
    Malheureusement, ce braquage ne va pas se dérouler comme ils le voulaient. Pire, une petite fille est morte accidentellement lors de leur fuite... Et un tueur sanguinaire se lance à leurs trousses.

    Parallèlement, des meurtres atroces sont perpétués et la police se retrouve submergée entre tous ces cadavres qui pullulent, seul Olivier, fraîchement muté, va tenter de démêler tous les rouages de cette traque meurtrière.

    Un thriller diablement efficace, percutant et addictif. Les personnages sont très bons, qu’on les aime ou qu’on les exècre, ils ont une puissance indéniable.

    Cédric Sire nous happe dès le début dans une spirale de violence implacable, de gore par moment (on ne peut pas tout changer non plus^^) et d’émotions fortes (au niveau adrénaline et sentiments).
    Les personnages sont totalement adaptés à la noirceur de la plume de l’auteur : laissés pour compte, abîmés par la vie, corrompus, trahis, en quête de rédemption, ... et l’union de tous ces êtres à la dérive va entraîner le lecteur dans un carnage surprenant et une vindicte froide et sans concession.

    Vindicta est une totale réussite à mes yeux que ce soit par la plume, le rythme, l’intrigue et les personnages.
    Si on peut comprendre les origines de la vindicte du roman, on n’est loin de totalement la cautionner et même le spectre vengeur respecte un certain code par moment dans l’exécution de sa vengeance.

    Autant j’ai aimé Sire Cédric dans ses écrits fantastiques et horrifiques, autant j’adore la plume de Cédric Sire, plus mature, plus dense et plus incisive dans ce nouveau genre, le roman noir, qui lui sied à ravir :)

    Une totale évasion coup de cœur que je vous recommande ;)

    Vindicta est le premier roman à sortir dans la toute nouvelle maison d’éditions Métropolis Noir, qui inaugure avec ce roman qui donne le ton.

  • Des Livres Mon Univers 14 avril 2019
    Vindicta - Cédric Sire - Stephen King

    Ce roman est une agréable surprise, je n’avais encore jamais lu Sire Cédric , je n’ étais pas attirée par ses précédents romans mais celui ci est différent, l’ auteur prend un autre virage au tournant et ça matche super bien.
    .
    Vindicta a un réel univers que j’ ai surkiffé, une valeurs sûre que je conseille à 100%. .
    La scène de "Painkiller" est particulièrement géniale, bravo Monsieur Cédric Sire vous m’ avez bien scotchée.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.