Le Coma des mortels - Maxime Chattam

Notez
Notes des internautes
2
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Parce que sa vie lui semblait trop rangée, trop terne, Pierre a tout bazardé : couple, boulot, entourage. C’est un homme neuf, un homme libre, qui retrouve ses instincts au contact quotidien des animaux du zoo de Vincennes. Or en déviant de sa trajectoire, Pierre a contrarié le cosmos. Et le cosmos se venge. En éviscérant sa nouvelle petite amie, d’abord, et à peu près tous ceux auxquels il tient. Malédiction ? Ou fable d’assassin ? Est-ce le début, ou la fin ? Qui est vraiment Pierre ? Et sur quelles pierres a-t-il bâti ce château de cartes ?

Vos #AvisPolar

  • eTemporel 7 février 2019
    Le Coma des mortels - Maxime Chattam

    On se retrouve aujourd’hui avec la chronique du dernier roman en date de Maxime Chattam, Le coma des mortels. J’ai quasiment tout lu de lui, et les habitués d’eTemporel savent qu’il s’agit de l’un de mes auteurs favoris. Ce qui ne signifie pas que j’ai adoré tous ses romans mais une grande majorité, disons. Pourtant là, autant l’avouer tout de suite, je suis complètement passée à côté. Quand, du thriller plutôt gore, il est passé au fantastique jeunesse, j’ai suivi sans sourciller ; quand, du fantastique jeunesse, il est passé au roman noir, je lui ai emboîté le pas bien volontiers. Mais là, je crois que c’était tout simplement la fois de trop.

    Comment vous décrire ce roman ? Bien que sa maison d’édition annonce un nouveau thriller dans son argumentaire de presse, l’auteur quant à lui se défend d’en avoir écrit un. Et en effet, Le coma des mortels n’est pas un thriller, il n’en a ni le suspens, ni la tension, il ne procure aucune sensation forte. C’est un ovni au sein l’univers chattamesque, un ovni tout court en fait. C’est l’histoire d’un trentenaire mal dans sa peau qui, après s’être fait largué par sa petite amie qu’il a trompée, décide de faire table rase de son passé, et de tout recommencer.

    Dans sa nouvelle vie, il rencontrera tour à tour une passionnée de théâtre, une collectionneuse de suicides, une soigneuse de zoo, un chef de la sécurité qui rêve de se débarrasser de ceux qu’il n’aime pas à coups de pelle, un super-héros qui retrouve les objets perdus, une blogueuse du néant, un psy(chopathe)... tout un tas de personnages plus singuliers les uns que les autres, qui vont avoir une fâcheuse tendance à décéder sur son passage. Une histoire qui se veut sombre, mais qui s’est surtout avérée pour moi très ennuyeuse. Pierre, le personnage principal, le dit lui-même : il est égoïste, et ce n’est rien de le dire. Il est égocentrique au possible, et semble convaincu d’être le centre du monde. Il passe son temps à geindre sur sa situation, sans rien faire pour l’améliorer. En un mot, il est insupportable.

    Il est question de sexe, de religion, de dépression, du sens de la vie, du bien et du mal... Il ne manque que la politique à ce tableau idyllique ! Si je me cantonne essentiellement aux littératures de l’imaginaire et aux thrillers, c’est justement pour ne pas avoir à me prendre la tête avec ce genre de sujets. Le style est presque pompeux, et comme l’a dit Cajou dans sa chronique : « j’ai eu l’impression de lire un délire intello-philosophico-mégalo-chiant » ! Je ne saurais mieux dire. Une œuvre à part dans la biographie de Maxime Chattam, et en ce qui me concerne, j’espère juste qu’elle le restera.

  • lecturesdudimanche 8 février 2019
    Le Coma des mortels - Maxime Chattam

    Ça commençait plutôt bien : le ton était donné : on aurait du trash, du suspense, de la folie. J’ai dévoré les 50 premières pages. Un homme qui plaque tout dans une crise mi-adolescence, mi-quarantaine, et qui, dans sa crise existentielle, retrouve sa route jalonnée de cadavres… Début prometteur ! Mais je me suis vite lassée. Je n’aime pas beaucoup qu’on me prenne pour une nouille à tel point qu’il faille sans cesse répéter les mêmes choses, dites parfois (mais parfois pas !) avec d’autres mots, certes, mais répétées inlassablement quand même ! Au final on ne croit pas à la chute, on pense qu’on se fait berner et pire, c’est à la limite si on ne se fait pas traiter de cons, pauvres lecteurs à la vie tellement nulle et insignifiante !

    Bref, je n’ai pas adhéré… Mais pourtant, ayant entendu l’auteur parler de son oeuvre, je pense que je vais essayer autre chose et que cette expérience ne suffira pas à me faire bannir un auteur dont j’entends tellement de bien… Mais pas tout de suite !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.