L’Unité Alphabet - Jussi Adler-Olsen

Notez
Notes des internautes
5
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

L’Unité Alphabet est le service psychiatrique d’un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d’atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l’Est.
Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu’il a abandonné à l’Unité Alphabet et qu’il n’a jamais retrouvé. En 1972, à l’occasion des jeux Olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d’un passé plus présent que jamais.

Le premier roman de Jussi Adler Olsen, l’auteur de la célèbre série du Département V, où éclatait déjà le talent de ce maître du thriller scandinave.

Vos avis

  • Ophé Lit 31 août 2018
    L’Unité Alphabet - Jussi Adler-Olsen

    Surprenant... Une plongée dans les méandres de la mémoire... A une époque où l’homme était prêt à tout pour survivre, qu’auriez-vous fait à leur place ?
    Haine, trahisons, amitié, amour, meurtres... Il y a tout ça dans "l’unité alphabet".
    Ce roman de Jussi Adler-Olsen est en fait son premier roman. Paru en 1997 au Danemark, c’est Albin Michel qui nous le fait découvrir aujourd’hui.

    J’ai évidemment beaucoup entendu parlé de l’auteur, pour autant je ne l’avais encore jamais lu. C’est donc une totale découverte pour moi et je n’avais aucun a priori.

    Ce pavé de 640 pages est composé de deux parties. Si la deuxième m’a transportée, je me suis ennuyée pendant la première. Beaucoup de descriptions et peu de rythme, j’ai eu peur de le lâcher, mais certains sujets m’ont convaincus de m’accrocher, et grand bien m’en a pris.Ma lecture achevée je ne regrette pas de ne pas avoir abandonné. La première partie est essentielle pour la mise en place du décorum et pour faire connaissance avec les personnages multiples qui évoluent au cœur d’une intrigue qui mêle le passé et le présent dans une valse à trois temps...

    Quand l’avion de Brian et James s’écrase en Allemagne, les deux anglais n’ont pas d’autre choix, pour survivre, que de se faire passer pour des malades allemands. Leur parcours nous permet de faire connaissance avec ces deux personnages forts, liés par une amitié qui remonte à l’enfance. C’est également pour l’auteur l’occasion d’évoquer l’euthanasie thérapeutique, courante sous le régime nazi, de sombrer au cœur de la folie d’un système mais également de la folie des hommes.. Jussi Adler-Olsen prend le temps de nous présenter les acteurs de ce thriller dont le rythme va monter crescendo à compter de la deuxième partie.

    Les sujets évoqués sont nombreux, entre la folie, la haine, l’amitié, l’espoir, l’euthanasie... mais pas au service de l’intrigue comme c’est souvent le cas dans un thriller, mais davantage au bénéfice des personnages qui s’étoffent, qui prennent en consistance pour notre plus grand plaisir de lecteurs.D’ailleurs l’unité alphabet ce n’est pas un thriller "classique" avec une intrigue centrale et la résolution d’une enquête ou d’un meurtre ! L’unité alphabet est un thriller dont les personnages sont l’intrigue.Qui sont-ils vraiment ? que cherchent-ils ? Que cachent-ils ?Jusqu’où iront-ils ?

    Après des débuts chaotiques je me suis laissée transportée par la deuxième partie du roman qui s’est révélée passionnante de revirements, de rebondissements, et pourvoyeuse de sentiments contradictoires.

    Un roman qui m’a donné envie de découvrir les autres roman de Jussi Adler-Olsen, de lire l’évolution de son style et me délecter encore de ses personnages.

  • Sylvette Dureau 6 septembre 2018
    L’Unité Alphabet - Jussi Adler-Olsen

    Pas encore lu .mais j’ai lu les livres qui sont sortis avant j’ai adoré .Je vais vite le lire je suis fan

  • C’est Contagieux 3 octobre 2018
    L’Unité Alphabet - Jussi Adler-Olsen

    Non, l’unité alphabet n’est pas un conglomérat de profs de français, adeptes forcenés du Petit Robert, qui flagelle sauvagement les élèves récalcitrants à leur enseignement. Ce n’est pas non plus le collectif à l’origine de l’écriture inclusive qui terrorise les rigoristes de la langue.
    L’Unité alphabet était l’unité de soin d’un hôpital psychiatrique militaire allemand (on admirera l’ironie du mot « soin » au vu des sévices infligés pour guérir les patients) qui traitait les soldats nazis blessés au combat et souffrant de troubles psychologique plus ou moins graves et plus ou moins avérés.

    Leur but était de guérir ces soldats et de les renvoyer le plus vite possible au front et de déceler les simulateurs, aussitôt exécutés une fois découverts. Brrrr…

    Les méthodes et autres expérimentations ne prônaient évidemment pas les câlins et la douceur mais plutôt de douloureux et atroces traitements. On est chez les nazis quand même !

    Bref typiquement le lieu où personne ne voudrait tomber…

    Pas de chance ! C’est exactement là où vont se retrouver pris au piège deux soldats britanniques, suite au crash de leur avion en plein territoire ennemi. Pour survivre, ils vont devoir prendre l’identité de deux hauts gradés nazis considérés comme déficients mentaux suite à de graves blessures de guerre. Et là, ça va pas rigoler !

    Voilà t’as le pitch de base. Le roman démarre en pleine seconde guerre mondiale dans sa première partie et se poursuit en 1972 durant les jeux olympiques de Munich dans sa seconde. Si c’est pas un joli programme ça !

    Alors, pour se placer dans le contexte chronologique de l’auteur, « L’Unité Alphabet » est le premier roman de Jussi Adler Olsen publié au Danemark (nous informe l’éditeur), totalement indépendant des enquêtes du Département V. Albin Michel a puisé dans les réserves. Mais quelle réserve !

    CE ROMAN EST UNE SOUFFRANCE…

    pour ses personnages que l’auteur n’épargne pas. Il est vrai que Jussi n’y va pas avec le dos de la cuillère. Les pauvres ! A circonstances exceptionnelles, traitement exceptionnel, Olsen s’emploie à leur faire vivre des situations à faire dresser les cheveux sur la tête d’un chauve !

    Même si l’histoire met un peu de temps à s’installer, c’est une véritable plongée dans l’horreur humaine qui vous y attend.

    Pas de manière graphique mais insidieuse, psychologique et entêtante. L’auteur décrit de manière clinique les pathologies et les traitements infligés aux patients, le tout baignant dans une atmosphère étouffante.

    Ce roman est lent, méticuleux, pas avare de détails. C’est au scalpel que Jussi Adler Olsen découpe minutieusement et par fines tranches son intrigue.

    La première partie est atrocement géniale, douloureusement et délicieusement cruelle, un jeu d’échecs psychologique entre les protagonistes, un « survival » en milieu psychiatrique nazi. Dans la note de l’auteur en fin de roman, on apprend que Jussi Adler a passé sa jeunesse dans les couloirs de l’hôpital psy où travaillait son père en tant que psychiatre. De là est née sa fascination pour l’étude de l’aliénation et ce sont ses questionnements qui nourrissent ce livre.

    La seconde partie, moins resserrée et confinée dans l’espace, est plus rythmée. Elle propose une enquête à multiple rebonds qui apportera son lot de réponses et de frissons trhilleresques.

    On n’y retrouve certes pas l’humour acerbe voire désabusé d’un Département V mais pour un premier roman, force est de constater la solidité du storytelling d’un des maîtres du polar scandinave !

    Mais « L’Unité Alphabet » est surtout l’histoire d’une extraordinaire amitié, certes imparfaite, avec ses petits travers, mais aussi avec ses envolées du cœur, terriblement humaine en fait, troublée par les ravages du temps qui passe et la douleur des renoncements.

    Les dernières lignes du roman sont superbes, éthérées, fragiles. Pas sûr qu’elles cautériseront les plaies mais elles clôturent le livre avec délicatesse.
    NDA : !!! Ne lisez surtout pas la quatrième de couverture qui vous révèle quasiment la moitié du roman !!!

  • QuoiLire 7 octobre 2018
    L’Unité Alphabet - Jussi Adler-Olsen

    Attention, amateurs des romans de Jussi Adler-Olsen, ce nouveau roman ne fait pas partie de la série du Département V. Il est même loin de l’univers pour lequel les français ont connu cet auteur car il ne s’agit pas d’un roman policier, mais d’un thriller historique nous plongeant successivement dans la fin de la seconde guerre mondiale puis dans les années 70 au moment des Jeux Olympiques de Munich.

    Bien que le style ne soit pas le même, les amateurs comme moi de romans policier auront grand plaisir à lire ce livre. Les talents de l’écrivain rendent non seulement ce roman agréable à lire, mais surtout très haletant, plein de suspense. De petits rebondissements jalonnent l’histoire pour la relancer ou lui donner une nouvelle orientation pour ne pas sombrer dans la répétition.

    La grande force de ce roman est au travers de cette histoire à suspense de dévoiler un univers bien méconnu de la seconde guerre mondiale : les hôpitaux psychiatriques où de nombreux déserteurs tentaient de trouver un moyen de fuir le combat en simulant des troubles psychiatriques. Le fait de positionner ce roman dans deux époques passées nous change également des thrillers plus contemporains. L’auteur nous plonge dans l’ambiance de ces périodes, d’une même ville aux opposés de sa vie : de sa mort durant la guerre, à son explosion de vie pendant les J.O.

    A son habitude, ou bien devrions-nous plutôt dire dès son premier roman, Jussi Adler-Olsen montrait déjà de grandes qualité rédactionnelles : une grande fluidité dans l’écriture, des personnages fouillés, une technique de trun-page parfaitement maîtrisée et une rigueur historique ou dans le domaine exploré.

    Quelques petits points négatifs viennent cependant gâcher la qualité de ce livre : entre le patronyme officiel, le nom d’emprunt, le surnom et le nom de fuite, il est parfois difficile de savoir de quel personnage l’auteur parle. Et puis, la "résurrection" d’un des personnages est trop fortuite et romanesque, et nuit à l’aspect authentique du reste du roman.

    Un roman à un suspense à plus d’un titre dépaysant.
    (https://quoilire.wordpress.com/2018/10/07/jussi-adler-olsen-lunite-alphabet/)

  • jean_paul_dos_santos_guerreiro 25 octobre 2018
    L’Unité Alphabet - Jussi Adler-Olsen

    Bonjour à toutes et à tous…

    L’Unité Alphabet est le premier roman de Jussi Adler-Olsen, qui est devenu un best-seller dès sa sortie dans de nombreux pays.
    Comme l’indique l’auteur à la fin de son ouvrage, “Ce livre n’est pas un roman de guerre”.
    Malgré certaines longueurs au début (justifiées par le sujet du récit), ce roman est incroyable !

    C’est le récit sur une véritable amitié masculine, sur l’amour, sur la folie aussi, mais surtout, c’est le récit d’une trahison…

    Nous sommes dans l’univers des hôpitaux psychiatriques durant la seconde Guerre Mondiale.
    Mais ici, ce ne sont pas des juifs qui sont traités en cobayes par des médecins allemands mais bel et bien des officiers SS !

    La première partie du roman qui se déroule en 1944 est très visuelle.
    Il n’y a quasiment pas de dialogues obligeant l’auteur à utiliser une écriture détaillée et pointue.
    C’est une histoire très pesante, effrayante, cruelle et terrifiante. Mais surtout, terriblement vrai. C’est avec des recherches très approfondies que Jussi nous fait revivre avec maestria les heures sombres d’une certaine forme de cette guerre que j’ignorai totalement.
    Des asiles où sont parqués des officiers SS qui sont de véritables mouroirs.
    Les médecins et les infirmières tentent bien que mal à conserver leurs blessés en vie, alors que la guerre est aux portes de l’hôpital.

    Vers la seconde moitié du livre, l’action se déroule en Angleterre, en 1972.
    Mais très vite l’intrigue se retrouve de nouveau en Allemagne.
    Le jeu du chat et de la souris commence alors avec de nombreux rebondissements inattendus.
    L’écriture de cette partie est superbe !
    Chaque chapitre se déroule avec la mise en avant d’un narrateur différent, avec son mode de pensée et ses émotions, donnant ainsi pour chaque personnage/chapitre un rendu particulièrement vivant et rythmé !

    L’Unité Alphabet, ou l’histoire du destin passionnant sous la forme d’un thriller oppressant, de deux pilotes, Bryan et James…

    ...

    Extrait :
    « James commençait à synthétiser les renseignements. Quelques informations par-ci, une bribe d’anecdotes par-là et des heures de vantardise qui, ensemble, composaient l’histoire des trois simulateurs qui partageaient son quotidien.
    Dieter Schmidt, le Chétif, celui qui était dans le lit le plus éloigné, parlait très bas et il n’était pas facile d’entendre ce qu’il disait. James ne savait pas s’il était d’une nature discrète ou si c’était la peur d’être découvert qui lui donnait une voix aussi tenue. Les gens changent en fonction de leur environnement. Leur morphologie peut également avoir une incidence. James avait remarqué par exemple que plus Dieter Schmidt avançait dans ses séances d’électrochocs, plus il paraissait effacé, alors que ni Kröner ni Lankau ne semblait en être affectés. Quoi qu’il en soit, leur situation actuelle ne les empêchait pas d’échanger leurs souvenirs avec jubilation. James priait pour qu’un jour une infirmière les surprenne, que c’est trois monstres soient démasqués et que son cauchemar se termine.
    En attendant, il devait se méfier deux et s’assurer qu’il n’aient aucun soupçon à son égard. »

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.